Les cartographes de l'âge glaciaire

Je suis, depuis longtemps, intrigué par les cartes très anciennes et très précises étudiées par Charles H. Hapgood dans " Les cartes des anciens rois des mers, preuves de l'existence d'une civilisation avancée à l'époque glaciaire.". Une de ces cartes englobe pratiquement la Terre entière: c'est la carte ayant appartenu, au début du XVIe siècle, à l'amiral turc Re'is. Hapgood a montré que la carte originale a été dessinée par méthode trigonométrique suivant le principe d'une projection polaire centrée sur la région d'Assouan. Le pôle de cette projection se trouvait exactement à l'intersection du tropique du Cancer et du méridien d'Alexandrie. Sur la carte qui suit, ce pôle est désigné par la lettre X (dans la suite de l'exposé, j'appellerai ce pôle le "point X"). J'ai alors posé les hypothèses de travail suivantes:

Ces hypothèses m'ont permis de mettre en évidence, à l'aide des cartes qui suivent, un shéma planétaire étonnant.
La première carte est établie suivant le principe d'une projection de Mercator, la deuxième résulte d'une projection stéréographique centrée sur le point X (intersection du méridien d'Alexandrie et du tropique du Cancer). J'ai tracé, à partir de ce point, des circonférences dont les rayons valent 36, 72 (2x36), 108 (3x36) et 144 (4x36) degrés.

Nous constatons que:

Cet ordre peut évidemment être interverti si on prend comme pôle l'antipode du point X. Cet antipode Y est situé dans les Iles Australes (Polynésie Française), sur le tropique du Capricorne, à proximité de l'île de Raïvavae, là où ont été decouvertes des statues qui ressemblent à celles de l'Ile de Pâques.
Vous pouvez calculer la distance angulaire séparant le point X de chacun de ces sites à l'aide d'un programme VBScript si vous utilisez le navigateur Microsoft Explorer (3 ou ultérieur)


Autrement dit, on peut associer à chacun de ces huit sites une étoile facilement repérable dont la déclinaison était égale, en 9650 avant J-C, à la latitude du lieu en question.
Sur les schémas, j'ai représenté en mauve, pour chaque site, un tronçon du parallèle le long duquel on observe la culmination zénithale de l'étoile indiquée ainsi que la latitude de ce parallèle(c'est également, à quelques minutes d'arc près, la déclinaison de l'étoile).
On pourrait ajouter à cette liste les phénomènes observés sur le site de l'observatoire mésolithique de Nabta. Je ne possède pas les coordonnées exactes de cette structure mégalithique. J'ai cependant tenté une détermination approximative à partir des informations publiées en mai 98 sur internet. Ce site serait situé à un latitude proche de 22,5° nord, à un ou deux degrés au sud du point X (la latitude du tropique du Cancer était proche, en -9650, de 24°) . Cela signifie que l'étoile Alpha2 Librae ( Zuben Elgenubi ) y culminait au zénith en -9650. La déclinaison de cette étoile valait en effet, à cette époque, 22° 19'. De plus, un observateur situé à Nabta observait, à cette époque, le lever héliaque d' Alpha2 Librae au environs du solstice d'été. Zuben Elgenubi jouait donc le rôle qui serait dévolu à Sirius 7000 ans plus tard (vous pouvez vérifier cela à l'aide du programme VBscript disponible sur la page d'accueil).

Quatre alignements extraordinaires

Règle générale : tous les alignements qui suivent sont dessinés à partir d' une paire ou de deux paires de points-antipodes présents sur les schémas précédents. ------------------------------------------------------------

De plus, il est possible que le Nombre d'or joue un rôle dans ces alignements.

Ux-X-Na = 39, 8822°
CC-X-Na = 63, 2466°
63, 2466 / 39, 8822 = 1, 586
1, 586 = phi - 0, 032

------------------------------------------------------------

Finalement, nous pouvons constater que toutes les distances angulaires sont des MULTIPLES DE 12° (erreur moyenne = 1, 12°).

