Les étapes d'une vie    La naissance    Le baptême    Le premier âge    L'âge de raison   
Le travail des enfants
  La communion solennelle    Le service militaire   
Amour et mariage
   Veuvage et remariage    La femme et le travail domestique  
Grands maux et petits bobos
   La vieillesse    La mort

     Retour Accueil

Veuvage et remariage

Brève espérance de vie, taux de mortalité élevé des femmes en couches firent que la durée moyenne de vie des couples sous l'Ancien Régime était probablement plus courte qu'à notre époque où pourtant, le divorce dissout un nombre de plus en plus important de couples avant leur dixième année d'existence.

Autres conséquences : risque de veuvage précoce plus élevé chez l'homme que chez la femme - nombreux enfants en bas âge orphelins de mère.

A moins qu'une adolescente de la famille ne soit en mesure de reprendre en charge les tâches abandonnées par sa mère, qu'aurait pu faire un père que les durs labeurs des champs éloignaient longuement de la maison familiale ? Le remariage était quasi inévitable.

L'étude des registres paroissiaux nous apprend qu'en moyenne, un mariage sur quatre était un remariage.

Les remariages n'étaient pas l'apanage des hommes et il était tout à fait admis qu'une veuve, si elle n'avait de garçons suffisamment forts pour reprendre l'exploitation familiale, retrouve un compagnon dans les plus brefs délais. La seule restriction qu'elle devait s'imposer était ce que l'on appelait « le délai de viduité », c’est-à-dire qu’elle devait être assurée de ne pas porter un enfant du mari défunt avant de reprendre époux.

On peut ainsi se rendre compte que les « familles recomposées » ne sont pas une invention de nos temps modernes et qu’elles ont une longue tradition derrière elles, même si les circonstances étaient fondamentalement différentes.

Fiche de famille du XVIIIème siècle :

Voici, parmi des milliers d'autres, une fiche de famille reconstituée. Cette famille vivait au 18ème siècle dans une petite paroisse rurale de l'Ouest de la France, peuplée partie d'agriculteurs, partie de tisserands, la Chapelle-du-Genêt, près de la petite ville de Beaupréau en Anjou :

  • François, né le 28 janvier 1761, décédé le 23 février 1761.
  • Joseph, né le 31 mars 1762 (encore vivant en 1800).
  • François, né le 30 mars 1764 (encore vivant en 1800).
  • Marie-Marguerite, née le 22 mars 1768, décédée le 13 février 1791.
  • "anonyme", né le 21 mai 1770, décédé le 21 mai 1770.
  • Renée, née le 11 mai 1772, décédée le 28 octobre 1773.

François Brunetière meurt le 27 octobre 1784.
Marguerite Morinière meurt le 11 octobre 1788.

Source : © CLIOTEXTE, 1997-2000, Patrice Delpin

Retour début