LOTUS

Au cœur du symbolisme

Le vitrail de la cathédrale gothique (Page détaillée)

Résumé

Les couleurs du vitrail

Tout comme le Temple, la cathédrale gothique fut construite sur la base de la géométrie sacrée. Elle est divisée en trois espaces en relation aussi bien avec le macrocosme (ou monde cosmique) que le microcosme (ou monde individuel):

  • La nef représentant la Terre (macrocosme) et le corps humain (microcosme);
  • Le transept décrivant l'Atmosphère (macrocosme) et l'âme humaine (microcosme);
  • Le chœur et l'abside symbolisant le Ciel (macrocosme) et l'Esprit (microcosme).

Les formes arrondie de l'abside et rectangulaire de la nef sont respectivement représentatives du Ciel et de la Terre. La cathédrale gothique est une image du Cosmos reflétant l'harmonie entre la création humaine et la Création divine.

Lorsque le fidèle pénètre dans la cathédrale, il fait face à l'est et à la lumière naissante. Soucieux d'être en harmonie avec la Création divine, il va parcourir l'édifice en suivant le cycle diurne du soleil ou son cycle annuel et saisonnier:

  • Il commencera par le monde obscur, des ténèbres associé au nord et à la couleur nocturne ou hivernale bleue;
  • Il poursuivra par le monde de la lumière naissante, du soleil levant relié à l'est et à la couleur matinale ou printanière verte;
  • Il continuera avec le monde de la pleine lumière, du soleil de midi en relation avec le sud et la couleur zénitale ou estivale jaune;
  • Il terminera par le monde crépusculaire, du soleil couchant attaché à l'ouest et à la couleur vespérale ou automnale rouge.

Le fidèle ne termine pas là où il a commencé. Il achève un cycle avant d'en entreprendre un autre ou de mourir à l'état d'être actuel avant de renaître à l'état nouveau. Ce faisant, il parcourt les couleurs du spectre de l'arc-en-ciel de “bas” en “haut”, signe de sa progression. Ces couleurs se fondent dans une couleur unique, le blanc, symbole de l'état unifié que le fidèle s'efforce d'atteindre. Rejoindre l'état unifié signifie rallier le Centre, Dieu.

Dès lors, il n'est pas étonnant que ces cinq couleurs (bleu, vert, jaune, rouge et blanc) constituent la base de la palette des maîtres verriers qui développèrent surtout des nuances. Ainsi, il est d'usage au XIIe siècle d'employer des verres très lumineux (notamment un bleu pâle, le célèbre “bleu de Chartres”) qui feront place à des nuances chromatiques plus sombres au siècle suivant.

L'arbre de Jessé

Arbre de JesséL'arbre de Jessé constituait un thème très prisé des maîtres verriers des XIIe et XIIIe siècles. Le sujet tire son origine à la fois d'une prophétie d'Isaïe (11, 1: “un rameau sortira du tronc de Jessé, un surgeon poussera de ses racines.”) et de l'ascendance de Jésus au début de l'Évangile de Matthieu. Jessé était le père de David, premier Roi de Juda, l'un des deux royaumes de Palestine formés après la mort du Roi Salomon. Les commentateurs de la Bible y ont vu l'image d'une lignée familiale selon un arbre généalogique qui de Jessé à Joseph, époux de Marie, menait à Jésus.

Les vitraux représentent le plus souvent un Jessé endormi qui se voit rêver. De son corps émane un arbre dont les branches et les tiges sont animées d'un léger mouvement de bas en haut. L'arbre renferme dans sa partie centrale les portraits symboliques des Rois de la lignée et dans les parties latérales les prophètes et patriarches. Tout en haut se tient le Christ dans toute sa majesté.

