Un  extrait du

Voyage en Oïlie


voage en Oïlie

Une initiative d'Annie Rak et de Roland Thibaut dans le cadre de Mons 2015.

Quatorze auteurs de régions d'Oïli ont écrit chacun un chapitre du voyage de deux 

jeunes gens qui partent à la recherche d'un mot secret...

Ne manquez pas les autres auteurs :

Vers le blog...



    —    I s’rout taps dè t’ravir, èl train atère das la gare dè Nancy.

    —    Mmmm. Lâÿe me tran’quille.

    —    Allèz, on y va!

    La Pauline è pougni das s’satche à s’leuvant d’la banquette. L’aut’ sonrâ v’nout d’douvîre in euye è lu ètou, coume in zombie, è apougni sa p’tit’ valise è i-l è bin dû chûre la djone fèye.

    —    On va n’aller tout d’chûte à la Mairie. Tè t’rappelle co bin l’nom qu’on t’avout bailli?

    —    I m’sène què ç’atout Maubeuge, Pauline.

    —    Djonathan, on è à Nancy, touci.

    I n’voyout’m què la Pauline chinou sa gayine è s’foutout d’lu. I s’è mins à s’dègrougni qu’èle nè compernout rin èt qu’i d’vout fâre tafât.

    La place Stanislas atout noire dè monde. Les deux ètudiants avant atré das l’bâtiment d’la Ville. La Pauline atout en train dè d’mander à in guichet si l’nom d’Maubeuge dijout âke à la femme qu’atout toulà. Aveu in grand sourire, la feume lî è r’pondu coume la Pauline l’avout fât dans l’train, qu’èle atout à Nancy. Mâs la feumme n’avout’m l’air dè sondgi à aut’chose ni d’rigoler.

    —    Djonathan, vina in pau... Ben, ousqu’il èst? Djonathan!

    —    Djè sûs touci, djè r’wâte la documentâtion.

    —    Ene documentâtion su pids! Lâÿe la d’moisèle tran’quille è vina près d’mi!

    I vint près don guichet, in tchu d’papi à la mî.

    —    Dj’â noté âke d’intèressant. Tè v’lous m’causer?

    —    Maubeuge, ça veut dère quoi?

    —    Ben c’èst l’nom d’la feumme qu’organise èl Live su la place, in pau pu long, su la place dè la Cârrière.

    —    Ah bon!? qu’èle dit la feumme dè la Ville. Michèle Maubeuge. Bin sûr qu’on la couneut. Mâs èle n’èst’ das l’bâtiment anû. Vès p’lez r’vènu d’mî?

    —    On va fâre èç’ qu’on poûrrait.


    I sant in pau dènortés, mâs i faut bin trouver n’ solution pou la nûti. Au moumat qu ’i soûrtant, i s’tapant das n’feume qui ratrout coume in foûnet.

    —    Vès n’sarins fâre atention?

    La feume, qu’avout lautchi s’satche à mî ramassous ses hatutries a dijant :

    —    Djè v’fâ bin mes escuses, Mossieu. Dj’atout pressaÿe et djè n’dourous m’ ète toulà anût, mâs...

    —    Vès n’alez m’ èm’ dère què v’atez Michèle Maubeuge?

    —    Ben siè. Coumat c’què vès m’ coun’chez?

    —    Ben ça, c’èst in mirake! Djonathan è mi – mi, c’èst Pauline – vènans à Nancy djusse pou v’racontrer.

    —    Ben cè n’èst m’ croiyâbe, ça! Vènez, ratrez aveu mi, dj’â in bûreau à l’ètage.

    La feume dè la cajolète d’accueil allout hoper la Michèle quand èle è vû qu’les deux djones dgens atint aveu lîe...
   * * *

    —    Alors, vès v’lint m’voir, Madmoisèle Pauline.

    —    Oï, Madam’ Maubeuge, Djonathan è mi... Ben ousqu’il èst co foûrré, c’vara-là?

    —    Djè suppose qu’i va arriver, i causout aveu n’djone fèye au pid d’l’escaÿi.

    —    Èt i s’plîde co d’fâre tout l’travail! Vèla, Madam’ Maubeuge, dj’atans à la tchesse pour in mot què dj’sondgeans avoir oï, èt qu’èst magique, èt qui toûne autou d’in combat à Mons, en Belgique. C’èst in mot qu’in dgentihoume arout dit à l’orèye don dragon pou l’ fâre mouri. V’atez dans les lîves, aveu des èvrivains qui v’nant dè d’pa t’tavau, è on s’dijout qu’varins pu oï causer d’ça in djou ou l’aute...

    —    Ratadez... Oÿi, i m’sène què... Ça m’rèvint. La Phrasie, eune vîe fèye don quartier d’la Vî Ville Lèopol, è in djou arrivée pa d’zou l’tchapiteau aveu in p’tit cofrèt en bos. On arout dit in coffe dè pirate, avec in trèsor dèdas, mâs pus p’tit quand mîme. Gros coume deux-trois djûs d’cârtes assène. Èle dijout qu’i rafroumout in partchèmin aveu in mot sècrèt, èt qu’èle vèlout l’vade pou viki in pau mieux ses dârint djous.

