titre2017
accueil exposants l'art fantastique liens utiles archives contact

Howard Fox
travaille en Israël
gauchedroite

Howard Fox a toujours peint, en commençant par des griffonnages au crayon sur les murs de la cuisine, passant ensuite au pastel à l’huile sur velours noir, à la plume, au pinceau… et à l’odeur suave de la térébenthine.
Il a trouvé là cette voie simple pour s’envoler dans les vastes espaces de son imaginaire, à la rencontre d’un monde de magie où les pensées, les peurs et les rêves peuvent s’ébattre sans aucune entrave. Le tapis volant de la toile l’a emporté au gré de ses mille fantaisies.

Sa main, son esprit, ses yeux se sont associés pour s’emparer du plus banal objet ou du plus inattendu. Pour lui, l’art est un jeu.

Peindre peut aussi être un acte d’amour, une ode qui nous ouvre à l’immensité ou aux angoisses qui nous plonge en nous-même, un coin dans l’univers où recueillir et observer ses pensées. L’art peut être un cri de colère ou un éclat momentané empreint de lucidité.

Howard peint des cités imaginaires et des paysages comme s’il s’agissait d’éléments d’un jeu. Cités impossibles peuplées d’éléments banals puisés dans le quotidien. La condition humaine est mise en scène, mais quelque peu revue par le créateur.

L’artiste est fasciné par la vie et ses dilemmes. Nous sommes confrontés à des décisions à prendre, aussi simples que le fait de choisir de la nourriture ou aussi compliquées que s'interroger sur des questions morales. Une certaine tension réside dans ce moment qui précède la décision, ce moment où tout est encore possible.