DAUDET LETTRES DE MON MOULIN

Conventions de base :

         le texte correspondant en franais est exactement celui des " Lettres de mon moulin " de ldition des uvres de Daudet par la Pliade en 1986,

* * *

INSTALSSION

Cet ls lapins qu i-z-ont (1) teu stoumakeus ! Dspws si lon.mt qu i vyint l uche du moulin sre, ls mrs t l plate-forme rpls pa ls yrpes, i-z-avint fini pa crwre qu l anjance ds mon.nieus twat tinte, t, trouvant l plache bone, i d avint ft ne sakeu come in quartcheu jnral, in-n-tat-majr d oprssions stratjiques : el moulin d Jmappes ds lapins El nwt qu j s ariveu, i d avwat bieu, sans minti, ne vintin.ne, assis rond su l plate-forme, trin d s cfeu ls pates in r d ble El tans d ouvr ne mlte ne bowte, frrt ! vl l bivwac droute, t tous cs mptits cus blancs-l qui dpitott, el queuye l r, ds ls couvrts. Jspre bieu qu i-z-rvront.

Ququun d frt stoumakeu tou, m vyant, cet l locatre du prmieu, in vies ibou sinisse, tchte d psse, qui dmere ds l moulin dpws pus d vint ans. j l dgoteu ds l chambe du t, dmorant sans boujeu t drwat su l arbe d couche, mitan ds platras, ds panes k.es. I m a raviseu in moumt avc es n-euy rond ; pws, tout a.eri d gneu m rcounwate, i s a mis f : " Hou ! Hou ! " t scweu ss les grses d poussire aveu bran.mt du m (2) ; Cs foutus psses-l ! cha n s brouchte jams Cet rieu ! Tle qu il et, avc ss ies qui font ds cligntes t s mine rfrougne, locatre-l qui n ft gneu d potin m plt co mies qu in-n-te, t j m dpcheu d li rnouvleu s bay. I warde come pa dvant tout l -t du moulin avc ne tre p twat ; mi j m warde el piche du bas, ne ptite piche blanke l cche, plafond bas t vote come in rfctwre d mwanes.

Cet d dl qu j vos cris, em n-uche grande ouvrte, bon soly.

In joli bs d pins tout briyant d lumire dvale pa dvant mi jusqu bas d l monte. d bout du cil, ls Alpyes dcoupt les fins crtes Gneu in brwt Tout jusse, pa tans, ne sonre d fife, in courlis ds ls lavandes, in ba.u d mule su l kmin Tout bi p.isje provanal-l n vit qu pa l lumire.

t mnant, kmt volz qu j l rgrtiche, vo Paris qui ft du boucan t tout nwr ? j s si bieu ds m moulin ! Cet si bieu l rcwin qu j cachwa, in ptit rcwin stant bon t cd, chinq cht miles djles ds gaztes, ds cartes gvs, du broyrd Ėt qu qu i-y-a ds bls afres altor d mi ! I n a gneu co wit jos qu j m tabli, j dj l tchte rplse d sansssions t d souvnrs Tneuz ! Gneu pus trd qu ayr nwt, j assisteu l rtre ds troupis ds in mas ( ne csse ) qu le (3) et ds l bas d l monte, t j vos jre qu j n dounrwa gneu e spctake-l pou toutes ls prmires qu vos aveuz .u Paris pdant smin.ne-chi. Jujeuz putt.

I ft vos dre qu Provance, cet l abitde, quand ls calers vieutt, d vouyeu ls bites ds ls Alpes. Bites t js passt chinq ss mwas l- t, lojeus l ble twale, ds yrpe (4) jusqu l boudne ; pws, prmieu frwad d l tome, on rdkt mas, t on rvieut patureu come ds bourjwas ls mptits boches grses qu l romarin rplit d bone der Adon ayr nwt ls troupis rtrint. Dspws l matin, el grand-porte atdwat, ouvrte des batants ; ls brjres tint plin.nes d trin frche. D ne ere l te, on s diswat : " Mnant, i sont guyres, mnant Paradou. " Pws, tout d in cp, p preus swr, in grand cri : " Ls vl ! " t l-v, distance, nos vyons l troupi s avancheu ds n glwre d possire. Tout l kmin l r de daleu aveu li Ls vies boucs d bdts vieutt prmieu, l corne pa dvant, l r svje ; pa djr es el pus gros ds bdts, ls mans n mlte scrantes, les tricles ds les pates ; ls mules ponpons rojes portant ds ds panieus ls marts d in jo qu les brcht dalant ; pws ls tcheus tout crus d cd, aveu ds langues jusqu tre, t des grands djles d brjeus couvrts aveu ds mantchs d cadis ros qui le ktt su ls talons come ds capes.

