Vélo Couché - Vélo relax - Vélo confort - Vélo sportif

Intro | Avantages | Inconvénients | Avis médicaux | Historiques | Surprises
Types de vélos couchés | Critères variables | Classifications | Le pot découverte | Astuces | Divers
Modèles VPA | Vélos Couchés d'amateurs | Tirer son plan | Tandems Couchés | Tricycles Couchés | Vélomobiles | Divers
Actualité - Programme | Presse | Littérature | Reportages et Rencontres | Divers
Communautés | Vacances | Rando | Vos sorties | Salons | Courses
Liens sur le VPH et le cyclotourisme en Belgique
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link |

High ou Low ! en véritable racer...

logo site vélo couchéVélo couché - Vélo horizontal - Vélo à position horizontale (VPH) - Vélo à pédalage allongé (VPA) - Vélo incliné - Vélo "récliné"...

Hi Racer ou Low Racer

Durant les dernières 2000, le vélo couché issu des plaines bataves était uniquement un vélo lourd suspendu… qui décevait grand nombre de cyclistes droits qui recherchent avant tout la vitesse… et la sécurité.
Certes, des constructeurs ont mis sur la route leur(s) « low racer » de piste afin de séduire une fraction de cyclistes avides de sensations voire de panache sans se soucier des règles élémentaires de sécurité. Il faut parfois croire qu’un vide législatif permet de retrouver sur la voie publique n’importe quelle machine… mais cela est une autre histoire "fâcheuse".

Fin 2004, la sortie d’un Seiran « Super Allégé » pesant nettement moins de dix kilos allait changer la donne… car ce vélo couché nettement plus léger et à un prix abordable... allait commencer à intéresser et même séduire des cyclistes droits. Confortable, équilibré, sécurisant, léger, efficace, esthétique… ce vélo a tout pour séduire les gens qui aiment le vélo sportif et récréatif.
Vite que la critique se lève de toute part dans le petit monde du vélo couché… peu habitué à voir pareil progrès. Ne jetons pas la pierre à ces détracteurs car les budgets disponibles, les ambitions commerciales et aussi, les idées logent souvent à la même enseigne... celle de l'étriqué. Le choc amorti, des constructeurs ont réagi en annonçant la sortie de « clones » qualifiés de meilleure qualité avant même les avoir réalisés et testés ! C’est une vieille politique commerciale connue pour jeter le doute chez les acheteurs potentiels et casser les ventes des concurrents… Chez les Hollandais, c’est devenu un petit jeu déplorable… que pratiquement tous pratiquent allègrement.

Peu importe car vous avez retenu :
Séduisant
Efficace
Sécurisant
Confortable 
Léger
Equilibré

Inutile de réécrire toujours la même histoire…
Dans ce monde où la publicité est omniprésente, on finit par croire ce que racontent les titres accrocheurs et les longues tirades des constructeurs, des revendeurs et même de certains amateurs qui de bonne foi étalent leur passion "naissante". La méthode Couet est souvent de mise dans le monde du vélo couché.
Moi-même avec une expérience, je reconnais que je suis obligé de me remettre en question, de vérifier et de me méfier de ce qui se dit et s’écrit.... Trop souvent, chacun se contente de recopier les inepties écrites par ci par là. Dommage.

velo couche

Qui a déjà réalisé des tests comparatifs ?

En huit ans de recherche, je n’ai trouvé qu’un hollandais qui avait testé quatre vélos couchés « classiques 20/20» issus des marques hollandaises en vogue fin du siècle dernier à savoir Sinner, M5, Challenge et Optima.
Rien sur le Hi Racer et le Low Racer… ni même sur le « léger » et le « lourd ». 
J’ai donc décidé de louer un Fujin SL pour comparer… avec mes vélos afin de m’éclairer et de ne plus croire naïvement les réclames des sites commerciaux.
Enfin, en qualité de routier cyclotouriste, je ne m'intéresse qu'aux vélos sans carénage et utilisables sur la route...

Comparer quoi ?
Comment comparer ?
A croire que le vélo couché est un objet statique…car les comparaisons reposent toujours sur des critères de poids, de rigidité, d’impressions… mais pas de tests de roulage !
Un vélo est fait pour rouler et pas seulement en course sur piste ou sur vélodrome, alors j’ai choisi de les tester en roulant… par tous temps... sur les routes pour contrôler performances, comportement, …

J’ai choisi des terrains et des techniques en tenant compte de la vitesse du vent, de la température, de l’état des routes… En fait, du simple et du concret.

Les vélos

Le Fujin SL est un proto révisé à neuf pour le test, petit bémol, il n’est pas équipé de la nouvelle transmission Challenge. Il pèse tout compris 10,3 kg. Roulements AMC et jantes Velocity.
Environ 60% du poids total (vélo et cycliste) se porte sur la roue avant de 20 pouces.
Les roues sont légères et impeccables.
L’angle du siège est à ~ 25°.
NB: la ligne de transmission est meilleure que celle de mon Taifun car je suis petit pour ce vélo. Il faut parfois peu de chose pour modifier favorablement un vélo!...

