Grammaire wallonne en ligne
Li waibe del croejhete walone

Sous-sections


Remarques sur l'emploi de certaines prépositions

A, al, å, ås...

a) La préposition a peut indiquer un lieu: b) Elle peut signifier «chez». Ex. lit.: c) Elle peut indiquer un temps: d) une saison: e) une disposition, une manière: Ex. lit.: f) La préposition a, ås est utilisée afin de conférer au verbe un emploi plus général que son emploi transitif normal (en OW, souvent a invariable). De même: Ex. lit.: g) La préposition a ou è indique une manière. Ex. lit.: h) Une quantité. Ex. lit.: i) Devant un infinitif dans une phrase négative, il indique une impossibilité. Ex. lit.: j) Autres emplois de la préposition a: Voir aussi les articles contractés (p. [*]).

Après

a) Après peut indiquer un rapport de temps: b) de lieu: c) de direction concrète: d) de direction abstraite: attente, demande, intérêt, hostilité...:


Da, dal, då, dås...

a) da, då, dal, dås,... marquent une appartenance ou une origine. Ex. lit. d'appartenance: Ex. lit. d'origine: b) Après la préposition da on utilise soit un pronom personnel complément (CW, OW) soit un pronom possessif (EW, SW): Ex. lit. avec pronom personnel: Ex. lit. avec pronom possessif: Voir aussi les articles contractés (p. [*]).

Di, do, del

Di, do, del peuvent avoit une valeur de temps: Ex. lit.: Voir aussi les articles contractés (p. [*]).

Di

a) Cette préposition est utilisée devant les noms de mois dans les dates: b) Elle introduit des compléments indiquant une position du corps: Ex. lit.: c) Elle est utilisée devant les adjectifs qualificatifs (ou les participes) attributs d'un nom complément: Ex. lit. d) Pour indiquer le matériel: Ex. lit.: On utilise aussi an dans ce contexte (voir ci-dessous, p. [*]). e) Devant un nom, dans un groupe du nom introduit par un déterminant démonstratif ou possessif. Ex. lit.: f) Dans la locution esse di signifiant «s'agir» ou «être»: Ex. lit.: g) Avec les pronoms è / endè et onk / yene (tournure emphatique): h) Et aussi dans:

Did

La préposition diest très souvent redoublée en did devant des prépositions ou des adverbes commençant par une consonne: Ex. lit.: Ex. lit. de did devant un pron. pers.:

È, èl

È (dans le, masculin) et èl (dans la, féminin) sont aussi des articles contractés: Certaines régions de SW tendent à confondre o (= è, dins li) et å (= a li). Dans tous les ex. lit. suivants, les autres dialectes auraient utilisé å: Cette confusion existe aussi en SW en dehors des régions ou o et å sont phonétiquement proches, c.-à-d. dans les régions où l'on utilise ou. Ex. lit.:

Divant, avant

a) Divant peut être préposition de lieu (devant) ou de temps (avant); dans le premier cas, on utilise souvent (surtout en OW et CW) la forme pa dvant pour éviter une éventuelle confusion: b) On constate une tendance à remplacer divant (avant), préposition de temps, par avant, surtout en OW. Ex. lit.:

Pa, par

a) La préposition pa est peu utilisée en EW. Elle n'apparaît que sous la forme par, notamment pour introduire un complément d'agent (au lieu de di). (Pour introduire un complément de lieu, l'EW utilise po là où les autres dialectes utilisent pa.) Ex. lit.: b) Ailleurs, la forme de la préposition est pa (sauf dans un environnement où elle prend un -r, voir p. [*]): c) Dans certaines locutions adverbiales, on a toujours par: Rem.: jamais ºpa djoû, ºpa moes, ºpa an; par contre pa samwinne (par semaine) est fréquent. On utilise aussi ene feye li djoû, ene feye tos l's ans, etc.


An, è

La préposition an (en) est empruntée au français et surtout utilisée dans des expressions figées (elles-mêmes souvent empruntées): On constate une tendance à remplacer è ou d'autres prépositions par an là où le français utilise en: Ex. lit.: Devant un nom de matière, an est utilisé aussi bien que di. Ex. lit.:


Di, do, å + infinitif

a) Devant un infinitif, on utilise les prépositions di, do ( ~ liég., brab. ) ou å. Ex. lit. de do devant infinitif: Ex. lit. de å devant infinitif: Voir aussi les articles contractés (p. [*]).

Di ... po

a) Po ( ~ OW, SW: pou, OW, Lesse, chestr.) (et di) sont utilisés pour interroger sur la qualité ou la nature d'une chose: Ex. lit. OW:

Changement de forme des prépositions


Adjonction d'un r: por, par, sor, dissur, dizeur, dizor...

ab So ( ~ OW, CW, SW: su), pa et po ( ~ OW, SW: pou) , deviennent sor ( ~ sur), par et por ( ~ pour) devant un pronom personnel employé seul (sans adverbe). Dans le même contexte, on trouve aussi normalement: dizeur, dizor, dissur, åtoûr, ver et avår. Ex. lit. de po ( ~ pou) devenant por ( ~ pour): Ex. lit. de so ( ~ su) devenant sor ( ~ sur): Ex. lit. de dissu devenant dissur: Ex. lit. de dizo devenant dizor: Ex. lit. de devenant ver: Devant un pronom accompagné d'un adverbe, la préposition ne change pas de forme. Ex. lit.: b) Les formes por ( ~ pour), par, dissur et sor ( ~ sur) sont aussi assez courantes devant tout mot commençant par une voyelle (liaison facultative), surtout en CW et SW. L'adverbe co subit le même traitement et devient cor (voir p. Lettres de liaison, p. [*]). Ex. lit. de por ( ~ pour): Ex. lit. de sor ( ~ sur): Ex. lit. de par: Ex. lit. de dissur: c) Pa, po, avå et deviennent respectivement par, por, avår et ver devant ci (ici) et la (là): Ex. lit.: Avårci et avårla sont souvent écrits en un mot [#!Leonard1987!#] mais peuvent aussi se voir avec un trait d'union (avår-chal, avår-la dans Haust1933) ou encore en deux mots (avâr la dans Francard1994; avaur la dans carlier85).

Adjonction d'un «z» à po ( ~ pou): po-z

Devant un verbe commençant par une voyelle, ainsi que devant les adverbes î (y) et è / endè (en), po devient po-z. Ex. lit.: Voir aussi le hiatus (p. [*]).

Elision de po ( ~ pou) et so ( ~ su)

Dans certains dialectes (malm., verv.), po s'élide en p' et so s'élide en s' devant une voyelle (l'adverbe co subit le même sort). Ex. lit.: En SW, la préposition so ( ~ su) s'élide aussi, facultativement, devant consonne:

Deux prépositions consécutives

Il est très courant en wallon que deux prépositions (voire plus) se succèdent, surtout quand la deuxième introduit un complément de lieu ou de temps. Dans de nombreux cas, le français utiliserait d'autres tournures. Ex. lit.:

Sens réfléchi

Dans un sens réfléchi, on trouvera les tournures onk + prép. + l' ôte ou prép. + n-on l' ôte: Ex. lit.:

Verbes et prépositions

Certains verbes se construisent avec une préposition. Le lien entre le verbe et la préposition est si fort que cette préposition peut demeurer même si le verbe n'a pas de complément: Ex. lit.:
Lorint HENDSCHEL 2001-08-04