CAT 1991

C anadian     A rmy   Trophy

 

Participation du 3e Régiment de Lanciers

au challenge  international de tir à bord des chars

qui s'est déroulé en 1991 à GRAFENWÖHR en Allemagne

dans le Camp du Groupe Instruction de la 7ème armée us

 

Description du camp de GRAFENWÖHR


Le camp de Grafenwöhr se situe à l’est de la République Fédérale d’Allemagne dans le Land de Bavière (à 500 Km à vol d’oiseau de Spich notre ancienne garnison).


Géographie
La Bavière (Bayern), officiellement appelée République de Bavière ou État Libre de Bavière est le plus méridional des 16 États Allemands (Länder) (pour Info, chaque Land (État) possède une constitution, un gouvernement et un parlement). La Bavière est limitrophe de l’Autriche et la Suisse (au sud), de la République Tchèque (à l’est), des lands de Saxe, Thuringe et Hesse (au nord) et du land de Bade-Wurtemberg (à l’ouest).

C’est le plus grand Land d’Allemagne dont la capitale est Munich (München).
La Bavière est divisée en 7 circonscriptions administratives, elles mêmes subdivisées en 71 districts.

Grafenwöhr se situe donc dans la circonscription de Haute-Franconie (Oberfranken) dans le district de Neustadt a.d. Waldnaab.

La Franconie est une région géographique et historique d’Allemagne. La Franconie est à la fois une région viticole (le Frankenwein) et une grande productrice de bières. D’autre part, de nombreux châteaux forts et bâtisses médiévales sont reliées par la Route des Châteaux forts qui traverse entièrement la Franconie. La région attire chaque année de nombreux touristes.
Près de Grafenwöhr : NUREMBERG (100 Km), BAYREUTH (50 Km), BAMBERG (70 Km).


Camp de GRAFENWÖHR
Historique
Le camp fut créé par le Prince Léopold de Bavière en 1907 pour entraîner le IIIe Corps Bavarois.

Pour ce faire, des stands de tir furent construits dans cette zone à faible densité de forets et plusieurs villages furent en partie détruits.

 

Fichier:Prinz Leopold von Bayern JS.jpg

Le Prince Léopold de Bavière


Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, l’armée allemande s’est entraînée dans le camp et y a également gardé des prisonniers de guerre.
Après la deuxième guerre mondiale, les forces américaines ont profité de l’espace et de la destination initiale du camp pour créer le « Grafenwöhr Training Area » (GTA) qui compte une superficie de +/- 226 Km² et est l’un des plus grands en Europe.
De 1979 à 1984, 210 millions de mark ont été injectés pour améliorer et informatiser les stands de tir.
L’ancien « 100Th Area Support Group » s’est installé avec son quartier général le 01 octobre 1991 dans le cadre du « US Army Europe Community Plan ».

Après de multiples restructurations fin des années 1990, « L’US Army Garrison Grafenwohr » fournit une base opérationnelle de qualité et un appui tant à la communauté US dans la région de Grafenwöhr, Vilseck et Hohenfels qu’à l’Ambassade américaine de Berlin et au Consulat de Munich.


Le camp aujourd’hui

USAG Grafenwoehr Public Site
« L’US Army Garnison Grafenwohr » supporte directement le « 7th Army JMTC (Joint Multinational Training Command), « Grafenwöhr Training Area », le « Combat Maneuver Training Command » et leurs unités associées.

PETIT HISTORIQUE DE LA COMPETITION

 

La compétition dénommée Canadian Army Trophy (CAT) a débuté en 1963, lorsque le gouvernement du Canada a offert une réplique en argent d'un char Centurion au pays qui obtenait le score le plus élevé lors d'un concours entre unités blindées.

La compétition a été créée pour promouvoir la camaraderie, l'émulation et le perfectionnement à la technique de tir entre les équipages des forces blindées des pays de l'OTAN en Europe de l'Ouest.

 

Cette compétition créera une seine rivalité au sein des régiments de chars, et augmentera progressivement, grâce à un entraînement intensif, le niveau « Gunnery » de ces derniers.

Le pays gagnant du trophée CAT, qui reste la propriété du Canada, le conserve jusqu'à la prochaine compétition et est responsable de sa bonne garde.

