Le code de la Bible décrypté
En 1997, le journaliste américain Michaël Drosnin a publié un livre curieux qui allait devenir rapidement un best-sellers : La Bible, le Code secret. Dans cet ouvrage, le journaliste affirme ni plus ni moins que la Bible recèlerait un code secret permettant de décrypter tous les grands événements qui ont fait l'Histoire : la disparition des dinosaures, les guerres mondiales, l'assassinat de Kennedy et bien d'autres encore. Mieux même : l'auteur affirme avoir trouvé dans la Bible des prédictions pour le futur. Un futur proche et apocalyptique.

Ce code aurait été découvert à l'origine par un mathématicien israélien du nom de Eliyahu Rips qui a utilisé pour ce faire un logiciel de décryptage des plus performants. Michaël Drosnin prétend d'ailleurs que plus personne ne met en doute la réalité du code découvert par ce mathématicien et qu'il a lui-même amélioré. Tout cela peut paraître étonnant et même imparable. C'est allé un peu vite en besogne.

LES PROPHETIES DE LA BIBLE

Avant toutes choses, il faut comprendre le fonctionnement de ce code. La recherche de prédictions dans la Bible n'est pas une discipline nouvelle à proprement parler. Les kabbalistes et certains rabbins s'y sont déjà essayés sans résultats probants. Les choses ont changé avec l'apparition de l'ordinateur et son utilisation par Rips.

Le système du Code de la Bible consiste à placer les lettres du texte sacré (en hébreu) les unes à côté des autres sans espace et sans ponctuation dans un tableau. De cette manière, des mots, des phrases, des expressions apparaissent de manière brute ou par sauts de lettres réguliers par une lecture de gauche à droite, de droite à gauche, de haut en bas, de bas en haut et même en oblique. L'idéal est de trouver dans le texte un mot-clef autour duquel on en recherche d'autres.

Nous allons prendre un exemple simple voir simpliste et qui n'est pas très significatif mais qui permet de bien comprendre le système. Prenons un passage du roman Belle du seigneur de l'écrivain suisse Albert Cohen où apparaît clairement le mot juif.
E
T
V
O
T
R
E
N
O
N
A
U
S
S
I
D
O
N
C
A
U
N
E
H
E
U
R
E
D
U
M
A
T
I
N
V
O
U
S
Y
E
U
X
F
R
I
T
S
E
T
A
U
N
E
H
E
U
R
E
Q
U
A
R
A
N
T
E
V
O
U
S
E
T
M
O
I
G
A
R
E
P
O
U
R
D
E
P
A
R
T
I
V
R
E
M
E
R
S
O
L
E
I
L
A
Q
U
O
I
P
E
N
S
E
Z
V
O
U
S
B
I
E
N
S
U
R
C
E
L
A
D
E
V
A
I
T
V
E
N
I
R
A
L
L
O
N
S
D
I
T
E
S
C
E
Q
U
E
V
O
U
S
A
V
E
Z
E
N
V
I
E
D
E
D
I
R
E
A
L
L
O
N
S
V
I
T
E
P
E
N
D
A
N
T
Q
U
I
L
E
S
T
T
E
M
P
S
C
A
R
A
U
N
E
H
E
U
R
E
D
U
M
A
T
I
N
T
U
L
E
V
E
R
A
S
V
E
R
S
M
O
I
D
E
S
Y
E
U
X
E
X
S
T
A
S
I
E
S
A
L
L
O
N
S
D
I
T
E
S
S
A
L
E
J
U
I
F
D
I
T
E
L
L
E
E
T
E
L
L
E
E
U
T
U
N
P
R
E
S
T
E
C
O
U
P
D
O
E
I
L
D
E
N
F
A
N
T
M
E
C
H
A
N
A proximité du mot juif, on retrouve à plusieurs reprises le mot SS. On retrouve également OTA, VIE, FEU. Cette grille peut être interprétée de la manière suivante : le SS ôta la vie du Juif dans le feu.

Dans cette même grille, en utilisant la même méthode de décryptage, on peut retrouver une série d'autres mots (ovni, axe, Rome,...) avec lesquels on peut créer une prophétie à la carte. L'interprétation de la grille ainsi constituée joue bien évidemment un grand rôle.

Pour trouver le mot-clef autour duquel s'articule la grille et qui n'apparaît pas directement dans le texte, on peut également faire des sauts de lettres constants. Par exemple dans une phrase tirée du même beau roman de Cohen : Dans la rue, la tête baissée, Ariane récapitula : DANSLARUELATETEBAISSEEARIANERECAPITULA. Le mot-clef ici est U.S.A. trouvé après une séquence de 12 lettres. On garde cette séquence de 12 lettres dans le reste du texte pour constituer son tableau. En usant et en abusant de ce système (la séquence de sauts de lettres peut varier pour chaque tableau), les possibilités de trouver des choses sont infinies... .


