LOTUS

Au cœur du symbolisme

Le drapeau de l'Autorité palestinienne

(Résumé)

Drapeau de l'Autorité palestinienne

Les couleurs du Prophète

Comme plusieurs pays du Moyen-Orient,Drapeau panarabe les Palestiniens adoptèrent les couleurs rouge, noire, blanche et verte du drapeau nationaliste panarabe. Le drapeau fut utilisé durant la révolte arabe contre l'empire ottoman au début du 20e siècle. Les tons originels étaient noir sur vert sur blanc; l'ordre actuel date de 1921.

Initialement adopté par la Jordanie, le drapeau à quatre couleurs fur érigé en emblème du mouvement palestinien et des liens palestiniens avec la Jordanie. Le drapeau fut approuvé par l'Autorité palestinienne pour représenter le mouvement palestinien à la conférence de Jérusalem en 1964.

Les couleurs du drapeau ont acquis une signification politique et représentative des premières dynasties islamiques. Nulle dynastie n'émerge au Moyen-Orient avant l'apparition de l'Islam au VIIe siècle de notre ère. En accord avec l'étymologie, la religion (du latin “religare”, relier, rassembler) agit comme un ciment entre les tribus arabes pour constituer des dynasties de califats associées à des couleurs:

  • Rouge pour les Hachémites. Ils étaient apparentés au grand-père du Prophète, Hashim, dont la force découlait des alliances tribales dans la région d'Arabie nommée Hejaz, le long de la mer Rouge. Le roi de Jordanie est le dernier représentant de cette dynastie.
  • Vert pour les Fatimides qui régnaient sur l'Afrique du Nord et proclamaient descendre de la fille de Mohammed, Fatima. Ils étendirent leur empire à l'Égypte et adoptèrent al-Qahira (Le Caire) comme capitale.
  • Blanc pour les Umayyades. Ils gouvernaient depuis Damas et tenaient leur autorité sur l'empire arabe d'Ali, gendre du Prophète.
  • Noir pour les Abbasides. Leur capitale était Bagdad et ils proclamaient descendre d'Abbas, oncle de Mohammed.

Ces quatre couleurs sont trop proches du Prophète et de l'Islam pour ne pas avoir une signification plus symbolique et spirituelle. Un sens renforcé par le dessin lui-même et, plus particulièrement, par la forme triangulaire ressemblant à une montagne.

Page détaillée

Haut