Par ses racines plantées en terre et ses branches érigées vers le ciel, l'arbre est le lien par excellence entre les mondes d'en bas et d'en haut. Il symbolise l'Axe vertical qui unit les puissances terrestres et célestes, le pouvoir temporel et l'autorité spirituelle. À l'arbre généalogique associé à la descendance de Jessé répond l'Arbre de Vie (éternelle), la voie ascendante qui relie les différents états de l'être depuis les plus temporels jusqu'aux plus spirituels. Ces états sont échelonnés sur sept ou huit niveaux:

  1. Au niveau inférieur, la posture horizontale de Jessé suggère le plan terrestre surmonté de la verticale;
  2. Aux niveaux intermédiaires, les différents Rois représentent les centres correspondant à différents états de l'être. Ils caractérisent l'être qui a dépassé les antagonismes liés à un état donné et trouvé l'unité au sein de ce dernier;
  3. Au niveau supérieur, le Christ symbolise non seulement l'être centré dans les différents états intermédiaires, mais centré au plus haut de l'Axe symbolisant le Centre du Monde. Il est au plus haut de Cieux

En remontant les différents nivaux et en s'identifiant successivement au centre de chacun d'eux, l'être suit la voie du retour qui le ramènera à l'état primordial d'où il provient, à l'état totalement intégré où la dualité sous toutes ses formes s'efface devant l'Unité.

Le Zodiaque

Véritable enveloppe du Cosmos, le Zodiaque est décrit par un cycle de douze signes en relation avec douze constellations permettant de repérer les astres dans le ciel.

La cathédrale de Chartres présente, dans la partie sud de son déambulatoire, un vitrail reliant les signes du Zodiaque et les activités agricoles au cours de l'année.

Le Christ

Au-dessus du Zodiaque et des activités agricoles siège le Christ bénissant, le dieu Sauveur.

Christ, dieu Sauveur

Le Christ est associé au poisson car, en langue grecque, Ichthus est l'anagramme de Iêsous (Jésus) Christos (Messie) Theou (de Dieu) Uios (Fils) Soter (Sauveur). De plus, sous la figure du poisson, le Christ est aussi le Régulateur des cycles saisonniers.

Comme souvent dans les édifices religieux, le vitrail doit être regardé de bas en haut.

Les Poissons

Signe des PoissonsSitué au bas du vitrail, le signe des Poissons fait pendant au paysan se réchauffant auprès du feu.

Le signe renvoie naturellement au poisson ordinaire considéré sous ses aspects spirituels de “principe de vie” et de “fécondité”. Or, dans nombre de traditions, l'Eau et le Feu constituent les éléments primordiaux et doivent conférer au dessin des deux poissons un sens au-delà de la signification ordinaire.

Reliés par un cordon témoignant de leur profonde association, les deux poissons sont doublement inversés par rapport à deux axes:

  • Un axe horizontal assimilé à la surface des eaux qui sépare les mondes d'en haut et d'en bas, les “Eaux supérieures” des “Eaux inférieures”. Et tout ce qui est au-dessus de la surface des eaux se reflète de manière inversée au-dessous de cette même surface. Le supérieur devient l'inférieur, le dessus le dessous etc.
  • Un axe vertical reliant les mondes de droite et de gauche, le Zodiaque et les activités agricoles. Autrement dit, ce qui relève de l'ordre cosmique se reflète littéralement dans les activités humaines.

Les Poissons établissent en fait une double association entre:

  • Les mondes d'en haut et d'en bas, c'est-à-dire le spirituel et le temporel;
  • Le Zodiaque et les activités humaines, c'est-à-dire le Cosmos et les êtres.

Le vitrail du Zodiaque dans son ensemble prône l'harmonie de l'être avec les mondes cosmique et de l'Au-delà.

Le Verseau

Au dessous du signe des Poissons, le Verseau est accolé à la représentation du dieu romain Janus aux trois visages.

Signe du Verseau

Les deux visages latéraux sont tournés vers les activités humaines et les signes du Zodiaque tandis que le visage central (normalement invisible) fait face au spectateur. Ce troisième visage nous invite à dépasser le dualisme des vues latérales, à emprunter la voie axiale et à lever les yeux vers le Christ. Il trône au-dessus des activités humaines et du Cosmos. Le Christ symbolise le monde de l'Au-delà, l'Un figuré par le point de jonction des deux bordures du vitrail en forme d'arcs brisés.

