LOTUS

Au cœur du symbolisme

Double spirale et symbole yin-yang

(Résumé)

Serpent enroulé autour de l'œuf

Une seule force et deux courants

Considéré comme renfermant le germe d'où sortira la manifestation de toute chose, “l'Oeuf du Monde” est un symbole qui s'explique de lui-même. L'image de la Terre sortant de l'œuf est commune à beaucoup de traditions: égyptienne, phénicienne, celtique, grecque, tibétaine, hindoue, vietnamienne, chinoise, indonésienne, sibérienne etc. Néanmoins, la façon dont la manifestation s'extériorise peut revêtir des apparences diverses. En particulier, dans les traditions égyptienne et celtique, un serpent enroulé autour de l'œuf fournit une représentation des courants circulant entre les deux pôles de l'Oeuf, dans un sens ou dans l'autre.

Double spirale et polarité

La double spirale symbolise la polarité et l'équilibre de deux courants inverses d'une même force cosmique:

  • Un mouvement de sortie du Centre de l'Oeuf ou du Principe vers le monde manifesté correspondant à un point de vue métaphysique. Associé à l'influence terrestre ou yin, il signifie fondamentalement la mort de l'Esprit et la naissance du corps.
  • Un mouvement de retour du monde manifesté vers le Centre de l'Oeuf ou le Principe conforme à un point de vue cosmologique. Sujet à l'influence céleste ou yang, il exprime la mort du corps dans un sens symbolique et la re-naissance de l'Esprit par l'intermédiaire de l'initiation donnant accès au monde supra-sensible.

La double spirale peut difficilement être mieux figurée que par la ligne de séparation entre les parties noire et blanche du symbole yin-yang exprimant le rythme alterné du yin et du yang. Il ne s'agit pas d'autre chose que de deux courants d'une force cosmique unique prenant diverses formes dans différentes traditions

  • Selon que les deux courants de la force cosmique sont ou non séparés, nous obtenons l'image de deux têtes opposées d'un même serpent (amphisbène) ou de deux serpents enroulés en sens inverse autour du caducée.
  • Un symbole similaire prend dans la tradition hindoue la forme des deux hélices du bâton brahmanique ou du double pouvoir de “destruction” et de “régénération” du vajra.
  • La même chose vaut pour la double opération de “coagulation” et de “dissolution” de la tradition hermétique ou le rythme alterné de “condensation” et de “dissipation” du Taoïsme.
  • Le double pouvoir des clés de “lier” et de “délier” de Janus, dieu romain de l'initiation, et le symbole connexe de la tradition chrétienne ont une signification identique.

Vie et mort

Une longue liste de symboles équivalents pourrait être fournie car ils se retrouvent dans toute tradition ou culture. Ils refléteraient tous le même sens de différentes manières. Finalement, ils sont tous porteurs d'une même teneur, le pouvoir de commander au sud et au nord, à l'est et à l'ouest, à la lumière et à l'obscurité, à la vie et à la mort. À tous les niveaux de l'existence, mort et vie co-existent. Si la mort pointe vers ce qui doit disparaître au sein de l'évolution inévitable du monde terrestre ou manifesté, elle conduit aussi à l'immuable propre au monde céleste ou non manifesté. La mort fait montre d'une ambivalence apparente en tant que présage à la révélation. Tous les rites initiatiques comportent une phase de mort préalable à celle d'une vie nouvelle. La mort d'un cycle est la condition indispensable à la naissance d'un nouveau. Vivre cette tension entre des aspects compensatoires d'une même force cosmique est le seul moyen de mourir à notre état actuel et de re-naître dans un état supérieur.

Page détaillée

Haut