Le Seiran SL est le mien… mais équipé "hiver" (roues Rigida, éclairage, sac …) poids 11,4 kg.
Le poids total se répartit uniformément sur les deux roues de 26 pouces, c’est important.
Les roues sont plus lourdes que les habituelles mais impeccables. 
L’angle du siège est à ~ 30°. Cet angle a une légère influence sur le comportement, le confort et l’aérodynamique des vélos.
NB : Le siège est fixé par des haubans entretoisés qui rigidifient le siège du vélo.

Fujin SL LR de route.
La conduite du Fujin SL ressemble à celle du Taifun mais en moins confortable. Elle est très aisée et passer du Seiran SL au Fujin SL ne cause aucun problème. Néanmoins, j’ai parcouru une bonne centaine de kilomètres avant de tester afin d’être certain de bien maîtriser la bête et de ne pas être perturbé par un réglage inadapté.
Le manque de visibilité du vélo bas combiné à une vitesse excessive m’ont mis à plusieurs reprises en difficultés… C’est plus grisant de rouler sur un vélo bas car ça donne l’impression de vitesse et de glisser sur la route.
Ce que je regrette le plus, c’est le manque de confort d’un Low Racer… il m’a occasionné des douleurs cervicales après chaque test… ainsi que des maux de genoux difficile à expliquer.
J’ai aussi été étonné par la moindre adhérence de la roue arrière qui a tendance à se dérober sur une surface rendue glissante par la boue, des gravillons… quand on pousse très fort. 
 

Tests sur un circuit de 25 km

Circuit rural sinueux très plat dans sa première partie et très légèrement vallonné dans sa seconde mais sans grandes difficultés.
Le test est fait avec seulement un cardio fréquencemètre  comme référence en tenant une moyenne de 150 pulsations… d’où adaptation de la vitesse.
Un unique contrôle « temps » est fait à mi parcours.

Conclusions après plusieurs essais :
Les temps sont pratiquement identiques ou parfois avec un léger avantage pour le Seiran SL. Pourtant, on a toujours l’impression d’aller plus vite sur le Fujin SL. C’est l’effet dit de glisse?
Le Seiran SL est plus rapide sur le plat ou avec le vent porteur.
Le Fujin SL est plus rapide face aux vents, moins sensible aux vents latéraux.
Le reste est assez variable… et donc, en l’état, on ne peut pas formellement désigner un vélo plus rapide sur la route.

Question tenue de route :
Un plus pour le Fujin SL dans les virages et par vents latéraux puissants .
Un plus pour le Seiran SL dans les passages cabossés…

Test sur un km
Objectif : tester l’aérodynamisme.
Descente sinueuse sans difficulté protégé par un mur de chaque côté d'environ 1 m de haut qui protège nettement des vents latéraux le LR.
Vent de face et de côté 25 km/h ; 35 km/h ; 50 km/h.
Topographie : 4 à 5% sur 400 m ; virage ; 2 à 3% sur 100 m ; virage plat et légère montée de 300 m

Départ arrêté sans pédaler : (contrôle de l’aérodynamique)
Le Fujin SL est le plus rapide de tous… dans toutes les conditions climatiques.
Pour le même temps, il laisse
le Seiran SL à 20m minimum et à 30m maximum.
le Taifun à 40 m minimum et à 80 m maximum. 
le VTT à 300 m ou plus… mais sans assistance il n’arrive jamais au but !
Remarque : Ma grande surprise, le Taifun bien que bas mais avec garde-boue est très ralenti par les vents latéraux !

Départ arrêté puis en pédalant à fond :
Fujin SL et Seiran SL ont pratiquement les mêmes performances.
Cela ne peut s’expliquer que par la meilleure transmission du Seiran SL.
Un bémol : lorsque le vent de face est puissant, le Fujin SL a un léger meilleur résultat. (1 seconde chrono !)

Départ lancé (200m avant le km):
Cela ne change pas grand-chose au test précédent « départ arrêté ».
Les résultats comparatifs ressemblent aux précédents et ils sont assez interpellant car le Fujin SL testé est équipé de meilleurs roulements, protéger des vents dans une partie murée*, le siège est plus couché… et donc le Fujin devrait théoriquement être plus rapide. J’ai donc multiplié les essais afin de voir si cela était correct car inattendu et illogique.
Pour affiner la comparaison, il faudrait filmer les deux essais.
*On ressentait plus le vent sur le Seiran SL.
Il est vrai que le Seiran SL doit être chaussé de roues impeccables comme un vélo de course haut de gamme pour ne pas ressentir un effet de flottement surtout lorsqu’on dépasse les 65 km/h comme ce fut le cas dans certains tests. Mes nouveaux haubans sont entretoisés et cela permet une poussée extrême sans que le siège ne bouge.
 
Sur d’autres tronçons, j’ai testé avec vent arrière en pédalant.
Le Seiran SL est plus rapide… j’appelle cela les vents porteurs.

Enfin, en vitesse très élevée (+ de 70 km) chose que je ne conseille pas de faire… trop souvent, le Fujin SL ou le Taifun ont un meilleur comportement que le Seiran SL.

