Les couleurs du drapeau

Les deux pans du drapeau sont tout alentour bordés de jaune, la couleur médiane du spectre de l'arc-en-ciel. Le jaune contrebalance les couleurs extrêmes du spectre telles que le rouge et le bleu.

Mélangé au rouge et au bleu, le jaune donne les couleurs plus tempérées, verte et orange, des deux bandes verticales du pan du côté de la hampe. Comme ces couleurs sont supposées représenter les communautés musulmane et hindoue, la présence de jaune dans chacune d'elles rappelle que les différentes traditions ont davantage en commun qu'on ne le reconnaît habituellement.

De même, le dessin jaune du pan du côté du battant tempère la perception du fond rouge foncé.

Le rouge est habituellement considéré comme un symbole de la force vitale avec une intensité et un pouvoir qui dépendent de son caractère clair ou foncé:

  • Clair, le rouge est diurne, masculin, révélé à tous et inondant toute chose de sa clarté;
  • Foncé, le rouge est nocturne, féminin, mystérieux et tapis dans l'ombre.

Le rouge foncé est la couleur de la connaissance cachée, du secret bien gardé au fond des choses et que seule l'initiation aux mystères est susceptible de révéler. Le postulant doit successivement mourir à un état actuel et renaître dans un nouveau. Cycle après cycle, il progresse le long ou autour de l'axe vertical représenté par une épée 1 tenue verticalement par un lion. La couleur jaune du lion, de l'épée et des quatre feuilles de figuier est en rapport avec l'influence spirituelle transmise par le Soleil.

Le lion, l'épée et les feuilles

Le lion

Le symbolisme du lion peut se rencontrer dans beaucoup de traditions, particulièrement celles auxquelles se réfère le drapeau du Sri Lanka:

  • Drapeau de l'État Iranien avant 1979Le Bouddha est “le Lion des Shakyas” 2;
  • La Bhagavad-Gitâ appelle Krishna “un Lion parmi les sauvages”;
  • Le Christ est connu comme “le Lion de Royaume de Juda” 3;
  • Ali, le gendre de Mohammed, est honoré par les chiites comme “le Lion d'Allah”. Il était représenté sur l'ancien drapeau de l'État Iranien par un lion tenant une épée devant le soleil levant.

Le lion représente l'ombre physique ou terrestre du Soleil spirituel ou céleste comme en témoigne sa crinière. En tant qu'ombre terrestre du Soleil céleste, il cache le secret de la divinité qui enveloppe les mystères dans les profondeurs de l'obscurité. La posture droite et ferme du lion montre qu'il tient le regard du commun éloigné de l'accès au secret.

L'épée

L'épée est un symbole de guerre. La guerre extérieure, entreprise pour restaurer l'ordre, est similaire au combat intérieur contre nos propres ennemis, nos propres démons (du grec “diabolos”, qui signifie désunir, séparer, diviser) opposés à l'ordre et à l'unité. Les guerres extérieure ou intérieure s'efforcent toujours de rétablir l'équilibre, l'harmonie et l'unité entre les contraires. Dans les diverses traditions, la guerre extérieure est considérée comme un symbole de la lutte intérieure et il en est de même des armes.

L'épée, qui fend et étincelle, représente la foudre qui aveugle les ennemis. Elle est aussi assimilée à l'éclair sous la forme de l'épée flamboyante. Comme le feu, l'épée flamboyante figure le combat pour atteindre la connaissance et détruire l'ignorance. Symbole de la génération et de la destruction, de la vie et de la mort, de la lumière et de l'obscurité, elle peut être assimilée au rayon de Soleil, à “l'Axe du Monde”, au canal de communication directe entre la Terre et le Ciel représenté souvent par un arbre.

Les quatre feuilles de figuier

L'arbre de la bodhi sur le relief d'un stupaEn Asie orientale, le figuier tient un rôle extrêmement important dans les différentes traditions. L'arbre de la bodhi au pied duquel Gautama trouva l'illumination, sous lequel le Bouddha préférait s'asseoir quand il enseignait à ses disciples, était un figuier.

Avec ses racines s'enfonçant dans la terre et ses branches supérieures tendues vers les cieux, l'arbre est universellement considéré comme un symbole de “l'Axe du Monde” et du développement cyclique par la succession des morts et renaissances. Cela est particulièrement vrai pour les arbres caducs qui perdent leurs feuilles et se couvrent d'un nouveau feuillage chaque année.

Au-delà de la référence aux courants religieux du pays, les quatre feuilles dessinées sur le pan du côté du battant sont reliées aux points cardinaux et dépeignent le plan terrestre par rapport à l'axe vertical symbolisé par l'épée.

Avant de gravir un nombre indéfini d'états le long de l'axe vertical joignant la Terre au Ciel, l'être doit tout d'abord être centré dans son état actuel. Alors, il se déplacera de la périphérie du plan terrestre vers son intersection avec l'axe vertical. De là, il pourra apercevoir tous les centres des états de la verticale avant de les intégrer l'un après l'autre ou d'un seul coup. Parvenu à ce point, il sera prêt à suivre les traces du Bouddha.

Bibliographie

  • René Guénon:
  • “Symboles de la Science sacrée”. Éditions Gallimard 1962;
  • Plus particulièrement, les chapitres XXVI sur “Les armes symboliques” et XXVII intitulé “Sayful-Islam”.

1 retour En fait, l'arme tenue par le lion n'est pas une épée (à deux tranchants), mais un sabre (à un seul tranchant). Néanmoins, nous nous référerons dans l'ensemble du texte au symbolisme plus riche de l'épée comme le font plupart des traditions.

2 retour Le prince Siddhartha est né dans une famille noble du Clan des Shakyas.

3 retour Quand le Roi Salomon mourut, la Palestine fut divisée en deux Royaumes: Juda et Israël.