LOTUS

Au cœur du symbolisme

Introduction au symbolisme

  • Les imposantes pyramides de pierre,
  • Telles des coins, fendent l'air du désert.
  • Mieux perçues, vues de plus près,
  • Elles ne sont que gigantesques volées d'escaliers.
  • (Longfellow, “L'échelle de saint Augustin”)

L'exemple de la pyramide

Les symboles sont des représentations profondes de l'être humain, susceptibles de prendre la forme de récits, de dessins (“yantra” ou “mandala”), de gestes (“mudrâ”) ou de sons (“mantra”). Fruits de toutes les cultures et de tous les temps, ils reflètent une réalité d'ordre supérieur à partir d'une représentation d'ordre inférieur. Ce n'est pas le dessin qui fait le symbole, mais le symbole qui rehausse le dessin. En ce sens, les symboles n'expriment pas, ils suggèrent. Ils transcendent la diversité du monde existentiel ou extérieur pour atteindre l'universalité, l'unité du monde essentiel ou intérieur. Au-delà de la vie physique et psychique, ils évoquent l'accès à la vie spirituelle.

Temple de Tikal en forme de pyramideAfin de mieux comprendre la richesse du symbole, considérons, à titre d'exemple, la pyramide. Elle représente communément la fameuse tombe des Rois et Reines de l'ancienne Égypte. La pyramide évoque aussi le tumulus recouvrant le corps des défunts. En tant que tertre, elle ressemble à une colline ou à une montagne ou encore à une île émergeant de la mer. Gravie, effectivement ou symboliquement, la pyramide rappelle toujours l'échelle ou l'escalier (des pyramides amérindiennes), symboles de l'ascension. Sa forte pente suggère qu'elle ne doit être escaladée que dans un seul sens, celui de l'ascension pour une raison qui apparaîtra clairement par la suite.

Partant le plus souvent d'une base quadrangulaire symbolisant le monde de l'assise, le monde terrestre, les arêtes et les faces de la pyramide convergent vers un point unique, le sommet. Ce point symbolise le Principe ou l'Unité primordiale d'où rayonne la manifestation du monde qui nous entoure. Renaître au Principe dont nous sommes tous issus constitue le sens véritable de cette ascension. Une ascension qui ramène l'individu de son état humain ou sensible à un état supra-individuel ou supra-sensible, du monde manifesté au Principe indifférencié, du monde terrestre au monde céleste ou spirituel, de la vision cosmique éparpillée à la vision unitaire ou métaphysique. Tel est le sens profond révélé par la pyramide.

Les symboles reflètent une réalité d'ordre supérieur à partir d'une représentation d'ordre inférieur. Ce n'est pas le dessin, la forme, le geste ou le son qui font le symbole, c'est le symbole qui les rehausse.

Cet édifice est un symbole du développement spirituel de l'être humain ou plutôt de son enveloppement car il s'agit bien d'un retour au Principe originel. Les différents degrés de la pyramide symbolisent les divers niveaux de spiritualité à atteindre. Parvenir au sommet, c'est rassembler en un point unique les directions dispersées aux quatre coins de notre vie. Il s'agit bien d'une ré-intégration de l'être dans l'Être. Ce processus de ré-intégration transporte l'être humain d'un état individuel et spécifique vers un état supra-individuel et universel commun à tous. Parachever cette remontée signifie réaliser l'intégration parfaite des mondes humain et divin et devenir authentiquement “l'Homme Universel”. Parvenu à ce niveau de spiritualité, l'être ne peut, en principe, revenir à son état antérieur d'individu et donc redescendre les degrés de la pyramide.

Avant de devenir des tombeaux destinés à ensevelir les dépouilles royales, les pyramides, notamment égyptiennes, constituaient probablement des lieux de rituels où le Pharaon était initié aux Mystères. L'initiation consistait en une mort symbolique à l'état d'être actuel et une re-naissance dans un état d'ordre plus élevé; elle se déroulait vraisemblablement dans les chambres aménagées au sein de la construction. En conséquence, le glissement du tombeau symbolique au tombeau proprement physique a dû correspondre à une dégénérescence de l'art initiatique.

