LOTUS

Au cœur du symbolisme

Les cinq anneaux olympiques

(Page détaillée)

Résumé

Drapeau olympique

Les couleurs du drapeau

En tant que protagoniste du renouveau olympique, Pierre de Coubertin aurait déclaré que les couleurs des anneaux évoquaient les cinq continents représentés aux jeux:

Couleur

Jaune

Rouge

Bleu

Vert

Noir

Continent

Asie

Amérique(s)

Europe

Océanie

Afrique

Le noir mis à part, ces couleurs sont contenues dans le spectre de la lumière visible représentée par le fond blanc. Cette interprétation “ethnique” fut remise en question. En effet, pourquoi les européens seraient-ils assimilés à des hommes bleus et les océaniens à de petits bonhommes verts ? Pierre de Coubertin souligna avec justesse que ces six couleurs constituaient les couleurs de base des drapeaux du monde de l'époque.

En fait, la plupart des pays du monde recourent à des combinaisons de couleurs dans le dessin de leurs drapeaux selon la répartition approximative suivante:

Drapeaux

Unicolores

Bicolores

Tricolores

Quadricolores

Pentacolores

%

 2,5

20,0

55,0

20,0

 2,5

L'entrelacement des anneaux pourrait refléter ce fait, étant entendu que le drapeau olympique est le seul à arborer six couleurs.

Les anneaux entrelacés

L'adoption des anneaux entrelacés fut codifiée par le CIO réuni à Lausanne en 1931 1.

Dans nombre de traditions, l'anneau symbolise la nature des liens entre les êtres et des êtres avec les dieux.

Dans la Grèce ancienne, Prométhée fut libéré par Héraclès grâce à un anneau de fer serti d'un morceau de roche qu'il dût porter à son doigt le reste de ses jours. Cet anneau à l'origine de sa libération devait lui rappeler à jamais les chaînes qui l'avait retenu au rocher et sa subordination à Zeus.

Selon une autre légende, le roi Polycrate de Samos jouissait d'une telle bonne fortune qu'il fut convaincu que cela ne pourrait durer. Afin de conjurer son angoisse, il décida de sacrifier aux dieux un objet précieux auquel il tenait beaucoup. Il monta en haut d'une tour et jeta à la mer une superbe bague sertie d'une magnifique émeraude. Malheureusement pour lui, un poisson avala la bague, le poisson fut pris dans les filets d'un pêcheur et le pêcheur apporta le poisson au roi. Par son geste, Polycrate avait voulu influencer son destin et perpétuer sa bonne fortune. Cependant, la mer avait rejeté son offrande. Les dieux ne défont pas ce qu'ils ont fait chaque fois qu'une offrande matérielle leur est présentée. La bague symbolise ici à la fois la vaine tentative d'échapper à un destin (funeste ou heureux) et l'acceptation de son sort qui constitue le seul véritable sacrifice.

Ces deux légendes grecques suffisent à nous montrer que l'anneau peut signifier à la fois libération et acceptation. Le vainqueur d'une épreuve des concours panhelléniques pouvait dépasser son statut de citoyen et devenir un héros tout en étant assujetti aux règles prescrites par les dieux et les organisateurs des rencontres.

De façon générale, l'anneau symbolise les liens qui se nouent et se dénouent, les liens indissolubles et libérateurs comme le souligne le dessin de l'entrelacement des anneaux.

L'athlète contemporain se serait-il à la fois libéré de sa condition de simple citoyen ou sujet pour accéder au statut de “dieu du stade” et affranchi des règles de l'olympisme stipulées dans la charte adoptée par le CIO ? Cela serait possible car cette charte dit en substance:

L’Olympisme est une philosophie de vie, exaltant et combinant en un ensemble équilibré les qualités du corps, de la volonté et de l’esprit…l’Olympisme se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple, la responsabilité sociale et le respect des principes éthiques fondamentaux universels.

Est-ce à dire qu'aucun athlète des concours panhelléniques n'a jamais était tenté de bafouer son serment ? Bien sûr que non. À l'époque, l'enjeu était plus important et la gloire moins éphémère qu'aujourd'hui. Certains ont même utilisé leur position sociale pour le faire ouvertement.

1 retour Le Comité International des Jeux Olympiques, aujourd'hui dénommé Comité International Olympique, fut fondé par Pierre de Coubertin en 1896, après les jeux d'Athènes. Le recrutement de ses membres se fait par cooptation. Autorité suprême du mouvement olympique, il siège à Lausanne depuis 1981. Le CIO est une organisation internationale non gouvernementale de droit privé suisse. Il est le propriétaire exclusif de la marque et des anneaux olympiques à la source de rentrées considérables. Même les jeux paralympiques, introduits en 1960, ne peuvent se prévaloir des anneaux et encore moins du drapeau olympiques.

Bibliographie

  • Philippe de Charbonnières:
  • “Olympie, La victoire pour les dieux”. Éditions CNRS, 2005.
  • Pierre Milza, François Jequier et Philippe Tétart:
  • “Le Pouvoir des anneaux. Les Jeux olympiques à la lumière de la politique, 1896-2004”. Éditions Vuibert, 2004.
  • Mouvement olympique:
  • Site officiel
  • La légende dorée.
Haut