Alexandre JANSSENS
Un virtuose sur SV4-B

I. La personnalité
-
Né à Anvers le 5 novembre 1928
Adjudant-Chef Aviateur
Membre des Vieilles Tiges de l’aviation belge
-
Sa carrière
-
- Entre à la Force Aérienne le 25 juin 1949 et fait partie de la 115e Promotion d’élèves pilotes.
 
- Est breveté pilote le 21 février 1951.
 
- Pilote à la 8e escadrille à Chièvres et pilote instructeur à la 9e escadrille.
 
- En 1953, instructeur en vol à l’Ecole de Pilotage Elémentaire (EPE).
 
- A partir d’août 1953, devient officiellement pilote de démonstration sur SV4-B.
 
- En 1969, fin de sa carrière à la Force Aérienne.
 

II. Curriculum vitae


Remise des ailes le 21.12.1951
par le Gén Maj Avi De Bock

Alexandre, Eugène, Jeanne Janssens (dit Alex) est né à Anvers le 5 novembre 1928.

Le 25 juin 1949 il entre à la Force Aérienne (115e promotion) et rejoint l’EPE installé à Diest et fait l’entraînement élémentaire sur SV4-B à Schaffen (aérodrome de Diest).

Passé à l’ Ecole de Pilotage Avancé (EPA) à Brustem le 12 juin 1950 il vole sur North American T6 et sur Spitfire IX. Breveté pilote le 21 février 1951 il passe à l’OTU (Operational Training Unit) et obtient le brevet supérieur sur Spitfire XIV le 31 avril 1951.

Après un bref passage par Beauvechain, Alex est affecté à la 8e escadrille du 7e Wing à Chièvres où il vole sur Meteor VII, sur Meteor VIII et sur Oxford.


Chièvres - 7 Wing, 8escadrille
P Tonet, Sus Lenssens, J Lebrun, N Van Driessche
Sur le réacteur : Alex Janssens et Albert Leduc
Dans le réacteur : Bob Corbeel

Le 15 janvier 1952 il mène une formation de trois avions lorsque les conditions météorologiques se détériorent brutalement à Chièvres où le trafic est encombré par des avions en difficulté. Disposant de peu de réserve de carburant Alex décide de tenter l’atterrissage à Melsbroek avec sa formation. Assisté par radar (GCA ­ Ground Control Approach), les trois pilotes volent en patrouille dans des cumulus bas. Face à la piste bien éclairée, il met ses ailiers en file indienne (Line Astern), et les trois avions se posent avec seulement 10 galons de réserve. Ses qualités de leader et son esprit de décision lui valent un endossement vert (Good show).

 

Il passera à la 9e escadrille en qualité de chef de section jusqu’en 1953, date à laquelle il devient pilote instructeur à l’EPE à Goetsenhoven et va se familiariser et prendre goût à la voltige aérienne et devenir le présentateur officiel du SV4-B lors des meetings, démonstrations et compétitions de voltige.

En 1969, suite à un grave accident aérien dans lequel il est gravement blessé, il doit quitter la Force Aérienne. Plus de 250 élèves ont bénéficié de ses qualités de pilote et d’instructeur. Il totalise 6000 heures de vol dont 4000 heures sur SV4-B.


III. L’exploit, la réalisation exceptionnelle ou le fait marquant
 
Le cadre
-

Depuis 1953 Alex Janssens est donc pilote instructeur à l’EPE installé à Goetsenhoven (Tirlemont) et vole désormais sur SV4-B. A cette époque, le capitaine aviateur Marcel Desmet (futur chef d’Etat-major de la Force Aérienne) présente le SV4-B lors des meetings. Appelé à d’autres fonctions il passe la main à Alex Janssens qui progressivement le remplace. Il effectue sa première démonstration à l’occasion du meeting de Casteau organisé par l’Aéro Club de Mons.

