hautblc

 

David Lodge


Les quatre vérités (roman)

 

Quatre vérités (Les) (traduit de l'anglais, Rivages, 2000) - 160 pages 

haut

Pour faire plaisir à son ami Sam, scénariste d’Hollywood que vient de ridiculiser Fanny Tarrant dans un de ses articles, le romancier Adrian qui a cessé d’écrire et s’est retiré, accepte d’accorder une interview à la journaliste. L’objectif est de publier un article sur elle pour la ridiculiser. Mais les événements ne vont pas se passer exactement comme chacun s’y attend : le jeu de l’interview entraîne Adrian et Eleanor, sa femme, plus loin qu’ils n’auraient voulu ; Fanny, de son côté, voit le succès qu’elle attendait estompé par la nouvelle d’un accident au retentissement énorme.

Comme l’explique l’auteur dans sa postface, il s’agit ici de la « novellisation » d’une pièce de théâtre. On peut d’ailleurs regretter que l’auteur se détache très peu de cette œuvre première, se contentant le plus souvent de réécrire sous forme narrative les didascalies. Il s’en justifie et l’on pourra utiliser avec profit cette postface pour réfléchir d’une part sur l’exercice de l’adaptation, d’autre part, sur la manière dont un auteur explique son travail. Les thèmes abordés sont intéressants : le journalisme à sensation et le métier d’écrivain tels que le décrivent successivement Adrian et son épouse…