Grammaire wallonne en ligne
Li waibe del croejhete walone

Introduction

Un manuel de français ou d'espagnol enseigne «l'orthographe», c.-à-d. la «bonne façon d'écrire», à l'exclusion de toute autre. Qui décide de ce qu'est la «bonne» façon d'écrire? Dans le cas de l'espagnol ou du français, ce sont les Académies, relayées par l'État, à travers des lois ou le système d'enseignement. Mais les langues telles que le wallon n'ont pas d'académie officielle, ni d'appareil étatique, ni de système d'enseignement pour imposer une «bonne» manière d'écrire et stigmatiser toutes les autres. Rien ne force les gens à écrire d'une certaine façon à l'exclusion de toute autre. C'est la raison pour laquelle on peut rencontrer plusieurs formes de wallon écrit (voir quelques exemples à la p. [*]), notamment: Dans l'immense majorité des cas, les productions littéraires wallonnes utilisent une des variantes du système de transcription Feller, du nom du philologue qui l'a proposée en 1900 (Feller1900a, Feller1900b). Il a été choisi, sur concours, par la Société liégeoise de Littérature wallonne (aujourd'hui Société de Langue et de Littérature wallonnes), société la plus influente, qui regroupait les principaux dialectologues et écrivains actifs en Wallonie. Il était théoriquement conçu pour transcrire toutes les langues régionales romanes de Wallonie (donc aussi le picard et le gaumais) mais n'est utilisé, en général, que pour le wallon proprement dit, et beaucoup plus rarement par les écrivains picards et gaumais. Son principe de base est le phonétisme, tout en tenant compte de l'histoire de la langue: quand le phonétisme le permet, les mots retranscrivent aussi certains aspects étymologiques ou «habillent» les mots wallons pour qu'ils ressemblent à leurs équivalents français. Le principe de phonétisme implique que le système de transcription Feller n'est pas une orthographe «normalisée»: s'il y a une différence de prononciation, cette différence est aussi notée dans l'écriture. Par exemple, en français, le mot chambre peut être prononcé, selon les régions, champe, chimbre, cham'breu, etc. Mais partout, on écrit de la même façon: «chambre». Dans un système de transcription tel que le système Feller, toutes les différences de prononciation (y compris les différences phonétiques et non phonologiques) peuvent être notées si on le désire, par exemple: nin, nén, né, nî-n, ni (ne ... pas).
Lorint HENDSCHEL 2001-08-04