Une brève histoire du spiritisme

La communication avec les morts est une impossibilité
pure et simple.

René Guenon


"Esprit es-tu là?".
Cette phrase a été et est encore prononcée des millions de fois par des millions d'individus en quête de sensations fortes. Les tables se sont alors mises à tourner, des ectoplasmes sont apparus, les verres ont bougé et les médiums ont fait "parler les morts". Car le spiritisme n'est rien d'autre que le fait de faire "parler les morts".
Naissance
De tout temps et dans toutes les civilisations, les hommes ont voué un culte très particulier aux morts. Le grand passage, ce voyage au long cours d'où dit-on l'on ne revient jamais, engendrait la crainte et le respect. Dans l'Histoire, on retrouve parfois des descriptions d'individus qui prétendaient communiquer avec les défunts. Mais ces pratiques n'avaient rien en commun avec le spiritisme tel que nous le connaissons encore actuellement. Il fallait plutôt parler de nécromancie.
Le spiritisme a vu le jour au XIXième siècle aux Etats-Unis. En 1847, à Hydesville (région de New-York), deux jeunes filles, les soeurs Fox, prétendaient rentrer en contact avec l'esprit d'une personne qui fut assassinée dans la maison familiale. Les deux jeunes filles, âgées respectivement de quatorze et onze ans, lui posaient des questions et l'esprit dont il est question leur répondait par des coups sourds dans les murs. Elles mettront même au point un alphabet spirite (un coup pour la lettre A, deux coups pour la lettre B, etc). La nouvelle va se répandre comme une trainée de poudre dans le voisinage d'abord puis dans tout le pays. On viendra de partout assister aux démonstrations des Fox. Elles deviendront rapidement très célèbres et seront invitées à faire des démonstrations dans tout le pays. Le spiritisme va rapidement trouver un nouveau canevas de fonctionnement. Les participants devaient se réunir autour d'un guéridon à trois pieds en alternant hommes et femmes. Ils devaient poser leurs mains sur la table petits doigts contre petits doigts. Les "esprits" se manifestaient alors en faisant bouger la table toujours selon le principe de l'alphabet spirite. Ce système fut connu sous le nom de tables tournantes. Le succès fut fulgurant et le phénomène s'exportera de l'autre côté de l'Atlantique. A la fin de leur vie, les soeurs Fox avoueront que cette affaire de communication avec les morts n'étaient qu'une vaste supercherie qu'elles avaient inventée par jeu. Mais le spiritisme était né et plus rien, jamais, ne devait l'arrêter...
En Europe, le succès du spiritisme fut foudroyant. Tout le monde, bourgeois ou simples citoyens, voulaient entrer en contact avec l'un de leur cher disparu et cela malgré les sévères mises en garde de l'Eglise et de la communauté scientifique. Des personnalités comme Théophile Gauthier, Guy de Maupassant et surtout Victor Hugo furent des adeptes acharnés du spiritisme qu'ils pratiquaient régulièrement. En Angleterre, le principal zélateur de la docrine spirite fut l'écrivain Conan Doyle qui inventa le personnage de Sherlock Holmes. En France, ce fut Allan Kardec (de son vrai nom Hippolyte Rivail), qui propagea le spiritisme. Il se disait même capable d'écrire des livres entiers sous la dictée de ses amis les "esprits". Son Livre des Esprits est même devenu l'un des grands classiques de la littérature ésotérique. Au cimetière du Père Lachaise à Paris, la tombe d'Allan Kardec reste l'une des plus fleuries et des plus visitées avec celles de la chanteuse mélancolique Edith Piaf et du poète maudit du rock américain Jim Morrison.