Avec cette méthode de décryptage très particulière, le Code de la Bible a permis de retrouver un nombre important de faits historiques qui auraient été codés il y a plusieurs millénaires. Drosnin déclare avoir décelé par exemple dans le code de la Bible l'assassinat du premier Ministre Yitzhak Rabin. C'est l'exemple le plus frappant et qui a été reproduit sur la couverture du premier livre du journaliste américain. L'expression pléonastique l'assassin l'assassinera croise le mot Rabin. Drosnin affirme d'ailleurs avoir averti Rabin du danger mais que celui-ci n'en aurait pas tenu compte. Un an après, en novembre 1995, Yitzhak Rabin tombait sous les balles de son assassin.

A la suite des attentats du 11 septembre 2001, Drosnin s'est penché sur le code et a, bien sûr, trouvé que ces événements dramatiques avaient été codés dans la Bible. Dommage qu'il ne fit cette découverte qu'après les attaques. Il en fera le point de départ de son second ouvrage : La Bible, le code secret 2 paru en 2002.

PROPHETES DE MALHEUR

Les livres du journaliste américain seront traduits en plusieurs langues et publiés en livre de poche pour toucher un public plus large. Depuis la parution de son premier tome, Drosnin s'est fixé une mission. Il prétend avoir rencontré des dirigeants américains et israéliens pour les mettre en garde : la fin des temps est codée dans la Bible. Elle est intimement liée à la situation au Proche-Orient et est pour bientôt...Il dit aussi avoir rencontré Yasser Arafat qui, très imprégné de mysticisme musulman, l'aurait pris au sérieux et l'aurait écouté avec attention. Ici, nous sommes dans l'obligation de croire Michaël Drosnin sur parole. Il serait nécessaire cependant que les hauts responsables cités dans l'ouvrage se manifestent : ou bien ils n'ont jamais rencontrés Drosnin ou bien ils l'ont rencontré et ils doivent prendre clairement position pour ou contre le code de la Bible. Il n'est pas bon que des stratégies politiques soient dictées par des aruspices modernes. Par contre, d'autres grands de ce monde (Clinton, Bush, Sharon,...) ont agi avec sagesse en refusant de le rencontrer. Il est vrai que ces dirigeants sont entourés de conseillers scientifiques de premier plan qui, après analyse du code, ont tiré les conclusions qui s'imposaient.

Face à ces affirmations en effet, plusieurs scientifiques se sont penchés sur les travaux totalement inabordables pour le commun des mortels de Drosnin. Ils refirent les mêmes décryptages et n'arrivèrent pas nécessairement aux mêmes résultats. Surtout, ils trouvèrent une faille de taille dans le raisonnement de l'auteur du livre : Drosnin affirme de manière péremptoire que le texte de la Torah en hébreu est partout identique et que le code fonctionne avec n'importe quel exemplaire. C'est évidemment faux. Comme pour n'importe quel texte ancien, les versions peuvent être différentes selon les traductions et selon les copies. Ce que l'on retrouvera codé dans une version de la Bible ne le sera pas dans une autre. Quelques différences minimes peuvent faire s'écrouler l'édifice patiemment élaboré par les deux hommes. De plus, les deux chercheurs ne sont pas en possession de la version originale de la Bible mais d'un texte écrit après l'an mil et qui diffère donc de facto du texte original.

Piqué au vif par ses contradicteurs , Drosnin lança un défi aux scientifiques sceptiques : qu'ils découvrent des prédictions avec le même système de code dans un simple roman. Ce fut fait : ils trouvèrent avec la même méthode de grille neuf assassinats politiques (dont celui de Rabin) dans le Moby Dick de Herman Melville. Les conclusions de la Communauté scientifique dans son ensemble sont indiscutables : le code de la Bible n'est pas statistiquement assez significatif pour être retenu. Le code est basé uniquement sur le hasard et sur l'interprétation des grilles constituées. On trouvera bien sûr quelques francs-tireurs de la Science qui admettront les travaux du duo Rips-Drosnin mais ils ne constituent qu'une minorité.

