titre2017
accueil exposants l'art fantastique liens utiles archives contact

Jean-Marie Gasteuil
travaille à Corny sur Moselle
gauchedroite

Jean-Marie Gasteuil a toujours considéré qu’il y avait deux composantes nécessaires à l’élaboration d’une œuvre, d’abord l’inspiration ou vision puis tout aussi incontournable, la technique ou connaissance du métier, comme l’inné et l’acquis.
Pour l’imagination il est avant tout question d’une recherche permanente, visant à apprivoiser ses rêves. On comprendra qu’étant attaché à ce principe, il laisse libre cours à ses pensées, en essayant de lâcher prise.
La toile blanche sert de porte d’entrée à la vision. Mais parfois un sujet sert de borne d’amarrage, de point d’encrage.

Cela peut être la représentation de la femme, du temps, du livre, de l’arbre, autant de sujets qui peuvent être mis au service d’une thématique. Il est alors beaucoup question de symboles. Le transfert de ses visions sur la toile suppose évidement la maîtrise technique de son art, maîtrise en perpétuelle évolution au fil des ans, et une vie ne suffit pas. C’est pourquoi on ne peut pas laisser en chemin ni l’une ni l’autre. L’imagination et la technique ont permis durant les siècles précédents l’évolution et l’enrichissement de cet art, y compris pour l’abstraction. Pour Jean-Martie Gasteuil, il est plus intelligent de tirer des leçons des maîtres qui ont écrit l’histoire de l’art que de vouloir faire table rase du passé. La nouveauté et l’invention viennent souvent de l’incapacité à surpasser ce qui nous a précédé.

Son engagement dans l’art dit visionnaire est avant tout un acte d’amour envers le rêve et la beauté. L’émotion à la place de la performance. Il fait sienne la phrase de Dostoïevski: la beauté sauvera le monde. Pour lui l’art visionnaire est plus qu’une mode, c’est un courant qui a traversé les siècles, des murs de Lascaux aux toiles des surréalistes en passant par Bosch, De Vinci, Goya, Moreau et bien d’autres. "C’est une peinture alternative et si nous ne faisons pas partie de l’art prétendument contemporain, tant mieux, parce qu’être intemporel c’est être libre".