LOTUS

Au cœur du symbolisme

Développement durable, un concept ambigu

(Page détaillée)

Résumé

Les objectifs du développement durable

La définition du développement durable de la CMED sert toujours de référence. Elle met avant tout l'accent sur la satisfaction des “besoins”: Le développement durable entend répondre aux “besoins” du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres “besoins”.

Les “besoins” des hommes naissent des exigences du corps: nourriture, habillement, abri, sommeil, chaleur etc. Ils recouvrent tout ce qui est indispensable à la vie physique. Les “besoins” sont peu nombreux car naturels, légitimes et bien réels. Ils se distinguent des “désirs” qui eux relèvent du mental et sont en conséquence innombrables, imaginaires et artificiels.

Il va de soi que la définition du développement durable fait référence aux “besoins” légitimes plus aisés à satisfaire que les “désirs” artificiels. Une société fondée sur les “désirs” est à coup sûr vouée à être non durable car ils sont trop innombrables pour pouvoir être satisfaits.

Or, nos sociétés comblent les “désirs” d'une partie non négligeable de leurs populations sans répondre pour autant aux “besoins” des plus pauvres. Est-ce qu'un développement dit durable pourrait remédier à cet état de fait ? Et à qui incomberait une telle tâche ?

Certainement pas à l'économie puisque cette dernière ne vise qu'à satisfaire une demande solvable. Et le propre des personnes dans l'incapacité de satisfaire leurs “besoins” est justement d'être insolvables.

Plus sûrement au social, mais nul besoin de développement durable pour cela. À tout moment, les pouvoirs publics peuvent décider de faciliter l'accès des laissés pour compte au logement, à une nourriture équilibrée et à un minimum de sécurité.

Alors, que viennent faire ces “besoins” dans une telle définition ? Ils devraient être satisfaits avant même de se préoccuper de développement durable. C'est le moins que nous puissions attendre d'une société dite civilisée (du latin “civilis”, qui concerne les citoyens, tous les citoyens).

À moins que la définition ne recouvre aussi les “besoins” d'air pur, d'eau fraîche, d'espace etc. de tout être vivant qui ne serait rien sans l'air qu'il respire, l'eau qu'il boit, la nature environnante etc. Auquel cas, elle ne devrait pas se limiter aux seuls “besoins” des êtres humains, mais être étendue à la faune et de la flore. Toutefois, la définition du développement durable ne semble pas pointer dans cette direction.

La notion ambigüe de “besoins” a au-moins le mérite de soulever des aspects économiques, sociaux et environnementaux qui, pris ensemble, confluent vers un même but: le développement durable.

Développement durable et aspects associés

Comme le montre le schéma précédent, nature sauvage et société naturelle ne font pas partie de la durabilité. Leur régression est l'un des traits les plus marquants du monde actuel et entrainera à coup sûr une perte irréversible de diversité culturelle et biologique 1. À la différence des forêts tempérées, les forêts tropicales ne jouent pas un rôle déterminant dans le cycle du carbone, mais constituent un immense réservoir de biodiversité qu'il conviendrait de préserver pour répondre aux “besoins” des générations futures. Cependant, il ne s'agit là que d'un vœu pieux car, développement durable ou pas, la perte de diversité culturelle et biologique est inéluctable.

Si le développement durable cherche à concilier au mieux les objectifs économiques, sociaux et environnementaux, il ne peut cependant répondre aux “besoins” spécifiques à chacune de ces sphères.

Les outils du développement durable

Les outils du développement durable doivent naturellement faciliter l'alliance entre les objectifs économiques, sociaux et environnementaux. Ils sont nombreux et divers et peuvent s'appliquer à tous les niveaux, de l'international au local. Ils vont de l'Agenda pour le 21e siècle au commerce équitable en passant par de nouveaux modes de production, de transport et de consommation, en un mot de nouveaux modes de vie.