Le signe du Verseau proprement dit montre un homme, probablement un sage, tenant entre ses mains une cruche d'où l'eau s'écoule. Ce liquide peut à la fois étancher la soif de l'être physique et/ou combler la soif de l'être spirituel. L'assouvissement du corps et l'épanouissement de l'esprit correspondent à deux voies symbolisées par les deux visages latéraux du dieu Janus.

Le Capricorne

Signe du CapricorneLa voie ascendante est reliée au signe du Capricorne mis en correspondance avec le temps des festivités hivernales.

Situé au plus près du Christ, le signe est représenté par un être mi-chèvre, mi-poisson. Cette créature, mi-marine mi-montagneuse, symbolise à la fois la plongée dans les profondeurs et l'élévation vers les hauteurs. S'ouvrant sur le solstice d'hiver, il marque la fin de la phase descendante du soleil vers le pôle sud céleste et le début de sa phase ascendante en direction du pôle nord céleste (pour plus de détails sur ce point, voir la description de la sphère céleste). Tout comme le solstice d'hiver, le signe du Capricorne symbolise la fin de la descente vers les ténèbres, synonymes d'ignorance, et le début de la remontée vers la Lumière, la Connaissance divine.

Le Cancer

Signe du CancerLa voie descendante est associée au signe du Cancer, diamétralement opposé au signe du Capricorne et relié à la fenaison en prévision des grands froids.

Le signe est représenté par un crabe, une créature mi-marine, mi-terrestre. Il fait suite au solstice d'été et signifie la fin de la phase ascendante du soleil vers le pôle nord céleste et le début de la phase descendante en direction du pôle sud céleste. Il correspond à une descente de la lumière vers l'obscurité.

Les signes zodiacaux du Capricorne et du Cancer s'ouvrent sur les portes des solstices d'hiver et d'été. Dans la tradition chrétienne, ces portes sont respectivement dénommées Janua Coeli et Janua Inferni, l'une s'ouvrant sur la lumière du monde céleste, l'autre sur les profondes ténèbres du monde terrestre.

Les signes du Capricorne et du Cancer, associés aux solstices, sont en relation avec les signes du Bélier et de la Balance associés aux équinoxes. Ces deniers marquent les milieux des deux phases ascendante et descendante du soleil ai cours de son cycle annuel apparent.

Le Bélier

Signe du BélierLe signe du Bélier a pour pendant l'activité de la taille de la vigne.

La taille de la vigne consiste à couper les vieilles branches afin de permettre aux nouvelles pousses de se développer.

Les cornes (du latin “cornu”) sortant de la couronne (du latin “corona”) de la tête du bélier évoquent le soleil et son rayonnement, le renouveau du printemps. Cela fait du Bélier un symbole solaire tout comme le lion et le sagittaire.

De plus, les cornes en forme en spirale suggèrent l'idée de développement ou de manifestation à partir d'un certain état et d'enveloppement ou de retour de cet état manifesté vers son état originel. Ce double mouvement entre Ciel et Terre, entre états supérieurs et inférieurs témoigne de la puissance des dieux ou de certains hommes. Ainsi, quand Moïse descendit du mont Sinaï, des cornes de feu sortirent de sa tête et disparurent.

La Balance

Signe de la BalanceLe signe de la Balance est associé aux vendanges et au foulage des grappes de raisin.

Les pépins contenus dans les grappes de raisin sont un symbole du germe, de l'origine des choses. Il s'ensuit que le jus extrait des grappes concrétise la boisson des dieux, le breuvage d'immortalité.

