LOTUS

Au cœur du symbolisme

Les directions de la rose des vents

(Page détaillée)

Résumé

La rose des vents

La rose sauvageQuelle est la relation entre la rose et les vents ? La rose renvoie naturellement à la forme sauvage de la plante, l'églantier dont la fleur renferme cinq pétales. Or, dans la Grèce ancienne par exemple, la rose des vents ne comportait que quatre vents principaux et directions cardinales. Ce cinquième pétale ne pouvait dès lors que représenter le rassemblement de ces mêmes vents et directions sous une seule tête. En effet:

  • Les quatre vents (Boreas, Notos, Eurus et Zephyrus) étaient perçus comme des dieux violents emprisonnés dans les cavernes d'Aeolus, le dieu de tous les vents placé au centre;
  • Les quatre directions cardinales (Arctos, Mesembria, Anatole et Dusis) faisaient référence à des astres tournant apparemment autour de l'axe des pôles.

Autrement dit, les quatre vents (ou directions) étaient placés sous l'égide d'un cinquième vent (ou axe). Le lieu de ce cinquième vent (ou axe) était le centre terrestre, le point d'intersection de l'axe des pôles avec le plan de l'horizon (pour plus de détails, voir la Description de la sphère céleste).

Le centre terrestre symbolise le lieu où toutes les choses sont réunies dans un état indifférencié. Les quatre directions cardinales rayonnent depuis ce centre unifié et les quatre vents se rejoignent au centre. Le centre terrestre est, à la fois, un point de départ et d'aboutissement, source de diversité et de retour vers l'unité. Toutes les choses issues d'une même source doivent nécessairement y retourner.

En conséquence, il n'y a pas 4 vents principaux (ou directions cardinales), mais 4 + 1. Quant au cœur du calice de la fleur, il représente le Centre de tous les êtres et choses (manifestés ou non), c'est-à-dire d'ordre aussi bien terrestre qu'humain ou spirituel.

La multiplication des vents et des subdivisions cardinales nous conduiraient aux mêmes constats et cela indépendamment des formes traditionnelles considérées.

Quelques autres formes de la rose des vents

La Chine ancienne

Disposition des trigrammes postérieure au CielDans l'Empire du Milieu, la rose des vents était faite de 8 directions radiales associées à 8 vents distincts. Le Lijing ou “Classique des Rites” les a décrits ainsi: E (le vent rugissant), S-E (le vent fou), S (la grande tempête), S-O (le vent frais), O (le vent durable), N-O (le vent vif), N (le vent froid), N-E (le vent brûlant).

Les 8 vents sont en correspondance avec les 8 trigrammes de la disposition postérieure au Ciel, c'est-à-dire postérieure à la polarisation fondamentale entre le Ciel et la Terre. Elle constitue un reflet, dans le plan terrestre horizontal, de l'Unité représentée par le fameux symbole yin-yang placé au centre et entouré des 8 trigrammes. Remarquons que dans le diagramme des trigrammes, le sud est représenté “au-dessus” du nord conformément à l'orientation de la forme traditionnelle chinoise la plus répandue, tournée vers la lumière, le sud.

L'Inde traditionnelle

Si nous nous en tenons au plan terrestre et à la composition du monde corporel (au sens général du terme), vâyu symbolise l'air en mouvement, le vent. Il représenteÉléments de la tradition indienne l'un des éléments substantiels à la base de la constitution de tous les corps, à savoir:

  • Tèjas (feu);
  • Vâyu (air ou vent).
  • Ap (eau);
  • Prithvî (terre);

Ces éléments sont rassemblés au sein d'Akâsha (éther) dans un état unifié. Autrement dit, l'être corporel réintègre un premier état d'ordre plus élevé en rejoignant le centre, symbole de l'éther.

L'air est associé au mouvement transversal tandis que le feu et l'eau (ou la terre) sont respectivement en relation avec les mouvements ascendant et descendant. Ces mouvements sont en correspondance avec les directions cardinales et expliquent pourquoi le sud est plutôt en “haut” qu'en “bas”. Contrairement à la tradition chinoise cependant, l'orientation de la tradition indienne n'est pas tournée vers le sud, mais le levant.

