LOTUS

Au cœur du symbolisme

Orientation et tradition chinoise (Page détaillée)

Résumé

Orientations du symbole yin-yang

Le symbole yin-yang peut tourner autour de deux axes: l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son plan de rotation et l'axe passant par ses deux pôles.

Quand le symbole yin-yang tourne autour de son centre, il effectue cette rotation dans un plan horizontal relativement à l'axe perpendiculaire passant par son centre. Cette rotation peut se faire dans deux directions opposées. L'observateur qui regarde le symbole peut, en effet, le voir tourner vers la gauche ou la droite en accord avec l'orientation des deux “poissons” ou “dauphins” associés aux parties claire (yang) et sombre (yin).Représentation spatiale du symbol yin-yang Cette rotation souligne encore davantage l'aspect parfaitement symétrique du symbole par rapport à son centre et la parfaite complémentarité des caractères yang et yin. Dans une telle représentation, le plan horizontal du symbole est souvent associé au plan terrestre orienté selon les quatre points cardinaux.

Lorsque le symbole yin-yang tourne autour de l'axe de ses pôles, il engendre un volume dont la signification diffère selon que l'axe est horizontal ou vertical.

  • Si l'axe est horizontal, les parties claire et sombre sont alternativement l'une au-dessus de l'autre sans que cela porte à conséquence. En effet, les deux pôles sont situés dans un même plan horizontal et aucun d'entre eux ne peut dominer l'autre durablement.
  • Si l'axe est vertical, la partie claire doit nécessairement se trouver au-dessus de la partie sombre car les deux pôles sont situés à des niveaux hiérarchiques différents et le yang ne peut que dominer le yin. De plus, le volume généré symbolise ici l'Oeuf du Monde à la source de la polarité fondamentale de la tradition chinoise dissociant le Ciel de la Terre. Comme le Ciel (yang) est “au-dessus” de la Terre (yin), la partie claire ne peut que dominer la partie sombre. Dans une telle représentation, le symbole est en rapport avec l'axe joignant le zénith au nadir.

Nous représenterons le plus souvent le symbole yin-yang sous sa forme verticale afin de rappeler que le yang est “au-dessus” du yin. Toutefois, un telle préséance est sans objet dans le cas de sa représentation horizontale comme nous allons le voir dans les figures suivantes en rapport avec les quatre directions cardinales:

Orientation du symbole yin-yang

Vers la gauche

Symbole yin-yang 0°

Symbole yin-yang 90°

Symbole yin-yang 180°

Symbole yin-yang 270°

Vers la droite

Symbole yin-yang 0°

Symbole yin-yang 90°

Symbole yin-yang 180°

Symbole yin-yang 270°

Ces figures peuvent être mises en relation avec les axes des points cardinaux. Comme le sud et l'est sont relativement lumineux (yang) par rapport au caractère sombre (yin) du nord et de l'ouest, il est aisé de vérifier comment ces figures peuvent être associées:

Orientation solaire

Symbole yin-yang 0°Symbole yin-yang 0°

Symbole yin-yang 90°Symbole yin-yang 270°

Orientation solaire

Orientation polaire

Symbole yin-yang 180°Symbole yin-yang 180°

Symbole yin-yang 270°Symbole yin-yang 90°

Orientation polaire

Les figures se répartissent ainsi en deux groupes correspondant respectivement à l'orientation vers le sud (orientation solaire) et vers le nord (orientation polaire):

  • L'orientation solaire consiste à regarder en direction du sud et à suivre la course du soleil de l'est vers l'ouest, de la gauche vers la droite et à privilégier la gauche;
  • L'orientation polaire revient à regarder en direction du nord et à suivre le mouvement des astres autour de l'étoile polaire, de l'est vers l'ouest, de la droite vers la gauche et à donner la préférence à la droite.

Pour visualiser les deux orientations, voir l'orientation selon le soleil et les étoiles.

Selon les époques, la Chine a adopté l'un ou l'autre mode d'orientation car un changement de dynastie pouvait impliquer une perception différente de l'ordre cosmique et, en conséquence, des rapports aux saisons ou aux points cardinaux. L'orientation polaire a prévalu dans un passé très lointain, mais l'orientation solaire s'est imposée par la suite. Notons qu'un tel choix d'orientation est en plein accord avec la représentation usuelle des cartes et des plans chinois où le sud est en “haut” et le nord en “bas” 1.

Choix en matière d'orientation

Selon Zhuangzi (Tchouang-tseu) qui aurait vécu au VIIe siècle avant notre ère, “Le printemps fait naître à gauche, l'automne détruit à droite, l'été fait croître à l'avant, l'hiver met en réserve en arrière”. Or, suivant la correspondance usuelle entre les saisons et les points cardinaux, le sud est clairement devant et le nord derrière. En conséquence, l'observateur se tournait vers le sud. En effet, habituellement yin par rapport au Cosmos, il recherchait son complément, qui est yang, et donnait la préférence à la gauche plutôt qu'à la droite (mais pas toujours). Ainsi à l'époque de la dynastie des Han antérieurs (du IIe siècle avant notre ère à l'an 0), la droite semble avoir supplanté la gauche, au moins dans le cadre des fonctions officielles.

Notons que la préférence pour la gauche correspondait à une vision terrestre. Adopter une vision céleste signifiait être yang par rapport au Cosmos et yin par rapport au Principe à la source de la manifestation de toute chose. Dès lors, l'observateur faisait face à son complément, le yin ou le nord, et donnait ainsi la préférence à la droite.

La droite est associée à la “Voie du Ciel” et la gauche à la “Voie de la Terre”. En perdant de vue la “Voie primordiale’, la “Voie du Ciel”, les hommes en sont venus à suivre la “Voie du la Terre”.

Malgré la différence de nature des états d'être associés aux voies terrestre et céleste, la prééminence était, dans les deux cas, accordée à l'Est considéré comme le côté lumineux. Cela est en plein accord avec l'analogie générale qui veut que la Terre soit une image inversée du Ciel, vue dans un miroir. En conséquence, la gauche pour la voie terrestre correspond à la droite pour la voie céleste.

Ces questions d'orientation ne semblent pas seulement complexes, elles sont complexes. Nous ne devons pas uniquement prêter attention à toute confusion possible entre diverses associations, mais également, au sein de chaque association, à la prédominance de la gauche et de la droite en fonction de la voie céleste ou terrestre considérée.

1 retour Ce mode de représentation des cartes n'est pas aussi exceptionnel que nous pourrions le penser. Il fut notamment utilisé par les anciens romains et resta encore en usage pendant la première partie du Moyen Âge occidental et islamique.

Haut