Le signe lui-même montre une personne tenant une balance en équilibre dans une main. Le plus souvent, la balance permet d'évaluer la pesanteur terrestre ou la légèreté céleste des choses. Par dessus tout cependant, elle permet d'apprécier l'équilibre entre les choses dites antagonistes: le bien et le mal, le juste et l'inique, le jour et la nuit, le froid et le chaud, le paradis et l'enfer etc. En fait, les antinomies ne s'opposent qu'à nos yeux. En réalité, elles se complètent pour assurer l'équilibre et l'harmonie dans le monde. Même le mal contribue à cet équilibre. La balance estime la juste mesure des choses, elle ne les juge pas.

Notons que les signes associés aux solstices d'une part et aux équinoxes d'autre part sont alignés le long de deux axes perpendiculaires. Ces axes divisent le cercle zodiacal en quatre zones en relation avec les quatre saisons.

Les Gémeaux

Le signe des Gémeaux montre deux êtres apparemment identiques se donnant la main droite. Le signe est accolé à un chevalier debout, prêt à enfourcher sa monture.

Signe des Gémeaux

Les Gémeaux représentent la dualité des opposés ou leur complémentarité au sein de l'unité. Ils ne sont semblables qu'en apparence. La manifestation ne reproduit pas à l'identique, elle produit de la diversité. Les Gémeaux symbolisent l'harmonie intérieure obtenue en retournant de la manifestation plurielle à l'unité originelle.

L'image du vrai chevalier se rattache à celle de l'être qui combattait pour une noble cause et/ou entreprenait un voyage initiatique en quête du Saint Graal, de l'état unifié au-delà de la dualité.

Le Taureau

Signe du TaureauLes signes du Bélier et du Taureau sont de nature distincte. Le premier est solaire, le second lunaire comme en témoigne les cornes de l'animal en forme de croissant. Notons que la première lettre de l'alphabet hébreu, aleph (ℵ), signifie taureau et représente le symbole de la lune.

Comme le lion, le taureau suggère la puissance et la force. Toutefois, le lion est essentiellement en relation avec le soleil céleste et symbolise les états supérieurs de l'être. Le taureau, au contraire, est relié à la lune, au monde obscur et aux états inférieurs. Bien plus, il caractérise les états potentiels de fécondité, de fertilité précédant la manifestation première. D'ailleurs, le travail annuel associé au signe présente un homme tenant une plante en fleur (ou un grain de blé dans son enveloppe) dans sa main droite et une plante fanée (ou la seule enveloppe du grain) dans sa main gauche. La première correspond à l'épanouissement des graines produites par la seconde. Cet homme ne met-il pas en avant la promesse des semailles ?

La complémentarité des signes du Lion et du Taureau fait partie de la vision d'Ézéchiel (1 1-14) dévoilant les quatre figures du taureau, de l'homme, du lion et de l'aigle (tétramorphe). Ces quatre figures symbolisent les divers états de l'être: les états potentiels ou inférieurs (taureau), les états humains (homme), les états supérieurs (lion) et l'état totalement unifié (aigle).

Le Lion

Symbole solaire par excellence, le signe du Lion est accolé aux travaux de la moisson.

Un homme récolte le blé avec une faucille; il récolte ce qu'il a semé. Le grain de blé a dû mourir en terre pour renaître au centuple. Il symbolise le processus d'initiation. L'homme doit mourir à un certain état d'être pour renaître dans des états (généralement) supérieurs.

Signe du Lion

Avec sa crinière auréolant sa tête, le lion symbolise la manifestation terrestre du soleil céleste:

  • Quand il sort ses griffes, il a la hardiesse et la puissance du combattant, du guerrier. À ce titre, il n'est pas seulement le roi des animaux; il incarne plus généralement le pouvoir royal. De nombreux rois l'ont pris pour emblème.
  • Il peut aussi conserver ses griffes rétractées et ne montrer que la force tranquille, la sérénité propre à l'autorité du Sage. Le Christ n'est-il pas qualifié de “Lion (de la tribu) de Juda” ?

Toutefois, fort de sa toute puissance, le lion peut également personnifier l'abus de pouvoir et régner en tyran. L'ambivalence du signe est à l'image de sa place dans le cycle zodiacal. Associé à la période considérée comme la plus chaude de l'année (dans l'hémisphère nord), le signe du Lion n'en est pas moins sur la voie descendante vers le signe du Capricorne.

