Sous-sections

Li walon, cwè ce ki c' est?

Djografeye

Li walon, c' e-st on lingaedje roman cåzé el Walon'reye (nonne del Beljike) eyèt on boket do dépårtumint francès des rdenes. Le wallon est une langue régionale romane parlée en Wallonie (sud de la Belgique) ainsi qu'une partie du département français des Ardennes.
Gn a d's ôtes lingaedjes coinreces ki sont djåzés el Walon'reye: li picård (Mons, At, Tournai), li gômet (Viertan), li Tchampnwès (Bohan) eyèt li luximbordjoes (Arlon, Martelange), k' est li lingaedje nacionå do Grand Dutchî di Luximbork. D'autres langues régionales sont parlées en Wallonie: le picard (Mons, Ath, Tournai), le gaumais (Virton), le champenois (Bohan) et le luxembourgeois (Arlon, Martelange), langue nationale du Grand Duché de Luxembourg.
Li walon e-st onk des mimbes del famile linwistike d' oyi, ki rachonne les romans lingaedjes del bîjhe do dominne roman. On-z î trove par egzimpe li picård, li galo (el pårteye romane del Burtaegne), li pweturlin (è Pwetou-Charantes-Sintonje), li lorin, evnd. Le wallon fait partie de l'ensemble d'oïl, qui rassemble les langues romanes du nord du domaine roman, par exemple le picard, le gallo (dans la partie romane de la Bretagne), le poitevin-saintongeais (en Poitou-Charantes et Saintonge), le lorrain, etc.



Istwere

Li trevint di l' aparetaedje do walon dipind del façon k' on definit çu k' est on lingaedje. Les traits peurmint linwistikes do walon aparetèt inte les anneyes 700 eyèt 1100: li walon «esteut netmint eyèt definitivmint lu minme dedja aviè 1200 ou å cmince do 13e siéke» (Remacle). L'époque d'apparition du wallon dépend de la façon dont on définit ce qu'est une langue. Les trais purement linguistiques du wallon apparaissent entre les années 700 et 1100: le wallon «était nettement et définitivement individualisé dès 1200 ou dès le début du 13e siècle» (Remacle).
Mins nerén, les djins di ces trevints la lomint leu lingaedje «roman». C' e-st aviè li cminçmint do 16e s. ki li mot «walon» aparet po lomer nosse lingaedje: «Èt ces la [les djins di Niveles] cåzèt li vî lingaedje galike ki nos lomans walon ou roman (...). Èt ci vî lingaedje walon ou roman, nos l' eployans el Gåle beljike, çou ki vout dire è Hinnôt, Cambrézis, Artwès, Nameur, Lîdje, Lorinne, Ardene eyèt roman Brabant, èt elle est foirt diferinne do francès, k' est pus modiene eyèt galiård.» (Jean Lemaire de Belges, 1510) Toutefois, les gens de cette époque appelaient leur langue «roman». C'est vers le début du 16e s. qu'apparaît le mot «wallon» pour désigner notre langue: «Et ceux cy [les habitants de Nivelles] parlent le vieil langage Gallique que nous appellons Vualon ou Rommand (...). Et de ladite ancienne langue Vualonne, ou Rommande, nous usons en nostre Gaule Belgique: Cestadire en Haynau, Cambresis, Artois, Namur, Liege, Lorraine, Ardenne et le Rommanbrabant, et est beaucoup differente du François, lequel est plus moderne, et plus gaillart.» (Jean Lemaire de Belges, 1510)
A pårti des anneyes 1500 èt des, les scrîjheus di nosse payis eployèt todi mons des scrîjhas ki polèt rprézinter ossi bén les prononçaedjes walons ki les prononçaedjes francès (avou des texes ki sont pas des côps pus walons eyèt pa des côps pus francès) èt atakèt a scrîre di pus a pus come el France. À partir du 16e s., les écrivains de notre pays emploient de moins en moins de graphies qui peuvent représenter aussi bien les prononciations wallonnes que les prononciations françaises (avec des textes tantôt plus wallonnisés, tantôt plus françaisés) et se mettent de plus en plus à écrire comme en France.
Aviè 1600, on cmince a vey des texes litéraires sicrîts dins on lingaedje ki s' vout clairmint diferin do francès eyèt pus près des cåzaedjes walons di ces trevints la. Vers 1600 apparaissent des textes littéraires écrits dans une langue qui se veut clairement différente du français et pus proche de la langue wallonne parlée de l'époque.