On pourrait voir dans cette affaire une tentative pour prouver l'existence de Dieu qui aurait laissé aux hommes une Bible codée. Mais Drosnin qui se dit juif mais non-croyant y voit plutôt l'intervention des ...extra-terrestres. Il cite pour le prouver la vision d'Ezéchiel que certains ufologues (spécialistes des ovnis) ont pris pour la description d'un engin spatial venu d'une autre galaxie ce qui irrite (ou amuse c'est selon) profondément les exégètes. Drosnin démontre là son manque total d'érudition et de connaissance des études bibliques. Il va jusqu'à prétendre que l'ADN (la Vie donc) a été apporté sur terre par nos visiteurs de l'espace. Le code de la Bible indiquerait d'ailleurs que l'on trouvera un vaisseau extra-terrestre enfoui dans les environs de la Mer morte. Faut-il vraiment préciser qu'aucun engin de ce type n'a jamais été découvert dans cette région (ni ailleurs) depuis?

2006, année zéro?

L'auteur s'est lancé aussi dans l'exercice périlleux de prédiction de l'avenir. Il avait surtout excellé jusque là à faire correspondre certaines grilles à des évènement passés de l'Histoire. D'autres individus ont procédé de la même façon avec les écrits de Nostradamus ou après avoir étudié les mesures de la Grande Pyramide. Les prédictions qu'il a faites dans son second ouvrage laissent perplexes : crise économique en 2002 aboutissant à un effondrement financier sans précédent, assassinat de Yasser Arafat, attentat biologique de masse en 2005 et guerre nucléaire menant à la fin du monde en 2006...

Les deux premières prédictions se relèvent déjà totalement incorrectes. Il y a certes eu un ralentissement économique suite aux attentats de 2001 mais il fut suivi par une croissance faible. Nous sommes loin du spectre du krach boursier de 1929. Quant à Yasser Arafat, on sait qu'il a trouvé la mort suite à une maladie et non pas par la faute d'un tireur embusqué du Hamas comme Drosnin l'a trouvé dans le code de la Bible. Le fait que ces prédictions (et certaines autres) se soient relevées inexactes rendent totalement caduque le code de la Bible.

Quant aux autres prophéties de malheur, il faut les replacer dans leur contexte. Les services secrets savent depuis des années que le risque d'un attentat biologique (variole) est possible. Le virus de la variole reste cependant très difficile à se procurer pour des organisations terroristes. Connaissant l'existence de cette menace, Drosnin a cherché le mot variole dans la Bible. Il l'a découvert avec une année (2005) et le nombre total de victimes de l'attaque (14700). Que reste-t-il de tout cela?

La révélation la plus stupéfiante reste bien sûr celle concernant la fin des temps en 2006 (an 5766 du calendrier hébraïque) suite à un conflit nucléaire ayant pour cadre le Proche-Orient. Drosnin cite deux pays menaçant Israël : la Libye et, bien sûr, l'Iran. Mais depuis la parution de ses livres, les réalités géostratégiques ont évolué. La Libye a abandonné en 2003 son programme d'armes de destructions massives sous la pression internationale. Les experts militaires ne considèrent plus actuellement la Libye comme un danger prioritaire. L'Iran, par contre, reste un gros problème pour la sécurité d'Israël avec ses ambitions nucléaires. L'actuel président iranien veut à présent rayer l'Etat hébreu de la carte en récoltant au passage les protestations molles des Occidentaux. Mais ici aussi les experts sont formels : l'Iran n'est pas en mesure de posséder l'arme nucléaire dès 2006. Il faudra certes rester attentif à l'évolution politique de la situation mais le monde en général et les citoyens israéliens en particulier peuvent être rassurés : le risque d'un holocauste nucléaire en 2006 est clairement à écarter .

Drosnin pourrait pourtant encore tirer profit de ce non événement. Il écrit dans le code de la Bible 2 : Le code de la Bible énonce des probabilités, pas des événements définitifs. C'est ce que nous faisons qui détermine ce qui se produit. Ce raisonnement est à la fois absurde et habile. Absurde car si le code de la Bible est authentique, il n'existe aucune raison que la fin du monde ne se produise pas en 2006. Habile car Drosnin pourra ainsi passer pour le sauveur de l'Humanité qui, après avoir découvert le code, a ouvert les yeux des dirigeants du monde et est parvenu ainsi à éviter ainsi la troisième guerre mondiale.

Drosnin fait partie de ces individus qui exploitent de manière honteuse l'angoisse des hommes et des femmes devant le désenchantement du monde moderne. Combien après ces lectures calamiteuses vivent dans l'anxiété à l'approche de l'an 2006?

Les prophètes de malheur ne passeront pas.
Pour en savoir plus :

http://m.k.chez-alice.fr/Code/

 By www.lgderic.new.fr Assistance gratuite michel1511@gmail.com