Tout cha dfile pa dvant nous jwayesmt t rte toute vitsse pa dzous l grand-porte, pstlant avc in ramdam d drache I ft vr qu-n-froyje ds l mson. D t d le prchwa, ls gros pans vrt t r, crte d tule, ont rcoune ls ciuns qui s amin.nt t ls rwvt avc in formidde cp d trompte. El pouyeu, qui s dronswat, s drvye surst. Tout l monde et du stock, coulons, canrds, dindons, pintardes. Ls pouyes t ls lapins sont come sts ; ls pouyes palt d passeu l nwt ! Vos drz qu chaque bdot a ramin.neu ds s lin.ne, avc ne bone der d Alpe svje, ne mlte d n-r vif ds montagnes qui rt soul t qui ft danseu.

ǒt mitan d tout randouyje-l qu l troupi s rva s plache. Rieu d pus agr.be qu n-instalssion-l. Ls vies boucs d bdts dvieutt tout chse rtrouvant le bac. Ls marts, ls tout mptits, ls ciuns qui sont vnus monde pdant l vwayje t qui (5) n ont jams vu l csse, ravist, ssis (6), ltor d es. Ms ch qui et co l pus mssionant, cet ls tcheus, cs brves tcheus d brjeus-l tout ocupeus pa les bites t n vyant qu les ds l csse. El tcheu d garde a bi ls rapleu du fond d s ga.ute ; el say du puch, tout rpli d y frche, a bi le f signe : i n veult rieu vr, rieu tne, pa dvant qu ls bites suncht rtres, el gros loqueut posseu su l ptite uche latchs, t ls brjeus mis tbe ds l sale basse. Adon seulmt i veutt bieu daleu ds l baraque tcheus, t dl, tout -n-rlapant le-n-assite d soupe, i racontt les coumardes d l csse ch qu i-z-ont ft l- t ds = l montagne, in p.is nwr a.usqu i-y-a ds les t ds grands dijitales roje-violeut, plin.nes d rose jusqu brd.

1 : " qu ils ont " en place de " qui ont " ouvrir un peu 2 : avec beaucoup de mal ( ladverbe se plaant en fin de phrase ) qui font des clins dyeux qui ne font pas de bruit plafond bas " moines " plutt que " couvent " au bout du ciel cinq cent milles diables la nuit 3 : " qu elle est " en place de " qui est " 4 : on ne dit pas larticle " l " comme des bourgeois emplit dune bonne odeur peu prs au ensembles de jeunes enfants mouills de chaud rentre toute vitesse ceux qui samnent les poules et les lapins " vous diriez " au lieu de " on dirait " une bonne odeur deviennent tout chose 5 : on rpte le " qui " 6 : " surpris " plutt que ladverbe Mais ce qui est encore le plus motionnant occups par les btes ils veulent bien aller rouje-violet

EL SCREUT D MTE CORNIYE

Franceut Mama, in vies jwe d fife, qui vieut tqufwas f l nwr qurt d ere m mson, buvant du vin cwit, m a raconteu l te swr in mptit drame d vilje qu m moulin d a teu tmwin i-y-a p preus vint ans. Ch qu l bonome a dit m a mouveu l ker, t j va aprouveu d vos l rdre tle qu j l tdu.

Mteuz-vous ds l ide por in moumt, brves js qu vos m liseuz, qu vos tes assis pa dvant in pt d vin qui st bieu bon, t qu cet in vies jwe d fife qui vos pale.

No p.is, m bon mossieu, n a gneu toudis teu in cwin mrt t sans rnome, come il et jordw. tans passeu, i s fswat chi in grand comrce de mon.nre, t, ds liees d long, ls js ds mas nos amin.nint le bleu more Tout ltor du vilje, ls boches tint couvrtes d moulins -z-les. drwate t gche, on n vywat qu ds les qui tournint mistral pa dzer ds pins, ds monchs d mptits bdeuts tchrkeus d sacs grimpant t dvalant el long ds kmins ; t tout l smin.ne c twat plsi d tne su l ter el brwit ds clachwres, el crankmt d l twale t l " Dia he ! " ds des-mon.nieus El dmche, nos dalin' s moulins, pa bindes. L- t, ls mon.nieus pyint el muscat. Ls mon.nires tint bles come ds rin.nes, aveu les fichus d dantle t les crwas d r. Mi, j amin.nwa m fife, t jusqu l nwt nwre on danswat ds farandoles. Cs moulins-l, vyz, fsint el plsi t l fortune d no p.is.

Maleresmt, ds Franceus d Paris ont .u l ide d monteu ne minotre vaper, su l route d Tarascon. Tout bi, tout nouvi ! Ls js ont pris l pli d vouyeu les bleus ls minotieus, t ls pves moulins -z-les on dmoreu sans ouvrje. Pdant in moumt, i-z-ont aprouveu d luteu, ms l vaper a teu l pus forte, t l un apreus l te, pcar ! i-z-ont teu oblijeus d sreu On n a pus vu vni ls mptits bdeuts Ls bls mon.nires ont vdu les crwas -n-r Pus d muscat ! Pus d farandole ! El mistral avwat bi soufleu, ls les dmorint sans boujeu Pws, in bi jo, el comune a ft rweu jus toutes cs ga.utes-l, t on a smeu le plache ds vignbes t ds olivieus.

