LIAISON FERROVIAIRE

Wiltz‑Bastogne

 

Amateurs du Passé: Soyez les Bienvenus

Petite

    Histoire

Un peu d’histoire

Situation Politique à l’époque

-Depuis 1815, le GD LUX. appartient au Roi des Pays Bas.

-En 1831, création de la Province de Luxembourg, séparée du GD Lux. qui reste propriété du Roi des P.B.

-1867  indépendance de GD Lux.

-1890   mort de Guillaume III.  La couronne grand ducale  passe à Adolphe de Nassau

Historique de la ligne

-La Belgique et le GD Lux. furent parmi les premiers pays d’Europe, à  être convaincus de l’intérêt, offert par la construction d’un réseau ferré.

-1834  La Loi belge ordonne la construction de premier réseau.

-1859  Inauguration de la ligne Bruxelles-Luxembourg

-1859  Inauguration de la 1ère ligne luxembourgeoise : Lux.-Zouftgen

-1860  Il est question, pour le 1ère fois de construire une ligne de Sedan vers l’Allemagne, qui desservirait Wiltz et Bastogne.

-1869  Inauguration  de Lux.-Ettelbrück- Troisvièrges

-En 1872 la « Prinz Heinrich Gesellschaft » s’engage à construire la liaison Kautenbach-Wiltz-Frontière belge vers Bastogne.

-Par la Convention de 1878, la Belgique s’engage à continuer cette ligne vers Bastogne

-Le 1-06 81, a lieu la mise en service du tronçon Kautenbach-Wiltz 

-Le début des travaux Wiltz-Bastogne, se fait attendre, malgré les engagements de la P-H Gesellschaft. La crise économique s’est installée. Désaccord entre les deux pays sur le choix du passage à la frontière.

-La Commune de Wiltz, doit intervenir, avec énergie. Ces travaux devront procurer du travail à une .MO locale et aussi, assurer un meilleur débouché aux Tanneries

-Après de nombreuses tergiversations, coté belge, la décision tombe le 16-05-1884 : la ligne sera construite et devra se terminer le 1-10-1886

-Cette ligne a été mise en service le 1 juillet 1888, et 2 passagers, seulement, faisaient partie du voyage inaugural. Les voyageurs devaient changer à Benonchamps. L’amélioration s’est fait ressentir, par après, au grand bonheur des utilisateurs locaux.

-1er accident : 4 juillet 1888.déraillement du dernier wagon. Celui-ci a été déconnecté et le train a continué son trajet, avec ses 3 passagers .

-Le 17-6-1889,  879 passagers ont été enregistrés.

-Les premières locomotives (à vapeur) étaient appelés « moulins à café »de par leur bruit dans les tunnels. En effet, les rails, rendus humides par l’eau de condensation de la voûte, provoquaient le glissement des roues motrices, et ce bruit, était amplifié à l’intérieur des tunnels.

30-08-1944 : déraillement, effectué par des maquisards belges, à Neffe. La reprise du trafic n’a eu lieu qu’en janvier 1946.

-Sept. 1967   arrêt de la ligne

Main d’œuvre occupée

-La MO était étrangère (Italiens, Tyroliens, Français, Flamands , Wallons, Prussiens), la maîtrise était confiée à du personnel spécialisé en provenance d’ Angleterre. La compréhension des ordres était parfois difficile. Les tâches étaient grandes afin de préparer le site

            -débardeurs et bûcherons

            -artificiers (creusement des tunnels)

            -murs de soutènement, ponts

            -assèchement des vallées

            -transport et remblayage

-Les ouvriers profitaient du dimanche, jour de repos, pour « se nettoyer la gorge » dans les estaminets du village, au grand dam du curé et de certaines paroissiennes. Il s’en suivait des rixes fréquentes. On se serait cru dans l’ « ouest sauvage. »

 

Accueil

Petite-histoire

Extraits journaux d'époque

Anecdotes

Contacts

Remerciements

Op Lëtzebuergesch