LOTUS

Au cœur du symbolisme

Un monde en crise

(Résumé)

Une issue inéluctable

Une crise est caractérisée par un changement d'état subit et décisif. Pour les économistes, le retournement d'un indicateur de “croissance” constitue un tel signe. L'indicateur de référence est habituellement le PIB, un agrégat de la Comptabilité Nationale mesurant “l'ensemble des activités économiques génératrices de revenus (en monnaie ou en nature)”. Un tel indicateur est purement quantitatif et ne prend pas réellement en compte toutes les activités, notamment les travaux domestiques effectués par chacun de nous. Et le plus important, il ne prend pas en considération les impacts des activités économiques sur la société et l'environnement. Or les aspects sociaux, environnementaux et institutionnels sont déterminants dans le développement d'un pays. D'où, l'idée de créer un PIB vert prenant en compte les incidences de l'économie sur les ressources naturelles. La tâche conduit à évaluer les ressources et à mesurer les prélèvements et les impacts de l'activité économique sur l'environnement à l'aune d'un étalon monétaire. Évaluer tout cela constitue une tâche complexe qui n'a guère fait avancer les choses jusqu'à présent. Prendre des mesures, voilà qui est mieux. Les appliquer, voilà qui serait opportun en ces temps de crise profonde.

En effet, nous faisons face aujourd'hui à une crise bien plus profonde qu'un simple retournement d'indicateur dont l'aspect financier ne représente que la partie émergente. Il n'est plus possible de nier que les fabuleuses ressources de la planète ne sont pas indéfiniment extensibles, que la répartition des revenus est de plus en plus inégale et que les institutions ne remplissent trop souvent qu'un rôle de façade. Les faits parlent d'eux-mêmes:

  • Les populations de sans-logis 1, de démunis et de pauvres croissent constamment;
  • Les réserves pétrolières et de matières premières se font de plus en plus rares;
  • Les zones côtières sont dévastées et les océans se vident de leurs ressources;
  • Les terres cultivables se dégradent ou sont menacées par l'érosion et la désertification;
  • L'air, l'eau et les sols se gorgent de composés organiques et chimiques;
  • La dégradation des écosystèmes forestiers et marins s'accompagne d'une perte inexorable de biodiversité;
  • L'explosion de la vie urbaine et l'extension des villes jusqu'à la démesure génère des montagnes de déchets et la disparition de terres autrefois cultivées;
  • La fréquence et l'ampleur des catastrophes dites naturelles sont sans précédent.

Et la liste est loin d'être close. De plus, tout cela surgit au moment même où:

  • La croissance démographique mondiale continue sur sa lancée;
  • Les conflits et le changement climatique risquent d'engendrer des mouvements massifs de population;
  • Les pays dits émergents puisent dans les ressources de la planète au même titre que les pays dits développés;

Si nous nous en tenons à cette approche extérieure du monde, nous devons admettre qu'une “crise de croissance” dans le monde actuel trouve son origine dans la détérioration des aspects sociaux, environnementaux et institutionnels du développement. Nous avons atteint un point critique où un changement d'orientation est inévitable, de gré ou de force, où il n'est plus possible de limiter son horizon à la “croissance économique”, même forte. De toute façon, si nous prenions en compte les impacts sociaux et environnementaux de la “croissance”, les taux de croissance, qui ne sont guère brillants, seraient constamment dans le rouge. Sortir d'un monde en crise passe en conséquence par la prise en considération des divers aspects du développement. D'ailleurs, l'une des raisons implicites du rejet du projet de constitution européenne en 2005 réside précisément dans la présentation séparée des composantes économique, environnementale, sociale et institutionnelle du développement. Elle donnait une vision écartelée de la et des politique(s) qui ne faisait que refléter l'être tiraillé d'aujourd'hui.

D'où, la résurgence du concept de développement durable 2 destiné à élargir nos vues. Élargir, un maître mot, car il importe de considérer tous ces aspects dans leur ensemble, d'avoir une vision intelligente (du latin “intellegere” ou prendre ensemble) du monde. Une vue uniquement économique ou exclusivement environnementale est vouée à l'échec. Créer des réserves écologiques au beau milieu de la pollution environnante n'a pas plus de sens que de développer des zones industrielles sans tenir compte de leurs impacts sociaux et environnementaux. Nous vivons dans un monde inter lié où toute action dans un domaine a des répercussions dans les autres, où ces interrelations ne font que refléter l'unité profonde du monde.

Cette unité du monde se reflète dans toutes les créatures qui l'habitent, y compris les hommes. Ils sont tous appelés à traverser différents états au cours de leur existence, depuis les plus physiques jusqu'aux plus spirituels en passant par les états psychiques. Or, l'homme actuel développe principalement les états physiques et guère les états psychiques. Ce faisant, il reste amputé de lui-même et éprouve les plus grandes difficultés du monde à accéder à l'unité profonde qui le gouverne. Comment l'homme pourrait-il dès lors com-prendre (i.e. prendre ensemble) le monde environnant quand il ne se connaît même pas lui-même ? Aujourd'hui, le monde souffre surtout d'une crise de développement de l'être. Ouvrir les yeux sur le monde extérieur est un premier pas, mais les ouvrir sur le monde intérieur est le pas ultime.

1 retour L'appellation sdf concerne à proprement parler les personnes qui possèdent plusieurs domiciles et voyagent de l'un à l'autre comme nombre de nantis de par le monde. Appliquée aux sans-logis, cette dénomination est un rien déplacée.

2 retour Notons que le texte du projet de constitution européenne ne fait aucune référence au développement durable contrairement au traité de Masstricht datant de 1992 (Année du sommet de Rio). Une présentation intégrée des divers aspects du développement aurait naturellement débouché sur des orientations politiques porteuses d'une vision et un texte raccourci plus digeste.

Page détaillée

Haut