    —    Èt... èle è trouvé quèqu’inque pou lî ach’ter?

    —    Dj’atous van l’uche (si on peut dère à propôs d’ in tchapiteau) quand èle èt voûye aveu in houme qui lî promètout n’pètite rente. Dj’atous sûre qu’i z’allint fâre affaire.

    —    Mâs vès n’sarint dère qui èst-ce que ç’atout, ç’t’houme-là...

    —    Eh bin siè, ma p’tite, c’èst in app’lé Henri Blaising, dè Toul.

    —    Ah, vès l’cou’chins!

    —    Noun-èst. Mâs les gazettes a n’ant causé deux trois djous après. Sondgez in pau, dèvant n’trentîne dè dgens d’Toul, il è fât v’nu la Phrasie (v’éz bin comprint què s’nom, c’atout Euphrasie, mâs qu’l’usadge l’avout r’côpé) das in grand restaurant pou lî offri in bon r’pas, qu’èle mîdgiche tout c’qu’elle voûrout.
    I-s’avant ataulé, aveu les dgens tout autou d’zous, qui dijint qui n’avint djamâs vu n’feume dè c’t’âdge-là aussi bin minche : on arout dit n’baronne.
    V’là qu’après l’dessert, la feume è sorti la p’tit’ boîte. D’après l’djounalisse, c’atout dont buis, sûr sculpté pa in artisse dè preumière classe.
    L’Henri è d’mandé l’silence à tourtous. I s’a l’vé èt pûs il è dit (djè l’rèpète coume ma mémoir’ l’è r’tènu d’après la gazette) : Èn’ dijez pus in mot pour l’moumat. Djè vins d’ach’ter à la Phrasie èl pètit cofrèt qu’èle è das les mîs. V’atez tourtous tèmoins : djè lî bâras 150 euros tous les mois djusqu’à sa moût pou l’sècrèt qu’i gn’è dans la boîte. Mâs in sècrèt ainlà, i m’sène qu’i faut l’partadgi. La Phrasie va douvir èl cofrèt, dèroûler l’partchèmin qui gn’è d’das èst nous lire èl fâmeux mot bin haut!
    La Phrasie atout tout heureûse, d’après c’qu’on dit. Ses mîs trablint in pau quand èle è mins la tout’ pètite clé das la serrure (c’èst c’què l’Djounalisse è ècrit). Èle è soûrti l’papi, è dènaoué la blue fiçèle qui l’tènout, è déroûlé l’partchemin. I sène qu’i gn’è eû in èclair quand èle è li l’mot pour lîe tout’ seûle, èle è tchûte moûrte, lauthchant l’cofrèt, l’papi è la clé.
    L’Henri è d’moré rèusse, n’è sû boudgi pendant in moumat, mi d’pus qu’les autes qui r’wâtint tout abôbis... Padat qu’in mèd’cin constatout la moût, l’Henri è ramassi la boîte. I n’è m’ rètrouvé l’partchèmin ni la clé. On è dit qu’il avout r’toûné das la boîte, què la clé y avout tchû ètou èt qu’la sèrure s’avout r’froumé aveu l’choc.

*  *  *  *


    —    Il serait temps de te réveiller, le train entre en gare de Nancy.

    —    Mmmmm. Laisse-moi tranquille.

    —    Allez, on y va!

    Pauline a pris son sac en se levant de la banquette. Le dormeur venait d’ouvrir un œil lui aussi, et, comme un zombie, il a empoigné sa petite valise et il a bien dû suivre la jeune fille.

    —    On va aller directement à la Mairie. Tu te souviens encore du nom qu’on t’a donné?

    —    Il me semble que c’était Maubeuge, Pauline.

    —    Jonathan, ici, on est à Nancy!

    Il ne voit pas que Pauline riait sous cape et se moque de lui. Il  commence à ronchonner qu’elle ne comprend rien et qu’il doit tout faire.

    La place Stanislas est noire de monde. Les deux jeunes sont entrés dans l’Hôtel de Ville. Pauline demande à un guichet si le nom de Maubeuge rappelle quelques chose à la préposée. Avec un grand sourire, la dame  répond comme Pauline l’a fait dans le train, qu’elle est à Nancy. Mais elle ne semble pas penser à autre chose ni surtout plaisanter.

    —    Jonathan, viens un peu... Ben où est-il? Jonathan!
    —    Je suis ici, je consulte de la documentation.

    —    Une documentation sur pieds! Fiche la paix à la demoiselle et viens près de moi!

    Il s’approche du guichet, un morceau de papier à la main.

    —    J’ai noté quelque chose d’intéressant. Tu voulais me parler?

    —    Maubeuge, ça veut dire quoi?

    —    Ben c’est le nom de la dame qui organise Le Livre sur la Place, juste à côté, sur la place de la Carrière...

