LOTUS

Au cœur du symbolisme

Saint-Jean d'été et d'hiver

(Résumé)

Le feu, source de lumière et de chaleur

Les solstices

Les fêtes des solstices (de “sol” soleil et “stare” s'arrêter) correspondent à la célébration de deux moments privilégiés de la course de l'astre dans le ciel. Fêtes du soleil et de la lumière, elles sont symbolisées de nos jours par les feux nocturnes de la saint Jean d'été et la bûche dans l'âtre aux alentours de la Saint-Jean d'hiver ou de Noël. Ces symboles, aussi riches qu'anciens, sont en étroite relation avec la réalisation de l'être.

Les deux Saint-Jean étaient des fêtes solsticiales traditionnellement associées au dieu romain à deux visages, Janus. Il était à la fois le gardien des deux portes (du latin janua qui signifie littéralement porte) solstitiales en relation avec les deux phases du cycle annuel du soleil et le Maître de l'initiation aux “mystères”:

  • La Saint-Jean du solstice d'été renvoie à l'initiation aux “petits mystères” produisant un être centré en lui-même et véritablement humain. Les feux extérieurs de la Saint-Jean d'été sont autant de sources de la lumière visible, pâle reflet de la véritable Lumière invisible.
  • La Saint-Jean du solstice d'hiver fait écho à l'initiation aux “grands mystères” où l'individu a rejoint non seulement son propre centre, mais le Centre du monde. Le feu intérieur de la bûche dans l'âtre symbolise la Lumière supra-individuelle de l'être pleinement accompli ou total.

La coutume d'allumer la bûche avec un tison de la Saint-Jean de l'été précédent témoigne de la subordination de l'état d'être humain à celui d'être total. La lumière visible associée au premier est tout entière comprise dans le spectre de la Lumière invisible relative au second. L'être total n'exclut pas l'être humain, il l'englobe.

Page détaillée

Haut