Le concours a été organisé chaque année depuis 1963; en 1970, il a été décidé qu'à partir de 1973 il se tiendrait tous les deux ans à Bergen-Hohne, Allemagne de l'ouest. Plus tard le concours se déroulera également à Grafenwöhr.

Chaque pays membre est invité à présenter des équipages pour représenter leurs armées respectives. Les Nations représentées: Canada, Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Allemagne de l'Ouest et États-Unis.

Le format de la compétition a subi de nombreux changements, à l'origine on retrouvait un char seul sur la position de tir. Après 1968 et après les compétitions de 1975, les règles et procédures du concours ont été modifiées pour mieux tenir compte des conditions du combat.


On passe d'abord à une section de tanks, ensuite au peloton. On passe de la position fixe au parcours de combat conçu pour tester l'habileté des équipages dans des conditions plus réalistes. Chaque parcours comporte des cibles fixes et mobiles pour le tir canon ainsi que des cibles pour mitrailleuse coaxiale.

A partir de 1981 on change le système et on passe à la doctrine CENTHAG-NORTHAG. Chacun des pays est alors rattaché au groupe d'armées auquel il appartient. C'est le groupe d'armée vainqueur qui remporte le challenge et en a la conservation. Un prix est également remis au meilleur peloton de chacun des groupes d'armées.

 

Pour nous, les petits Belges, les résultats de cette compétitions  furent extraordinaires dès le début alors que nous étions encore sur nos vieux Patton M47. D'ailleurs, quelques années plus tard, quand il s’agira de remplacer nos vieux Patton, à bout de souffle, et armés d’un canon au calibre trop faible, la politique invoquera ces beaux résultats pour tenter de postposer l’achat de nouveaux chars sous prétexte qu’ils étaient encore compétitifs, mais si un obus de 90 mm perçait encore avec précision une cible de toile jute, son calibre trop faible ne perçait, par contre, plus aucun blindage soviétique !

 

AVANT LE CAT, LE FRAT...

Avant de pouvoir participer au CAT (Canadian Army Trophy) , les équipages des différents régiments de l'Arme blindée belge devaient faire leurs preuves durant le Challenge des Fraternelles de la Cavalerie (ChalFrat ou FRAT) afin d'être sélectionné.

C’est en juillet 1963, qu’est organisée pour la première fois au camp de tir de Bergen–Höhne, une compétition inter régiments de tir au canon pour chars. Cette première compétition est remportée par le 4e Lanciers, suivi des 1er et 3e Lanciers. En décembre de la même année, le 4e Lanciers représente donc la Belgique au Canadian Army Trophy ou "CAT": le peloton du lieutenant Nicolas Knott  remporte la compétition.

Le but de l'évaluation FRAT, lui aussi sous forme de concours, était avant tout de déterminer et de sanctionner le degré d'instruction des équipier et des équipages. Les tirs d'évaluation étaient considérés comme partie intégrante de l'instruction des régiments et non pas comme un moyen détourné d'apporter seulement un peu de gloriole à son unité.

Le but final était de rehausser la valeur opérationnelle des unités en :

·  contrôlant le niveau de l'entraînement du tir dans les unités de tank par une épreuve de tir;

·  améliorant les méthodes d'instruction et d'entraînement du tir à bord des tanks, ainsi que la pratique de l'acquisition d'objectifs et de la conduite du tir à l'échelon peloton;

·  rassemblant les données nécessaires aux études relatives à l'évaluation des techniques de tir et d'emploi.

Les buts secondaires étaient :

·  dans un esprit de camaraderie et de considération mutuelle, encourager l'échange d'expériences acquises entre les équipages des unités

·  créer les conditions de base et les critères de sélection à des compétitions internationales de tir.

Déroulement des exercices de tir FRAT

L'exercice était constitué d'un parcours de combat exécuté par peloton; celui-ci recevait un secteur de tir dans lequel un maximum de six cibles pouvait apparaître à tout moment.

Tous les tanks du peloton peuvent tirer simultanément et engager n'importe quelle cible présentée.

Les cibles peuvent être montrées lorsque les tanks sont soit à l'arrêt ou soit en mouvement, et toutes les cibles ne doivent pas nécessairement être visibles de tous les tanks du peloton.

