titre2017
accueil exposants l'art fantastique liens utiles archives contact

Jef Bertels
travaille à Gingelom - Belgique
gauchedroite

Selon ses propres aveux, Jef Bertels n’a pratiquement consacré sa vie qu’au dessin et à la peinture. Petit enfant, il manifestait déjà une tendance à raconter des histoires, aussi projetait-il de devenir dessinateur de BD ou illustrateur. Avec le temps toutefois, il découvre le pouvoir suggestif et catalyseur de l’imaginaire que possède l’image unique. Il comprend que le tableau est un univers en soi, qu’il ouvre à l’imagination du spectateur une importante liberté d’interprétation.

A l’opposé d’un travail illustratif, il est complètement dégagé du récit ou du sujet extérieur pour jaillir d’une nécessité intérieure. Son « histoire » reste toujours ouverte, elle n’a ni commencement ni fin, l’oeuvre accompagne le quotidien de l’acquéreur et lui apporte son lot de bienfaits, la plupart du temps sans que cela soit conscient.
Le lien entre le tableau et le visiteur engendre une dynamique mentale qui donne sa vie à l’œuvre et la renouvelle, une situation que ne permet pas par exemple le cinéma où le spectateur entre dans une autre passivité.

Le fantastique chez Jef Bertels n’est pas un but, il naît spontanément la plupart du temps d’un travail d’improvisation à partir des matériaux utilisés. Acteur et spectateur à la fois, il assiste à la naissance progressive de ces mondes si particuliers qui trouvent leur cohésion devant ses yeux émerveillés.