Pourtant, mitan d l dbake, in moulin avwat tnu bon t continwat tourneu courajesmt su s boche, l barbe ds minotieus. C twat l moulin d Mte Corniye, ti lle min.me a.usqu nos somes trin d f l nwr qurt d ere pou l moumt.

Mte Corniye twat in vies mon.nieu, vvant dpws swassante ans ds l farne t rajeu pou s mtcheu. L instalssion ds minotres l avwat rdu come st. Pdant wt jos, on l a vu couri tav l vilje, ametant ls js altor d li t guelant tant qu i povwat qu on volwat pwasouneu l Provance avc el farne ds minotieus. " N alzz gneu l-v, " qu i diswat ; " Cs brigands-l pou f l pin st d l vaper, qu le et ne indvinsion du djle, tandis qu mi j travaye aveu l mistral t l tramontane qu i sont l alin.ne du Bon Djeu  " t i trouvwat come cha ne masse d bls paroles l louwanje ds moulins -z-les ; ms i n d avwat gneu un qui ls acoutwat.

Adon, ble d rje, el vies s a rsreu ds s moulin t a vi tout se come ne bite svje. I n a min.me gneu volu wardeu dl li s ptite fe Vivte, ne fant d quinze ans, qui, dspws l mrt d ss parts, n avwat pus qu s grand-p monde. El pve ptite a teu oblije d gan.gneu s ve t d s douneu louweu pr chi pr l ds ls mas, pou l a.out, ls magnans ou bieu ls olivdes. t pourtant s grand-p avwat l r d bieu l in.meu, n-fant-l ! Cha li arivwat souvt d f ss quat liees pieud p grand soly pou daleu l vr mas a.usqu le ouvrwat, t quand il twat dl li, i passwat ds eres tchres l raviseu bryant ...

Ds l p.is on psswat qu l vies mon.nieu, rvouyant Vivte, avwat f cha l monde d = in-n-scrpe-sayre, t cha n li fswat gneu oner d lyeu s ptite fe trin.neu lssi d ne csse l te, pri ds michanteus ds mtes-varleuts t d toutes ls rses ds jon.nsses mses srvice. On trouvwat frt m tou qu in-n-ome coune come Mte Corniye, t qui s tawt bieu tnu jusqu adon, s daliche mnant pa ls kmins come in vr romanichl, ls pieuds dcches, el bouneut troweu, el intre morcis El ft et qu l dmche, quand nos l vyin rtreu msse, nos avin onte por li, nous-tes ls vies ; t Corniye el stwat si bieu qu i n onzwat pus vni s assr su l banc du consey d fabrique. I dmorwat toudis fond d l glse, dl l bnitcheu, aveu ls pves.

Ds l ve d Mte Corniye, i-y-avwat n sakeu qui n twat gneu clr. Dspws lon.mt prsone, vilje, n li amin.nwat pus d bleu, t pourtant ls les d s moulin dalint toudis le trin come pa dvant swr, on rcontrwat pa ls kmins el vies mon.nieu possant pa dvant li s bdt tchrkeu avc ds gros sacs d farne.

" Bones vipes, mte Corniye ! " qu i li disint ls p.isans ; Cha va toudis, d, el mon.nre ? "

" Toudis, ms fants, " qu i rpondwat l vies d in r gayrd. Djeu mrci, cet gneu l ouvrje qui nos manque. "

Adon, si on li dmandwat d a.usqu, djle, povwat bieu vni tant d travay, i s mtwat in dwat su ls lves t i rpondwat sriesmt : " Motus ! j travaye pou l sportssion  " jams on n a po.u rsaqueu d pus.

Quant foreu s nez ds s moulin, i n folwat gneu i psseu. El ptite Vivte li-min.me n rtrwat jams dl

Quand on passwat dvant, on vywat l uche toudis sre, ls grosss les toudis trin d tourneu, el vies bdeut paturant yrpe d l plate-forme, t in grand cat mgue qui prdwat l soly su l rbrd d l frnite vos ravisant d in-n-r michant.

Tout cha stwat l mistre t fswat bran.mt tatcheu ls js. Tout un chacun spliquwat s monde el screut d mte Corniye, ms l ide jnrale twat qu i-y-awvat ds moulin-l co pus d sacs d yrds qu d sacs d farne.

Aveu l tans, pourtant, tout s a dcouvrt ; vl kmt :

fsant danseu l jon.nsse avc em fife, j m rdu conte in bi jo qu l pus vieus d ms garchons t l ptite Vivte tint k.us amores l un d l te. fond j n d gneu teu mcontt, vu qu apreus tout el nom d Corniye twat -n-oner ch nous-tes, t pws ( 1) cha m rwat f plsi d vr troteu ds m mson bi mptit mouchon d Vivte. Selmt, come nos amores avint tamints cops l ocsion d te san.ne, j volu, per d in maler, arinjeu l afre tout d swte, t j monteu jusqu moulin pou d toucheu des mots grand-p  Ah ! l vies sorcieu ! i ft vr d qu janre i m a ru. Impossbe d li f ouvr es n-uche. j li spliqueu ch qu j psswa aveu bran.mt d m, p tr d l srre ; t pdant tout l tans qu j dviswa, i-y-avwat morves d cat mgue qui souflwat come in djle dzer d m tchte.