L'existence de ces chambres signifiait que la pyramide pouvait être gravie non seulement selon les degrés extérieurs, mais également depuis la chambre intérieure. Symbole de la caverne ou du monde cosmique où séjourne tout individu, la chambre servait de creuset au voyage spirituel de l'initié en vue d'atteindre le sommet où l'être communique avec l'Esprit. Dans ce cas, l'ascension ne s'effectuait plus le long de la pente extérieure, mais selon l'axe vertical reliant l'être au point culminant de l'édifice. Cette voie directe donnait accès à ce que les Anciens appelaient les “Grands Mystères” ou à la re-naissance de l'être humain en tant qu'Être spirituel (pour plus de détails, voir la Grande Pyramide).

Bien d'autres aspects de la pyramide pourraient être mentionnés, mais ils ne feraient que confirmer son sens profond.

La pyramide et la caverne cosmique sont susceptibles d'être symbolisées par deux triangles inversés, le premier contenant le second. La pyramide représentée par le triangle pointant vers le haut évoque le monde supra-cosmique et son Principe figuré par le sommet. La caverne cosmique est assimilée au triangle pointant vers le bas et symbolise la manifestation du Principe ici-bas. Le monde supra-cosmique ou intérieur contient le monde cosmique ou extérieur car il englobe tout puisqu'il est le Tout.

Divers symboles de la pyramideLe caractère inversé des deux triangles exprime l'analogie caractéristique de l'alchimie. Dans la “Table d'émeraude”, ce qui est en haut ou au-dessus de la surface des eaux (domaine supra-cosmique) se reflète, en sens inverse, au-dessous de la surface des eaux ou ici-bas (monde cosmique). Le supérieur devient l'inférieur, l'intérieur se transforme en extérieur, l'universel se mue en individuel et ainsi de suite. Finalement, l'être humain ne perçoit qu'un reflet inversé de la réalité à laquelle il n'accédera qu'en franchissant la surface des eaux.

Lorsque les deux triangles sont distincts au lieu d'être imbriqués, le triangle pointant vers le haut ou le Ciel symbolise le feu ou le principe igné tandis que le triangle pointant vers le bas ou la Terre représente l'eau ou le principe humide, deux principes de base des alchimistes.

Quand les deux triangles s'entrecroisent, ils figurent le sceau de Salomon traduisant l'union parfaite du Ciel et de la Terre, du divin et de l'humain réalisée au sein de “l'Homme Universel”.

La seule évocation de cet exemple montre qu'un même symbole peut être entendu de diverses manières en fonction des points de vue adoptés. Un symbole ne saurait avoir une seule signification sous peine de se voir réduit au simple rang d'information.

Les interprétations variées d'un symbole ne se contredisent nullement. Bien au contraire, elles se complètent l'une l'autre, offrant divers éclairages d'une seule réalité métaphysique ou surnaturelle située au-delà du monde physique ou naturel. Un symbole est une représentation synthétique de tout un ensemble d'Idées auxquelles chacun peut accéder en fonction de ses aptitudes et de son degré de compréhension.

Le symbole constitue un objet de méditation vers le monde supra-individuel ou supra-sensible. Un monde au-delà des mots et de l'exprimable. Entendu ainsi, le symbole est le langage du silence, de l'indicible commun à toutes les cultures, à toutes les époques. Il nous aide à approcher la vérité commune à toutes les manifestations du Principe et accessible par la seule initiation. Marque de la descente de l'influence spirituelle, l'initiation est source de révélation du seul véritable secret initiatique, l'incommunicable, propre au monde nocturne par opposition à la communication relevant du monde diurne.

Les différents articles qui composent l'état présent de ce site tentent, dans toute la mesure des possibilités du monde terrestre, de se rapprocher quelque peu de l'universalité du monde céleste. Les symboles ne connaissant pas de frontières, ces textes soulèvent aussi bien des aspects propres aux traditions anciennes que des thèmes relevant du monde dit moderne. De plus, les symboles pris en considération font référence l'un à l'autre car ils ne sont jamais isolés, mais toujours étroitement imbriqués.

Ce site, témoignage de gratitude à l'égard de René Guénon dont l'influence a ouvert l'esprit de tant de lecteurs, est dédié à tous les êtres en quête de leur propre identité.

Haut