    —    Ah bon!, dit la dame de la Ville. Michèle Maubeuge! Bien sûr, qu’on la connaît. Mais elle n’est pas dans la maison aujourd’hui. Vous pouvez revenir demain?

    —    On fera ce qu’on pourra...

    Ils sont en peu déçus, mais il faudra bien trouver une solution pour la nuit. En sortant, ils sont bousculés par une femme qui entre en coup de vent.

    —    Vous ne pourriez pas faire attention?

    La femme, qui a laissé tomber son sac à main ramasse ses petites affaires et répond :

    —    Toutes mes excuses, Monsieur. Je suis pressée et je ne devrais même pas être ici aujourd’hui, mais...

    —    Vous n’allez pas me dire que vous êtes Michèle Maubeuge?

    —    Ben si... Comment me connaissez-vous?
    —    Ben ça, c’est un miracle! Jonathan et moi – moi, c’est Pauline – sommes à Nancy spécialement pour vous rencontrer.

    —    C’est incroyable, ça! Venez avec moi, j’ai un bureau à l’étage.

    La dame au guichet d’accueil est prête à appeler Michèle quand elle voit que les deux jeunes gens sont avec elle.

    * * *

    —    Alors, vous vouliez me voir, Mademoiselle Pauline.

    —    Oui, Madame Maubeuge. Jonathan et moi... Ben où est-il encore fourré, celui-là?

    —    Je pense qu’il va arriver, il parlait avec une jeune fille au pied de l’escalier.

    —    Et en plus il se plaint de faire tout le travail! Voilà, Madame Maubeuge, nous sommes à la recherche d’un mot que nous croyons avoir entendu, un mot magique, et qui a un rapport avec un combat à Mons, en Belgique. C’est ce qu’un chevalier aurait dit à l’oreille d’un dragon pour le faire mourir. Vous êtes au milieu les livres, avec des écrivains qui viennent de partout, et nous avons pensé que vous auriez pu entendre parler de cela un jour ou l’autre...

    —    Attendez... Oui, il me semble que... Cela me revient : Phrasie, une vieille fille du quartier de la Vieille Ville Léopold est un jour arrivée sous le chapiteau avec un petit coffret en bois. On aurait dit un coffre de pirate, avec un trésor dedans, mais miniature tout de même. Gros comme deux ou trois jeux de cartes ensemble. Elle disait qu’il contenait un parchemin avec un mot secret, et qu’elle voulait le vendre pour vivre un peu plus à l’aise ses derniers jours.
    —    Et... elle a trouvé un acquéreur?

    —    J’étais devant l’entrée quand elle est partie avec un homme qui lui promettait une petite rente. J’étais certaine qu’ils allaient faire affaire.

    —    Mais vous ne pourriez pas dire le nom de cet homme-là...

    —    Eh bien si, ma petite, c’est un appelé Henri Blaising, de Toul.

    —    Vous le connaissiez?

    —    Pas du tout. Mais les journaux en ont parlé deux ou trois jours plus tard. Songez un peu, devant une trentaine de personnes de Toul, il a fait venir Phrasie (vous avez bien compris que son nom était Euphrasie, mais que l’usage l’avait tronqué) dans un grand restaurant pour lui offrir un bon repas, qu’elle mange tout ce qu’elle voudrait, pour une fois.
    Ils se sont attablés, avec les gens tout autour d’eux, qui disaient n’avoir jamais vu une femme de cet âge aussi bien vêtue : on aurait dit une baronne.
    Voilà qu’après le dessert, la dame a sorti la petite boîte. À en croire le journaliste, c’était du buis, certainement sculpté par un artiste de grande classe.
    Henri a demandé le silence. Il s’st levé et a dit (je le répète comme ma mémoire l’a retenu d’après le journal) : Ne dites plus un mot pour l’instant. Je viens d’acheter à Phrasie le petit coffret qu’elle tient dans ses mains. Vous êtes tous témoins : je lui donnerai 150 euros tous les mois jusqu’à sa mort pour le secret contenu dans la boîte. Mais un tel secret, il convient de le partager. Phrasie va ouvrir l’écrin, dérouler le parchemin qu’il contient et nous lire bien haut le fameux mot!
    Phrasie était tout heureuse, d’après ce qu’on dit. Ses mains tremblaient un peu quand elle a introduit la toute petite clé dans la serrure (c’est ce que le journaliste a écrit). Elle a sorti le papier, dénoué la ficelle bleue qui l’entourait et elle a déroulé le parchemin. Il y aurait eu un grand éclair quand elle a lu mentalement le mot, et elle est tombée morte, lâchant coffret, parchemin et clé tout ensemble.
    Henri est resté consterné et n’a pu faire le moindre geste pendant un moment, pas plus d’ailleurs que les autres qui regardaient tout hébétés. Pendant qu’un médecin constatait le décès, Henri a ramassé le coffret. Il n’a retrouvé ni le parchemin ni la clé. On dit que le papier était retourné dans la boîte, que la clé y était aussi tombée et que la serrure s’était refermée sous le choc.


Page d'accueil  

Haut de la page

Bibliographie