Nombre de cibles

Durant un parcours de combat, les cibles suivantes sont montrées :

·  16 cibles tanks

·  04 cibles ATk

·  08 groupes de cibles coaxe

Munitions

Chaque tank a à son bord :

·  08 Tp-T/DS

·  03 HEP-T

·  01 caissette de 7,62mm (230 cartouches maximum dont 46 traçantes)

Chaque peloton doit disposer des munitions de réserve suivantes :

·  04 Tp-T/DS

·  06 HEP-T

·  115 cartouches 7,62mm dont maximum 23 traçantes

Aspect non traités de l'évaluation FRAT

Apprendre à faire la guerre est quelque chose d'extrêmement difficile, il ne sera jamais possible de recréer les conditions réelles du combat. A défaut de ces conditions, il est donc nécessaire et on s'en réjouit, de créer des situations artificielles.

Le FRAT tout comme le CAT étaient donc des moyens précieux d'entraînement et d'évaluation, mais il serait dramatique de croire que eux seuls pouvaient servir à déterminer la qualité suprême d'un équipage ou d'un peloton. Il suffit de rappeler que :

·  le peloton tank connaît le stand sur lequel il va devoir évoluer, il connaît son secteur de tir, et ne doit jamais s'occuper d'un éventuel ennemi qui se dévoilerait sur ses flancs;

·  liés par des problèmes de sécurité, les équipages connaissent les positions des tirs qui se feront à l'arrêt;

·  chaque tank possède à bord seulement 11 obus et une bande de cartouches pour coaxe, pas de soucis particuliers pour la surveillance aérienne et par conséquent la mitrailleuse superstructure n'est pas desservie;

·  le genre d'ennemi est connu ainsi que son nombre (16 cibles tanks, 4 cibles ATk, 8 groupes de cibles coaxe), il est figé et aucune position de rechanges n'est prise;

·  le tir en roulant avec canon se fait sur des objectifs tank situés à maximum 1.300 mètres, par déduction les équipages peuvent connaître approximativement l'endroit et le moment où ces cibles vont apparaître.

 A ceci il faut ajouter que ces tirs à munitions réelles étaient exécutés sans tenir compte de l'aspect tactique, c'est ainsi que :

·  les battle run sont exécutés systématiquement par des déplacements vers l'avant, les équipages n'auront donc jamais à exécuter des "bloquer replier";

·  les tanks ne sont pas camouflés

·  aucun contrôle n'est exécuté dans les véhicules en ce qui concerne : la tenue des équipages, le placement règlementaire des munitions, de l'OVM, au contraire, tout le matériel non nécessaire pour le tir est enlevé, de manière à faciliter le travail de l'équipage, alors que les conditions réelles de combats seront tout à fait différentes;

·  le peloton progresse tout en sachant qu'il ne subira aucune perte d'où facilité dans la conduite du tir;

·  le problème NBC n'est pas traité, etc..

Suggestions

Comme je le souligne précédemment, il n'y a dans ce domaine aucune solution miracle, les moyens qui nous étaient et nous sont toujours offerts sont limités. Nous pourrions rêver de nous imaginer au Canada évoluant dans un tank avec 60 obus à bord sur des stands de tir de près de 10 km de profondeur! Mais la réalité étant ce qu'elle est, il faut se contenter de ce qu'elle nous donne.

Moyennant quelques effort, je pense pourtant qu'il est possible d'améliorer sensiblement une partie des carences inévitables existantes encore :

·  augmenter si possible le nombre de stands de tir susceptibles d'accueillir une évaluation FRAT;

·  camouflage des tanks et évaluation;

·  contrôle et évaluation de l'équipage sur le placement correct de tout l'OVM et des munitions

·  idem en ce qui concerne la tenue de combat règlementaire des équipages;

·  évaluation de l'aspect sécurité et emploi de la radio;

·  introduire dans le run un mouvement arrière (bloquer replier), avec apparition d'objectifs pendant le recul, avec comme avantage, une augmentation de la variété des séquences, etc., etc..

En résumé nous pouvons dire que la préparation devait et doit comporter une technique d'entraînement adaptée, une bonne assistance, un bon encadrement, mais également une préparation psychologique au désir de vaincre car il existe indubitablement un parallélisme entre l'entraînement des sportifs et celui des équipages de tank lors de la préparation à une période d'évaluation.  Les quelques principes de base ci-après ne devraient pas être négligés :

·  la condition physique;

·   la concentration;

·   la self-détente;

·  l'autosuggestion;

·  la self-discipline.