LA SCIENCE FACE AU SPIRITISME
Lorsque le spiritisme fit son apparition, beaucoup de scientifiques s'étonnèrent qu'une telle chose puisse exister. Tout cela sortait du cadre de la pure raison et de la plus élémentaire logique. Les médiums et les adeptes du spiritisme croyaient eux dur comme fer qu'ils parvenaient réellement à communiquer avec les morts. Les scientifiques, eux, n'ont guère besoin de croyance. Ce qu'il leur faut, ce sont des preuves. Certains scientifiques assistèrent donc à des séances de spiritisme organisées par les plus grands médiums. Les noms de savants qui crurent vite à la réalité de ces phénomènes donnent même le tournis : Oliver Lodge, Camille Flammarion, Charles Richet, William Crooks,... Ils assistèrent à des phénomènes bien étranges et à- priori inexplicables : apparitions de fantômes, lévitation, bruits inexpliqués, messages de l'au-delà... D'autres scientifiques et non des moindres (Chevreul, Faraday) conclurent par contre à l'absence d'étrangeté et tirèrent des conclusions négatives. La communauté scientifique était donc partagée mais en général peu de scientifiques ont cru au spiritisme. On peut même dire que les scientifiques n'ont jamais pu démontrer de manière expérimentale la réalité de la communication avec les morts. Ils conclurent avec beaucoup de bons sens que toutes les expérimentations spirites semblaient se baser sur des trucages ou des illusions. En effet, à chaque fois que les méthodes de contrôle destinées à éliminer toutes fraudes étaient sérieuses, les phénomènes spirites disparaissaient. Pourtant, et cela va sembler curieux à beaucoup, le spiritisme a fait avancer la recherche scientifique. Il faut ici donc analyser ce phénomène extrêmement bizarre que les initiés appellent l'écriture automatique. Pour rester simple, certains médiums ou prétendus tels, affirment que les esprits sont capables de communiquer à travers leur personne. Il suffirait que le médium en transe se saisisse d'un crayon et les esprits prendraient le contrôle du corps du médium et écriraient des messages par son intermédiaire. Ce système rudimentaire fut ensuite remplacé par une planchette en bois (dite planchette oui-ja) à trois roulettes et sur laquelle est fixé un crayon. Les participants devaient poser leur main sur la planchette qui se mettait en mouvement sous l'influence des "esprits". Les esprits parvenaient ainsi à écrire des messages de l'au-delà. Beaucoup de ces séances de oui-ja étaient évidemment truquées. Mais pas toutes. Et c'est ici que la science entre en jeu. Plusieurs chercheurs dans les années 1850 comme le comte de Gasparin ou le célèbre Chevreul pensaient que ces phénomènes étaient dus à l'inconscient. Les psychiatres étudièrent cela avec beaucoup d'attention et les travaux se multiplièrent. L'ouvrage qui fit le mieux le point sur la question fut celui du Français Pierre Janet en 1889 (L'automatisme psychologique). Une partie importante de ce livre était consacré au spiritisme. Selon Janet, les analyses des expériences d'écriture automatique étaient primordiales pour mieux connaître le psychisme humain. Il affina alors la notion de subconscient. L'écriture automatique et le oui-ja s'expliquerait uniquement par des actes inconscients. Les médiums souffriraient aussi du symptôme de dédoublement de personnalité les poussant à entrer dans la peau d'une personne décédée. Les autres participants aux séances de spiritisme, entrainés par le médium, ne faisaient que pousser inconsciemment sur le guéridon spirite ou la planchette.
TRUCS ET ASTUCES DU SPIRITISME
Il est très curieux de constater qu'au 19ième siècle, la plupart des médiums provenait du music-hall où ils avaient tentés, en vain, de faire une carrière d'illusionniste où les rares places étaient chères. Houdini, le célèbre magicien, fut toute sa vie un adversaire coriace du spiritisme. Souvent, il dénonça les supercheries spirites en faisant par-là oeuvre de salubrité publique. Car, inévitablement, on ne peut aborder le spiritisme sans parler d'illusionnisme (comme avec la parapsychologie d'ailleurs). Trop de trucages en spiritisme ont en effet été réalisés avec l'aide de tours de magie souvent très simples. L'imagination des médiums n'avaient aucune limite quand il s'agissait de berner les participants. Ceci explique pourquoi tant de brillants intellectuels et de vénérables scientifiques se soient laissés convaincre de la réalité des faits spirites. L'exemple le plus frappant de telles manipulations se déroula dans les années 1860. Les frères Davenport avaient mis au point une armoire spirite. Ils se faisaient attachés à l'intérieur de cette armoire et faisaient appel aux esprits. Le public, qui avait payé le prix fort pour assister à ces phénomènes, pouvaient alors entendre le son d'instruments de musique sortant de l'armoire spirite. Ils furent cependant démasqués. Quelques années plus tard, le grand astrophysicien Zollner écrivit un ouvrage où il expliquait les phénomènes spirites par la quatrième dimension. Il avait été très impressionné par les capacités du médium américain Slade qui était capable de capter des messages spirites sur des ardoises. Slade fut finalement trainé devant un tribunal où il fut démasqué par un illusionniste connu : John Nevil Maskelyne.
