1.  LES MONNAIES


        1.1  Ancien Régime.

 

        Parmi les nombreuses monnaies ayant eu cours dans nos régions avant la révolution française, il en est deux auxquelles il est constamment fait référence dans les comptes de la famille : le florin et le daler.

            Le florin a été crée à Florence au 13ème siècle; c'était une pièce d'or de 3,54 grammes, représentant une fleur de lys.  Cette monnaie or a été adoptée par de nombreux pays, dont le Duché de Brabant et la Principauté de Liège.  Le florin avait une valeur différente dans les divers pays émetteurs et cette valeur s'est modifiée au cours du temps.
            Philippe le Bon a imposé fin 1465 à la Principauté, la reconnaissance du patard de Brabant, monnaie des Pays-Bas bourguignons, lequel s'est appelé aidan(t) à Liège.  Ces pièces d'argent furent émises avec la valeur d'un vingtième de florin de Brabant et valaient alors 2 gros de Flandre ou 24 soz de Liège.  L'aidant, ou patard liégeois s'est rapidement déprécié par rapport au patard de Brabant.  En 1490, c'est une pièce d'argent de plus petite taille, qui ne vaut plus qu'un demi-patard.  Vers 1547, la pièce est en alliage de cuivre et d'un peu d'argent appelé billon; elle ne vaut plus que le tiers du patard Brabant.  Vers 1585, la pièce de 2 patards est émise en billon également; le patard est descendu alors au quart du patard Brabant et les liards, pièces de cuivre de la valeur d'un aidant, sont mis en circulation.  Il y a alors deux florins de compte différents à Liège, celui de 20 aidants, appelé florin liégeois et celui de 20 patards appelé florin brabant ou en abrégé fl bbt dans les actes passés dans la Principauté.  Pour le distinguer du florin de compte des Pays-Bas, il est appelé florin Brabant-Liège.  Ce dernier vaut par convention quatre fois le florin liégeois, valeur qu'il conservera, même lorsque le florin liégeois continuera de dévaluer par rapport au florin des Pays-Bas.
            En 1521, le florin liégeois était évalué à 0,809 gr d'or fin.
            En 1579, le florin de Brabant était évalué à 1,2 gr d'or (le marc, soit 246 gr d'or 24 carats, valait alors 205 fl bbt et 4 sols).  En 1599, il s'était déprécié à 0,957 gr d'or ou 11,48 gr d'argent fin.
            Vers 1620, le florin n'était plus en circulation en Brabant, mais continuait à être utilisé comme monnaie de compte.
            En 1621 la valeur de ce florin était réduite à 0,853 gr d'or ou 10,27 gr d'argent fin.  En 1665, il valait 0,77 gr d'or et en 1698, 0,683 gr d'or, alors que sa valeur argent était à peu près conservée.  En 1740, il valait 9,74 gr d'argent.  En 1744, la Principauté émet de pièces en cuivre de 4 liards.
            En 1750, le florin Brabant-Liège vaut 0,416 gr d'or (592 fl pour un marc d'or pur) et 6,15 gr d'argent (40 fl pour un marc).  Il valait alors 0,6 florins de Brabant.

            En 1788, le florin de Brabant vaut 0,55 gr d'or fin ou 8,221 gr d'argent fin.
            En 1790, le florin des Etats-Belgiques-Unis, vaut 8,215 gr d'argent (pièce de 9,41 gr de 873
0/00)
            Le florin Brabant-Liège s'échangeait à la fin de l'ancien régime 1,2156 franc or, il valait donc 0,353 gr d'or.

            Le florin reste en usage dans les Pays-Bas du nord jusqu'à la mise en vigueur de l'Euro.


            Le thaler est originaire de Bohème et date de 1518; c'était une grande pièce d'argent provenant de Sankt Joachimsthal.  Des thalers ont été émis sous les noms de gulden, guldiner, daalder, taler respectivement par la Saxe, le Tyrol, les Pays-Bas et la Bohême, pour remplacer les florins or dont ils avaient la valeur.  La Principauté de Liège, vassale de l'empire, en émit de 1545 à 1646.  Ceux-ci y étaient appelés daler ou daller.  Leur taille étant relativement constante, ils ont conservé leur valeur argent et leur valeur en unité de compte a augmenté en fonction de l'inflation.  En 1614 elles sont émises à la valeur de 30 patards Brabant-Liège et en 1646 à la valeur de 40 patars.  Dans les actes, le daler est une monnaie de compte qui vaut par convention 6 ½ florins liégeois ou 32 ½ patards Brabant-Liège.

