CUIRASSIERS N°2

                                                

Le 15 novembre 1815, les régiments de carabiniers sont réorganisés. l'appellation "régiment" est supprimé et remplacée par "Afdeeling". Notre "carabinier n°2" prend la dénomination de "Afdeelinf Karabiniers nr 2". Chaque "Afdeeling" est composé de deux escadrons de volontaires et de deux escadrons de miliciens.

 

Entre-temps, probablement le 16 mars, ils quittent leur caserne des Annonciades pour prendre garnison à Malines; d'après les archives de l'armée néerlandaise cependant, le régiment reste cantonné en entier à Bruxelles jusqu’en 1818 et détache ensuite, jusqu’en 1829, le troisième escadron à Termonde et le 4ème escadron à Malines.

 

Le 16 ou le 18 juillet 1816, nos Carabiniers sont dotés de cuirasses et deviennent "Afdeeling Cuirassiers No 2".

 

En septembre 1820, à Walsdorf, le Lieutenant-Général Trip remet, au nom du Roi des Pays-Bas, un étendard orange au Cuirassiers No 2 (Une copie existe dans le patrimoine régimentaire). De 1829 à 1830, le régiment entier stationne à Deventer, avant d'être déplacé vers Maastricht en septembre.

Lieutenant-Général Albert Dominicus Jonkheer Trip van Zoudtland

(Groningen 1776 - La Haye 1835)

 

   

Guillaume Ier, Roi des Pays-Bas 1815-1840 et ses armoiries

A cette époque, le recrutement n'est plus uniquement belge, mais se déroule également dans les provinces néerlandaises. Les Belges, qui constituent cependant encore une forte proportion de l'effectif, désertent rapidement au moment de la révolution et de la déclaration d'Indépendance pour rejoindre la jeune armée belge naissante.

Le 14 novembre, l'Afdeeling de Cuirassiers No 2 est rayée de l'ordre de bataille néerlandais, les officiers sont déliés de leur serment au Roi Guillaume et les effectifs restants sont disséminés entre les Afdeeling No 1, No 3 et No 9.    

1er RÉGIMENT DE CUIRASSIERS

Étendard du 1er Cuirassiers

en 1831

  Au lendemain des événements de septembre, le Gouvernement Provisoire multiplie les efforts pour se constituer une armée. Un arrêté du 27 septembre fixe à cinq le nombre de régiments de cavalerie, dont un de cavalerie lourde. Les quatre premiers sont créés à partir du 24 octobre, le cinquième trois jours plus tard.

 

  Parmi les premiers, le régiment de grosse cavalerie, baptisé 1er Régiment de Cuirassiers, se forme à Liège à partir des officiers, sous-officiers et hommes du rang issus de l'Afdeeling No 2.

        

Tenues des Cuirassiers

 

 

Équipés de neuf, nos Cuirassiers ont fière allure, avec leur habit et pantalon bleu de roi. Le Collet et les distinctives sont jaunes; les retroussis, également jaunes, sont ornés d'une grenade en fil blanc, insigne des unités d'élite. Les épaulettes à franges sont rouges, sauf pour les officiers qui les portent d'argent. Le casque, à plumet droit, rouge pour les escadrons et  blanc pour l'état-major, ainsi que la cuirasse, sont du modèle français.

Casque, cuirasse et sabres de Cuirassiers

Le casque ci-dessus à plumet blanc est un casque de l'État-major

Les épaulettes sont celles d'un officier car elles sont en argent

 

LA CUIRASSE

La masse totale de la cuirasse toute garnie est de 7,5 kg. Les épaulières sont en buffle renforcées de drap rouge et recouvertes d'écailles en laiton festonnées et fixées par un fil de laiton. Les agrafes sont en laiton laminé à mortaises doublées de morceaux de cuir et sont découpées en forme de cœur. La partie inférieure de l'avant de la cuirasse avance comme un rostre.

LE CASQUE

En apparence identique au casque des dragons, le casque des cuirassiers présente cependant des différences : une bombe en acier et un bandeau en peau d'ours noir à longs poils. La visière en cuir est cerclée d'un renfort en laiton et le cimier en laiton est doté d'ailerons latéraux estampés. Sur le devant, un figure de gorgone surmontant un plastron portant le numéro du régiment.