 

Avec la disparition des tanks Léopard et le remplacement de ceux-ci par des véhicules à roues, avec la disparition des compétitions du FRAT et du CAT, il faudra bien trouver d'autres moyens sérieux pour évaluer la rapidité, la précision et l'efficacité du tir du personnel des véhicules blindés à canon.

Je ne doute pas que les équipages d'aujourd'hui soient tout aussi valables et peut-être meilleurs que ceux d'hier. Mais je doute qu'un canon d'un calibre de 90mm puisse encore, de nos jours,  perforer autre chose qu'une cible en toile jute. Alors, j'espère que les bureaux d'études planchent sérieusement sur le problème car en cas d'opération il est question de vies humaine

 ET SI NOUS REVENIONS AU CAT

Durant les entraînements CAT: Lt laboulle Mdl Tassin

 

 Jeudi 20 juin 1991

 

Dans la plaine de Grafenwöhr, sur un terrain détrempé, battu depuis trois jours par le vent et la pluie, retentit soudain la "Chevauchée des Walkyries".

 

Ecoutez la Chevauchée des Walkyries

 

Dans un vrombissement d'enfer, à peine couvert par la musique, un peloton de quatre chars Léopard du 3e Lanciers fonce  à toute allure vers ses positions du stand 301.

Dans quelques secondes, les canons de 105mm et les mitrailleuses MAG vont cracher le feu et la mitaille.

Non, il ne s'agit pas du remake terrestre "d'Apocalypse Now" mais bien du début de l'épreuve CAT de notre vieux Régiment.

Un 3e Lanciers dont les hommes sont plus motivés que jamais car c'est pour eux le dernier baroud d'honneur suite au triste sort réservé, dans un avenir proche, à leur Unité.

Ils ont décidé de prouver, malgré leur future dissolution, qu'il n'y a pas de maillon faible au niveau de l'Otan et ce malgré un matériel, une fois de plus, bien plus ancien que leurs concurrents.

 

Cliquez sur le bouton jaune pour une vidéo sur le CAT

 

LA COMPETITION

Les familles sont arrivées de Spich ce matin après avoir fait 500 km en bus. Nos frères d'arme du 4ème Cuirassiers français sont là aussi pour nous encourager.

Les chars du 20  se trouvent en zone de quarantaine. Tout est vérifié et contrôlé une dernière fois.

Chaque char dispose de 12 obus et de 250 cartouches pour mitrailleuses, soit au total 48 obus et 1000 cartouches pour l'ensemble du peloton.

 

Le Battle Run

 

Pour chaque "Battle Run", le juge-arbitre fonde son scénario sue 32 objectifs pour canon auxquels il ajoute 8 groupes d'objectifs réservés aux mitrailleuses.

Les objectifs à atteindre au canon sont présentés jusqu'à une distance de 2.000 mètres.

Les tirs sont effectués sur cibles fixes et mobiles alternativement avec les écoutilles ouvertes et fermées.

Si le char est immobile, la distance maximum de tir sera de 2.000 mètres alors que s'il est en mouvement, elle sera au maximum de 1.200 mètres.

Une combinaison de cinq tirs minimum au canon et de deux tirs à la mitrailleuse est garantie.

Le juge-arbitre s'arrange également pour que le scénario de tir de chaque peloton soit différent.

Ajoutons enfin qu'un parcours dure entre quinze et vingt minutes et qu'en dépit de la fabrication et du type de char, celui-ci doit satisfaire aux normes nationales en vigueur.

Tout dispositif spécial au profit de l'épreuve est interdit.

 

Cible pour canon

 

CAT Target

Cible pour mitrailleuse

CAT machinegun Target

Points maximums pour un Run CAT  

Dénominations

Points

Toutes les cibles

10,000

Dans le temps impartit

8,500

Bonus cibles

500

Bonus munitions rentrées

1,600

Score pour mitrailleuses

2,000

Total

22,600

 

A 12h30, c'est parti pour 20 placé sous les ordres du Lieutenant Semal. Et miracle, la pluie a cessé de tomber. Les monstre d'acier se mettent en place. Chez les spectateurs, les lunettes de visée sont braquées et les appareils photos sont prêts a immortaliser ce moment. La tension est à son comble au propre comme au figuré. Les premiers tirs retentissent, des giclées brûlantes de terre et de feu sont projetées dans les airs, acclamations et encouragements se mêlent aux grondements des canons. Les tirs des mitrailleuses résonnent et les cibles sont criblées de balles, les chenilles crépitent, le peloton est en marche vers la position suivante. Il en va ainsi jusqu'au tout dernier objectif. Lorsque le parcours est terminé, le rassemblement est fixé à "l'Ammunition point"...

