hautblc

 

Donald Westlake


Faites-moi confiance (roman)

 

Faites-moi confiance (traduit de l'américain, Rivages/Noir) - 453 pages 

haut

Sara Joslyn, jeune journaliste idéaliste, a perdu son emploi quand son journal a fait faillite. Engagée par la magazine Galaxy-Hebdo, elle découvre un cadavre en se rendant pour la première fois dans l’immeuble où elle va désormais travailler. Mais ce qu’elle croit être un scoop ne correspond en rien à la « ligne » de l’hebdomadaire dont l’unique spécialité est de fouiner dans la vie des vedettes de la télé, à n’importe quel prix. L’organisation du magazine, ses directeurs, la lutte féroce engagée en permanence entre les rédacteurs en chef, tout donne à Sara l’impression qu’elle est arrivée dans une maison de fous.

La presse « people » ressemble-t-elle de près ou de loin à Galaxy-Hebdo ? si oui, puissions-nous en être préservés ! Telle est la conclusion à laquelle on ne peut qu’aboutir quand on referme le roman, mené à 100 km/h par son auteur. Fausses informations, interviews obtenues à n’importe quel prix, illégalités voire délits : tout est bon pour obtenir l’info - ou la fausse info - susceptible d’intéresser, sinon le lecteur (dont on se demande s’il est possible qu’il ait atteint un tel degré de débilité), du moins les patrons des magazines. Tout est bon aussi pour devancer l’adversaire - ici le collègue - dans la confection du scoop. Le pis est que, sans doute, et même si le trait est forcé, de telles pratiques doivent exister.