Introduction

Accueil
Introduction
Le climat du 20e siècle en Belgique
Contributions scientifiques
Statistiques
Evénements
Décennies
Provinces
Mois
Saisons
Glossaire
Liens intéressants
Remerciements
Invitation

 

Survol climatologique du 20 e siècle

Le regard que les hommes portent sur leur passé et sur leur avenir évolue au cours du temps. Qui aurait pu prévoir en 1901 l'engouement auquel nous avons assisté ces dernières années pour les questions relatives à un possible changement du climat planétaire ? Jusqu'à une époque récente encore, s'il y avait quelque chose qui pouvait rassurer les hommes par l'apparence de sa pérennité, c'était précisément le climat. Dans nos régions, pour la population encore fort proche des habitudes rurales, le retour des saisons rythmait les grands cycles connus par les traditions héritées sur plusieurs générations. Tous tenaient pour acquis, comme certains dictons en témoignent, que rien n'était neuf sous le soleil … ou sous la pluie. (Seuls quelques cercles très restreints de scientifiques avaient cru remarquer dès le 18ème siècle, que le climat avait peut-être, lui aussi, une histoire.)

Les choses, aujourd'hui, changent. Si ce n'est certainement pas complètement étranger à l'émergence des loisirs de masse (on se serait, en effet, rarement posé la question avant 1936 de savoir Quel temps il ferait le week-end prochain ), ceux-ci ne sont qu'un des facteurs à l'origine de ce changement culturel récent. En nourrissant les angoisses du jour qu'amplifient les images toujours plus spectaculaires sur nos écrans de télévision, des événements météorologiques catastrophiques suggèrent aux yeux de certains que nous serions rentrés déjà dans une ère de bouleversements et de révolutions dans le domaine du climat. Pour d'autres, la plus grande prudence s'impose avant de se prétendre capables de déceler à l'échelle d'une ou deux générations une évolution des paramètres météorologiques ( par exemples : à Uccle températures moyennes annuelles, totaux annuel des précipitations) qui, de par leur nature, sont très variables.

L'Institut Royal Météorologique de Belgique, modestement mais avec la plus grande rigueur possible, a cru utile à la réflexion de chacun de produire en quelque sorte un survol de notre histoire climatologique, telle qu'il a pu la mesurer ou l'observer au cours du 20 e siècle.

En publiant une liste des événements météorologiques du 20 e siècle les plus remarquables en Belgique, il aurait été absurde de prétendre à l'exhaustivité. De fait, un événement, pour figurer dans un tel inventaire, doit avoir été perçu ou observé, sinon directement au moins indirectement à travers ses conséquences. Sa chronique, ensuite, peut être archivée avec plus ou moins de bonheur si l'on s'y emploie, ce qui n'est pas toujours le cas partout et à n'importe quelle époque. L'évolution du réseau d'observateurs au cours du 20 e siècle, l’échelle spatiale du phénomène et l’endroit même de son occurrence (région densément peuplée ou non), l'attention que l'air du temps et l'intérêt que les media portent à certains faits plus qu'à d'autres, les désordres consécutifs aux périodes de tensions ou de guerre tous ces facteurs limitent la constance des archives disponibles. C'est ce qui nous a amenés à faire le choix de ne publier forcément qu'une sélection d'événements. Ceux-ci, outre qu'ils ont le mérite d'avoir retenu l'attention des climatologues, constitueront, croyons-nous, pour tout un chacun, une partie mémorable de l'histoire collective.

Avertissement

Certains événements météorologiques ont suffisamment été remarqués par leurs contemporains pour que la presse de l'époque en fasse largement mention. Nos archives relatives aux accidents météorologiques s'alimentent entre autres à ces coupures de presse.

D'autres part, les méthodes d'enregistrement des paramètres météorologiques et les connaissances scientifiques ont, bien évidemment, évolué au cours de ce siècle.

Plus d'une fois, nous nous sommes basés sur des données manuscrites que les observateurs ont transmises à l'IRM, c'est-à-dire sur les valeurs observées réellement à l'époque plutôt que les valeurs éventuellement "homogénéisées " par la suite. C'est tout particulièrement le cas pour les valeurs mesurées et notées à Uccle par les observateurs qui se sont succédés à cette tâche.

Les événements que nous avons qualifiés ici de "marquants" appartiennent à plusieurs catégories relatives aux paramètres météorologiques qui les décrivent.