Le schéma précédent montre que l'économique s'appuie sur le social et le social sur l'environnemental. L'économie occupant le plus élevé des trois étages, les forces du marché ont naturellement été appelées à la rescousse pour remédier aux dommages qu'elles avaient elles-mêmes causés. Tout comme “l'économie sociale” auparavant, “l'économie environnementale” est venue suppléer les carences de l'économie néo-classique (“l'économie pure”). Toutefois, “l'économie sociale” et “l'économie environnementale” ne font pas plus partie de la durabilité que la nature sauvage et la société naturelle (voir le schéma ci-dessus). “L'économie environnementale” ne saurait dès lors constituer la pierre angulaire du développement durable.

Un des points fondamentaux de “l'économie environnementale” est d'apprécier la valeur des “biens et services” fournis par la nature et de trouver les mécanismes du marché capables de l'intégrer dans les décisions économiques. Cela passe notamment par:

  • L'incorporation effective des dommages causés à l'environnement (coûts externes) dans les prix. Cela est particulièrement vrai pour le secteur des transports où aucune véritable concurrence entre les divers modes n'est possible sans vérité des prix;
  • L'instauration d'écotaxes sur les polluants ou les ressources naturelles compensées par une baisse des taxes sur le travail ou des cotisations sociales de façon à ne pas accroître la charge fiscale globale;
  • Les échanges marchands de permis de polluer;
  • L'intégration de la performance environnementale dans la comptabilité des entreprises;
  • Etc.

Même doté de tels instruments, le marché ne sera pas en mesure de résoudre nombre de questions environnementales:

  • Comment pourrait-il enrayer le déboisement des forêts tropicales et la perte irréversible de biodiversité quand ses intérêts à court terme sont à l'opposé ?
  • Comment le seul accroissement du prix des carburants et/ou des taxes sur les véhicules pourrait-il réduire le trafic routier ? Les conducteurs achèteront des véhicules moins gourmands que l'industrie automobile s'empressera de mettre sur le marché et ce sera tout bénéfice pour la “croissance”. Ou bien, ils réduiront leurs dépenses dans d'autres secteurs de l'économie pour continuer à rouler.
  • Comment imaginer que le marché va contribuer à une alimentation plus équilibrée quand tout le mode de vie va à l'encontre d'une alimentation saine et grève le budget de la santé ?
  • Comment croire que le marché va préserver les terres arables indispensables pour alimenter une population mondiale toujours croissante quand les gains tirés de ces terres agricoles, surtout au voisinage des villes où réside la moitié de la population mondiale, sont bien en-deçà de ceux que laissent miroiter la construction immobilière ?
  • Etc.

Le marché ne pourra non seulement résoudre ces questions, mais bien souvent les aggravera en raison de la relation hiérarchique entre les trois étages. L'économique repose sur le social, le social sur l'environnemental et le premier étage soutient tout l'édifice. Plutôt que d'évaluer la nature à l'aune du marché, ne serait-il pas préférable que le marché soit “économe de la nature”, des ressources naturelles afin de les préserver pour les générations futures ? Or, l'homme s'est coupé de la nature et ce fait a influencé sa perception de l'environnement et de la durabilité. En effet, la définition du développement durable n'offre aucune représentation des relations entre l'être et le milieu dans lequel il vit. Dans ces conditions, comment pourrait-il savoir ce qui doit être préservé et comment y parvenir ?

Bien plus, les trois étages sont hiérarchisés et étroitement inter liés. Toute modification dans la sphère économique a des répercussions dans les sphères sociale et environnementale qui, en retour, feront écho dans la sphère économique. Ces répercussions en chaîne sont plus ou moins directes, plus ou moins fortes et plus ou moins rapides selon la nature des relations d'interdépendance entre les trois sphères. Ainsi, des décisions économiques qui modifient la teneur des gaz à effet de serre de l'atmosphère pourraient avoir des conséquences sur la biodiversité, l'utilisation des sols, la santé des êtres vivants et des écosystèmes etc. qui, à leur tour, se répercuteraient sur la sphère économique. Il s'ensuit qu'il est impossible d'isoler les décisions économiques de leur contexte social et environnemental. Seule une approche globale peut véritablement être durable.

Haut