-
La réalisation
-

A partir de ce moment, il participera à une multitude de manifestations à bord de ce biplan de construction belge. Il faut rappeler ici que le SV4-B se prête admirablement bien à la voltige, son moteur étant équipé d’une pompe d’injection permettant le vol intégral. De plus, son système de lubrification permet le vol inversé pendant environ trois minutes. Alex Janssens présente en solo ou au sein d’une patrouille (commandant Ernest Deneyer ­ adjudant Alex Janssens ­ adjudant Désiré Baudoul. Il améliore continuellement son propre accro, effectuant avec habilité loopings, Immelmanns, renversements, tonneaux, déclenchements et vrilles. Toute la gamme y passe, même en vol inversé.

 
Passage en vol inversé devant l'état-major de l'EPE à Goetsenhoven
(Photo Willy Degeyter

Sa spécialité : la voltige inversée (le pilote y subit alors des « G » négatifs qui font refluer le sang à la tête et lui procure des sensations très pénibles). Sa maîtrise du vol le fait désigner pour représenter l’aviation belge au « Trophée Lockheed » organisé à Coventry au mois de juillet 1957. La Force Aérienne lui fournit l’avion (le V65, qui depuis le début de la saison a été peint en rouge, blanc et noir).

 

L’Attaché de l’Air en Grande-Bretagne verse le droit de participation qui se monte à 10 livres, tandis que les compagnies d’essence procurent le carburant nécessaire. Alex se munit de quelques cartes et d’outils qui lui permettront de réparer en cas de pépin, enfile une « Mae West » déclassée qu’il a trouvée dans la salle de démonstration et traverse la Manche.

-

Ce trophée peut être considéré comme le championnat du monde de voltige aérienne. Le programme présenté par Alex comprend 18 figures, débute à l’altitude de 2200 pieds et dure cinq minutes ; l’altitude minimum est de 500 pieds (Voir schéma de la présentation en annexe). Au cours des répétitions, des participants chevronnés dont Léon Biancotto, champion du monde sur SR7, le chevalier d’Orgeix sur SV4-C, l’Espagnol Aresti et le Suisse Liardon sur Bücker lui prédisent une place de choix en finale. Sa figure du renversement inversé avec un quart de tonneau en montée a beaucoup de succès. Malheureusement lors de la présentation le temps se détériore brutalement et une rafale de vent force Alex à exécuter un tonneau non prévu au programme pour rester dans l’espace imposé. Conscient du problème, le jury reconnaissant le talent du pilote lui accorde une mention spéciale, mais les points perdus le font rétrograder à la septième place et lui font perdre la possibilité d’accéder à la finale. Il faut mentionner que les quatre premières places sont attribuées à une équipe tchèque qui utilise un nouvel avion conçu spécialement pour la voltige et équipé d’un moteur de six cylindres en ligne.

-

Dans le rapport adressé par les six juges au secrétaire général du Royal Aero Club and Chief Executive of the Coventry meeting, le Colonel R.L. Preston, après les épreuves éliminatoires du vendredi 12 juillet, on lit :

-

Weather
“ The weather during the eliminating trials was generally unfavourable. The surface wind of 13 to 17 knots gusted up to 28 knots. The day was dull, there were showers and at time the cloud base of two-eight stratus was down to 450 meters. Two competitors in particular were affected by the weather, H. Maron in the Spitfire and Warrant Officer Janssens, in a Stampe. There was a sudden sharp increase in wind strength in the middle of Warrant Officer Janssens’s presentation “.

-

A. Janssens
“As was mentioned in an opening remark, Warrant Officer Janssens was especially unfortunate in the weather, for it was during his performance that there occurred a sharp increase in wind speed and this interfered with his positioning. His control in the inverted figures was especially notable.”

Alex est très déçu d’autant que les restructurations et les économies exigées à la Force Aérienne l’empêcheront de prendre une revanche l’année suivante.
Pourtant en 1958, année de l’Exposition universelle à Bruxelles, lors du meeting des Nations à Bierset, Alex aura l’occasion de faire une éclatante démonstration de son talent. En présence de S.M. le Roi Baudouin et de nombreuses personnalités, il présente la démonstration effectuée l’année précédente au Trophée Lockheed à Coventry. La revue « Flight » écrira:
« W.O. Janssens gave a superb display of classic aerobatics in a Stampe SV-4B and then indulged in a crazy aerial ballet and dog-fight with another SV-4”.
A l’issue de sa présentation il sera appelé à la tribune royale et félicité personnellement par le roi.