El vies n m a gneu douneu l tans d fini, t m a geleu frt malontrmt d m raleu m flte ; qu, si j twa prsseu d marieu m garchon, j povwa bieu daleu cacheu ds fes l minotre Vos psseuz bieu qu l sang m montwat d tne toutes cs monvss paroles-l ; ms j quand min.me .u du bon sans asseuz (2) pou m rtni, t, lyant l vies st s mele, j rvnu raconteu m dsilsion ls fants Cs pves marts-l n povint gneu l crwre ; i m ont dmandeu come ne grce d monteu es des san.ne moulin, pou parleu grand-p J n gneu .u l courje d rfuseu, t prrrt ! vl ms amores daleus.

Tout jusse quand i sont ariveus l- t, mte Corniye vnwat d sorti. L uche twat sre des tors d cl ; ms l vies bonome, s dalant, avwat lyeu s n tchle drs, t tout d swte l ide a vnu ls fants d treu pa l frnite, vr in cp ch qu i-y-avwat ds fames moulin-l

ne drle d afre ! el chambe d l mele twat vde Gneu in sac, gneu in grin d bleu ; gneu n mle d farne ls mrs ni su ls arnitwales On n stwat min.me gneu l bone der cde d grin crseu qui st bon ds ls moulins L ataque twat couvrte d possire, t l grand cat mgue twat dronseu dsus

El piche d bas avwat l min.me r d misre t d te abandoune ; in monvs lit, ne saquants foufes, in cougneut d pin sr in dgreu d scayeu, t pws ds in cwin trwas ou quat sacs prcheus d a.usqu s dalint ds gravats t d l tre blanke.

C twat cha l screut d Mte Corniye ! C twat pltras-l qu i vwaturwat nwt pa ls kmins, pou sveu l oner du moulin t f crwre qu on-n-i fswat d l farne Pve moulin ! Pve Corniye ! Dspws lon.mt, ls minotieus les avint teu le drnire pratique. Ls les tournint toudis, ms ls meles dalint vde.

Ls fants ont rvnu, bryant toutes ls larmes d le crs, m raconteu ch qu i-z-avint vu. J .u l ker rtourneu d ls tne Sans pirde ne minute, j coure jusqu ls visins, j les dit l afre des mts, t nos avons convnu qu i folwat, tout d swte, porteu moulin d Corniye tout ch qu i-y-avwat d fromant ds ls msons ssi rde dit, ssi rde ft. Tout l vilje es meut route, t nos arivons l- t avc ne procssion d bdeuts tchrkeus d bleu, - du vr bleu, ti-lle !

El moulin twat grand ouvrt Pa dvant l uche, Mte Corniye, assis sr in sac d plte, brywat, l tchte ds ss mins. I vnwat d s rne conte, rtrant, qu pdant qu il twat daleu on avwat rtreu s mson t dcouvrt es trisse screut. " Pve qu j s ! " qu i diswat, " Tout mnant, j n pus qu mori El moulin et dsonoreu. " t i soumakwat fne l me, aplant s moulin pa touts sortes de noms, li parlant come ne vre j.

Su cp-l, ls bdeuts s amin.nt su l plate-forme, t nos nos mtons trtoutes crieu bieu frt come du bi tans ds mon.nieus : " Oh, du Moulin ! Oh ! Mte Corniye ! " t vl ls sacs qui s ramonchlt pa dvant l uche t l bi grin ros qui s rapant tre, pa tous coteus

Mte Corniye ouvrwat ds ies tout grands. Il avwat pris du bleu ds l pme d s vile min t i diswat, riant t bryant min.me tans : " Cet du bleu ! Sgner Djeu ! Du bon bleu ! Lyz-m-m, qu j l ravisiche. " Pws, s rtournant su nous-tes : " Ah ! J savwa bieu qu vos m rvrz Tous cs minotieus-l sont ds volers. " Nos volin el porteu tri.onfe vilje : " Non, non, ms fants ; pa dvant tout i ft qu j daliche douneu minjeu m moulin Psseuz d ! i-y-a si lon.mt qu i n s a pus rieu mis pa dzous s dt. "

t nos avin trtoutes el larme l ey d vr el pve vies s dmin.neu d drwate gche, dfonchant ls sacs, ravisant s mele, tandis qu l grin s crswat t qu l fine possire d fromant s volwat plafond.

