LOTUS

Au cœur du symbolisme

Le drapeau de Macao

(Page détaillée)

Résumé

Drapeau de Macao

Les couleurs du drapeau

Le drapeau de Macao représente un motif central blanc surmonté d'un arc de cinq étoiles à cinq branches, jaune d'or, sur un fond vert. Le motif central est composé d'un lotus à trois pétales au-dessus d'un pont surplombant une étendue d'eau en forme de cuvette.

Le vert est la couleur de l'eau, yin, complémentaire de la couleur rouge du feu, yang. Il marque le début de l'ascension, de l'élévation du yin terrestre vers le yang céleste. C'est la couleur de l'initiation par excellence. Dans l'échelle ascendante des couleurs de l'arc-en-ciel, le vert constitue le prélude au jaune, la couleur médiane du spectre. Elle symbolise, dans la Chine ancienne, la “Voie du Milieu”, la voie de l'harmonisation entre la Terre et le Ciel, le yin et le yang.

Le blanc rassemble toutes les couleurs de l'arc-en-ciel à l'état indifférencié. Il symbolise le principe à la source de toutes les couleurs visibles et, de façon plus générale, de toutes les choses du monde manifesté. Il représente le principe céleste à l'origine de la manifestation terrestre sous toutes ses formes.

Le lotus

La réalisation de l'être est souvent symbolisée par l'épanouissement d'une fleur à la surface des “Eaux”. Cette fleur est généralement un lotus en Orient.

L'Eau représente le principe passif par rapport au Feu considéré comme actif. Elle fait du lotus le principe passif yin, le vase où se déverse le principe actif yang. L'aspect réceptacle du lotus est même renforcé par le tracé de l'étendue d'Eau en forme de cuvette. Le lotus renferme toutes les possibilités de développement de l'être, soulignées par la couleur blanche.

La floraison du lotus symbolise l'être qui a quitté les profondeurs obscures des Eaux pour s'ouvrir totalement et laisser ses possibilités émerger en pleine lumière. Des possibilités recouvrant les aspects physique, psychique et spirituel. Cette gradation ascendante passe par toutes sortes d'états d'être depuis les plus inférieurs jusqu'aux plus élevés. Une ascension symbolisée par…

Le pont

Le pont relie deux rives, deux états, deux mondes, horizontalement entre les hommes et verticalement entre les hommes et l'au-delà, entre la Terre et le Ciel. Au commencement, le Ciel et la Terre étaient unifiés et ils furent séparés du fait même de la manifestation des choses représentée par la mer occupant l'espace libéré. Le pont réunit alors ce qui était séparé et permet de rétablir l'unité originelle des choses dans leur état primordial indifférencié.

Le pont symbolise le chemin entre deux rives, deux états ou deux domaines et il peut être parcouru dans les deux sens. Tout comme un homme conduisant sur un pont ne peut faire demi-tour à mi-chemin, l'être soucieux de s'élever vers des états supérieurs ne peut jeter un regard en arrière tant qu'il n'a pas atteint son but ultime sous peine de se retrouver dans l'état précédent, voire en deçà.

L'homme traverse le pont pour quitter l'état d'être physique et devenir un être véritable, i.e. centré en lui-même, et plus encore l'être transcendant, i.e. dont le centre coïncide avec le Centre du Monde. Parvenu au terme du voyage, il retrouvera l'unité perdue de l'état original et deviendra un être totalement accompli. Il pourra alors, si le cœur lui en dit, retourner à son point de départ sans rien perdre en route.

Les étoiles à cinq branches

La cuvette des Eaux et le lotus sont tournés vers le haut et reçoivent les influences symbolisées par l'arc des cinq étoiles, tourné vers le bas. Ces influences ne peuvent être que celles de principes à la source de la manifestation des possibilités contenues dans la fleur.

Les cinq éléments de la tradition chinoiseDans la tradition chinoise, la manifestation physique ou matérielle s'appuie sur cinq “éléments” ou principes élémentaires. Quatre d'entre eux sont associés aux points cardinaux comme sur le schéma ci-contre: nord eau yin, ouest métal yin, est bois yang et sud feu yang. Le cinquième élément, terre, est situé au centre car il représente le point d'équilibre entre le yin et le yang, le lieu de transition entre les éléments yin (eau, métal) et yang (bois, feu).

Le processus de génération-destructionCes éléments ont la particularité de procéder l'un de l'autre dans un double processus cyclique de génération (eau, bois, feu, terre et métal) et de destruction (bois, terre, eau, feu et métal) résumé dans le schéma étoilé ci-contre (pour plus de détails, voir le drapeau de Hong-Kong). Dès lors, il est naturel d'associer les cinq éléments ou principes aux cinq étoiles à cinq branches formant un arc au-dessus du lotus. L'élément central, terre, correspond naturellement à la plus grande étoile et les éléments yin et yang aux étoiles situées de part et d'autre.

La cuvette des Eaux et le lotus sont traversés par un axe invisible qui symbolise le pont vertical reliant la Terre et le Ciel. Il permet aux influences terrestres de s'élever et aux influences célestes de se manifester. Les influences descendantes se déploient dans le plan terrestre à partir du centre situé à la base de la fleur. Elles s'étendent dans toutes les directions du plan horizontal symbolisé par les quatre points cardinaux. Les trois feuilles de lotus illustrent parfaitement la voie verticale prolongée par les voies horizontales. Le pont transversal sous le lotus renforce ce dernier aspect comme pour souligner qu'il s'agit principalement ici de manifestation terrestre, physique ou matérielle.

Les couleurs et le motif du drapeau concourent à lui donner une réelle cohérence, au-delà de l'amalgame apparent d'éléments aussi divers qu'une fleur, un pont et des étoiles.

Bibliographie

  • René Guénon:
  • “Symboles de la Science sacrée”. Éditions Gallimard 1962;
  • Notamment, les chapitres LXIII sur “Le symbolisme du pont” et LXIV sur “Le pont et l'arc-en-ciel”.
  • “La Grande Triade”. Éditions Gallimard, 1957.
  • Notamment, le chapitre XVIII sur “L'homme véritable et l'homme transcendant”.
  • Marcel Granet:
  • “La pensée chinoise”. Éditions Albin Michel, 1988.
  • En particulier, le chapitre 3 sur “Les nombres”.
Haut