Puis en 1959 un terrible accident survient. Alex est à 3000 pieds au-dessus de Goetsenhoven avec un passager, un sous-lieutenant de réserve et prend de la vitesse pour exécuter un looping. L’hélice se brise ; le moteur, sous les vibrations s’arrache de son berceau ; l’avion se met en vrille à plat et l’avion devient incontrôlable. Alex largue la verrière et crie à son passager de sauter. Alex sort comme prescrit du côté intérieur de la vrille. Il se retrouve assis sur l’aile, le dos collé au fuselage. En s’aidant des haubans il parvient à tomber dans le vide mais le câble-radio du casque le retient à l’appareil et c’est le bord d’attaque de l’autre aile qui le frappant violemment dans le dos, le projette dans le vide. Heureusement il peut ouvrir son parachute avant de toucher le sol. Les blessures à la colonne vertébrale l’empêcheront de voler pendant six mois. Le passager qui est resté figé sur son siège s’en tirera avec des fractures bénignes !

-

Après une douloureuse et longue rééducation, Alex reprend ses activités. En 1965, l’EPE inscrit une équipe à Dax en France au trophée Léon Biancotto. Elle est commandée par le lieutenant-colonel Blume. Alex et Léo Lambermont préparent en un temps record le commandant Jean Feyten et le capitaine Lamborelle. L’équipe poursuit son entraînement le long de la route. Le 1er et le 2 octobre, chaque pilote exécute son programme personnel et celui imposé par l’organisation. Alex termine premier des Belges et le quatuor décroche la première place du challenge inter-équipes.

-

En 1966, Alex pilote désormais le V19 (couleur classique orange) et présente une nouvelle figure spectaculaire. A la fin de la présentation, il atterrit, passe en intégral, remet les gaz et à 70 nœuds, au ras du sol, déclenche un tonneau complet, puis se pose définitivement. Cette figure est exécutée au meeting de Gosselies et de Brasschaat

-

Dans le courant de 1966 on parlait de remplacer à l’école le vieux SV4-B par un avion plus moderne. A cette fin, Monsieur Stampe met en septembre, pour évaluation, un de ses deux Stampe renard SR7 à Goetsenhoven. C’est, comme le Stampe Vertongen un avion biplace en tandem, mais à aile basse, classique, équipé de volets d’atterrissage et doté d’un moteur Bombardier 180 CV.

-

Lors d’un meeting à Goetsenhoven, le Français Léon Biancotto, ancien champion du monde sur SV4-C et aussi sur le SR7, lui confie que sur ce dernier en faisant un looping au ras du sol il a manqué de ne pas le boucler, méfie toi du SR7 !

-
Alex en exécutant ses loopings très à l’aise, n’a cependant jamais constaté ce problème.
-
Alex prend la pose devant le SR7 après son atterrisage forcé
dans un champs à Evelette

Le 19 octobre il effectue un vol sur le Stampe SR7 (OO-SRZ), lorsqu’en plein vol, l’avion perd son hélice ! Elle passe juste au dessus du cockpit. Le pilote coupe le moteur et tire une chandelle ; il est au dessus d’une vallée boisée et vent arrière. A gauche d’un champ, il entame un virage et pose sans casse à Evelette le prototype de MM. Stampe et Renard. Quatre des huit boulons qui maintiennent l’hélice sur l’arbre du moteur étaient fissurés et ont causé la perte de l’hélice.

Par manque de pièces de réserve l’avion sera démonté sur place et reconduit aux ateliers.
-
Monsieur Stampe lui offre en souvenir l’hélice après restauration.
-

Le 24 avril 1967 il fait ses adieux à l’EPE et est affecté à l’EPA. Il vole désormais sur Fouga Magister CM-170 mais assure encore des démonstrations sur SV4-B. Il devient également chef pilote chez Delhamende à Gosselies et entraîne des élèves pilote civils sur Marchetti. Parmi eux, deux ingénieurs MM. Burny et Sacré qui construisent aux A.C.E.C. le simulateur de vol pour le Marchetti. Tout en les aidant à enregistrer des paramètres de vol et le bruitage du moteur, il les initie au pilotage et l’un deux, le plus jeune, sera lâché solo.