La Vierge

Signe de la ViergeLe signe de la Vierge est représenté par une femme environnée de fleurs et en tenant une dans chaque main. Le signe est mis en rapport avec le battage des épis de blé au moyen du fléau.

La fleur symbolise le réceptacle, le principe féminin attendant d'être fécondé par le principe masculin. Elle dépeint l'état latent, non (encore) révélé, non (encore) manifesté. Elle est représentée par la Terre qui attend le grain de blé pour le faire germer et le voir renaître sous la forme d'épi. Ce symbole de la résurrection décrit les différentes étapes de l'être au cours de ses passages successifs d'un état à un autre (présumé plus élevé), avant d'atteindre l'état ultime.

Le Scorpion

Le signe du Scorpion est lié au travail de la vinification du jus de raisin.

Signe du Scorpion

Le jus requiert une longue maturation en fût avant de devenir un breuvage porteur de vérité. Pline l'Ancien n'a t-il pas déclaré: In vino veritas ? Il ne s'agit pas ici de vérité d'origine humaine. La Vérité authentique est de tous les temps et de tous les lieux. La Vérité dans son essence est identique au Principe à la source de toute chose, à l'Unité originelle, à Dieu. Nous ne pouvons que la connaître après une longue quête.

La piqûre du scorpion peut être mortelle et l'insecte a souvent servi à décrire les puissances démoniaques. Observons cependant que la queue du scorpion du même signe ne se termine pas par un dard, mais une tête de chien. Or, le chien a souvent servi de psychopompe pour passer de ce monde dans l'autre. Le signe figure ici la mort définitive aux états d'être inférieurs avant de re-naître non seulement dans des états supérieurs, mais dans l'état Suprême à la source de la Vérité. Un état accessible seulement après une longue initiation menant à la porte du signe du Capricorne.

Le Sagittaire

Signe du SagittaireLe signe du Sagittaire est relié au travail de fin de saison, la mort du cochon. L'animal décrit habituellement l'être limité aux seuls désirs et appétits physiques. Tuer le cochon signifie symboliquement dépasser les états inférieurs et terrestres pour accéder à des états supérieurs, voire célestes.

Quant au signe proprement dit, il est représenté par un centaure, une créature composée de la tête, du torse et des bras d'un homme et d'un corps de cheval. Cet être allie la force animale à la capacité humaine d'accéder aux états supérieurs. Le centaure tient trois flèches dans sa main droite et un arc pointant vers le ciel dans sa main gauche. Il sait quelle cible atteindre; il s'agit indéniablement d'un symbole solaire.

Les travaux annuels concernent essentiellement les cultures du blé et de la vigne, deux plantes porteuses de symboles relatifs à l'origine de toute chose. Étroitement liées aux signes du Zodiaque, elles laissent subodorer que l'astrologie traditionnelle avait autrefois une haute valeur initiatique et n'était pas limitée au seul art de la divination comme de nos jours.

La rose ou la rosace

La rose s'est à tel point distinguée par sa beauté, sa forme et son parfum qu'elle est devenue le symbole floral le plus répandu. De façon très générale, la rose est à l'Occident ce que le lotus est à l'Orient; tous deux font référence au symbolisme de la roue. La rose des cathédrales gothiques et la rose des vents illustrent ce rapprochement du symbole floral avec la roue.

La roue se compose d'un centre relié à une circonférence par des rayons. Le centre relativement immobile symbolise le Principe immuable à la source de toute chose et la circonférence sa manifestation. Comme les rayons de la roue peuvent être parcourus dans les deux sens, ils décrivent le mouvement du Principe vers sa manifestation et inversement. Leur nombre peut varie selon le point de vue adopté.