ǒ t ne justisse nos rne : dateu d jo-l, jams nos n avons lyeu l vies mon.nieu manqueu d ouvrje. Pws in matin, mte Corniye a mouru, t ls les d no drnieu moulin ont arteu d tourneu, pou toudis cop-chi Corniye mrt, prsone n a pris s swte. Qu volz (3), mossieu ? Tout a ne fin monde-chi, t i ft crwre qu l tans ds moulins -z-les twat passeu come el ciun ds coches su l Rhne, ds parlmants t ds jaqutes grands flers.

quelque fois ma maison que mon moulin en a t tmoin mettez-vous dans lide braves gens que vous me lisez ailes voyez ( on ne traduit pas le " vous " - quil disait quils sont mais il ny en avait pas un qui se donner louer cela lui arrivait fait cela la manire dun avare au pril mises en service connu comme messe ( et non : "  la messe " ) nous-autres du conseil de fabrique en train de tourner les gens tout un chacun ide avec le temps " voil " et non : " voici ", qui nest pas usit taient tombs 1 : ( modification de lordre ) cela maurait fait plaisir de voir trotter dans ma maison ce beau petit oiseau de Vivette maintes fois peur de ce que je pensais avec beaucoup de mal par le trou vous pensez bien 2 : " assez " est plac aprs " sagesse " - eux deux ensemble un coup une drle daffaire pas in soupon de farine la den bas tre abandonne pleurant toutes les larmes de leur corps retourn tout de suite pendant quil tait parti sa maison pauvre que je suis sur ce coup-l la larme lil dater de 3 : on ne traduit pas le " vous "

EL GDE D MOSSIEU SGUIN

Mossieu Pire Gringwre,

po.te lirique, Paris.

Vos sreuz bieu toudis l min.me, em pve Gringwre.

Kmt ! On vos ofe ne plache d journalisse ds ne bone gazte d Paris, t vos aveuz l toupeut d dre non Ms raviseuz-vous, maleres garchon ! Raviseuz vos loques trowes, vos godasses squintes, vo visje tout ramgri qui cre la fin. Vl pourtant a.usqu vos a min.neu l pssion ds bls rimes ! Vl ch qu cha vos a volu ds ans d ontes srvices ds ls pjes du sre Apollo N avz-ti gneu onte, pou fini ?

Ftes-vous journalisse, d, imbcile, ftes-vous journalisse. Vos gan.gnreuz des bis yrds l rse, vos reuz vo tbe prte l mson Brbant, t vos poreuz vos moutreu ls jos d prmire avc ne pleme nieve vos capi

Non ? Vos n voleuz gneu ? Vos aveuz ds l ide d dmoreu lbe vo monde jusqu dbout h b, acouteuz n mlte l istwre d L gde d Mossieu Sguin. Vos vreuz ch qu on gan.gne volwr vve lbe.

Mossieu Sguin n avwat jams .u d boner aveu ss gdes.

I ls vywat daleu trtoutes d l min.me manire : in bi matin, les sktint le corde, s dalint ds l montagne, t l- t el le ls minjwat. C et gneu ls mimisses d le mte, ni l pe du le, ni rieu d te qui ls rtnwat. C twat, d apreus ch qu on dit, ds gdes lbes, qui volint n importe kmt el grand r t l librteu.

El brve mossieu Sguin qui n comprdwat rieu s volonteus d ss bisses, twat tout dfoutu. I diswat : "  Cet tout ; ls gdes es barbt m mson, j n d wardr gneu ene. "

Pourtant i n s a gneu lyeu daleu, t apreus qu il a .u pirdu ss gdes d l min.me manire, i d a acateu ne stchme ; selmt, cp'l, il a .u swin d l prne toute jon.ne, pou qu le s abitiche mies d moreu d l li.

Ah ! Gringwre, qu le twat jole, el ptite gde d Mossieu Sguin ! Qu le twat ble aveu ss ies dos, es barbichte d sous-oficieu, ss chabts nwrs t lwsants, ss cornes ryes t ss longs pwals blancs qui li fsint in long mantch ; c twat p preus si bi vr qu el magute d smralda, d avz-t-i souvnance, Gringwre ? t pws ob.issante, cachant ls mimisses, es lyant trre sans moufteu, sans mte es pieud ds l say ; in-n-amor d mptite gde

Mossieu Sguin avwat pa djre es mson in rcls rtoreu pa ds bouchrons d pnes. Cet dl qu il a mis s nouvle pansionre. I l a rlouye in piqueut, l pus ble plache d l patre, fsant bieu atinsion d li lyeu bran.mt d l corde, t d tans tans i vnwat vr si le twat bieu. El gde es stwat bieu binse, t paturwat yrpe d in si bon ker qu Mossieu Sguin twat -z-anjes : "  Pou fini, " qu i pswat l pve ome, "  v l ne qui n va gneu s an.mrdeu m mson. "

Mossieu Sguin s abuswat, es gde s a barbeu.

In jo, le s a dit ravisant l montagne :

Combieu qu on dwat te bieu l- t ! Qu plsi d couri ds l brwiyre, sans mdite corde qui vos dpite el goyeu c et jusse bon pou l bdeut ou pou l bef d patureu ds in rcls ! Ls gdes, i le ft du largue. "

dateu d dl, yrpe du rcls li a san.neu mgue. le a kmcheu s barbeu. le a ramgri ; es lt s a ft pus rre. C twat ne pitcheu d l vr saqueu tout l journe su s corde, l tchte tourne du coteu d l montagne, el narne ouvrte, fsant M ! toute trisse.

