Le réseau ferroviaire
Cible privilégiée de l’aviation alliée

Alors que le débarquement de Normandie se préparait, il était vital pour les alliés de gêner, voire empêcher, le déplacement des convois de l’armée allemande.
Les bombardements des noeuds ferroviaires, des gares de formation ou des grandes lignes s’intensifièrent en avril et mai 1944. Citons notamment les bombardements des gares de Saint-Martin et de Monceau le 18 avril, de Malines le 19, de Tamines et d’Ottignies le 20, de Châtelineau, de Schaerbeek et à nouveau de Malines le 1 mai, de Namur le 8 mai...

Pendant cette période cruciale, deux réseaux de résistance informeront régulièrement les alliés quant aux résultats de ces actions, ainsi que sur d’autres cibles potentielles. Il s’agit des services « Marc » et « Boucle ». Les communiqués qu’ils transmirent à Londres donnent des informations précieuses, quoique parfois imprécises ou contradictoires.

Nous avons consulté les archives de ces réseaux auprès du Centre de Recherches et d’Etudes historiques de la Seconde Guerre mondiale et nous vous en proposons quelques extraits.
De ceux-ci, il ressort que les dégâts étaient plus considérables que la mémoire collective ne le laisserait à penser !

Du service Marc

Courrier du 1 mai 1944 :
Résultat assez réduit, sauf des dégâts considérables dans les quartiers habités : les voies peu atteintes, la remise des locomotives tout à fait intactes. A la sortie de la gare vers le sud, le pont par lequel la ligne de Namur franchit la ligne de Charleroi est ébranlé et momentanément inemployé.
Source : Direction des Chemins de Fer

Bombardement Ottignies : résultats
Mal touché. Objectifs manifestement pas atteints. Deux wagons seulement brûlés, à côté de la gare de marchandises.
Pas de locomotive atteinte.
Feu de barrage très puissant. Colonne volante de camions munis de DCA et suivant le mouvement des avions, passant en trombe le long des rues, et tirant sans arrêt.

Réseau Boucle

Bombardement du 20.04.44
Un avion du type MERLIN est tombé à Bierges : sur la laque en cuivre de cet appareil on a relevé, entre autres, les inscriptions : MERLIN XXI - BOOTH COMPRESSOR - vitesse de croisière : 12500 tours. Un des membres de l’équipage se serait constitué prisonnier.

Courrier du 26 avril 1944 :
Ottignies le 21.
Bombardement loupé. Les voies principales sont coupées mais pourront être rétablies en peu de temps !... Très grande dispersion des bombes. Travail superficiel. Tout est à refaire.

Courrier du 3 mai 1944 :
Bombardement de la station d’Ottignies entrer 23 et 23 h 30... Atelier et cabine électrique détruits ; ...un chef garde les jambes coupées.

Courrier du 10 mai 1944 :...Au pont du Buston, qui a été à moitié démoli par coup direct...il est extrêmement opportun de retourner jeter quelques bombes ...

Courrier du 17 mai 1944 :
Toutes les communications sont actuellement rétablies dans tous les sens...

Il faut noter que deux autres actions auront lieu dans la région qui viseront le réseau ferroviaire.

Le mardi 8 août : sabotage en gare de Limal. Vers 10 h, 3 explosions se sont produites à la gare. La cabine de bloc est complètement hors service... La circulation est entièrement rétablie vers 15 h 30.

Un nouveau bombardement aura lieu le 26 août 1944 vers 18 h 30.
Il n’aurait pas fait de victimes.

[Remerciements]