Gaume - gaumais - dialecte - patois gaumais

Extraits de

Mamine


mamine
    —    Merde, ragea l’inspecteur, Mamine me disait toujours de prendre un chapeau ou un parapluie, quand elle avait encore toute sa tête.
     

    L’inspecteur Botroule n’avait jamais écouté Mamine, sa mère, qu’il n’avait jamais quittée.


    Se marier? À quoi bon? Jamais à la maison quand il faudrait, avoir des gosses qu’il ne pourrait élever qu’à l’occasion, par à-coups? Très peu pour lui. Le célibat lui convenait donc parfaitement et rien n’était survenu dans sa vie qui l’eût fait changer d’avis. Même s’il avait de la tendresse pour la femme, il n’avait jamaistrouvé LA femme. Sans pour autant, en apparence en tout cas, le regretter.


    Pour le reste, il était columbien. Avec un «u». Doué, vieille bagnole, imper élimé. Le détail au bout de la question... Sauf que Columbo était lieutenant, lui, inspecteur. Sa Coccinelle verte ne passait jamais inaperçue. Il avait cherché une Peugeot décapotable, mais la seule qu’il avait pu dégoter avait définitivement rendu l’âme.


    Botroule. On lui avait bien suggéré de faire changer son nom. Mais quand on a reçu son patronyme d’un père respectable et respecté (un quincaillier qui en connaissait très très long sur son métier et la marchandise qu’il avait en magasin!), même si on s’appelle Albert – Al, bien entendu, pour tous les collègues et la presse – on le garde et on en exige le respect.


    L’inspecteur marchait donc vite sous le crachin tiède de fin d’été. Oui, son patron lui avait déjà fait remarquer à plusieurs reprises que le fait de ne pas venir au bureau en voiture lui faisait parfois perdre beaucoup de temps pour des enquêtes urgentes. Mais merde, quoi, il ne lui fallait que cinq minutes pour retourner à la maison, et sortir sa tire de son garage! Alors, basta!


    Il poussa la porte du commissariat en criant un tonitruant Salut, tout le monde!, se débarrassa de son imper, qu’il étendit sur le radiateur de son local, et se laissa tomber dans son fauteuil avec une éructation particulièrement sonore.

    —    Tout va bien, Monsieur Al?

    Sursaut.

    —    Capucine! Je ne vous avais pas vue! Toutes mes excuses.
    —    J’ai rien entendu, Monsieur Al.

    —    Z’êtes gentille... Euh... On a quoi, ce matin?

    —    Juste un peu de calme et de sérénité, Monsieur Al.

    Botroule n’aimait pas ce genre de situation. Il savait  trop bien que dans l’heure allaient survenir le drame, la mort, la quête d’indices, les photos écœurantes d’une victime et tout et tout... Il se servit une tasse de mauvais café et releva ses courriels. Un petit grognement ponctuait chaque lecture rapide.

    —    Vous savez, Capucine, ma mère part en croisière. J’ai eu bien du mal à la convaincre, mais elle a finalement cédé et elle part avec quelques amis pour une croisière sur le Nil. Elle en a toujours eu envie, mais ne le disait pas...
    —    Merte, qu’i s’è dègrougni l’inspecteûr, La Mamine èm’ dijou doudjou d’penre in tchapî ou in prapuie, quand elle avout co toute sa tîte.

    L’inspecteûr Botroûle n’avout djamâs choûté la Mamine, sa mère, qu’i-l avout toudjou d’moré aveu.

    Es’ marier? Wâye, pouquoi, don? Djamâs à la mâjon quand i faurout, avoir des afants qu’i n’poûrout alver qu’quand il arout in pau d’taps, à l’occâsion? Ça n’ lî  r’sènout-m’. Ète cèlibataire, c’atout djusse èc’ qui lî follout èt i n’lî avout rin arrivé das sa vie pou l’ fâre tchîdgi d’avis. Mîme si les feummes lî plâjint bin, i n’avout djamâs découvri LA çoune qui lî convenrout. Et i n’avout wâ l’air d’a-n ète dènorté.

    Pou l’ resse, on peut dère qu’i-l atout columbien, aveu in «u». Capâbe, vîe bagnole, impermèâbe dèmaj’lé. El dètail à la fin d’la question qu’i posout... Mâs l’ Columbo, lu, atout lieut’nant, lu, i-l atout inspecteûr. Sa Coccinelle varte ès’ fayout r’marquer pa d’tavaû. Il avout bin tchartchi n’ Peugeot dècapotâbe, mâs la çoune qu’i-l avout trouvé n’arout pu sû roûler.

    Botroûle. On avout bin essayi d’lî fâre tchîdgi s’nom, mâs quand on l’è êu d’in père qu’atout hounnîte èt bin considèré (in quincaillî qui coun’chout l’mèti èt c’qu’i-l avout das s’ magasin coumme pachoûne!), mîme si on s’hutche Albert – Al, bin atadu pou les çounes qui travaillant aveu lu èt pou les djournalisses – on l’wârde èt on veut qu’i souche respecté.
    Pou l’côp, l’inspecteûr bizout dèsous la mousinette tiède don tchu d’ l’èté. Ben oï, èl patron lî avout d’jà dit deux trois côps què d’ vènu au bûreau à pids putot qu’en auto lî fayout pîrde tout plî d’taps pou les enquètes qui n’pèlint rattade. Mâs merte, à la fin! I n’lî follout qu’cinq minutes pour z’a raller à la mâjon èt sorti s’n’auto don gâradge. Alors, qu’on lî foutiche la paix!

    I-l è poussi l’huche don commissariat a breulant Salut tourtous!, è tapé s’n’impermèâbe su l’radiateûr dè s’bûreau à laûtchant  n’reûpâye don tounnère.

    —    Ça vèrrait, Mossieur Al?

    Il è atu saisi.

    —    Capucine! Djè n’vavous-m’ vû. Djè v’dèmande bin pardon...

    —    Djè n’â rin oyi, Mossieur Al.

    —    V’atez bin dgentîte... Euh... Qu’èst-ce què d’javans anû?

    —    Dj’atans bin pajaûle èt bin tran’quile, Mossieur Al.

    El Botroûle n’îmout-m’ ces situâtions-là. I-l atout bin sûr qu’i-l allout ramassi des moûts su les bras, qu’i lî faûrout tchartchi des indices, rwâti des imadges dè victimes à v’bailli la nausée, èt tafât, è co d’pus... I s’è vûdi n’jatte dè mauvais cafè èt il è rwâti ses courriels. I fayout in p’tit grougn’mat après qu’il les avout li l’inque après l’aute.

    —    Dijez, Capucine, ma mère s’a va en croisière. Elle è eû bin don mau dè s’lâyi dère, ma pou fini, elle s’è lâyi fâre è elle a va  aveu deux trois amis fâre ène croisière su l’Nil. Elle révout d’ça dèdpûs longtaps, mâs elle n’avout djamâs rin dit...