Visages tristes, déception, incompréhension : que s'est-il passé? Le 1Mdl Maldague :"je n'y comprends rien..., nous avons tiré trop bas. La cause probable pourrait être imputable au canon". Le lieutenant Semal, chef de peloton est également très déçu. Le résultat ne se fait pas attendre : 12.955 points. Inutile de préciser que les espérances étaient toutes autres d'autant plus que les scores réalisés au mois de mai lors du mini-CAT  avaient été bien meilleurs, un 14.915 points et un 16.476 points. Aussi, les regards se tournèrent-ils vers les prestations du second peloton qui devait passer dans l'après-midi.

 

Vers 16h45, c'est le tour du 10 sous les ordres du Lieutenant Nocart. Même scénario, même tension, même espoir. Parmi les spectateurs se trouve un homme très attentif; le Chef de Corps . En effet, à l'aide de jumelles, il suit de près les débats. Crispé, il croise les doigts pour ses hommes. Sous les vivats et les cris d'encouragements, le peloton 10 entame le parcours. Une fois de plus les résultat escomptés ne sont pas rencontrés. Ils sont d'à peine 1000 points supérieurs à ceux de 20. Avec 13.895 points, le premier peloton (10) mettait un point final au CAT 91.

 

Après le parcours, le Lieutenant Laboulle, commandant d'escadron déclare : "Le problème majeur fut les très petites cibles et la hauteur de ces cibles . Notre système de visée ne nous permettait pas de réajuster rapidement le tir.

 

Pour détendre quelque peu l'atmosphère, un barbecue était organisé en soirée. Aussi bien les invités que les Lanciers purent goûter aux mets délicieux magistralement préparés par les cuisiniers du 3ème Lanciers.

 

C'en était fini..., le combat était terminé.

Le 3e Régiment de Lanciers n'a pas pu concrétiser son rêve, son ultime espoir avant sa dissolution.

Il est vrai qu'il ne disposait pas du matériel moderne dont étaient équipées les unités allemandes et néerlandaises.

Cette lutte peut être comparée à celle de David contre Goliath si ce n'est que cette fois, Goliath s'est imposé...

 

Petite réflexion de l'Adjudant-Major e.r. I.BRASSEUR, le RSM du Régiment :

 

"Ce jour là, j'ai eu de la peine à voir vos mines déconfites et vos sourires brisés car je savais ce dont vous étiez capables.

Je connaissais votre motivation pour vous avoir vu à l'entraînement.

J'idéaliserai donc ici vos qualités pour avoir osé vous engager dans un combat que nous savions inégal.

Mais  jamais vous n'avez démérité, vous avez toujours fait le maximum en soldats de métier que vous étiez.

Je puis en témoigner puisque j'étais présent et surtout très fier de vous accompagner".

 

 

Certificat CAT pour canonnier

 Insigne CAT sur les Véhicules et les tenues

du 3e Lanciers

 

L'insigne a été créé par

l'Adjudant-major I.BRASSEUR

On trouve sur l'insigne:

 

bullet

Le bleu et le blanc qui sont les couleurs du Régiment;

bullet

Les lances croisées, la couronne royale et le chiffre 3, un des insignes du Régiment;

bullet

Notre drapeau national;

bullet

Le sigle OTAN;

bullet

Notre devise:Comme à Orsmael je tiens;

bullet

L'année de participation;

bullet

La tête de mort, insigne du Régiment dont les yeux et le nez forment le mot CAT.