            Le Thaler autrichien de Marie Thérèse, émis en 1780, était une pièce de 28,067 gr d'argent à 93%.  Pendant la période hollandaise, le Daeldre, valait 2,53 fl.holl.

            Le nom a été repris par la monnaie américaine, le Dollar.


            Les monnaies de compte permettaient d'éviter les embarras liés à la multitude des monnaies métal en circulation.
            Les monnaies liées aux monnaies de compte voyaient leur poids de métal diminuer avec l'inflation.  Les pièces d'or et d'argent, émises à poids et titre constants résistaient mieux et étaient même réevaluées lorsqu'elles étaient exprimées en unité de compte.  Mais cette hausse ne correspondait pas à l'érosion de l'unité de compte, parce que leur valeur était influencée par les fluctuations des cours des métaux précieux.  L'inflation dépendait essentiellement de la hausse des salaires.

            Les dévaluations successives des monnaies ont conduit à la création de systèmes monnétaires, multiples des systèmes antérieurs et qui reprenaient généralement les dénominations anciennes en les distinguant par un adjectif vantant leur meilleure qualité.  Ces systèmes ont coexisté un certain temps et dans la Principauté de Liège il y a eu, selon les publications de L. de Vlierden, spécialiste en la matière en 1675, quatre systèmes de comptes successifs :
            - la livre liégeoise (livre commune, marc, livre de cens) divisée en 20 soz ou 240 deniers liégeois.
            - le marc bone (livre bone, marc liégeois, marc de cens), utilisé au 14ème siècle et qui valait quatre fois la précédente.  Le marc bone était divisée en 20 sol bone, 80 soz ou 240 deniers bone.
            - le florin liégeois (florin commun payement de Liège, florin monnaie de Liège) qui apparaît au 15ème siècle et qui valait six marcs bone.  Le florin liégeois est divisé en 20 aidants ou 480 soz.
            - le florin Brabant-Liège (le florin brabant des textes liégeois anciens), utilisé à partir de la fin du 16ème siècle et qui valait quatre florins liégeois.  Le florin brabant est divisé en 20 patards ou 80 aidants ou liards.

            L'émission des petites monnaies, utilisées pour les achats courants a au cours du temps suivit les dévaluations :
            - Le denier liégeois valait 2 oboles ou 4 copés. 
            - Le soz (ou sou liégeois) valait 12 deniers liégeois.
            - Le brûlé de six soz, le brûlé de douze soz ou gigot et le brûlé de seize soz.
            - L'aidant de 24 soz. 
            - Le patard de 4 aidants.

       
La conversion des monnaies anciennes est très difficile, vu les fluctuations importantes des cours de l'or et de l'argent.  D'autre valeurs peuvent servir de repère, mais elles aussi ont varié dans le temps.  Les revenus du travail et les prix des denrées n'ont pas toujours évolué en phase, ce qui crée de grands écarts selon les éléments que l'on choisit pour établir les comparaisons.
            Pour se faire une idée de l'ordre de grandeur des valeurs des monnaies anciennes, le plus correct consiste à l'évaluer par rapport au pouvoir d'achat de l'heure de travail d'un ouvrier qualifié (voir le tableau du pouvoir d'achat quelques pages plus loin).
            Entre 1770 et 2000, le pouvoir d'achat de l'heure de travail a été multiplié par 8 à 30
1 pour les produits de consommation courante, alors que les salaires horaires, qui sont passés de 1,2 patard de Brabant (env. 12,8 centimes-or)2 à 400 francs, ont été multipliés par 3125.  Il en résulte une dépréciation de la monnaie d'un facteur 400 à 100 selon les produits et une dévaluation moyenne de 3125/15,4 soit env. 203.  Le florin Brabant-Liège de 1770 vaut donc en francs de 2000 : 1,2156*203 = 247 frs (6,1 €) et le florin Brabant : 247*1,67 = 412 frs (10,2 €).  Le franc-or se vend 109 frs en 2000, il est donc deux fois moins cher qu'en 1770.
            Entre 1840 et 2000, le pouvoir d'achat a été multiplié par 6,6 en moyenne, alors que les salaires ont été mulpliés par 2400.  La dépréciation du franc pour cette période est donc environ de 2400/6,6 = 363.  Il y a donc eu une déflation entre 1770 et 1840, les salaires augmentant peu et les prix diminuant.