Le centre est caractérisé par le nombre Un. Ce nombre ne saurait être considéré comme le premier nombre impair. Il qualifie en fait le Principe commun à tous les nombres, préalable à toute distinction, en particulier entre nombres pairs et impairs:

  • Le premier nombre pair 2 figure la polarisation de l'Unité, notamment entre le Ciel et la Terre. La rose formée de 2, 4, 8, 16 voire 32 rayons caractérise la dualité du monde cosmique;
  • Le premier nombre impair 3 dépeint le ternaire mettant en relation l'unité (1) et sa manifestation polaire (2). La rose composée de 3, 6, 12 et 24 rayons associe le Principe et sa manifestation cosmique.

Ces deux types de roses se retrouvent notamment dans les bras du transept des cathédrales de Notre-Dame de Paris et de León dans le nord-est de l'Espagne.

  • La rose à 8, 16 et même 32 rayons est généralement orientée vers le nord car le dualisme est propre au monde obscur, des ténèbres, prémisses de la lumière;
  • La rose à 6, 12 et 24 rayons est traditionnellement tournée vers le sud car elle correspond à une descente depuis le centre ou le soleil vers sa manifestation ou son cycle diurne ou annuel.

Il est notable que les deux types de rose puissent tout aussi bien être dédiés au Christ et au nouveau testament qu'à la Vierge et à l'ancien testament. L'élévation vers la Vierge Marie, intercesseur et prodigue de bienfaits, est l'un des traits marquants du culte de la période gothique 1. Marie symbolise la Terre fécondatrice, le réceptacle de l'influence divine, le calice de la fleur, de la rose dont l'épanouissement dépeint la réalisation de toutes les possibilités de l'être. La cathédrale de León offre un bel exemple d'ornementation florale d'inspiration française dans les roses du bras nord consacrée au Christ et du bras sud dévolue à la Vierge.

Dans la rose du bras nord, le Christ siège au centre d'un cercle à 16 lobes. Le centre symbolise le Principe à la source de la manifestation de la dualité représentée par les couples de lobes opposés. La figure du Christ est entourée d'un premier cercle composé de 16 lancettes décoratives décrivant le rayonnement du centre, sa manifestation dans toute sa multiplicité. Un deuxième cercle comprend 16 formes sphériques renfermant des êtres couronnés jouant la musique des sphères célestes, symbole d'harmonie au sein du Cosmos. La couronne dépeint la souveraineté, le rayonnement du prophète, à la fois spirituel et temporel, comme en témoigne la fleur de lys dessinée dans la sphère la plus basse. Sur le pourtour, les formes végétales constituées de tiges divisées en deux autres tiges spiralées symbolisent à merveille le développement de la dualité.

Dans la rose du bras sud, la Vierge en majesté se tient dans un cercle avec l'enfant Jésus sur ses genoux. Elle est entourée par un premier cercle de 12 thuriféraires ou anges jouant de diverses trompes pour annoncer un grand avènement cosmique. Un deuxième cercle de 24 lancettes est composé de décorations végétales. Chacune d'elles montre deux tiges se séparant et s'entrecroisant à partir d'un tronc commun. Les 24 formes végétales du pourtour décrivent la subdivision d'une tige centrale en deux tiges latérales. Tout cela ne traduit rien d'autre que la polarisation (2) du Principe (1).

1 retour Au XIIe siècle, toutes les cathédrales de France sont dédiées à Notre Dame. C'est aussi le siècle où la dame commence à être exaltée par son chevalier à la cour des pays de Loire et de Poitou. La France découvre, en ce temps là, l'amour courtois d'un côté et l'amour de Marie de l'autre.

Les cathédrales dévoilées

Voici un extrait du film de Christine Le Goff et Gary Glassman sur les “cathédrales dévoilées” dont la version complète est visible sur Youtube.

La construction de la cathédrale gothique.

Bibliographie

  • René Guénon:
  • “Symboles de la Science sacrée”. Éditions Gallimard 1962;
  • Notamment, les chapitres IX sur les fleurs symboliques XXII sur quelques aspects du symbolisme du poisson et XXXV sur les Portes solsticiales.
Haut