LOTUS

Au cœur du symbolisme

Les approches de la couleur

(Résumé)

Composition de Carla Accardi, 1947, Musée d'art contemporain, Milan

Révélations extérieure et intérieure

Les couleurs sont une manifestation de la lumière qui illumine et nous révèle le monde. Elles sont absorbées, réfléchies et propagées sous la forme de corpuscles ou d'ondes. Captées par l'œil, elles sont transmises au cerveau et transformées en sensations colorées. Les couleurs extérieures deviennent alors intérieures au sens propre du mot. Elles sont ensuite comprises, c'est-à-dire prises avec tout leur environnement, pour être interprétées en fonction de l'itinéraire de chacun.

Que la signification des couleurs varie selon les régions et les époques ne soulève guère de doutes. Et cela nous conduits à nous demander, par exemple, pourquoi la couleur du deuil est le noir en occident et le blanc en orient ? À propos, le noir et le blanc sont-ils vraiment des couleurs ? La réponse ne peut-être que oui et non à moins que ce ne soit non et oui. Peu importe et poursuivons avec le deuil:

  • Le noir absorbe toutes les (autres) couleurs. Cela signifie la disparition de toutes les couleurs vives du monde, du monde des vivants. À ce titre, le noir convient tout à fait comme symbole de la mort;
  • Le blanc, au contraire, réfléchit toutes les (autres) couleurs qui retournent à la vie, au monde des vivants. Il fait écho à une re-naissance suivant le décès. La mort n'est plus une fin ultime, mais seulement la fin d'un cycle annonciatrice d'un nouveau cycle, d'un re-nouveau.

Les couleurs du deuil diffèrent moins que les points de vues sous jacents. En fait, les deux se complètent. Tout dépend de la connotation donnée au mot “fin”. Et pourquoi ne pas les englober au lieu de les opposer. Il s'agit de la fin de quelque chose et du début d'une autre, même si elle reste largement inconnue. D'ailleurs, les couleurs du deuil ne sont jamais totalement noire ou blanche. Le noir et le blanc sont souvent assortis d'une pointe de blanc ou de noir. Une approche plus riche consisterait précisément à élargir notre vision et à étudier la relation entre le noir et le blanc… et les (autres) couleurs.

Si l'interprétation des couleurs dépend bien du contexte environnemental et culturel, elle les dépasse aussi pour acquérir un sens plus profond. Plus profond que la forme qui est apparence, que le lieu et l'époque qui sont contingences.

Il y a loin du photon ou de l'onde électromagnétique, propres au monde extérieur, au profond ressenti, caractéristique du monde intérieur. Comment s'étonner dès lors de la divergence entre les vues extérieures et scientifiques et les visions intérieures et symboliques.

Page détaillée

Haut