LOTUS

Au cœur du symbolisme

Le drapeau du Cambodge

(Page détaillée)

Résumé

Drapeau du Cambodge

Les couleurs du drapeau

Le drapeau représente le temple d'Angkor Vat sous une forme stylisée blanche sur un fond rouge, encadré de deux bandes bleues.

Le rouge et le bleu sont deux couleurs “extrêmes” du spectre de la lumière visible décrit par l'arc-en-ciel. En tant que couleur la “plus élevée”» de l'arc-en-ciel, le rouge est associé au sommet du pouvoir temporel, le roi, tandis que la couleur “inférieure” bleue correspond aux personnes sujettes à sa puissance.

Le blanc caractérise la lumière visible rassemblant toutes les couleurs à l'état unifié; il symbolise la “Grande Unité” contenant toutes les choses à l'état potentiel. Par conséquent, le blanc se rapporte au Principe céleste à la source de la manifestation terrestre et remis, ici-bas, entre les mains de l'autorité spirituelle. C'est probablement pourquoi le temple d'Angkor Vat est coloré en blanc.

Les caractères spirituel et temporel des couleurs du drapeau ne font que renforcer la forte imprégnation des origines d'Angkor Vat. Avant de devenir bouddhiste, le temple était hindouiste et l'influence de la tradition hindoue a prévalue tout au long de sa construction.

Un bref aperçu de la tradition hindoue

Dans la tradition hindoue, l'être fait habituellement face au soleil levant, i.e. à l'est. Or, l'orbite du mouvement apparent du soleil (écliptique) glisse quotidiennement vers le nord entre les solstices d'hiver et d'été et vers le sud entre les solstices d'été et d'hiver. Il s'ensuit que l'orbite rencontre l'horizon en deux points liés au lever et au coucher du soleil.

Au solstice d'hiver, le soleil se lève au sud-est et se couche au sud-ouest. Au solstice d'été, il se lève au nord-est et se couche au nord-ouest. En d'autres termes, le lever du soleil se déplace entre le sud-est et le nord-est pendant sa phase ascendante. Réciproquement, il va du nord-est au sud-est au cours de sa phase descendante.

Faire face à l'estTout en faisant face à l'est, l'être peut donner la préférence à la droite ou à la gauche, au sud ou au nord, à la lumière ou à l'obscurité:

  • Favoriser la droite ou le sud signifie regarder le soleil levant entre les solstices d'été et d'hiver ou opter pour la phase descendante commençant avec le solstice d'été. Elle est destinée aux personnes qui devront passer par d'autres états d'être tant qu'elles ne seront pas parvenues à devenir des êtres pleinement humains centrés en eux-mêmes. C'est la “voie des ancêtres“ (pitriyânâ), la voie mémorisant d'anciens états;
  • Donner la préférence à la gauche ou au nord signifie observer le lever de soleil entre les solstices d'hiver et d'été ou choisir la phase ascendante inaugurée par le solstice d'hiver. Elle mène l'être au delà des états humains, vers les états supra-humains où le centre de l'être humain s'identifie avec le Centre de l'être total, résidence du Principe Suprême, Brahma. C'est la “voie des dieux“ (devayânâ).

Ce qui précède nous montre que la voie de la libération totale passe par la traversée de l'obscurité. Ce point important va nous aider à comprendre la structure d'Angkor Vat.

La structure d'Angkor Vat

Angkor Vat a été construit sous le règne du roi Khmer Suryavarman II au début du 12e siècle. De forme rectangulaire et couvrant environ 200 hectares, il est entouré d'une douve large de 200 mètres. Orienté selon les points cardinaux, le site est accessible par une chaussée en grès à l'ouest et une bande de terre à l'est.

Emprunter l'entrée orientale signifie faire face à l'ouest, au crépuscule, au soleil couchant, à l'obscurité et, selon une opinion commune, à la mort. En conséquence, Angkor Vat aurait été auparavant un tombeau. En fait, si le site fait référence à la mort, ce n'est pas au sens commun du terme. Selon la tradition hindoue, il signifie symboliquement que l'être devra traverser l'obscurité pour mourir aux états humains afin de pouvoir re-naître dans les états supra-humains. Il s'ensuit que le temple d'Angkor Vat était plus vraisemblablement un lieu d'initiation ouvrant la voie de la Connaissance et de la réalisation spirituelle.