Mossieu Sguin s rdwat bieu conte qu s gde avwat n sakeu, ms i n sawat gneu ch qu twat In matin, come il avwat fini d l trre, el gde s a rtourneu t li a dit ds s patwas :

" Acouteuz, mossieu Sguin, j d m so vo mson. Lyz-m daleu ds l montagne.

" Ah ! Bon Djeu ! Li tou ! " qu il a gueleu Mossieu Sguin tout stoumakeu, t du cp il a lyeu k.i s say pws, s asssant ds yrpe dl s gde :

" Kmt, Blanqute, vos voleuz s daleu lon d mi ? "

Blanqute li a rpondu :

" Win, mossieu Sguin. "

C et-i qu yrpe vos ft dft dchi ? "

" Oh ! Non, mossieu Sguin. "

" Vos tes pitte rlouye trop cort ; volz-t-i qu j douniche d l sance vo corde ? "

" Cha n et gneu ls pin.nes, mossieu Sguin. "

" Adon, qu qui vos ft ? Qu volz ? "

" j veu daleu ds l montagne, mossieu Sguin. "

" Ms, malerese, vos n saveuz gneu qu i-y-a l le ds l montagne Qu dalz f quand i vra ? "

"  j li dounr ds cps d corne, mossieu Sguin. "

" El le s fout pas mal de vos cornes. I m a minjeu ds gdes qu le cornes tint mal pus fortes qu li-vles Vos saveuz bieu, el pve vile Rnde qu le twat dchi l ane passe ? ne famese gde, forte t michante come in bouc. le s a batu aveu l le tout l nwt pws l matin vnu el le l a minjeu. "

" Qu maler ! pve Rnde ! Cha n ft rieu, mossieu Sguin, lyz-m daleu ds l montagne. "

" Bonteu divine ! " qu il a dit Mossieu Sguin . " Ms qu qu on a ft ms gdes, d ? Co ne qu l le va m minjeu h b, non  j vos svr margreu vous, capone, t per qu vos n sktiche vos corde, j va vos rsreu ds l tle, t vos daleuz toudis dmoreu l. "

L dsus Mossieu Sguin a min.neu s gde ds ne tle toute nwre, qu i d a rsreu l porte dounant des cps d cl. Maleresmt, il avwat omis l frnite, t i n avwat gneu co l dos tourneu qu l ptite a dpitoteu

Vos rieuz, Gringwre ? Bieu ser ! j psse bieu ; vos tes du coteu ds gdes, vous, conte e bon mossieu Sguin Nos dalons vr si vos rreuz t l ere.

Quand l gde blanke et arive ds l montagne, cha a teu ne binsteu jnrale. Jams ls vies sapins n avint rieu vu d si bi. On l a ru come ne ptite rin.ne. Ls marounieus s abachint jusqu tre pou l carsseu du dbout d les brankes. Ls jneuts d r s ouvrint su s kmin, t stint bon tant qu i povint. Tout l montagne li a ft fite.

Vos psseuz, Gringwre, si no gde twat erese. Pus d corde ; pus d piqueut rieu pou l artni d couri, d patureu s n se Cet dl qu i d avwat d yrpe ! Jusqu pa dzer ss cornes, em couss t qu-n-yrpe ! squse, fine, aveu ds dantles, fte aveu ds miles d plantes C twat bieu te cse qu yrpe du rcls. t ls flers, d ! Ds grandes campanules bleses, ds dijitales d roje-violeut longs calisses, tout in bs d flers svjes rplses d sve vos monteu l tchte !

El gde blanke, mitan sole, es rtdwat l-dds ls gambes l r t roulwat l long ds brles, trmle aveu ls feyes k.es t ls marons pws, tout d in cp le s rmtwat dbout d in bond su ss pates. Hop ! l vl dale, l tchte -n-avant, travrs ls maquis t ls oupes d bwis, in cp su n pwinte, in cp fond d ne ravine, l- t, bas, t av Vos rz dit qu i-y-avwat ds gdes d Mossieu Sguin ds l montagne.

Cet qu le n avwat per d rieu l Blanqute.

le passwat d in bond travrs d grands torants qui l spitint passant aveu d el possire d y t d l keme. Adon, toute crse, le dalwat s rtne su n pire plate ou l te t s fswat rski p soly In cp, s avanchant brd d in platch, aveu n fler d citise tr ss dts, le a vu pr tout bas ds l plin.ne, el mson d Mossieu Sguin avc el rcls pa djre. Cha l a ft rre larmes.

Qu mptit ! " qu le a dit ; " Kmt qu j po.u dmoreu l-dds ? "

Pve ptite ! d s vr si t juche, le s crywat mwins si grande qu l monde

Some toute, cha a teu ne bone journe pou l gde d Mossieu Sguin. p preus mitan du jo, courant d drwate gche, le a k.u ds n binde d chamwas trin d croqueu ne lambrusque bls dts, t tous cs mossieus ont teu frt galants I pareut min.me cha dwat dmoreu tr nous-tes, Gringwre qu in jon.ne chamwas pi nwre a .u l bone fortune d li plre Blanqute. Ls des amoures s ont pirdus ds ls bs pdant ne ere ou bieu des, t si vos voleuz savwr ch qu i s ont dit, alzz l dmandeu ls surjons qui-z-ont ne longue langue t qui kert sans te vus ds l mousse.