Nous ne dévoilerons pas ici les grandes astuces des spirites pour ne pas malmener nos amis illusionnistes. Il faut cependant savoir que les fabricants d'accessoires de magie proposent tout ce qu'il faut pour organiser de diaboliques séances de spiritisme. Citons par exemple de minuscules projecteurs capables de projeter de menaçants fantômes, des accessoires capables de faire léviter une personne sur une chaise ou encore des guéridons télécommandés. Mais même sans ces trucs fort coûteux (qui ne devraient être employés que par des professionnels de la magie dans l'exercice de leur noble art), il était facile d'organiser une séance de spiritisme truquée. Un simple tige de métal (ou de bois) cachée dans la manche du médium et ensuite placée astucieusement sous une table permettait de faire la faire bouger d'un simple coup de poignet. Les séances de spiritisme devant se faire dans la plus grande obscurité, la présence d'un complice entièrement habillé en noir est bien utile pour provoquer divers phénomènes. Les vêtements des médiums recèlent souvent divers objets qu'ils peuvent saisir à n'importe quel moment (clochette,...). La liste des trucs qui peuvent être utilisés est longue.
Aujourd'hui, les séances de tables tournantes avec appritions d'ectoplasmes sont en voie de disparition. Il est cependant facile de démontrer que les esprits ne sont pour rien dans le mouvement de la table. Il suffit de placer sous les doigts des participants une feuille de papier très fine. Si les médiums appuient, consciemment ou inconsciemment, sur la table le feuille se déformera. C'est un test très simple à réaliser.
Beaucoup de jeunes gens se livrent à la version moderne du "oui-ja". La planchette est remplacée par un verre retourné sur lequel les participants posent un doigt. Sur la table se trouvent les lettres de l'alphabet. A une question posée, le verre se dirige vers les lettres en formant des messages d'outre-tombe. Il n'est pas rare que Satan lui-même daigne se manifester. Pas de mystère dans cette pratique cependant. Beaucoup de participants s'illusionnent eux-même en poussant inconsciemment sur le verre. D'autres utilisent cette méthode pour épater les copains et les filles en poussant volontairement sur le verre. Il existe ici également un moyen de contrôle fort simple. Il suffit de bander les yeux de participants. Le message des "esprits" devient alors incompréhensible... La pratique du "oui-ja" chez les jeunes est très dangeureuse pour leur santé mentale. Des adolescents terrorisés par ces séances ont déjà dû subir une hospitalisation psychiatrique. Plus grave encore. En novembre 1990, en Suisse, deux jeunes adolescentes se sont suicidées après avoir pris l'habitude de "jouer" au "verre parlant". Les affirmations des esprits étaient en effet terribles : ils prétendaient qu'elles n'atteindraient jamais l'âge de 18 ans...
LA TRANSCOMMUNICATION
Le spiritisme avait un grand besoin de se moderniser. Les tables tournantes étant passées de mode. Il fallait donc trouver autre chose. Aujourd'hui, les "esprits" parviennent, paraît-il, à communiquer avec les vivants par l'intermédiaire du téléphone, d'enregistreurs et même via...la télévision! Ces différents procédés sont connus sous le vocable de transcommunication instrumentale (TCI) ou tout simplement transcommunication. C'est en 1959 que les premiers enregistrement de voix d'outre-tombe furent captés par un Suédois qui tentaient d'enregistrer des chants d'oiseaux. Les images obtenues sur téléviseur datent de bien après.
