LOTUS

Au cœur du symbolisme

Stonehenge, un temple cosmique

(Résumé)

Stonehenge reconstruit

Le monde cosmique ici-bas

Le site de Stonehenge se trouve dans la plaine de Salisbury, au sud de l'Angleterre. Son édification ne marque pas le début d'une ère nouvelle, mais la fin d'une ancienne. La construction de Stonehenge fut achevée à la fin du néolithique, il y a environ 4000 ans et constitue l'aboutissement d'une société parvenue à son apogée. Car, les fouilles archéologiques ont montré qu'il n'y a pas eu un Stonehenge, mais plusieurs bâtis sur plus de 1500 ans. Il en découle que le choix du site ne résultait pas du hasard et devait répondre à des critères en rapport avec le but de la construction et les observations du ciel à l'époque.

Lat:
51.17883
Lon:
-1.82627

La dénomination de Stonehenge vient de stone et de henge ou hang qui fait référence aux pierres suspendues, c'est-à-dire aux linteaux surmontant deux piliers dressés verticalement.

Structure de Stonehenge

Plan de StonehengeDans ses grandes lignes, la construction est composée d'enceintes concentriques délimitant trois zones:

  • Un talus circulaire creusé de 56 trous sur son bord intérieur; ils auraient pu contenir des poteaux en bois à l'origine;
  • Un cercle de 30 pierres dressées surmontées de 30 linteaux en grès extrêmement dur (sarsen) et dénommé cercle de sarsen;
    • Un cercle d'une soixantaine de pierres dressées en grès bleuté d'origine volcanique et appelé cercle de pierres bleues.
  • Un arc de 5 trilithes disposés en forme de fer à cheval;
    • Un arc de 19 pierres bleues dressées également disposées en forme de fer à cheval.

Carte de la Grande-BretagneLes pierres de sarsen viennent probablement des Marlborough Downs et les pierres bleues des monts Preseli (Pays de Galles), des régions situées respectivement et approximativement à 30 km au nord et à 250 km au nord-ouest de Stonehenge. Or, les directions nord-sud et nord-ouest/sud-est constituent deux des quatre axes importants dans la construction du site.

L'utilisation de deux sortes de pierres ne peut résulter que de significations distinctes données au sarsen en forme de portail et à la pierre bleue dressée.

Stonehenge fut très vraisemblablement un édifice destiné à établir un lien entre le monde ici-bas et un monde au-delà. Sa construction visait à reproduire le monde cosmique à l'échelle humaine afin d'assurer l'harmonie de l'être avec le Cosmos. Il s'agit à proprement parler d'un Temple cosmique. Une structure composée de formes arrondies, insérées l'une dans l'autre, constitue en effet une représentation symbolique du Cosmos dans diverses traditions spirituelles.

Signification des trois zones

Comme dans beaucoup de temples, la construction délimite trois zones qui peuvent être associées aussi bien au macrocosme (ou monde cosmique) qu'au microcosme (ou monde individuel):

  • La zone périphérique représentant la Terre (macrocosme) et le corps humain (microcosme);
  • La zone intermédiaire décrivant l'Atmosphère (macrocosme) et la psyché ou l'âme humaine (microcosme);
  • La zone centrale symbolisant le Ciel (macrocosme) et l'esprit supra-humain (microcosme).

L'accès à chacune de ces zones devait être fonction du degré de développement atteint par l'être: physique ou ordinaire, psychique ou humain et spirituel ou supra-humain. D'ailleurs, franchir le seuil de l'un des portails qui délimitent ces zones ne symbolise t-il pas le passage d'un monde à un autre, d'un état d'être à un autre, de l'extérieur vers l'intérieur, du visible vers l'invisible ? Du reste, la construction rendait l'individu de moins en moins visible de l'extérieur à mesure qu'il progressait à l'intérieur de l'édifice.

La forme circulaire de l'édifice fait entre autre référence aux cycles du soleil levant et du soleil couchant, du jour et de la nuit, de la lumière et des ténèbres, de la vie et de la mort etc. En effet, la circonférence est l'image même du continuel mouvement entre phases opposées d'un même cycle qui se suivent et gravitent autour d'un centre immobile. Le centre représente l'Unité qui se déploie en phases opposées le long des extrémités d'un diamètre du cercle. Inversement, les phases opposées sont résorbées dans l'Unité à partir d'un mouvement de retour vers le centre. Retrouver l'Unité originelle, le centre du monde à partir de sa manifestation sous forme d'oppositions apparentes, a toujours été le but de toute tradition spirituelle.

En passant symboliquement un portail constitué de piliers reliés par un linteau, l'être franchit un seuil qui réunit ce qui était séparé, qui rétablit l'état originel dans lequel les choses n'étaient pas encore divisées. Franchi dans l'autre sens, c'est-à-dire en se déplaçant vers l'extérieur de l'édifice, le portail pouvait aussi symboliquement désunir ce qui était uni.

Dès lors, accéder à la zone intermédiaire de l'édifice signifiait parvenir à la plénitude de la nature humaine. Cela voulait surtout dire dépasser ses propres contradictions et retrouver l'unité au-delà des oppositions: peur et agressivité, tristesse et colère, doute et credo etc. Le dépassement des oppositions entre doute et credo s'opère dans la confiance. De même, la résolution des antagonismes tristesse et colère passe par la compassion. Quant au dilemme entre peur et agressivité, il ne se résout que dans l'amour et le partage.

Parvenir à la zone centrale consistait à réaliser la plénitude de tous les états d'être, non seulement humains, mais aussi supra-humains. Il s'agissait de dépasser les antagonismes tels que jour et nuit, lumière et obscurité etc., la dualité apparente du monde pour accéder à l'Unité à la source de la manifestation de toute chose. Cela signifiait rejoindre non seulement le centre de l'état humain, mais également le centre du monde et ne faire qu'Un avec lui.

Comme tout point de la circonférence est diamétralement opposé à un autre, la forme circulaire de l'édifice pourrait laisser penser que toutes les directions menant au centre de l'édifice sont équivalentes. Toutefois, l'axe de symétrie orienté nord-est/sud-ouest semble jouer un rôle privilégié dans l'accès à l'intérieur de l'édifice. L'étude de cet accès en relation avec les états de l'être nous guidera vers la découverte d'un deuxième axe d'accès, autrement important. Car, les bâtisseurs de Stonehenge ont intentionnellement usé de l'apparence pour d'autant mieux masquer l'essentiel aux yeux des profanes.

Page détaillée

Haut