Grammaire wallonne en ligne
Li waibe del croejhete walone


Début du 15e siècle

Version originale

Recipe [= prindez] I setin de canfre d'ongnon de lis, de mastik, de blain d'espain, de vis argent et doutant [= dous tant, deûs côps ostant] de du saïn de maia, d'ole d'olive, d'ole d'amandes et de siwe de bok. Blechiies [= blessîz, broyîz] tot ensonle seins fowe se facijs un ungement. Chis garira totes maladijes de furs le cors. Por estinde le fowe de saint Anthone u atre fowe, prendeis de roges floures de crussodes ki soient couloutes en secce teins, devant l'ascencion a crous. Se facijs del ewe et moilhies eins un beal passteal et sel meteis sor le fowe et se bove li malades III kilhirs a mi joure tant qu'j soit weris. Notes:

En orthographe moderne

Prindez 1 setin du canfe d' ognons du lis, du mastik, du blanc d' Espagne, du vif ârdjint èt deus tant [deus côps ostant] du doûs saeyin du mayâ, d' ôle d' olive, d' ôle d'amandes èt du siwe du bok. Blessîz tot essonle sins fow, et s' [fahîz?] oun oungmint. Ci ci garira totes maladeyes du foû li coir. Po dustinde lu fow [= feû] du sint Antonne ou ôte fow, prindez des rodjès fleurs du crussôdes ki soient couloûtes [coyowes] è setch tins, duvant l' Acinsion, âs Croes, èt s' [fahîz?] di l' aiwe èt moyîz èn oun bea pâstea èt sel metez sor lu fow èt s' bove les malâdes 3 kilîrs a mé djoûr tant qu' i soient weris.

En français

Prendre un septin (= poids équivalant à un quart d'once, mot proprement wallon) de camphre d'oignons de lys, de mastic (résine du lentisque), de blanc d'Espagne (carbonate de chaux très pur), de vif argent (mercure) et deux fois autant de saindoux de porc mâle châtré, d'huile d'olive, d'huile d'amandes et de suif de bouc. Broyez le tout ensemble sans feu (sans cuisson) et faites un onguent. Celui-ci guérira toutes les maladies extérieures au corps. Pour éteindre l'inflammation (lit. le feu) de saint Anthoine (sorte d'érysipèle) ou autres inflammations, prenez des fleurs rouges de pâquerettes doubles des jardins cueillies par temps sec, avant l'Ascension, aux Croix (on appelait ainsi les trois jours précédant l'Ascension) et faites-en une infusion (lit. de l'eau) et mouillez en un bel emplâtre puis mettez-le sur l'inflammation et qu'en même temps les malades boivent trois cuillerées à midi jusqu'à ce qu'ils soient guéris. Source: Haust1941
Lorint HENDSCHEL 2001-08-04