1.  la moyenne pondérée est de 15,4 pour un budget constitué de : 25% de pain, 6,7% de beurre, 8,5% de pommes de terre, 10,3% de lard, 11% de loyer, 3 % de souliers, 11% d'habillement, 4% de charbon 4,5% de café et 16% de divers non valorisés (voir au ch.4 le budget annuel d'un ouvrier tisserand en 1843)

2.  un patard de Brabant 1770 = 1,67 pat bbt lg 1770 = 1,76 pat bbt lg 1795 = 0,088 fl bbt lg 1795 = 0,107 franc or

            J'ai évalué l'ordre de grandeur de la dépréciation des florins de compte en me basant sur les divers actes consultés, traitant des salaires et des prix.  Ainsi, en 1500, le salaire en florins liégeois (fl lg) est le 25ème de celui de 1770 et le pouvoir d'achat est approximativement le même, le fl lg devait donc valoir environ 1600 frs (40 €).  Le florin liégeois a fortement dévalué suite aux destructions faites par Charles le Téméraire.  En 1610, le florin de Brabant remplace le florin liégeois qui n'est plus utilisé que comme monnaie de compte.

 

 

1 fl de Brabant.

1 fl lg =

20 aidans

 

 

1 fl de Brabant

1 fl lg =

20 aidans

1 fl bbt lg =

4 fl.lg.

 

 

 

 

 

 

 

 

1476

100 €

100 €

 

1610

23,3 €

5,8 €

23,3 €

1490

90 €

45 €

 

1670

20,3 €

4,2 €

16,9 €

1525

72 €

28,5 €

 

1705

18,3 €

3,4 €

13,6 €

1550

52 €

17,3 €

 

1750

16,1 €

2,4 €

9,7 €

1575

37 €

9,3 €

 

1770

10,2 €

1,5 €

6,1 €


            Le pouvoir d'achat de l'or s'est également déprécié.  En 1521 le gramme d'or fin correspond en euro de l'an 2002 à environ 30 €/0,809 = 37 €, en 1579 à 37 €/1,2 = 31€ et en 1698 à 18,7€/0,683 = 27,3 €.  En 1788, il vaut 7,5€/0.55 = 13,6€, en 1946, il est réduit à 1,22€*9 = 11 € et en 2000, il ne vaut plus que 8,9 €.

            J'ai relevé quelques correspondances entre les monnaies de l'époque dans un document relatif au comptes de la cure de Jupille au début du 16ème siècle (film 619142), et dans divers actes passés devant les échevins de Jupille.  J'ai indiqué entre parenthèses la valeur en florins Brabant-Liège au début du 17ème siècle et entre crochets la valeur après le rattachement de nos provinces à la France.  Les valeurs des monnaies des Pays-bas méridionaux sont extraites du catalogue d'André Van Keymeulen de la Bibliothèque Royale :

- le sol liégeois, ou soz (1 fl/1920) valait deux mites ou trois deniers bone
- le denier de Brabant, vaut 1/3 de liard.  Douze deniers valent un patar.  Dans les comptes brabançons, la mention 5-15-3 signifie : 5 florins 15 patards et 3 deniers (5,763 fl)
- le gigot, pièce en cuivre de 12 soz, ou demi-liard (on broûlé d' doze sôs)
- le vieux gros valait 12 soz ou 3 sols bbt (à 4,5 sols bbt)
- l'aidant de 24 soz, pièce d'argent, valait un patard Brabant en 1476,
- le liard ou aidant, pièce de cuivre en 1585, valait un quart de patard Brabant (1 fl/80) [0,0152 fr or], il était aussi appelé quart (cwort) (il a des cworts se disait de quelqu'un qui a des sous)
- en 1553, le crusar valait 36 sols lg
- le denier fortis valait 4 copés fortis ou 1 liard (à 1,5 liards)
- le marck boné valait 3 liards un tiers (à 5 liards)
- le patard de Brabant en 1616 est une pièce de billon de 1,922 gr à 25% d'argent (0,48 gr d'argent).  En 1750, le 5 sols de Brabant est une pièce d'argent de 4,82 gr à 416
0/00 (0,4 gr d'argent le sol ou patar).  En 1775, la pièce de 12 sols pèse 5,275 gr d'argent à 8400/00 (0,369 gr d'argent le sol).
- en 1609, la demi-Bavière (d’mêy-bavîre) vaut 3 patards liégeois ou 3 sous liégeois (un nouveau sou en quelque sorte, à ne pas confondre avec l’ancien soz qui vaut 96 fois moins, du fait de la dévaluation)
- en 1612, la pièce de 4 patards (patår) de Liège est en billon.  Le patard de Liège, pièce de cuivre en 1750, valait 4 liards (1 fl/20).  Le patard à Liège est ausi appelé sou ou sol; il vaut à la fin de l'ancien régime [0,0608 fr or].  Dans les comptes liégeois, la mention 5-15-3 signifie : 5 florins 15 patards et 3 liards (5,788 fl)
- en 1620, le sint-stiène est la pièce de 3 patards liégeois

