Le drapeau italien

Résumé

Drapeau italien

Les couleurs du drapeau

Nul doute que l'adoption du drapeau a suivi le parcours de la réalisation de l'unité du pays. Une unité qui se fonde sur le rapprochement des peuples autour d'un symbole commun bien sûr, mais également autour d'une langue commune. Comment dans ces conditions ne pas évoquer Dante Alighieri dont la “Divina Commedia” fait précisément référence au symbolisme des trois couleurs ?

N'est-il pas surprenant de voir Béatrice revêtue des trois couleurs qui allaient devenir les couleurs nationales de l'Italie ? Ces tonalités seraient d'origine maçonnique sans que rien ne confirme cette affirmation. Il est vrai que les trois couleurs du grade “Prince de Mercy” de la Maçonnerie écossaise, qui prétend remonter aux Templiers, sont précisément le vert, le blanc et le rouge. Il est également vrai que ces couleurs symbolisent les trois vertus théologales de la tradition chrétienne, à savoir l'Espérance, la Foi et la Charité, en relation avec le voyage entrepris dans la comédie de Dante.

Le vert ou l'Espérance

L'Espérance n'a rien à voir ici avec le secret espoir de réaliser ses désirs. Elle symbolise, au contraire, l'aspiration profonde à la félicité, à la pleine Connaissance. Une Connaissance que l'être humain ordinaire ne pourra acquérir qu'au cours d'un voyage initiatique traversant trois mondes: les Enfers, le Purgatoire et les Cieux.

  • L'être ordinaire vivant sur Terre doit tout d'abord entreprendre une descente symbolique dans le monde souterrain des Enfers qui représente le monde profane, le monde des états de l'être inférieurs à l'état proprement humain. L'être doit en effet épuiser toutes les possibilités liées à ces états avant de pouvoir remonter sur terre et accéder aux états véritablement humains.
  • Revenu sur Terre, l'être ordinaire doit réaliser la plénitude des possibilités humaines dont certaines seulement sont actualisées en lui. Il entre alors réellement dans le monde des épreuves initiatiques, dans le Purgatoire symbolisé par la montagne au sommet de laquelle Dante situe le Paradis terrestre associé à l'état édénique. Un état qui constitue le point de départ vers un voyage extra-terrestre prolongeant l'initiation.
  • Le voyage extra-terrestre symbolise l'accès aux états de l'être supérieurs à l'état humain, aux états supra-humains et propres à l'être total qui a conquis les Cieux. Parvenu à la pleine Connaissance, il dépasse l'état humain et devient un être totalement unifié où humanité et spiritualité ne font plus qu'une.

Notez que le drapeau du Vatican, sans recourir explicitement à Dante, symbolise ce même voyage initiatique.

Le blanc ou la Foi

Il ne s'agit pas ici de la croyance aveugle, mais de la vraie Foi, de l'abandon total à Dieu en lui témoignant une confiance sans limite indispensable pour entreprendre le voyage initiatique. C'est la Foi de la “Fede Santa”, une association du Moyen Âge de filiation Templière. Ses dignitaires, dont Dante faisait probablement partie, portaient le titre sans équivoque de “Kadosch” (Saint en hébreu), un titre toujours en vigueur dans les hauts grades de la Maçonnerie contemporaine. Comme rien n'est le fruit du hasard, Dante choisit précisément le fondateur des règles de l'Ordre du Temple, saint Bernard, comme guide pour entreprendre son voyage extra-terrestre.

Le rouge ou la Charité

La Charité représente ici l'Amour divin. Il ne s'agit pas seulement d'aimer son prochain - fût-il Dieu - comme soi-même, mais d'être soi-même Amour. C'est l'Amour authentique au sens de la doctrine des Ordres de la Chevalerie dont la fondation remonte aux croisades et aux échanges subséquents entre l'Orient et l'Occident. Or, Dante appartenait à un Ordre de Chevalerie initiatique, les “Fedeli d'Amore”, organisation héritière de l'Ordre du Temple dont le cri était: “Vive Dieu Saint Amour”.

De façon générale, deux voies initiatiques s'offrent au voyageur en quête des Cieux:

  • La voie de l'Intelligence ou de la pleine Lumière, une voie au-delà de la seule réflexion, source de lumière sans chaleur.
  • La voie du Cœur ou de la Chaleur véritable, une voie au-delà du seul sentiment, source de chaleur sans lumière.

Tout en portant Intelligence et Amour à leur sommet, les “Fedeli d'Amore” privilégiaient la voie du Cœur, la voie des Chevaliers, des Kshatriyas de la tradition indienne, des soufis de la tradition islamique.

Bibliographie

  • René Guénon:
  • “L'ésotérisme de Dante”. Éditions Gallimard 1957;
  • Un opuscule qui se lit d'un trait.

Cette page est dédiée à Anna Danesi, une amie très proche qui portait Dante aux nues.