Ecole primaire communale du SART TILMAN

 

Une expérience intéressante…

   Une activité à portée humanitaire…

       Un choix de vie qui implique toute une famille…

Sophie (6e année) éduque un chiot destiné à être remis dans un an à une personne aveugle.

Sophie raconte son expérience et s'adresse notamment aux correspondants

Salut les correspondants,

Depuis le 6 mars 2003, je m’occupe d’un chien nommé Cannelle qui deviendra plus tard chien guide d’aveugle. Elle restera chez moi pendant 1 an pour la sociabiliser.

Puis, elle ira 10 mois chez un maître chien spécialisé dans ce domaine et obéira à une quarantaine de mots tout en refusant une demande dangereuse.

Pour terminer ,elle passera 3 mois en compagnie du maître chien et de l’ aveugle choisis . Je trouve cette expérience très intéressante et très instructive .

Nous allons rendre service à un aveugle qui grâce à ça pourra se déplacer plus facilement .

Si l’expérience vous tente, je me ferai un plaisir de vous donner plus d’informations.

Sophie Mathieu


Le « dressage » est lent et rigoureux :

Ø      le chien amènera rapidement son maître à des endroits qu’il connaît bien : boulangerie, arrêt de bus, lieu de travail…

Ø      il doit venir mettre la truffe dans la main, à l’appel ;

Ø      « couché », « assis », « reste », « silence »… font partie de son vocabulaire, mais il doit également pouvoir refuser un ordre si celui-ci est dangereux : « avance » alors qu’il se trouve avec son maître devant un trou, par exemple.

Ø      il doit refuser toute alimentation tant que son maître ne l’a pas autorisé à la prendre.

Ø      le chien doit apprendre à rester calmement sous un siège de train, attaché à un point fixe ou dans sa cage.

Ø      il doit s’habituer à être caressé, manipulé et placé dans des situations différentes, etc., etc.

 

Que de travail, que de patience ! L’ Organisme des chiens pour aveugles recherche bien évidemment ce type de famille d’accueil.

Alors, afin d’aider Sophie et toute sa famille à mener à bien cette entreprise, Cannelle viendra régulièrement à l’école le matin : profitons-en pour lui montrer que nous l’aimons afin qu’elle puisse rendre la pareille à la personne handicapée qui l’héritera.

 

 

P. VERMEERSCH, Directeur. 19/03/03.

Retour à la page d'accueil