Comment expliquer de tels phénomènes? A l'origine, il existe certainement une fraude menée par des individus qui n'avaient sans doute pas au départ de mauvaises intentions. Maintenant encore, on s'accuse mutuellement de tricherie dans les milieux très fermés de la TCI. Mais la fraude n'explique pas tout. Il faut savoir que les enregisteurs se compose de circuits électriques réagissant lorsqu'ils sont soumis à un champ électromagnétique. Il suffit simplement qu'un des composants du magnétophone joue un rôle de démodulation pour que cet appareil devienne un récepteur radio. C'est le principe du poste à galène. Il est donc possible d'enregistrer des bruits parasites ou des ondes radios parfois déformées. Dès ce moment, tout ce qui apparaît sur la bande peut être interprété par des personnes se livrant à de telles pratiques. On n'entend que ce l'on a envie d'entendre... Quant aux images obtenues via un poste de télévision (et qui circulent sur Internet), elles ne sont pas du tout convaincantes. Toujours l'interprétation...
Porte-parole de ce courant néo-spirite, le père François Brune, auteur de plusieurs livres sur le sujet. Cet ecclésiastique ne se prive jamais de répondre aux invitations des médias pour parler de sa passion pour le spiritisme. Il est même devenu l'invité obligatoire des émissions consacrées à la vie après la mort. Ce genre de croyance venant d'un prêtre à de quoi étonner. Depuis l'apparition du phénomène spirite, l'Eglise, inquiète de l'amplitude du phénomène, a fermement condamné le spiritisme qu'elle tenait comme l'oeuvre de Satan. Cette position n'a pas changé depuis le XIXième siècle. En outre, la Bible est particulièrement explicite par rapport aux phénomènes occultes. Par exemple dans le Deutéronome (18:10-13), il est écrit que : "Qu'on ne trouve parmi vous personne qui s'adonne à la magie ou à la divination, qui observe les présages et se livre à la sorcellerie, qui jette des sorts ou interroge les esprits des morts. Le seigneur votre Dieu a en horreur ceux qui agissent ainsi". Que penser de cet homme d'Eglise à ce point ignorant des écritures saintes?
En Belgique, un autre prêtre de la région de Charleroi prétend rentrer en communication par écriture automatique avec... son chien décédé!
Que conclure?
Après un examen attentif du dossier, il est raisonnable de classer les phénomènes spirites en deux catégories : trucages purs et simples ou (auto-)suggestion. Dans tous les cas, il semble difficile de croire que les phénomènes spirites soient provoqués par l'action d'esprits désincarnés ou par les pouvoirs parapsychologiques de "médiums". Il est triste de constater qu'encore de nos jours des charlatans sans scrupules puissent utiliser le désarroi de personnes touchées par un deuil dans un but strictement mercantiliste. La perte d'un être cher est une épreuve suffisamment dure. Elle devient cruelle lorsque des médiums se donnent le droit de propager une illusion qui n'apportent qu'un soulagement illusoire à ceux qui ont besoin d'un véritable réconfort.
Au XXIième siècle, près de deux milliards d'êtres humains vivent avec un revenu de moins d'un dollar par jour. Un nombre incroyable d'individus n'ont pas accès à l'eau potable, aux soins de santé et à l'éducation. Dans les pays développés, le chômage et la précarité existent aussi. Pour tous ceux-là, une seule question importe : "Existe-t-il une vie
avant la mort?". Tout le reste n'est que verbiage sans importance.

SOURCES :
Broch (Henri) : Au coeur de l'extraordinaire, L'Horizon chimérique, Bordeaux, 1991
Castellan (Yvonne) : Le spiritisme, PUF, Paris, 1987
Edelman (Nicole) : Les tables tournantes arrivent en France, L'Histoire n°75, février 1985
Klingsor (Claude) : Magie et parapsychologie, Chez l'auteur, Bruxelles, 1987
Thuillier (Pierre) : Le spiritisme et la science de l'inconscient, La Recherche n°149, novembre 1983
Vartier (Jean) : Allan Kardec, la naissance du spiritisme, Hachette, Paris, 1971

 By www.lgderic.new.fr Assistance gratuite michel1511@gmail.com