            - le griffon, valait 10 livres 10 sols (210 sols ou soz) en 1496 et 8 liards (192 soz) au début du 16ème siècle

            - le rosair ou rosart, pièce d'argent, valait 9 aidants en 1537
            - la plaquette bbt lg (blanmûse ou permuzète), valait 5 sols lg ou un quart de florin lg [0,3039 fr or]
            - la plaquette de Brabant, pièce d'argent de 2,731 gr à 506
0/00 valait 14 liards de Brabant en 1751 (0,395 gr d'argent le patar)
            - l'escalin bbt lg (li skèlin) valait dix sols de Liège [0,6078695 fr or].
            - l'escalin de Brabant, pièce d'argent de 2,587 gr d'argent à 581
0/00 (0,512 gr d'argent le patar), valait 6 patards de Brabant en 1622
            - le réal, pièce d'argent de 3,079 gr à 895
0/00, valait 5 patards bbt lg (1 fl/4) à 6 pat bbt lg en 1608
            - en 1612, le teston, pièce d'argent, vaut 15 pat bbt lg.
            - le florin liégeois, monnaie de compte, valait au 16ème et 17ème siècle, 20 aidants lg.  La dernière pièce d'un florin or liégeois est émise en 1614 sous le règne de Ferdinand de Bavière.
            - fin 18ème siècle le florin bbt lg, monnaie de compte, de 20 sous ou 80 liards [1,2156 fr or], valait 0,6 fl de Brabant
            - le double escalin liégeois, pièce d'argent (cårlus) valait un florin bbt lg [1,2156 fr or]
            - en 1537, le florin rampant valait 3 fl lg 13 aidants.  Le chevalcheur de Gueldre valait 3 fl lg 18 aidants et le scnaphayne de Gueldre valait 19 aidants et celui de monseigneur 17,5 aidans.  Ce dernier est le snaphaen, pièce d'argent émise au cours de 6 patards Brabant sous le règne d'Erard de la Marck.
            - le florin d'or d'Erard de la Marck, a vers 1510, la même valeur que le florin Philippus de Brabant et vaut 25 patards de Brabant.  En 1580, le florin d'or vaut 48 pat bbt lg et en 1610, il vaut 68 pat bbt lg.
            - le florin carolus (cårlus), pièce d'or, a été émis par les Pays-Bas en 1521, il avait alors un poids d'or fin de 1,36 gr  En 1581, le florin carolus est coté 6 florins liégeois (30pat bbt lg).  Le chapon avait la même valeur que le florin de Brabant.
            - en 1553, le daler appelé florin d'argent, valait 6 florins liégeois et 4 aidans.  En 1661, le daler valait à Liège 32 ½ patards bbt lg, ou 6,5 fl lg  En 1740 et 1751, le daler valait 25 pat de Brabant
            - en 1553, la couronne à soleil valait 8 fl lg 10 aidans, le demi-ducat valait 8 fl lg 15 aidans, le souverain d'or valait 13 fl lg et le réal d'or valait 14 fl lg 1 aidan
            - le florin du Rhin, pièce d'or émise par les princes ecclésiastiques de Cologne, Juliers, Trèves et Luxembourg, réunis en Union du Rhin, de 1348 à 1537.  Au 17ème s. le florin d'or du Rhin valait 2,5 fl lg

