LOTUS

Au cœur du symbolisme

L'Arbre de la Bodhi du Monde bouddhiste (Résumé)

L'arbre de l'éveil

Contrairement à l'Arbre de Vie de la tradition biblique ou hébraïque et à l'Arbre Universel de la tradition soufite, l'Arbre de la Bodhi est un arbre du monde visible. Il symbolise pour les bouddhistes la connaissance salvatrice qui délivre l'être de ses illusions. Il s'agit d'un Ficus bengalensis situé dans l'état indien de Bihar et porteur de petites figues nombreuses, mais non comestibles. C'est au pied de cet arbre que Siddhârta Gautama connût l'illumination et devint Bouddha, l'Éveillé et aussi l'Éveilleur. Il aimait, en effet, se tenir sous cet arbre pour enseigner la voie à ses disciples.

Arbre de la BodhiSiddhârta Gautama serait resté sept semaines durant sous cet arbre, devenu sacré depuis, en quête de la révélation et en proie à ses propres démons. Avant d'être “Éveillé”, il fut “veille”. À la première veille, il découvrit l'ensemble des mondes. À la deuxième veille, il contempla la totalité des états de l'être. À la troisième veille, il connût la Bodhi, l'Éveil, l'Illumination qui éclaire le monde cosmique et humain. Il découvrit alors les “Quatre Nobles Vérités” destinées à soigner tous les maux et à la base de son enseignement. Rappelons simplement qu'elles ont trait à la nature, à l'origine, à la cessation de la souffrance et à la façon d'y parvenir.

Deux siècles après la mort de Gautama, l'arbre fut entouré d'un temple par l'empereur Ashoka, fervent adepte de l'enseignement transmis par le Maître. Un trône de pierre siège à l'emplacement où le Bouddha se tenait entouré de ses disciples. Le vieil arbre n'est plus, mais l'un de ses descendants a majestueusement grandi en ce lieu.

D'autres arbres ont ponctué la vie de Siddhârta Gautama sans atteindre toutefois la renommée de l'Arbre de la Bodhi. Lors de sa naissance, sa mère tenait dans la main une branche d'Açoka, un arbre aux fleurs très parfumées, conformément à un rite donnant les pouvoirs salutaires de l'Arbre de Vie à la mère et à l'enfant. Au cours son enfance déjà, il connût une première illumination sous un Jambu, un pommier rose, l'arbre du Mont Meru symbolisant le Centre spirituel de la tradition hindoue. Il est dit aussi qu'il médita pendant quarante jours au pied d'un Tarânaga appelé aussi “arbre du passage”. Il s'agit du passage où l'homme meurt à un état d'être pour renaître (de préférence à se réincarner) dans un autre état. Enfin, peu avant de mourir, Siddhârta Gautama se coucha sous deux arbres jumelés qui se mirent fleurir hors saison. Il passa véritablement sa vie à l'ombre des arbres en fleurs.

Dans l'iconographie des débuts du Bouddhisme, l'Arbre de la Bodhi ne figura pas seulement le lieu de l'Éveil, mais le Bouddha lui-même. L'arbre devint l'Éveilleur et un lieu de pèlerinage. La présence effective de l'arbre a toutefois masqué la représentation aniconique de l'Arbre du monde, de l'Arbre de Vie dont les racines plongent dans le monde pré-bouddhiste.

Page détaillée

Haut