 

Affiche CAT

    
Médaille CAT officielle Fanion et cadre laser CAT 3ème Lanciers Médaille CAT 3ème Lanciers

Escadron C

8e Canadian Hussars

Leopard 1A4

Canada

4e Compagnie

84 e Bataillon de Tank

Leopard 02

Germany

Escadron C

43e Bataillon

Leopard 2A4

Netherlands

2e Compagnie

153e Bataillon de Tank

Leopard 2A4

Germany

Escadron B 3e Lanciers

Leopard A1

Escadron C 3e lanciers

Leopard A1

Escadron A 3e Lanciers

Leopard A1

Badge 1er Peloton 3e Lanciers Badge 2ème Peloton 3e Lanciers Badge 3ème Peloton 3e Lanciers
   
  Badge en tissus et autocollant officiel du CAT 1991  
 

Parade de remise du challenge

  

 Les équipages du 3L de noir vêtus.

Sur la photo de gauche:

à l'extrême gauche le Lieutenant Nocart actuellement Colonel et ancien Chef de Corps du 1/3L

à l'extrême droite le Lieutenant Semal actuellement Lieutenant-Colonel et ancien Chef de Corps du 1/3L

Sur la photo de droite

Devant le détachement le Capitaine Yves Martin aujourd'hui Colonel e.r.

 

Souvenir volé lors d'une des soirées de ''décompression'' au Pineview Club

 

En 1968 le Roi Baudouin inspecte le trophée CAT

 

Classements du CAT de 1963 à 1991
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Canada
1963

Décembre

Bergen-Höhne
1. 4e LANCIERS Belgium M47 Patton
2. PANZERBATAILLON 83 Germany M48A2C
3. 41 TANKBATALJON Netherlands Centurion
4. FORT GARRY HORSE Canada Centurion Mk.3
5. 5th ROYAL TANK REGT United Kingdom Centurion
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Canada
1964

5 et 6 Octobre

Bergen-Höhne

1. 4e LANCIERS Belgium M47 Patton
2. PANZERBATAILLON 83 Germany M48A2C
3. 11th HUSSARS United Kingdom Centurion Mk.9
4. 43 TANKBATALJON Netherlands Centurion
5. FORT GARRY HORSE Canada Centurion Mk.3
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Belgique
1965

27 Sep au 01 Octobre

Bergen-Höhne
1. THE ROYAL SCOTS GREYS United Kingdom Centurion Mk.5
2. 2e LANCIERS Belgium M47 Patton
3. FORT GARRY HORSE Canada Centurion Mk.5
4. 11 TANKBATALJON Netherlands Centurion
5. PANZERBATAILLON 83 Germany M48A2C
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Allemagne
1966

05 au 09 Septembre

Bergen-Höhne
1. 13th/18th ROYAL HUSSARS United Kingdom Centurion
2. 4e LANCIERS Belgium M47 Patton
3. PANZERBATAILLON 324 Germany M48A2C
4. LORD STRATHCONA’s HORSE Canada Centurion
5. 101 TANKBATALJON Netherlands Centurion
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Angleterre
1967

24 au 28 Juillet

Bergen-Höhne
1. LORD STRATHCONA’s HORSE Canada Centurion
2. 15th/19th THE KING’s ROYAL HUSSARS United Kingdom Centurion
3. 4e LANCIERS Belgium M47 Patton
4. PANZERBATAILLON 83 Germany Leopard 1
5. 41 TANKBATALJON Netherlands Centurion
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Hollande
  1. 1er LANCIERS Belgium M47 Patton

Le 9 octobre 1968, Bergen-Höhne, c'est Baudouin van de Kerchove (héros du 3e Lanciers à Orsmael en 14/18; ancien sous-officier devenu officier) qui remettait le trophée CAT au 1er Lanciers, vainqueur de l'épreuve.

1968

04 au 09 Octobre

Bergen-Höhne
2. PANZERBATAILLON 33 Germany Leopard 1
3. THE ROYAL SCOTS GREYS United Kingdom Centurion Mk.5
4. 43 TANKBATALJON Netherlands Centurion
5. LORD STRATHCONA’s HORSE Canada Centurion
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Allemagne
Changement au sein de la compétition : passage à une section de 02 tanks
1970

20 au 22 Mai

Bergen-Höhne
1. 16th/5th QUEEN’s ROYAL LANCERS United Kingdom Chieftan Mk.3
2. PANZERBATAILLON 33/34 Germany Leopard 1
3. LORD STRATHCONA’s HORSE Canada Centurion
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Allemagne
1973