            - en 1650, la pistole d'Espagne valait 14 fl lg, le souverain d'or 24 fl lg
            - le patagon, pièce d'argent de 28,245 gr d'argent à 873
0/00, valait 48 patards de Brabant à son émission en 1612.  De 1661 à 1750, il valait 4 fl bbt lg.
            - l'écu, pièce d'argent identique au patagon, valait 81 patards bbt lg en 1750 et 96 patards en 1790
            - en 1612, le ducaton des Pays-Bas méridionaux, pièce d'argent de 32,65 gr à 944
0/00, valait 60 patards bbt  En 1680, il montait à 65 patards bbt pour redescendre à 60 patards en 1698.  En 1730, il vaut 76 pat bbt lg.  En 1750 le ducaton contient 29,219 gr d'argent fin.  En 1761, il monte à 100 pat bbt lg, soit 5 fl bbt lg.  En 1788 il est coté 3-11-2 fl de Brabant (71,17 pat de Brabant), soit le florin de Brabant à 8,221 gr d'argent fin.
            - le philippe daler valait 50 patards de Brabant en 1581, 55 pat. en 1595, 62 pat. en 1617 et 87,5 pat. en 1659 et 1663

            - le ducat des Pays-Bas, pièce d'or de 3,514 gr à 9890/00, est émis en 1599 au cours de 75 patards de Brabant.  Il vaut 81,5 patards de Brabant en 1624, 170 pat bbt-lg en 1750 et 200 pat en 1790.

            - la couronne des Pays-Bas, pièce d'or de 3,43 gr à 8950/00, vaut 72 patards de Brabant en 1624
            - le souverain des Pays-Bas, pièce d'or de 5,57 gr à 919
0/00, vaut 120 patards de Brabant en 1612, il vaut 133 patards en 1644, il monte à 162,5 patards en 1680 et il revient à 150 patards en 1698.  En 1788 il est coté 9-6-0 fl de Brabant (186 patars), soit le florin de Brabant à 0,55 gr d'or fin.

 

Actes concernant mes aïeux, faisant référence à des monnaies :
            1604, 1612, 1617, 1627, 1638

            1.2.  Période moderne.

 

            Après 1795, le franc devint progressivement la monnaie en usage dans nos provinces.  La pièce de 5frs, d'un poids de 25 gr d'argent à 90%, avait une valeur légèrement supérieure à celle de la livre de 20 sous tournois.  En 1803, le franc fut défini par référence à l'or à raison d'un gr d'or pour 15,5 gr d'argent, soit 1 franc = 0,32258 gr d'or à 90%.
            En 1815, après le rattachement aux Pays-Bas, c'est le florin hollande qui a cours dans nos régions.  Celui-ci valait 0,606 gr d'or ou 9,614 gr d'argent (pièce de 10 florins : 6,73 gr d'or à 90% d'aloi).  Le florin brabant, calculé sur base du cours moyen de la pièce de 5 sous, valait 85,5 cents holl. en 1815, soit environ 1,81 frs.  Le florin liégeois valait 56 cents holl., soit 0,655 florin bbt, 1,2 livre tournois ou encore 1,185 frs.
            Les anciennes monnaies avaient les valeurs suivantes exprimées en florins holl. :
            - pièces d'or : le double souverain = 15,98 fl, le ducat = 5,4 fl
            - pièces d'argent : le ducaton = 2,98 fl, l'escalin lg = 28,5 c., la pièce de 5 sols (5 patards bbt) = 0,22 c., la pièce de 10 liards bbt = 11 c.

            Après l'indépendance, la Belgique a choisi pour monnaie, le franc à la parité avec le franc français qui valait 0,29 gr d'or fin, (pièce de 20 frs : 6,45 gr d'or de 90% d'aloi).  En 1832, le franc valait 47,25 cents holl.  Les pièces de un et deux centimes ont longtemps été appelées demi-cent (dimeye çans, à Liège) et cent (çans) par référence aux pièces hollandaises qui valaient un peu plus du double des nouvelles pièces belges.
            Le franc belge fut stable jusqu'en 1914, les hausses de salaire (env. x3) étant largement compensées par les hausses de production.
            Après la guerre de 14-18 le franc dévalua rapidement pour atteindre environ le quart de sa valeur en 1924 (90 frs act.), puis le septième de sa valeur en 1926 (52 frs act.).  Il fut stable jusqu'en 1935, date à laquelle il subit une nouvelle dévaluation de 72% (37 frs act.).  Par la suite le franc dévalua d'autant plus vite que les salaires augmentaient rapidement.
            En 1945, le franc valait 9 frs actuels, en 1960 il valait 5frs, en 1971 : 3,5 frs, en 1975 : 2,6 frs et en 1981 : 1,7 frs.  En 1985 il fallait 175 frs de l'époque pour acheter 1 franc or.  En 2000, notre franc s'est apprécié par rapport au franc or qui ne vaut plus que 109 frs et l'inflation s'est fortement ralentie.