-

Le 31 août 1969, Alex et Jacob de Beuken présentant en première au meeting de Gosselies, le SAAI Marchetti SF-260. Sous le nom « The killers », ils font un vol en formation avec des attaques au sol. L’avion avec un empennage vertical légèrement modifié, deviendra le SF-260M le nouvel avion d’écolage de la Force Aérienne en remplacement du SV4-B.

-

Le 22 septembre pour une fête des Cadets de l’air à Brustem on lui a demandé de venir de Gosselies avec un S205-18R pour donner des baptêmes de l’air. Dans l’après-midi le temps se gâte et il est impossible de reconduire le Marchetti. Comme le lendemain il ne doit reprendre ses élèves Fouga qu’à 13 heures, il reconduit au matin le OO-HEA à Gosselies. Jos Lelotte, aux commandes du MT17, va le rechercher. Au retour, la roue gauche du Fouga refuse obstinément de sortir. Ensuite, une panne hydraulique va les obliger de se poser sur une roue et sans freins ! En pilote chevronné, Lelotte tente de poser son avion sur la roue droite. Tout semble bien se passer, jusqu’au moment où l’aile gauche touche le sol. L’avion quitte la piste et termine sa course contre des blocs de béton posés dans le gazon en-dehors de la zone de sécurité. Une fois de plus Alex encaisse.

-
Pour la seconde fois sa colonne vertébrale est touchée. La blessure est tellement sérieuse que la Force Aérienne lui accorde sa pension.
-
***
-
Les Meetings aériens d'Alex Janssens
--
Dates
Lieux
Circonstances
N° SV4-B
1953 30 août Casteau V40
1955 31 juillet Aalst V20
1956 28 juin Goetsenhoven Fastes de l’EPE V52
02 septembre Genk V20
09 septembre Virton V20
1957 16 mai Goetsenhoven Fastes de l’EPE V65
29 mai Brasschaat Fastes de l’Aviation légère V65
14 juin Kleine Brogel Fastes du 10e Wing V65
22 juin Brustem Fastes de l’Operational Conversion Unit V65
05 juillet Chièvres Fastes du 7e Wing V65
12 juillet Coventry Lockheed Aerobatic Competition V65
18 août Virton V65
  23 août Florennes Fastes du 2° Wing V65
07 septembre Chièvres   V65
26 septembre Beauvechain Fastes du 1er Wing V65
1958 21 février Goetsenhoven Show au profit de médecins portugais V65
21 avril Goetsenhoven Show au profit d’élèves médecins V65
29 juin Bierset Meeting des Nations V65
28 juillet Casteau Remise de brevets aux Cadets de l’Air V65
07 septembr Virton V65
14 septembre Bierset PAIM (Penthatlon aéronautique international militaire) V65
1960 10 avril Koksijde V65
30 avril Chièvres V65
22 mai Schaffen V65
26 mai Wevelgem V65
02 septembre Florennes V65
04 septembre Casteau V65
22 septembre Goetsenhoven V65
1961 04 décembre Brustem V65
1964 06 mai Goetsenhoven V18
1965 01 septembre Dax (2 journées) V19
08 septembre Goetsenhoven V64
1966 21 mai Oostmalle V28
07 août Beerse V19
28 août Marche V19
03 septembre Charleroi (Touch-Flick roll-Touch) V19
18 septembre Brasschaat idem V19
1967 18 juin Keiheuvel V19
         
IV. Bibliographie
-
Alex Janssens, un virtuose sur SV4-B
Georges Lecomte
Carnets de vol N° 8, avril 1985
-
Les as sur SV4-B : Alex Janssens
Dominique Hanson
Contact N°24, Volume 5 et 25 ­ Volume 6, 2001 (Newsletter du Belgian Aviation History Association)
-
Ecole de pilotage Elémentaire, 40 ans à Gossoncourt
Document de la Force aérienne
 

Les textes et images sont la propriété de l’ASBL « Les Vieilles Tiges de l’Aviation Belge » ; ils peuvent être copiés en vue d’une utilisation exclusivement privée. Toute autre utilisation est soumise à une autorisation écrite préalable de l’Association.