24 au 27 Septembre

Bergen-Höhne
1. PANZERBATAILLON 83 Germany Leopard 1
2. QUEEN’s ROYAL IRISH HUSSARS United Kingdom Chieftan
3. 11 TANKBATALJON Netherlands Leopard 1
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Belgique
1975

26 au 29 Août

Bergen-Höhne
1. PANZERBATAILLON 84 Germany Leopard 1A1A1
2. ROYAL HUSSARS (Prince of Wales Own) United Kingdom Chieftan
3. 2e LANCIERS Belgium Leopard 1
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Angleterre
Changement au sein de la compétition : passage à 01 peloton de 03 tanks et compétition tous les deux ans
1977

25 au 29 Avril

Bergen-Höhne
1. ROYAL CANADIAN DRAGOONS Canada Leopard 1A2
2. PANZERBATAILLON 64 Germany Leopard 1A1A1
3. 1er LANCIERS Belgium Leopard 1
4. 17th/21st LANCERS United Kingdom Chieftan Mk. 2
5. 11 TANKBATALJON Netherlands Leopard 1
6. 2nd BATTALION 81st ARMOR U.S.A. M60A1 RISE
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Allemagne
1979

28 Mai au 01 Juin

Bergen-Höhne
1. PANZERBATAILLON 284 Germany Leopard 1A4
2. 2e LANCIERS Belgium Leopard 1A1
3. 4th/7th ROYAL DRAGOON GUARDS United Kingdom Chieftan Mk.5
4.  2nd ARMORED CAVALRY REGIMENT U.S.A. M60A1 RISE
5. ROYAL CANADIAN DRAGOONS Canada Leopard 1A3
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur Amérique

Changement au sein de la compétition : passage à 01 peloton de 04 tanks 

01 peloton de 05 tanks pour les US  avec score proportionnel

01 peloton de 03 tanks pour UK avec score proportionnel

1981

12 au 19 Juin

Grafenwöhr
1. PANZERBATAILLON 294 Germany Leopard 1A4
2. 2e LANCIERS Belgium Leopard 1A1
3. 1st BATTALION 32nd ARMOR U.S.A. M60A3
4. ROYAL CANADIAN DRAGOONS Canada Leopard 1A3
5. QUEEN’s OWN HUSSARS United Kingdom Chieftan Mk.9
6. 41 TANKBATALJON Netherlands Leopard 1A1

A partir de 1983 la compétition se déroule entre

NORTHAG et CENTAG

Année Place Unité Nation Tank
Organisateur NORTHAG
1983

20 au 24 Juin

Bergen-Höhne
1. CENTAG:  
  PANZERBATAILLON 2/293 Germany Leopard 1A4
  PANZERBATAILLON 3/293 Germany Leopard 1A2
  1st BATTALION 32nd ARMOR U.S.A. M60A3
  3rd BATTALION 64th ARMOR U.S.A. M1 Abrams
  ROYAL CANADIAN DRAGOONS Canada Leopard 1A4
2. NORTHAG:  
  4e LANCIERS Belgium Leopard 1A1
  ROYAL SCOTS DRAGOON GUARDS United Kingdom Chieftan Mk.7
  PANZERBATAILLON 74 Germany Leopard 1A1A2
  11 TANKBATALJON Netherlands Leopard 1A1A1
  2nd BATTALION 66th ARMOR U.S.A. M60A1 RISE
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur NORTHAG
1985

10 au 14 Juin

Bergen-Höhne
1. NORTHAG:  
  2e LANCIERS Belgium Leopard 1A5
  2nd BATTALION 66th ARMOR U.S.A. M1 Abrams
  PANZERBATAILLON 24 Germany Leopard 2A0
  43 TANKBATALJON Netherlands Leopard 2
  ROYAL SCOTS DRAGOON GUARDS United Kingdom Chieftan Mk.7
2. CENTAG:  
  3rd BATTALION 64th ARMOR U.S.A. M1IP Abrams
  3rd BATTALION 32nd ARMOR U.S.A. M60A3
  PANZERBATAILLON 63 Germany Leopard 1A1
  ROYAL CANADIAN DRAGOONS Canada Leopard 1A4
  PANZERBATAILLON 244 Germany Leopard 2A1
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur CENTHAG
1987