Tout d in cp l vt a frchi. L montagne a dvnu violte ; c twat l sware " Dj ! " qu le a dit l ptite gde ; t le s a arteu frt a.ere.

Ds l bas, ls camps tint nouyeus ds l breme. El rcls d Mossieu Sguin twat mucheu ds l broyrd, t d l msonte on n vywat pus qu l twat avc ne mlte d fumire; le a acouteu ls mptites cloques d in troupi qu on ramin.nwat t s a stu l me toute trisse In jrft qui rtrwat a passeu tout conte d li avc ss les. le a sursteu Pws cha a teu in urlmt ds l montagne :

" Hou ! Hou ! "

le a psseu le ; pdant tout l journe l fole n i avwat gneu psseu Du min.me cp ne trompe a souneu bieu lon ds l fond. Ctwat l bon Mossieu Sguin qui aprouvwat in drnieu frt.

" Hou ! Hou !  " fswat l le.

" Arvneuz ! Arvneuz !  " criywat l trompe.

Blanqute a .u l anve d rtreu, ms s raplant l piqueut, l corde, l du rcls, le a psseu qu tout mnant le ne porwat pus s f ve-l, t qu i volwat mies d dmoreu.

El trompe n sounwat pus

El gde a tdu pa djre li in brwit d feuyes. le s a rtourneu t a vu ds l ombe des oryes courtes toutes drwates, aveu des ies qui rlwsint C twat l le.

norme, dmorant sans boujeu, assis su s n arire-trin, il twat dl, ravisant l ptite gde blanke t l sirotant l avanche. Vu qu i savwat bieu qu i l minjrwat, el le prdwat s tans ; Selmt, quand le s a rtourneu, i s a mis rre avc michanteu : " Ha ! Ha ! l ptite gde d Mossieu Sguin ! " t il a passeu s grosse langue roje su ss lves d amadou.

Blanqute s a stu pirde .. Pdant in moumt, s raplant l istwre d l vile Rnde, qui s twat bate l nwt durant pou te minje matin, le s a dit qu i vrwat pitte mies d s lyeu minjeu tout d swte ; pws, canjant d ide, le a k.u garde, el tchte rabache t l corne pa dvant, come ne brve ptite gde d Mossieu Sguin qu le twat Gneu qu le rwat .u l spwr d tweu l le ls gdes n tuwt gneu l le -, ms selmt pou vr si le porwat tni ssi lon.mt qu l Rnde

Adon l monstre s a avancheu, t ls mptites cornes ont rtreu ds l danse.

Ah ! l brve ptite gde, come le i dalwat d bon ker ! Pus d ds cps, je n mintis gneu, Gringwre, le a forcheu l le rculeu pou rprne alin.ne. Pdant cs rpos-l d ne minute, el boufone kywat co bieu rde in brin de s chre yrpe , pws le ralwat s bate, el guele plin.ne Cha a dureu tout l nwt. D tans tans l gde d Mossieu Sguin raviswat ls twales danseu ds l cil clr, t le es diswat : " Oh ! pourvu qu j tniche jusqu l piqute du jo  "

L ene apreus l te, ls twales s ont tint. Blanqute a rdoubleu d cps d cornes, el le d cps d dts ne pte d lumire ple s a moutreu ds l fond du cil El cant d in coq ryeu a monteu d ne csse. " Anfin ! " Qu le a dit l pve bite, qui n atdwat pus qu l jo pou mori ; t le s a rtdu pr tre ds s ble forre blanke toute take d sang

Adon, l le s a rweu su l ptite gde t l a minjeu.

Adjeu, Gringwre !

L istwre qu vos aveuz tdu n et gneu in conte d m n indvinsion. Si jams vos vneuz Provance, nos cssieus vos csront tamints cps d la cabro de moussu Seguin, que se battgu touto la niue em lou loup, e piei lou matin lou loup la mang.

Tu m entends bien, Gringwre ? E piei lou matin lou loup la mang.

dire non ta table prte la maison tu as dans lide de ce nest pas ni rien dautre que nimporte comment aux volonts ne se laissa pas aller prs de beau voir en as-tu souvenance la plus belle place aux anges combien quon dater de l toute triste rendait bien compte jen ai mon sol votre maison ten aller loin de moi cest-il que fait dfaut je donne de laisance vas-tu faire que leurs cornes taient bien plus fortes que les tiennes venu peur que quil en a referm la porte il navait pas encore de lherbe que lherbe du sve a te monter la tte en passant que cest (prononciation particulire de " et ") quils ont une longue langue sans tre vus dans la est pass tout prs delle avec ses ailes de rester demeurant sans bouger prenait son temps changeant dide

EL CUREU D CUCUGNAN

Tous ls ans l Candl, ls po.tes d Provance ditt -n-Avignon in jwayes mptit lve rpli jusqu s brds aveu ds bis vrs t ds jolis contes. El ciun d n-ane-chi (1) m arve tout jusse, t j trove dds ne adorbe ptite fbe qu j va aprouveu d vos tradwre l racourchichant ne mlte Parisyins, tdeuz vos mandes. Cet d l fine fler de farne d Provance qu on va vos srvi cp-chi.

