Logo adam&evq copyrights M. Hermans - T. T. Dang Vu, 2000  Le coin des sceptiques  Logo adam&evq copyrights M. Hermans - T. T. Dang Vu, 2000


16 mars 2004  La Roue de l’Histoire...

Rien en ce bas monde n'est simple ou définitif. Du point de vue de l'analyse psychologique par exemple, discipline floue et complexe par excellence au nom de laquelle beaucoup prétendent s’exprimer, les affirmations péremptoires n'auraient-elles pas en réalité une portée auto-thérapeutique? Allez savoir...

Mais parlons du domaine des sciences dites exactes. Au moment précis où, après avoir fait l'étude complète et détaillée d'un sujet, et l'avoir exploré de manière exhaustive, on débouche enfin sur une vérité confortable -et confortée: damned!, des esprits malins complotent pour nous empêcher de penser en rond et de boucler la boucle. Afin d'illustrer cette situation, permettez moi de vous soumettre un petit texte trouvé sur internet (puit sans fond...) dans un site aux ambitions pédagogiques(a).

Pour apprécier la portée de cette réflexion il est utile de mettre en parallèle ce premier extrait avec un article paru dans Aviation Week & Space Technology(b) en mars 2004. A la lecture du second extrait le lecteur pourra remarquer que dans le monde actuel, et plus précisément au sein des milieux de la recherche scientifique et militaire mainstream (càd conventionnelle), certains apparaissent atteints depuis quelques années par une épidémie de curiosité inguérissable que rien ne semble devoir arrêter. J'en veux pour preuve l'entêtement qu'ils ont à concevoir le vide quantique en tant que source d'énergie inépuisable pour l'humanité future et condition nécessaire à la conquête spatiale.

Certes il est toujours bon de tirer des leçons éclairées sur les « erreurs » du passé, qui dans ce cas sont le reflet de l’activité créatrice inhérente aux hommes, mais l’interprétation que l’on en fait à postériori relève probablement pour une grande part de notre ignorance à leur sujet. Aurait-on seulement retenu les noms de Louis Pasteur ou des frères Wright si leurs recherches n’avaient débouché que sur des faits divers, càd des accidents, des morts, etc .., sans découverte particulière ? La réponse semble évidente, mais soyons logique jusqu'au bout: pour trouver il faut chercher, et personne ne sait à l'avance ni où ni comment !
Quand l'obstination ne débouche sur rien on parle de rêverie lunatique mais lorsqu'elle abouti finalement à une découverte significative -à fortiori rentable- on en glorifie l'auteur en oubliant tout le reste. Se souvient-on, pour citer un exemple célèbre, que le fameux Isaac Newton a d'abord été avant tout un alchimiste convaincu?

Le lecteur jugera par lui-même.

Pour ma part, en philosophe amateur, et n'en déplaise à monsieur Donald Simanek, je crois que la Roue de l'Histoire continuera de tourner comme bon lui semble, sans complaisance particulière pour les détenteurs de vérités définitives...