15 au 19 Juin

Grafenwöhr
1. CENTAG:  
  4th BATTALION 8th CAVALRY U.S.A. M1IP Abrams
  3rd BATTALION 64th ARMOR U.S.A. M1IP Abrams
  ROYAL CANADIAN DRAGOONS Canada Leopard 1A4
  PANZERBATAILLON 124 Germany Leopard 2
  PANZERBATAILLON 363 Germany Leopard 2
2. NORTHAG:  
  43 TANKBATALJON Netherlands Leopard 2
  4e LANCIERS Belgium Leopard 1A5
  THE ROYAL HUSSARS United Kingdom Challenger 1
  2nd BATTALION 66th ARMOR U.S.A. M1IP Abrams
  PANZERBATAILLON 324 Germany Leopard 1A1
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur NORTHAG
Changement à la compétition: ajout d'un parcours de nuit
1989

19 au 23 Juin

Bergen-Höhne
1. NORTHAG:  
  41 TANKBATALJON Netherlands Leopard 2A4
  PANZERBATAILLON 203 Germany Leopard 2A4
  2e REGIMENT DE GUIDES Belgium Leopard 1A5
  3rd BATTALION 66th ARMOR U.S.A. M1A1 Abrams
2. CENTAG:  
  PANZERBATAILLON 123 Germany Leopard 2A3
  2nd BATTALION 64th ARMOR U.S.A. M1A1 Abrams
  8th CANADIAN HUSSARS Canada Leopard 1A4
  4th BATTALION 32nd ARMOR U.S.A. M1A1 Abrams
Année Place Unité Nation Tank
Organisateur CENTHAG
1991

17 au 21 Juin

Grafenwöhr
1. NORTHAG:  
  PANZERBATAILLON 84 Germany Leopard 2A4
  43 TANKBATALJON Netherlands Leopard 2A4
  3e REGIMENT DE LANCIERS Belgium Leopard 1A5
2. CENTAG:  
  PANZERBATAILLON 153 Germany Leopard 2A4
  8th CANADIAN HUSSARS Canada Leopard 1A4

 

Compétition CAT résultats: 1963-1991

Par Pays

 Années

BE

CAN

GE

UK

NL

US

1963

1

4

2

5

3

-

1964

1

5

2

3

4

-

1965

2

3

5

1

4

-

1966

2

4

3

1

5

-

1967

3

1

4

2

5

-

1968

1

5

2

3

4

-

1970

-

3

2

1

-

-

1973

-

-

1

2

3

-

1975

3

-

1

2

-

-

1977

3

1

2

4

5

6

1979

2

5

1

3

-

4

1981

2

4

1

5

6

3

Compétition CENTHAG - NORTHAG

1983**

4

3

1

6

5

2

1985**

4

6

2

5

1

3

1987**

5

4

2

6

3

1

1989**

3

5

2

-

1

4

1991**

4

3

1

-

2

-

 

Nbr de 1er place

3

2

6

3

2

1

 

BE

CAN

GE

UK

NL

US

 

1983 CENTHAG

 

1985 NORTHAG

 ** Trophée remis par Groupes d'Armées

1987 CENTHAG

 

1989 NORTHAG

 

1991 NORTHAG

FIN DU CAT

En septembre 1993, suite au retrait des troupes canadiennes d’Allemagne, et également à la non participation successive de plusieurs pays, le Canadian Army Trophy (CAT), que certains appelaient les « jeux olympiques des troupes blindées », est supprimé.

Notons que la France n’a jamais estimé devoir engager la réputation de ses chars et de ses équipages en participant à cette compétition.

Remonter INFOS JURIDIQUES NOS STATUTS NEWS CODE D'HONNEUR NOS ROIS Notre Histoire FRATERNELLE ROYALE LEGENDE LES FBA LES TRADITIONS LE NOM DES VEHICULES CHANT des CUIRASSIERS AFFILIATIONS CHEFS DE CORPS LES RSM NOTRE ETENDARD MATERIEL ET TENUE 3L NOTRE MUSEE MEDAILLE DU MERITE IN MEMORIAM NOS MONUMENTS SAINT GEORGES WATERLOO PARRAINAGE RETROUVAILLES NOTRE REVUE CAT 1991 LE CHAL CAV PHOTOS CONTACTEZ-NOUS LIENS