Coordonnées

SITES Latitude Longitude Distance (centre:24°;30°) Etoiles Declinaison en 9650 avant J.C Magnitude Distance zénithale (culmination)
Stonehenge 51. 18° -1. 82° 36. 53° (0. 53°) alpha Boo (Arcturus) 50. 7° -0. 04 0. 48°
Carnac 47. 48° -3. 08° 35. 23° (-0. 77°) alpha Ser (Unukalhai) 47. 67° 2. 8 0. 19°
Mohenjo-Daro 27. 35° 68. 17°° 34. 43° (-1. 57°) eta Peg (Matar) 27. 15° 2. 9 0. 20°
Gaocheng 34. 42° 113. 17° 71. 37° (-0. 63°) alpha UMa (Dubhe) 34. 13° 1. 95 0. 29°
Angkor Vat 13. 43° 103. 87° 70. 03° (-1. 97°) alpha Vir (Spica) 13. 72° 0. 98 0. 29°
Chaco Canyon 36. 07° -107. 95° 107. 99° (- 0. 01°) gamma UMa (Phecda) 36. 03° 2. 4 0. 04°
Uxmal 20. 37° -89. 77 106. 48° (-1. 52°) alpha Sco (Antares) 20. 52° 0. 96 0. 15°
Tikal 17. 33° -89. 63° 108. 07° (0. 07°) delta Sgr (Kaus Media) 17. 25° 2. 8 0. 08°
Copan 14. 83° -89. 15° 109. 03° (1. 03°) zeta Sgr (Ascella) 14. 80° 2. 7 0. 03°
Machu Picchu -13. 12° -72. 57° 106. 63° (-1. 37°) alpha PsA (Fomalhaut) -13. 38° 1. 2 0. 26°
Nazca -14. 75° -75. 08° 109. 48° (1. 48°) alpha Pav -15. 40° 2. 1 0. 65°
Ile de Pâques -27. 12° -109. 35° 143. 37° (-0. 63°) alpha Hya (Alphard) -27. 62° 2. 2 0. 50°

Calculs

Vous pouvez calculer vous-même les distances angulaires à l'aide du programme JavaScript suivant.

Avec trois sites se trouvant aux sommets A, B, C d'un triangle sphérique, vous pouvez calculer l'angle A entre deux grand cercles à l'aide de cette applet java (vous devez, au préalable, calculer les distances angulaires séparant les différents sites à l'aide du programme précédent).

Vous avez la possibilité de calculer les déclinaisons des étoiles à l'aide du programme VBScript suivant (si vous utilisez le navigateur Microsoft Explorer 3 et ultérieur).

Un calcul des probabilités concernant les culminations zénithales.

A propos d'Uxmal et du Scorpion

Il faut savoir qu'Antares (alpha Scorpii) a atteint sa déclinaison maximale aux environs de -9500. Par conséquent, pour un observateur situé à Uxmal, la distance zénithale (à la culmination) de cette étoile est restée inférieure à 0, 5° entre -10250 et -8600. Ce phénomène explique peut-être le fait que le Scorpion est la seule constellation "chaldéenne" présente dans le zodiaque maya. Le Scorpion aurait pu, en effet, faire partie du zodiaque du peuple de navigateurs dont je cherche à démontrer l'existence. Dans ce cas, l'extrême stabilité d'Antares aurait pu conférer un statut particulier aussi bien à l'astérisme qu'au site d'Uxmal.

CONCLUSIONS :
Tout comme les cartes étudiées par Charles H. Hapgood, la présence de ce réseau géodésique et symbolique semble montrer qu'une brillante civilisation a parcouru et cartographié le Monde durant le dixième millénaire avant l'ère chrétienne.

LIENS

Retour à la page d'accueil

Des commentaires? Des suggestions? Des critiques constructives?

Un e-mail est toujours le bienvenu!

Jean-Pierre LACROIX
Rue Adrien de Witte 6
4020 LIEGE
BELGIQUE
Téléphone: 04 3420123
e-mail:

jean.pierre.lacroix@skynet.be


©1997 Jean-Pierre Lacroix