Faire face à l'ouestMentionnons que faire face à l'ouest plutôt qu'à l'est renforce la quête de l'être. En faisant face à l'ouest, l'être peut donner la préférence à la droite ou à la gauche, à l'obscurité ou à la lumière. Comme précédemment, il devra traverser l'obscurité pour être libéré de toutes les limitations liées à son conditionnement humain. En outre, il lui faudra traverser l'obscurité de part en part en suivant successivement les directions ouest et nord. Cela montre que les constructeurs du temple d'Angkor Vat entendaient mettre l'accent sur la réalisation de l'être total.

Le temple d'Angkor Vat se dresse sur une terrasse surplombant la ville environnante. Il est composé de trois galeries rectangulaires, chacune plus élevée que la précédente. Au centre de la dernière galerie se trouve une tour surmontée d'un dôme en forme de bouton de lotus très symbolique. Aux angles des deuxième et troisième niveaux s'élèvent également des tours surmontées de dômes en forme de bouton de lotus.

Les trois niveaux du temple font référence aux trois mondes de la tradition hindoue entourant le mont Mêru, c'est-à-dire la Montagne sacrée symbolisant le “Pôle”, “l'Axe du Monde” reliant le Ciel et la Terre et représenté par la tour centrale.

Ces trois mondes (“Tribhuvana”) sont associés à trois types de pouvoir:

  • Le monde terrestre gouverné par le pouvoir royal;
  • Le monde intermédiaire sous l'autorité sacerdotale;
  • Le monde céleste représentant le Principe commun à ces deux pouvoirs.

Cette correspondance à trois niveaux entre le macrocosme et le microcosme peut être trouvée dans toute tradition. Elle fait naturellement partie du processus d'initiation qui reflète le processus cosmogonique. Elle concerne respectivement les Kshatriyas, les Brahmanes et le Prêtre-roi 1.

En tant que temple hindou, Angkor Vat fut dédié à Vishnu, l'un des trois dieux de la Trimûrti. À côté de Brahmâ (le créateur) et Shiva (le transformateur), Vishnu symbolisait le préservateur et le protecteur du Principe Suprême au-delà de toute distinction, Brahma. Il fut une époque où la tour centrale contenait une statue de Vishnu. En tant que gardien de la tradition, il était probablement glorifié par un serpent à sept têtes (nâga) symbolisant l'arc-en-ciel, le pont entre la Terre et le Ciel.

Plan du temple d'Angkor VatIl existe une forte relation entre le centre du temple et sa partie occidentale. Les deux directions rayonnant à partir du centre et passant par les deux portes latérales situées à l'occident sont orientées vers le soleil couchant aux solstices d'hiver et d'été. Bien plus, les tours aux angles nord-ouest et sud-ouest sont également alignées selon les mêmes directions. Cela souligne le rôle clé du centre du temple dans le processus d'initiation.

Il n'y a aucune relation semblable entre le centre du temple et sa partie orientale. L'être utilisant l'entrée occidentale devait faire face à l'orient et aller à gauche ou au nord pour atteindre des états supérieurs (voir la deuxième image ci-dessus). En d'autres termes, il devait circumambuler dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pour voir les magnifiques bas-reliefs du temple. Cela est en complète adéquation avec la tradition hindoue.

Davantage de relations entre la tradition hindoue et la structure du temple pourraient être mises en avant. Elles confirmeraient son rôle touchant à l'initiation. La fonction d'un bâtiment est souvent inscrite dans sa structure. Dans le cas d'Angkor Vat, elle montre une nette distinction entre les deux entrées:

  • L'entrée arrière ou orientale reliée au blanc, la couleur des Brahmanes. Le blanc symbolise l'autorité spirituelle ou sacerdotale détenant la connaissance de principes et responsables de leur transmission aux initiés.
  • L'entrée frontale ou occidentale reliée au rouge, la couleur des Kshatriyas. Le rouge représente le pouvoir temporel ou royal en charge de l'application des principes.

Cette distinction entre les entrées découle de leur relation avec le centre, le lieu effectif ou symbolique du Prêtre-roi, gardien de la tradition. La structure harmonieuse du temple ne fait que refléter la profonde cohérence de la tradition hindoue.

Bibliographie

  • René Guénon:
  • “Symboles de la Science sacrée”. Éditions Gallimard 1962;
  • Notamment, les chapitres X sur “la triple enceinte druidique” et XXXV sur “les portes solsticiales”.

1 retour Les différentes marches du temple symbolisent les différents niveaux de spiritualité à atteindre. Les marches à escalader pour atteindre le niveau supérieur sont extrêmement raides car elles correspondent à l'accès à l'état d'initiation ultime, l'état supra-humain caractérisant l'être total. Après avoir atteint cet état spirituel, l'être n'a plus besoin, en principe, de revenir à son état humain, i.e. de redescendre les marches du temple.

Haut