Les Infants du Catiau

 

Bal à Habiémont en 1880

 

Bal à Habiémont

Chaque village ardennais a ses vieilles danses forgées par la tradition des siècles précédents et perpétuées par le "Mestré", ou Ménétrier.
C'est grâce aux carnets de ces "maîtres à danser" qu'elles sont parvenues jusqu'à nous.

Au gré des demandes des danseurs et pour un sou, le "Djoweux" (le musicien) exécute une maclotte, une allemande, une amoureuse, un passe-pied.

  o

La Maclotte, dont l'appellation nous renvoie à La Matelotte, une contredanse française publiée en 1706 sur "L'Entrée des Matelots d'Alcyone" de Marin Marais, connaît dans nos régions de nombreuses formes.

Chaque village ardennais a sa Maclotte : Habiémont, Erezée, Harre, Saint-Hubert... C'est une danse toujours très animée, utilisant pas sautés et pas martelés.

o

L'Allemande, jeu romantique de brigue amoureuse ;

o

L'Allemande-chassé, très vive ;

o

Le Passe-Pied, "po l'rawète", danse des "fins danseurs", le Mestré ne la faisait pas payer.

Chorégraphie : Lou Flagelpoint rouge

Arrangement musical : Dominique Wyckuis

Costume : rural de la fin du XIXème siècle.


musique

Habiémont - Valses - Erezée - Jardins d'amour
Danses des Infants du Catiau

haut de la page | accueil | plan du site | contacts