Côp d' ouy sociolinwitike

Li walon a stî li prumî lingaedje do peupe walon diçk å cminçmint des anneyes 1900 èt des, ca bén ki bråmint avint ddja 'ne doirmante kinoxhance do francès. Dispû adon, li francès del Walon'reye s' a spårdou, si bén k' å djoû d' ådjoûrdu, i gn a 30 a 40 å cint des djins ki dijhèt k' i djåzèt bén li walon. Li porcintaedje pout aler di 70 a 80 å cint dins les djins did pus di 60 ans, a mons di 10 å cint dins les djonnes di 20 a 30 ans. Li doirmante kinoxhance do walon est beacôp pus spårdowe: i gn a di 36 a 50 å cint di djins ki dijhèt k' i compurdèt li walon, minme ezès coûtches del djint eyu ce ki l' ovrante kinoxhante est li pus basse. Le wallon a été la langue prédominante du peuple wallon jusqu'au début du 20e siècle, quoique la connaissance passive du français était courante. Depuis, le français régional s'est répandu partout, si bien qu'actuellement, 30 à 40% de la population affirment savoir parler le wallon. Les proportions vont de 70 à 80% chez les plus de 60 ans à environ 10% chez les moins de 30 ans. La connaissance passive est beaucoup plus courante: elle irait de 36 à 58% dans le groupe d'âge où la connaissance active est la plus faible, c.-à-d. chez les jeunes.
Légålmint, li walon est ricnoxhou dispû 1990 pal «Comunåté francesse del Beljike» come on «lingaedje coin'rece indojinne» k' i fåt studyî eyèt ecoraedjî a s' è siervi. Légalement, le wallon est reconnu depuis 1990 par la Communauté française de Belgique (c.-à-d. l'autorité compétente en matière culturelle pour la Wallonie dans l'État fédéral belge) comme «langue régionale endogène» qu'il faut étudier et dont il faut encourager l'utilisation.
Li movmint culturél walon d' enut, c' e-st aprume di pus di 200 soces di teyåte walon, racheneyes dins l' «Union culturelle wallonne» (UCW). On-z î trove eto des soces di scrîjheus, les comités do walon è scole, evnd. Dins les grossès soces walons, i fåt ossi conter avou li «Société de langue et de Littérature wallonne» (metowe so pîd è 1856), ki s' bouye est di mete è valeur li litérateure walone eyèt ecoraedjî li studiaedje di nosse lingaedje. Le mouvement culturel wallon contemporain, c'est d'abord plus de 200 sociétés de théâtre wallon, rassemblées dans l'«Union culturelle wallonne» (UCW). On y trouve aussi des cercles d'écrivains, les comités du wallon à l'école, etc. Parmi les grosses sociétés wallonnes, il faut aussi citer la «Société de langue et de Littérature wallonne» (fondée en 1856), dont le but est de promouvoir la littérature wallonn et d'encourager son étude.
Li ptite croejhete ki vos tnoz dins vos mwins e-st on rascoûrti di «Li croejhete walone», ki n' riprind ki les cognes di referinces (nén les fômes des pårlers) eyèt li scrîjhaedje rinovlé (nén li sistinme fonétike Feller) ki permet do bati on modiene walon lingaedje pol comunåté walone d' enut eyèt di dmwin: li rfondou walon. Le petit manuel que vous avez entre les mains est un résumé de «Li croejhete walone». Il ne reprend que les formes de références (par les formes dialectales) et l'orthographe normalisée (pas le système de transcription phonétique Feller) permettant de bâtir un wallon moderne pour la communauté wallonne d'aujourd'hui et de demain: le rfondou walon.

Figure 1: Li Walon'reye

Lorint HENDSCHEL 2001-08-31