LOTUS

Au cœur du symbolisme

Le drapeau de la province du Québec

(Page détaillée)

Résumé

Drapeau du Québec

Les couleurs du drapeau

Le blanc contient l'ensemble du spectre de la lumière visible composé des couleurs de l'arc-en-ciel dont le rouge constitue la partie “supérieure”. En conséquence, le blanc représente le Principe de la manifestation des couleurs en particulier et de toute chose en général. Il symbolise l'autorité spirituelle ou sacerdotale détentrice de la Connaissance des principes. Un pouvoir qui a autorité sur le pouvoir temporel ou royal en charge de l'application des dits principes et généralement associé à la couleur rouge. Or, si le rouge représente la couleur partie de la “supérieure” de l'arc-en-ciel comme il sied au Roi, le bleu se situe au contraire dans la partie “inférieure”.

Couleur la moins substantielle de toutes, le bleu clair se trouve dans la nature essentiellement sous sa forme translucide et principalement dans les cieux et les eaux. Aussi, symbolise t-il davantage l'essence que la substance, c'est-à-dire la force spirituelle propre à la Vierge Marie. Par contre, le bleu foncé représente les profondeurs de l'obscurité terrestre où nous errons tous avant de découvrir la clarté céleste. Il dépeint en conséquence les forces vives de la nation encore prisonnières des ténèbres.

Autrement dit, les couleurs du drapeau expriment la relation entre Dieu et les hommes.

La croix blanche

La branche verticale de la croix symbolise l'axe de communication entre le Ciel et la Terre. La branche horizontale représente toute l'étendue des possibilités humaines associées à un état d'être spécifique entre les états célestes et terrestres. Le point d'intersection de la branche horizontale avec la branche verticale caractérise le centre de l'état considéré.

La branche verticale représente en conséquence l'ensemble des centres des états que l'être est appelé à traverser lors de sa descente du Ciel vers la Terre et de sa remontée de la Terre au Ciel. Se tenir à la croisée des branches signifie être centré dans l'état correspondant, entrevoir les centres des états “supérieurs” et “inférieurs” et considérer tout le chemin à parcourir. L'être centré dans un état occupe une position intermédiaire entre le monde d'en haut et le monde d'en bas.

En tant qu'être centré dans les états “supérieurs”, le Christ ne peut que regarder le chemin parcouru, se pencher sur une humanité à l'abandon et devenir le Médiateur par excellence entre le Ciel et la Terre, entre Dieu et les hommes.

La fleur de lys

Dans les temps anciens, nombre de pays étaient divisés en quatre provinces et les villes en quartiers. Leur dessin figure naturellement la croix et découvrir le symbole de la fleur de lys dans chaque quartier ou champ du drapeau ne devrait pas surprendre.

Avant d'acquérir la valeur symbolique que nous lui prêtons aujourd'hui, le lys était très prisé dans de nombreuses régions, en Égypte notamment. Sa connotation chrétienne vient d'une ressemblance avec un symbole ancien.

Chrisme simple et rouelle celtiqueAu naturel, la fleur de lys comporte six pétales dont la forme schématique évoque le Chrisme simple. Dès les premiers temps du christianisme, le Chrisme était dit résulter de l'union des deux lettres I et X, c'est-à-dire des initiales grecques des deux mots Iêsous Christos. Toutefois, le symbole est bien antérieur au christianisme. Il constitue notamment un élément essentiel de la rouelle celtique qui s'est perpétuée au moyen âge et se rattache probablement aux rosaces des cathédrales et autres symboles floraux tels que la rose, le lotus ou le lys.

Fleur de lysSous la forme stylisée figurant sur le drapeau, la fleur de lys évoque encore le Chrisme simple où les trois pétales supérieurs prédominent. Le pétale central symbolise l'Axe du Monde reliant le Ciel et la Terre; les deux latéraux, sa polarisation selon les pouvoirs céleste et terrestre représentés respectivement par les fonctions sacerdotale et royale.

L'autorité spirituelle détient la Connaissance des principes divins et l'autorité temporelle est en charge de leur application. Le Roi reçoit des mains de l'autorité spirituelle le pouvoir temporel qui procède du “droit divin”. Doté d'un mandat du Ciel, le Roi doit contribuer au “bien commun”, établir la justice ou l'harmonie sociale et préserver la paix. Il s'agit de la paix extérieure, reflet de la Paix intérieure, symbole de la présence divine au sein de l'être et attribut essentiel du prêtre.

Les fonctions sacerdotale et royale sont réunies en la personne du Christ qui incarne l'Unité de la Sagesse et de la force, de la Connaissance et de l'action. Symbolisé par le pétale central, Il personnifie la double nature divine et humaine.

Le drapeau québécois traduit la relation verticale entre Ciel et Terre, entre Dieu et les hommes; elle figure, à la fois, la voie descendante de Dieu sur Terre et la voie ascendante des hommes vers Dieu.

Bibliographie

  • René Guénon:
  • “Études sur la Franc-maçonnerie et le Compagnonnage”, Tome 2. Éditions traditionnelles, 1992;
  • Notamment, le chapitre sur le Chrisme et le Cœur dans les anciennes marques corporatives.
Haut