 

 

Épaulettes Retroussis  jaune et grenade blanche Épaulettes Officiers
Casque Cuirassiers Cuirasse et casque Casque Etat-major
Grenade Afdeeling n°2 Bonnet de police 1er Cuirassiers Grenade 1er Cuirassiers
Boucle de ceinture des Cuirassiers Garde de sabre Officier Cuirassiers Coeur de poitrail de cheval de Cuirassiers

 

 

Pistolet d'arçon Mousqueton de Cavalerie
 

 

Selles du 1er Cuirassiers

          Outre des pistolets d'arçon et un mousqueton de cavalerie, l'armement comprend le sabre droit de cavalerie lourde, modèle An XI, à deux grenadières et quatre branches de garde; les officiers gardent cependant leur ancien et magnifique sabre néerlandais, dont la garde est ornée d'une grenade. En guise de signe de ralliement, les trompettes, dépourvus de cuirasse, portent un habit bleu azur à épaulettes blanches, une crinière de casque rouge et un plumet bicolore rouge et blanc.

 L'organisation reste initialement identique à ce qu'elle était dans la cavalerie des Pays-Bas et n'est modifiée qu'en juin 1831, supprimant la subdivision des escadrons en compagnies : chaque régiment de cavalerie comptera désormais quatre escadrons de guerre d'environ 180 officiers et cavaliers et d'un escadron de dépôt. D'après une situation datée du 15 juillet, il semble que celui-ci et un escadron de sabres séjournent à Bruxelles tandis que le restant du régiment stationne toujours à Liège.

 

  Le 2 août 1831, le jeune Roi Léopold 1er est en tournée d'inspection à Liège lorsque l'armée des Pays-Bas envahit la Belgique, décidée à traverser successivement Diest, Tirlemont et Louvain en vue d'atteindre finalement Bruxelles; Le 1er de Cuirassiers fait partie à ce moment de l’ Armée de la Meuse, chargée de défendre le Limbourg belge. Durant cette désastreuse Campagne des Dix Jours, qui atteste des multiples carences de notre jeune armée et de son commandementnt, quelques unités se comportent néanmoins avec honneur. C'est le cas des Cuirassiers : ils participent aux engagements victorieux de Houthaelen et de Kermpt et, le 8 août à Cortessem, chargent les Hollandais pour dégager l'Armée de la Meuse, attaquée en flanc par l'ennemi au moment où elle retraite hors de Hasselt.

  Ce n'est donc peut-être pas un hasard si le régiment est choisi pour recevoir le deuxième étendard de toute notre armée, après celui du 4ème de Ligne, et le premier attribué à une unité de cavalerie. Cet emblème est remis sur la Place Royale à Bruxelles, le 10 décembre 1831, par le Roi Léopold 1er en personne.

   Ce n'est peut-être pas un hasard non plus si notre premier Souverain se fait portraiturer en uniforme de Colonel des Cuirassiers.  

  Dès la fin de cette première campagne, par Arrêté Royal du 19 août 1831, la réorganisation de notre armée prévoit la création d'une brigade de grosse cavalerie à deux régiments de cuirassiers. Mais le second régiment n'est formé que le 1er juillet 1836 à partir des 2ème, 4ème, 6ème et 8ème escadrons du 1er régiment, après que celui-ci soit passé successivement à six, puis à huit escadrons. Cette brigade devient peu après la 2ème Brigade de la “ Division de Grosse Cavalerie ”, fraîchement créée. Durant les trois décennies qui suivent, le régiment change plusieurs fois de garnison. Simultanément, le perfectionnement des armes à feu et l'augmentation du pouvoir perforant de leurs munitions font croître l'épaisseur et donc le poids des cuirasses dites “ à l'épreuve ”, nonobstant une amélioration sensible de l'acier employé pour leur confection. Par conséquent, les critères de recrutement du personnel et de sélection des chevaux deviennent de plus en plus difficile à satisfaire.

 Accueil Remonter DATES IMPORTANTES LES ORIGINES CUIRASSIERS N°2 3ème Lanciers ANVERS - YSER GP LEGER 1 DA CAMPAGNE 1940 REGIMENT de CHARS LA FIN