 

Les côtes…

La position différente (plus ou moins couchée) sur le siège a une importance dans les côtes.
NB : la différence de la hauteur du pédalier et celle du siège est de 23 cm sur les deux vélos (même les trois).
Sur le Fujin SL, mon postérieur se lève dès que j’envoie de la puissance… est-ce la conséquence d’un siège très incliné ? Cela donne de la puissance mais est-ce l’idéal pour la colonne vertébrale?
Sur le Seiran SL, le dos reste bloqué sur le siège carbone Velokraft et cela donne aussi de la puissance. René Marty (alias papy volant) fut un des premiers a parlé... qu’il développait plus de puissance en côte en position assise qu’en position couchée sur son « speed Ross ».
Il faudrait comparer avec un Fujin SL 2 équipé d’un siège Vélokraft pour voir si le même effet se passe… Evidemment, ce nouveau vélo est amélioré avec un siège différent en carbone réglable en hauteur mais plus on le relève plus on diminue l’aérodynamique... Théoriquement, on peut  chiffrer cette différence mais on rentre là dans des différences plus affinées…
Je ne compare pas avec le Taifun en côtes… devinez pourquoi.

Ne jugeons pas au pif !

Les grandes différences en descente se feront par l’apport de carénage… c’est une certitude.
A ce propos, on ne peut pas déterminer l’aérodynamique d’un vélo couché en se basant sur sa silhouette… ce serait trop simple. Il faut le tester en soufflerie si on a les moyens ou en descente… si on ne les a pas. L’étude hollandaise avait montré des différences entre des vélos jugés « au pif » semblables.
Et puis, dans son utilisation, ce sera encore différent à cause des « multiples » vents car en général, il faut déjà rouler vite pour que le facteur « aérodynamique » chiffre…
Mais bon, même avec des carénages et beaucoup de paroles, on ne fera jamais d’un char d’assaut une formule 1.

La transmission

On a beau avoir un vélo très aérodynamique et léger si sa transmission est « freinante » pour ne pas dire autre chose !
Certes, beaucoup de constructeurs européens privilégient l’esthétique de leurs vélos… tandis que les américains se penchent sur l’efficacité de leurs vélos.

La transmission du SeiranSL est la plus simple (après la transmission directe) et la meilleure que j’ai rencontrée jusqu’à présent sur un vélo couché à propulsion. Elle est une copie améliorée du Bacchetta…
Le Fujin testé n'avait pas le nouveau kit "roulettes Challenge" mais un classique impeccable.
La transmission directe serait théoriquement meilleure… oui théoriquement car d’autres facteurs nuisent au rendement comme le flottement, le balancement de la chaîne.

Sur le plat, le Seiran a tendance à aller plus vite ce qui se mesure bien avec le vent arrière.
Sur les parties vallonnées, le Fujin est légèrement plus rapide.
Face aux vents, c'est parfois léger avantage au Fujin…alors que c’est net avantage au Fujin dans les descentes rapides.
C’est donc bien la meilleure transmission qui compense plus que favorablement la différence d’aérodynamisme.
NB : Mon Seiran en AMC est encore un peu plus rapide... car plus léger et souple qu'en Rigida… et un Fujin SL avec la nouvelle transmission aussi… mais ce n’est pas fondamental…
Quand les différences sont minimes, il est très difficile de décerner les plus ! mais aussi les moins.

 

Question confort:
Comparaison n’est pas raison mais le Fujin SL est nettement moins confortable!... qu'un Seiran SL.
Il est vrai qu’à force de rouler sur un vélo confortable, on finit par oublier la rudesse des low racer !
Et pourtant, je comprends que les jeunes cyclos soient grisés par les LR… pour d’autres raisons mais certainement pas pour le confort!

« Racer » vous avez bien dit « racer » càd course.
Depuis la sortie du Seiran SL, tous les 26/26 sont devenus des « racers » dans le vocabulaire des amateurs et même des professionnels du vélo couché ! Racer veut dire course et donc il faut que le vélo permette d’aller réellement rapide pour mériter cette appellation et jusqu’à présent seul le Seiran SL est venu se hisser sans carénage (et même en l'état de vente ce qui est exceptionnel dans ce monde du vélo couché) dans le haut des classements des courses sur routes…  (cfr les championnats du monde d’Allègre 2007) et on peut regretter qu’ils ne soient pas chevauchés par les meilleurs coureurs.
Sorti des plaines bataves, c’est le Hi Racer qui donnera les lettres de noblesse au vélo couché… c’est ce type de vélo qui séduira les hordes d’amateurs du cyclisme et non la multitude de déclinaisons psychédéliques de machines plus dangereuses les unes des autres.

Je ne veux pas être le fossoyeur de la folie qui entoure le petit monde des « VPH » mais on ne verra jamais sur les routes les machines qui battent des records de vitesse… car elles sont trop dangereuses mais là aussi c’est un sujet fâcheux.

Si trop de règles tuent l’imagination et trop d’imagination tuent la sécurité.

 

velo coucheTaifun - FujinSL - SeiranSL

fujin SL

seiran SL

la suite viendra...

©2006 Michel Lemaitre