(a) Extrait #1: The Museum of Unworkable Devices, de Donald E. Simanek, 2003.
http://www.lhup.edu/~dsimanek/museum/unwork.htm
""Free-energy" enthusiasts claim that if a machine were tapping some invisible energy source that fills all of space, that energy would, like the hidden motors, keep the machine going, even though we could not detect the free energy source by any other experimental means. In effect, the machine itself would be the "free energy detector". They remind us that physicists once ridiculed the idea of energy stored in atoms. Yes, they did, as these quotes indicate. There is no likelihood man can ever tap the power of the atom. The glib supposition of utilizing atomic energy when our coal has run out is a completely unscientific Utopian dream, a childish bug-a-boo. Nature has introduced a few fool-proof devices into the great majority of elements that constitute the bulk of the world, and they have no energy to give up in the process of disintegration. - Robert A. Millikan (1863-1953) [1928 speech to the Chemists' Club (New York)] ...any one who expects a source of power from the transformation of these atoms is talking moonshine... - Ernest Rutherford (1871-1937) [1933] So, do the "free-energy" proponents have a valid point here? Are they justified in devoting their time to seeking a "free-energy" or "over-unity" systems? Should mainstream scientists take up such research to solve our energy problems? I think not. Scientists generally pursue something only when there's clear evidence pointing to a need for clarifying or changing physical theory. So far, not one scrap of credible or even suggestive evidence for the existence of this "free-energy" has been seen. To return to the comparison with atomic energy, the initial skepticism of Millikan, Rutherford, and Einstein was well justified. But they changed their opinions as new evidence came in. Their initial skepticism did not in any way retard our progress toward discovery and utilization of atomic energy. My hunch is that if there is anything like "free-energy" anywhere in the universe, it will not be discovered by the kind of people now making wild and unfounded claims about it, nor by the methods they are using to try to tap it. It helps to have evidence for and know something about a source of energy before one attempts to figure out how to utilize it. All the ingenuity in the world can't extract energy from something that isn't there or has no energy to extract. " (...) "So, do the "free-energy" proponents have a valid point here? Are they justified in devoting their time to seeking a "free-energy" or "over-unity" systems? Should mainstream scientists take up such research to solve our energy problems? I think not. Scientists generally pursue something only when there's clear evidence pointing to a need for clarifying or changing physical theory. So far, not one scrap of credible or even suggestive evidence for the existence of this "free-energy" has been seen. To return to the comparison with atomic energy, the initial skepticism of Millikan, Rutherford, and Einstein was well justified. But they changed their opinions as new evidence came in. Their initial skepticism did not in any way retard our progress toward discovery and utilization of atomic energy. My hunch is that if there is anything like "free-energy" anywhere in the universe, it will not be discovered by the kind of people now making wild and unfounded claims about it, nor by the methods they are using to try to tap it. It helps to have evidence for and know something about a source of energy before one attempts to figure out how to utilize it. All the ingenuity in the world can't extract energy from somthing that isn't there or has no energy to extract. "

(b) Extrait #2: Interview de Harold Puthoff dans Aviation Week & Space Technology - 1er mars 2004, p.50 (cité par ZPEnergy.com)
http://zpenergy.com/modules.php?name=News&file=article&sid=663
"(But) there are striking and encouraging parallels between the evolvement of ZPE and the history of nuclear energy research. Albert Einstein's equations showed that an infinitesimal amount of mass could be converted to a tremendous amount of energy via nuclear reactions. Initially, scientists insisted something was wrong; the numbers were just too large. They didn't make sense. But the mathematics were incontrovertible. Then natural radioactivity was discovered, validating Einstein's equations. However, energy releases found in nature were so small that even Einstein believed radiation could never be harnessed as a useful energy source. "At that time, it looked like [nuclear] fission was going nowhere," Puthoff said. "The big breakthrough came when [atomic physicist Enrico] Fermi did his famous experiment at the University of Chicago. He found that a material releasing lots of neutrons could act as a catalyst and start a runaway reaction. Fission would take off and cause a big effect-eventually the atomic bomb in the weapons [arena] and nuclear reactors in the energy [production] area." Zero point energy has a similar history. Predictions from quantum mechanics said ZPE existed, but the huge numbers associated with it prompted questions about the mathematics' validity and suspicions of errors in quantum theory. "Then the Casimir effect was found to be a natural embodiment of natural principles," Puthoff said. "The [general] reaction was: 'OK, but it's a small effect. It's never going to be useful for making energy'-just like what was said about nuclear energy. So, we're now at the stage of looking for the equivalent of Fermi's neutron-source catalyst-something that ignites the ZPE process."
(...)
“I'd say our confidence level [of a breakthrough] is 50% or better. We have some ideas that we're exploring, but we're not ready to talk about them," Puthoff hedged. "The big hurdle is finding an embodiment that will permit scale-ups to useful levels of energy-finding the catalyst for accelerating currently known processes. If our [research] is successful, almost assuredly there'd be no problem with small units-a few cubic centimeters of ZPE-providing enough energy to power spaceships.”” -------

16 août 2003   SYLVAIN POIRIER: un sceptique qui se justifie

Le site personnel de Sylvain Poirier, consacré principalement à la physique mathématique, est intéressant à plus d'un titre. Sa page intitulée Critique de sites scientifiques marginaux (ou prétendument scientifiques) est une mise en garde intelligente à ceux qui serait tenté par l'auto cyber éducation scientifique en solitaire...Il nomme "cyber-revisionnisme" la vague des "remises en question" autoproclamées de la physique que l'on trouve ci et là sur internet. A bon entendeur, salut!

23 février 2003 OF SOME SOCIAL INTEREST...

