LOTUS

Au cœur du symbolisme

Le drapeau du Bhoutan

(Page détaillée)

Résumé

Drapeau du Bhoutan

Les couleurs du drapeau

La couleur blanche du dragon représente la lumière visible, source de toutes les couleurs du spectre de l'arc-en-ciel. Elle symbolise, par conséquent, le Principe de la manifestation des couleurs en particulier et de toute chose en général.

Les deux couleurs de fond du drapeau, séparées diagonalement, sont associées aux pouvoirs spirituel et temporel: la couleur de la partie basse, rouge orangé, pour l'autorité royale et la couleur de la partie haute, jaune orangé, pour l'autorité spirituelle bouddhiste.

  • Couleur “supérieure” du spectre de l'arc-en-ciel, le rouge correspond au rang le plus élevé du pouvoir temporel, un rôle traditionnellement dévolu au roi.
  • Couleur la plus chaude du spectre de l'arc-en-ciel, le jaune est lié au soleil et à l'or, deux symboles de l'influence spirituelle. Dans diverses traditions, il représente la transmission du pouvoir spirituel au roi.
  • Mélange de rouge et de jaune, l'orange combine l'or spirituel avec le rouge temporel. Il symbolise l'équilibre entre les pouvoirs spirituel et temporel, les mondes céleste et terrestre, c'est-à-dire la justice au sens large du mot ou l'harmonie. Le vêtement couleur safran des moines bouddhistes symbolise également la recherche de l'harmonie.

L'équilibre (orange) entre les pouvoirs spirituel (jaune) et temporel (rouge) correspond à la diagonale séparant les mondes d'en haut et d'en bas. L'équilibre entre les deux mondes est encore renforcé par le dragon ondulant comme un serpent le long de la diagonale. Il est simultanément une créature des deux mondes, volant dans le ciel et se cachant dans l'eau, la terre ou même les profondeurs. Cela l'apparente à Quetzalcoatl, le serpent à plumes de la mythologie Aztèque (voir le drapeau mexicain).

Pour plus de détails sur la signification des couleurs, consulter les couleurs de l'arc-en-ciel.

Les pouvoirs du dragon

Dans nombre de traditions, légendes et contes, les dragons sont les gardiens de trésors cachés dans des châteaux, des cavernes ou les profondeurs de la mer, de la terre ou des puits. La défaite du dragon est une épreuve pour le héros qui doit conquérir le trésor ou libérer la fille du roi. La réussite de cette épreuve transforme le héros en une nouvelle créature: il abandonne sa condition d'être ordinaire dispersé aux quatre vents pour renaître en tant qu'être centré en lui-même. Il devient un individu à part entière (de “individuum” signifiant indivisible, un). Il réintègre alors son foyer où il vit en accord avec lui-même et le monde extérieur. Il découvre le véritable trésor gisant au fond de son être, la paix intérieure et l'harmonie.

Dans les traditions d'Extrême-Orient, le trésor consiste habituellement en une perle. Enfermée dans une coquille, elle symbolise la Connaissance cachée, la Connaissance à découvrir, la Connaissance à la source du monde, le Verbe créateur comme “lieu des possibles”. En tant que telle, la perle est une image du Principe, source de manifestation de tous les êtres et choses. Au cours de sa manifestation, le Principe se polarise tout d'abord selon les mondes d'en haut et d'en bas à l'image des deux moitiés de la coquille qui s'ouvre pour libérer la perle.

En Asie, les coquilles sont fécondées par le tonnerre produit par le dragon.Étendard de la fin de la dynastie mandchoue Tsing (1890-1911) Elles développent une perle symbolisant l'Univers, le Cosmos, l'Oeuf du Monde en gestation avant sa manifestation. Le dragon jouant avec une perle comme sur l'image ci-contre dépeint le pouvoir de la manifestation souligné par le rouge de la sphère sur un fond couleur safran. Un pouvoir de manifestation décrit avec encore davantage de précision par le dragon sur le drapeau du Bhoutan.

Dragon sur le drapeau du BhoutanLe processus de manifestation est représenté par les quatre perles tenues dans les griffes du dragon formant un carré associé aussi bien aux quatre points cardinaux qu'à la base de construction de tout édifice, du palais royal notamment. Le dragon saisit la perle supérieure avec ses griffes tournées vers le haut comme si elle était tombée du Ciel; les trois autres perles sont tenues avec les griffes tournées vers le bas comme si elles avaient été déposées sur Terre. La première perle symbolise la pose de la première pierre, la pierre fondamentale; les trois autres perles s'apparentent aux trois autres pierres qui délimiteront avec la première la base de l'édifice. La dernière pierre, la clef de voûte symbolisée par la tête du dragon, couronnera l'achèvement de l'édifice. Elle représente le Principe au-delà des deux mondes et qui se manifeste dans les autres pierres.

À l'image des points cardinaux, toutes les choses manifestées s'opposent deux à deux: mondes d'en haut et d'en bas, lumière et obscurité, blanc et noir ou, plus généralement, yang et yin. C'est ainsi que le dragon, à la source du tonnerre, peut à la fois cracher le feu (yang) et libérer la pluie (yin).

En tant que symbole du Principe et de sa manifestation polarisée selon le yang et le yin, le dragon agit comme le garant de l'harmonie entre l'Unité et ses éléments manifestés. Il symbolise la résolution des opposés au sein de l'Unité. Rien d'étonnant, par conséquent, dans le fait que le Bhoutan soit vraiment le seul pays au monde à préconiser un développement durable et à le mettre en pratique. En effet, le développement durable ne signifie rien d'autre que préserver l'harmonie entre les différentes composantes du développement (environnementale, sociale, économique et institutionnelle) tout au long des générations.

Bibliographie

  • Jean-Marie Pelt:
  • “Nouveau tour du monde d'un écologiste”, éditions Fayard, 2005;
  • Principalement le chapitre 16 intitulé “Le Bhoutan, petit paradis écologique”.
Haut