La mythologie nordique

Rose des vents de la tradition nordiqueDans l'Edda prosaïque de la mythologie nordique, Norðri, Suðri, Austri and Vestri caractérisent quatre elfes associés aux quatre points cardinaux (N, S, E, O). Ensemble, ils soutiennent le dôme céleste fait du crâne du géant Ymir, sacrifié et démembré par les dieux Ases pour créer l'univers. Ces quatre êtres représentent probablement les quatre vents soufflant selon les quatre directions cardinales et sont dotés de couleurs. Ils correspondent aux quatre cerfs qui grignotent les tiges et les feuilles de l'Arbre du Monde nordique, l'Yggdrasil, tout en suivant les directions cardinales.

Avers d'une monnaie grecque du VIe siècle avant notre èreNotons que la forme circulaire de la rose et le rayonnement de ses pétales à partir du centre évoque la roue. La représentation d'une roue à 5 rayons figurant sur l'avers d'une monnaie grecque, datant du VIe siècle avant notre ère, nous éclaire sur ce rapprochement. L'insertion de la roue dans une forme carrée souligne encore davantage le développement de la manifestation terrestre et son lien avec la rose des vents.

La rose des vents et la roue

Le centre intérieur immobile de la roue symbolise l'Unité qui rayonne dans les toutes les directions vers le cercle extérieur en mouvement.

La roue à 4, 6 et 8 rayonsOr, le nombre de rayons de la roue est le plus souvent pair pour des raisons de symétrie. Leurs points de contact avec le cercle sont alors opposés deux à deux et représentent la manifestation des antagonismes à partir du centre, de l'Unité. Ces opposés sont en réalité complémentaires car ils se résorbent dans l'Unité au cours du mouvement inverse du cercle extérieur vers le centre intérieur. La roue est un symbole de la manifestation de l'Unité sous sa forme diversifiée et du retour de la manifestation vers son état intégré au sein de cette même Unité. En d'autres termes, la roue symbolise le Monde sous sa forme différenciée et son état unifié.

La roue tourne autour d'un axe immobile qui représente l'Axe du Monde, le lieu d'équilibre par excellence de sa manifestation. Cet axe unifie tous les états du Monde, des états terrestres aux états célestes en passant par les états intermédiaires. Afin de mettre en évidence les différents degrés de ces états, l'Axe est représenté verticalement par rapport à la roue horizontale. La roue représente dans ce cas la rose des vents dans le plan de l'horizon et l'Axe vertical, l'axe reliant zénith et nadir. La perception terrestre du Monde, propre à la rose des vents, privilégie l'axe zénith-nadir plutôt que l'axe des pôles dévolu à la vision céleste.

Comme le symbolisme de la roue dépasse le seul monde terrestre, il englobe celui de la rose des vents. Et pourtant, le symbolisme de la rose des vents, en particulier de la rose à 12 directions, a dû influencer celui de la roue. Cette rose ne nous rappelle t-elle pas tout naturellement le cycle des 12 mois du calendrier (solaire ou lunaire) ? Et c'est probablement pourquoi la roue est aussi devenue un symbole solaire ou lunaire dans diverses formes traditionnelles sans pour autant perdre son sens premier et principal de symbole du Monde.

À l'instar des rayons de la roue, les vents venant de toutes les directions se rencontrent au centre, le lieu immobile où tous les vents sont réunis dans un état unifié, représenté par un Vent supérieur comme dans la mythologie grecque. Ce Vent central symbolise paradoxalement le vent immobile, le lieu d'apaisement, loin du tumulte environnant, à l'image de l'œil du cyclone.

La rose des vents montre à l'être terrestre les diverses directions possibles. Il peut toujours suivre l'une d'entre elles, maisil n'y a pas de vent favorable pour qui ne connaît pas son port” (Sénèque). Et ce port ne peut être que le centre, le seul lieu où l'être terrestre peut atteindre un état intégré. Prendre conscience de l'unité des éléments corporels, de leurs interdépendances constitue le premier pas vers la vision d'un monde global qui permet, en retour, à l'être de comprendre qu'il fait partie d'un Tout et qu'il est lui-même un tout. La réconciliation de l'être avec le monde et lui-même est la seule voie pour sortir d'un monde dispersé aux quatre vents et entrer dans un monde harmonisé.

Haut