Voici un extrait d'article récemment mis en ligne par un scientifique universitaire américain Victor J. Stenger sur son site internet.

Source: ‘The Void’, par Victor J. Stenger (maintenant retraité, il a été Professeur de Physique à l’université de Hawaii. Il vit maintenant dans le Colorado). http://spot.colorado.edu/~vstenger/Nothing/08Empty.pdf

"Let us detour here for a moment to a side issue not directly relevant to our concerns here but of some social interest. In recent years, private research groups have claimed to be working on developing the means of extracting zero point energy, "free energy" from the vacuum, for practical use. Reminiscent of the earlier boondoggle of cold fusion, the promise of an endless energy supply attracts investors who figure that the great fortunes they will make if the technology works is worth the risk. However, this investment strategy makes no sense when the risk is 100 percent and the product is snake oil, as is the case here. Simple calculations using the above formula, which is quantitatively confirmed by experiment, shows that the Casimir effect is far from being capable of producing usable energy."

Commentaire

Une telle prise de position est-elle tenable de la part de quelqu’un qui se présente comme un scientifique ?

En effet qui a sérieusement proposé d'utiliser l'effet Casimir en tant que mécanisme producteur d'énergie? Cet effet n'est mentionné -quasi unanimement- que comme phénomène démontrant l'existence d'une matrice énergétique universelle causant des effets réels, qui plus est selon un protocole théorique et expérimental parfaitement maîtrisable. Ni plus ni moins.

La vraie question -de savoir si cette énergie est utilisable ou non- reste, jusqu’à preuve du contraire, indécidable (au sens de Gödel).

L'auteur de l’article cité se réserve en passant le droit de faire à l'avance le tri entre les recherches valant la peine d'être menées et les autres. On voit avec la fusion chaude ce qui arrive à une recherche jugée scientifiquement valable par le plus grand nombre, recevant des milliards de dollars et des dizaine d'années de délai.... Pour ce qui est de la fusion froide le commentaire frise l'insulte doublée d'une désinformation active. (voir les références citées dans ce site ).

Une des caractéristiques des "sceptiques" et des "débusqueurs d'arnaques" est leur propension à tirer dans le tas en faisant largement appel au manque de culture générale et de recul historique de leur auditoire. En effet, l’évolution des connaissances scientifiques, loin d’être un long fleuve tranquille, a toujours été semée d'embûches de toute nature. De plus, dans ce domaine, toute affirmation définitive à caractère prédictif est à haut risque pour son auteur. Un examen attentif de l’histoire des sciences force l’humilité et nous montre à l’envi que de nombreux obstacles ont toujours jonché la voie du progrès. L'un de ces obstacles est précisément qu'une réelle avancée a toutes les chances d'apparaître au début comme une idée irrationnelle doublée d'une mystification. Des exemples connus : la vaccination, le phonographe, l’aviation, la dérive des continents, le téléphone, etc..
J’invite le lecteur à se replonger dans l’actualité scientifique (et académique) de l’époque pour s’en convaincre.

Lorsqu’en plus l'impertinent inventeur a l'audace de demander (un peu) d'argent pour faire progresser ses recherches, alors là c'est trop: il faut neutraliser l'outrecuidant personnage et son « escroquerie à l’investissement » avant qu'il n'atteigne la renommée et ne remette en cause les intérêts et les vérités établies. Il faut l'abattre et le discréditer tant qu'il est faible, quitte à s’inspirer ultérieurement de ses idées et s'en attribuer ensuite, sous une autre forme, la primauté.

Car enfin je pose la question: un vrai scientifique a-t-il quelque chose à craindre des arnaqueurs et des bonimenteurs de foire (Internet tenant ici ce rôle) ? Si oui, quelque chose me dit qu'il partage peut-être avec ces derniers certaines valeurs inavouables...

Qui a dit que les scientifiques travaillaient loin des passions et des rivalités du monde d'ici-bas?

***


Logo adam&evq copyrights M. Hermans - T. T. Dang Vu, 2000    © Marc HERMANS, 2003

Cette page a été réalisée avec NAMO 4.04  
Création du site: octobre 1997 - Dernière mise à jour: 16 mars 2004

starline1.gif      

blue01_next.gif  letter02_si_blue.gifletter02_sn_blue.gifletter02_sd_blue.gifletter02_se_blue.gifletter02_sx_blue.gif