Ceux relatifs aux températures :

Sont évidemment remarquables, les événements qui marquent un record : on trouvera donc ici la température la plus haute ou de la température la plus basse jamais observée dans telle ou telle région de Belgique sur base des données disponibles qu'a offert tout au long du siècle un des réseaux de stations d'observations les plus denses au monde. Leur mise en évidence est une indication d'une mesure locale mais en principe représentative de la région environnante.

D'autres événements liés aux températures constituent eux aussi, bien que moins spectaculaires, des records pour telle ou telle saison, tel mois, telle décade, tel jour et tel type de température (maximum, minimum, moyenne journalière).

On peut aussi qualifier d'événement marquant l'apparition, tardive ou précoce selon le cas, d'un jour de gel, d'un jour d'hiver ou d'un jour d'été, d'un jour de canicule.

L'apparition d'une vague de froid ou de chaleur, est marquante du fait que, dans bien des cas, elle porte à conséquence dans certains secteurs économiques. Des étrangetés surprendront : une année peut, en effet, cumuler différentes particularités paradoxales. Ce fut le cas, de l'année 1947 qui connut successivement un hiver parmi les plus froids de notre histoire, et un été précoce, chaud et qui s'est prolongé fort longtemps. De la même façon, l'année 1952 amusera les curieux en leur offrant la nuit la plus chaude (le 2/07) et l'automne le plus froid du siècle à Uccle.

Ceux relatifs aux précipitations : La quantité de pluie récoltée peut, elle aussi, franchir des records (soit des records ponctuels vers le haut d'une quantité récoltée en très peu de temps, soit des records vers le bas qui s'étalent sur la durée d'une des sécheresses que notre pays a connues… ). Par la nature même des averses, la quantité de pluie récoltée à deux endroits très proches l'un de l'autre à un moment précis peut s'avérer très variable. Le record des précipitations dans un lieu ne renseigne, par conséquent, que ce qui s'est passé en ce lieu. On ne perdra pas de vue, que les risques d'inondations sont toujours plus appréciables à partir des données pluviométriques de plusieurs stations (y compris celles situées dans les pays limitrophes) qui enregistreraient des cotes particulièrement élevées et à partir d'autres facteurs plus liés aux caractéristiques du bassin en question.

Certains événements pourraient être qualifiés à l'évidence de "marquants" : les tornades, les tempêtes, les raz de marée, les coups de foudre très spectaculaires qui ont provoqué des dégâts importants ou qui ont laissé leurs traces dans la mémoire des témoins oculaires. Encore faut-il qu'ils en aient laissé aussi dans nos archives. Certaines périodes de notre histoire collective sont plus propices que d'autres à n'attacher qu'une importance relative à ces événements qui font ou ne font pas l'objet de comptes rendus ou d'articles scientifiques . C'est pourquoi nous publions une liste d'événements de ce type avec la réserve importante qu'ils ne reflètent que très partiellement la fréquence de ceux qui sont effectivement apparus entre 1901 et 2000 (si l'on se souvient du degré de désorganisation que les services de l'Etat avaient connu pendant la première guerre mondiale on ne s'étonnera pas, par exemple, de la pauvreté des archives relatives à ces événements entre septembre 1914 et novembre 1918). A ce propos, nous lançons une invitation à tous ceux qui auraient des documents susceptibles de compléter ou d'illustrer la présente sélection. Que l'on n'hésite pas à se faire connaître !

Par ailleurs, il nous a semblé intéressant d'évoquer quelques-unes des conditions météorologiques qui ont accompagné des événements marquants de notre histoire, tout au moins quand celles-ci y ont joué un rôle, à l'évidence important. Par exemple, tous ceux qui ont connu la période de la bataille des Ardennes directement ou même ceux qui ont vu son évocation cinématographique auront gardé en mémoire les conditions sévères de l'hiver 1944 - 1945. Même si, en fait, ces conditions météorologiques n'avaient rien de très extraordinaire, l'importance qu'elles ont jouée justifie qu'elles trouvent ici un écho.

 


[Accueil][Introduction][Le climat du 20e siècle en Belgique][Contributions scientifiques][Statistiques][Evénements][Décennies][Provinces][Mois][Saisons][Glossaire][Liens intéressants][Remerciements][Invitation]

 Copyright (c)2001 RMI All rights reserved.
century@oma.be