La citadelle de Liège

Lien1 Lien2 Lien3 Lien4 Lien5 Contact

          Quelle est belle notre citadelle, mais elle semble triste et oubliée, pourtant tant de choses s'y sont passées. Pas un site sur internet pour en parler, c'est pourquoi, je vais essayer d'y remédier, dans la mesure de mes faibles moyens

 

 

 

Un peu d'histoire

   Vers l'an 1000   Liége doit beaucoup à Notger et c'est sous son règne que la ville se dote des premières murailles en grès houillier. L'enceinte a la forme d'un quadrilatère allongé de 25 hectares. Elle est doublée de fossés et ponctuée de portes et de tours. Une porte tour est édifiée au pied de Pierreuse. Le premier pont des arches est construit vers 1033.

    Début du XIIe siècle l'empereur Henri IV aurait fait agrandir l'enceinte et jetter des fondements de remparts vers Sainte-Walburge, mais faute de moyens et de bonne volonté, les travaux échouent.

    1204 on construit une muraille avec tours partant de la porte Sainte-Walburge jusqu'à Païenorte et descendant jusqu'à la Meuse,ainsi qu'une autre muraille reliant Hocheporte à Sainte-Walburge.

     Mai 1212 encore inachevées les murailles sont escaladées par les troupes d' Henri 1er de Brabant qui dévalent vers la cité et la mette aussitôt à sac. Pour les Liégeois la leçon est dure, ils reprennent les travaux de façon intensive. Ils seront achevés en 1215.

     1255 Le prince évêque Henri de Gueldre fait démolir les murailles de       Sainte-Walburge à Païemporte et fait ériger la porte Sainte-Walburge, ce qui met en colère les Liégeois, qui voient là un moyen de les tenir en respect. Il y adjoint une forteresse avec tours, pont levis, puits, prison et escaliers du côté de le vallée. C'est en fait la premiére citadelle.

     1468 Les troupes de Charles le Téméraire s' apprêtent à mettre la ville à sac, et c'est l' histoire des 600 Franchimontois, qui attaquent les troupes sur les hauteurs de la citadelle, mais ils ne peuvent empêcher la destruction de la ville. En souvenir de l'évènement les escaliers de la montagne de Bueren prennent le nom de "600  escaliers" (ne pas confondre avec les 600 grés qui se trouvaient vers Païenporte ), bien que contrairement à la légende, ils n'ont jamais escaladé la montagne de Bueren, mais seraient venus par Favechamps, sur le côté de Pierreuse. 

      1650 Le prince èvêque Maximillien Henri de Bavière fait ériger un vaste pentagone fortement protègé, mais les Français en guerre font sauter la construction.

      1684 les travaux sont repris. Cette citadelle devra encore subir de nombreux assaut de la parrt des bélligérants, toujours les mêmes.

       Début du XVIIIe siécle des traités de paix décident que les redoutes côtés campagne seront démolies. La citadelle en perd son intèret militaire mais pas son aspect. Les alentours deviennent le jardin du gouverneur où les citadins aiment se promener.

       1789 Pour imiter les révolutionnaires Français, la population envahit et pille la citadelle. Elle sera de nouveau envahie par les régiments qui investirent le pays.

       1817 Aprés la chute de Napoléon la reconstruction de la citadelle est décidée pour dresser un solide rempart contre la France. C'est le duc de Wellington qui dirige les travaux. L'ensemble fortifié sera réalisé à la Vauban. Il comprendra un pentagone avec caserne 5 bastions fortifiés, parapets, chemins couverts, fossés, escarpes et glacis. Sur le linteau une inscription : Excetsus Animus Nec Minis - Nic Illata VI Commoventur.

      1830 C'est la révolution. La garnison Hollandaise doit capituler. Le deuxième bataillon du premier régiment de la Belgique indépendante occuppe en premier l' édifice.

      1891 un arrêté royal déclasse la citadelle en tant que fortifications. Il faut à Liége une ceinture de forts. Ce sera la position fortifiée coçue par le général Brialmont.   

       1914  Le glorieux 12e de Ligne défend la ville et mérite sa première citation. Puis c'est le replis derrière l' Yser ou le 12e reçois encore 5 citations. Pendant ce temps la citadelle sert de logement aux troupes du Kaizer, de camps d' internement et d'hopîtal pour les soldats alliés. Le jour de l' armistice des centaines de soldats malades et misérables seront délivrés avec soulagement.

        1921 le 12e de Ligne reprend ses quartiers pendant 20 ans.

         1940 La citadelle sert de caserne pour les Feldgraus, de centre d'entrainement pour les gardes wallonnes et de prison pour les patriotes.

         1945 les troupes Américaines occuppent la citadelle.

          1947 L'armée Belge reprend possesion du lieu.

          1970 Construction de L'hopital.

          1977le 21 décembre le fortin et le puits sont classés.

           1982 le 11 octobre ce sera le tour des vestiges des bastions et des courtines.

          1988 le 23 mars c'est enfin le mur d'enceinte du XIIIe siècle ( de Païenporte à VallPotay) qui est classé. 

( d'aprés mrs J. Loxhay et F. Braive )