L abeu Martin twat cureu d Cucugnan.

Bon come el pin, franc come l r, il in.mwat ss Cucugnaneus come in pa (2) ; por li, s Cucugnan rwat teu l paradis su tre, si ls Cucugnaneus li avint douneu ne mlte pus d conttmt. Ms, maleresmt ! ls aragnes fsint les twales ds s confssional, t, l bi jo ds Pques, ls ostes dmorint ds l fond d s sint cibwre. El bon cureu d avwat l ker tout rtourneu, t toudis i dmandwat Bon Djeu l grce d gneu mori avant d avwr ramin.neu l brjre es troupi rapandu pa tous coteus.

Ms, vos daleuz vr qu l Bon djeu l a tdu.

In dmche, apreus l vanjle, Mossieu Martin a monteu ds l kyre prchwre.

" Ms frres, " qu i dit, (3) " vos m crreuz si vos voleuz : l nwt passe, j m trouveu, mi misrbe pcher, l porte du paradis.

" J toqueu : Sint Pire m a ouvrt !

" Tneuz ! Cet vous, m brve mossieu Martin. " qu i m dit ; " Qu bon vt  ? t qu qu i-y-a pou vo srvice ? "

" Bi sint Pire, vous qu vos (4) tneuz l grand lve t l cl, srz-ti m dre, si j n s gneu trop curies, combieu qu vos aveuz d Cucugnaneus paradis ? "

" j n rieu vos rfuseu, mossieu Martin. Sseuz-vous, nos dalons vr cha san.ne. "

" t Sint Pire a pris s gros lve, l a ouvrt, a mis ss luntes :

" Vyon in p : Cucugnan, qu nos disons. Cu Cu Cucugnan. Nos i somes. Cucugnan Em brve mossieu Martin, el pje et toute blanke. Gneu ne me Gneu pus d Cucugnaneus qu d artes ds n didine. "

" Kmt ! Prsone d Cucugnan dchi ? Prsone ? Cha n et gneu possbe ! Raviseuz mies

" Prsone, sint ome. Raviseuz vous-min.me, si vos psseuz qu j rigole. "

" Mi, pcar ! j tapwa ds pieuds, t, ls mins jwintes, j criywa misricorde. Adon, Sint Pire :

" Cryz-m-m, mossieu Martin, i n ft gneu lssi vos mte el ker l rvieu, pasqu vos porz d avwr l in ou l te monvs coup d sang. Cha n et gneu vous l cse, apreus tout. Vos Cucugnaneus, vyz, dwavt srmt f le mptite quarantin.ne purgatwre.

" Ah ! pa chariteu, grand Sint Pire ! Ftes qu j poviche mwins ls vr, ls vr t ls consoleu. "

" Voltcheus, m coumarde Tneuz, mteuz rde cs sandales-chi, pasqu ls kmins n sont gneu bis d ayers Vl n sakeu d bieu Mnant, alzz drwat pa dvant vous. Vyz-ti l-v, ds l fond, tournant ? Vos trovreuz ne porte -n-arjt toute couvrte d crwas nwres min drwate Vos toqureuz, on vos ouvrra Adjeu ! Tneuz-vous bone santeu t gayrd. "

" t j daleu J daleu ! Qu route ! J l chr d pouye, rieu qu d i psseu. ne ptite pissinte, rplse d ronches, d brses qui rlwsint t d srpants qui chuflint, m a amin.neu jusqu l uche d arjt.

" Pan ! Pan ! "

" Qui qui toque ? " em f ne vwa rye t trisse.

" El cureu d Cucugnan. "

" D a.u cha ? " 

" D Cucugnan. "

" Ah ! Rtreuz. "

" J rtreu. In grand bi anje, avc ds les nwres come el nwt, avc ne rbe briyante come el jo, avc ne cl djamant pde s intre, crivwat, cra-cra, ds in grand lve pus gros qu l ciun d Sint Pire

" Pou fini, qu volz t qu dmandz ? " qu i dit l anje.

" Bi anje d Djeu, j veu savwr j s bieu curies pitte si vos aveuz chi ls Cucugnaneus. "

" Ls ?  "

" Ls Cucugnaneus, ls js d Cucugnan, qu cet mi qu j s (5) le cureu.

" Ah ! L abeu Martin, non ?

" Pou vos srvi, mossieu l anje. "

Adon (6), vos dites, Cucugnan  "

" t l anje ove t tourne ls pjes d s grand lve, passant d l salve su s dwat pou qu l pje glichiche mies

" Cucugnan, " qu i dit possant in long soupr Mossieu Martin, purgatwre (7), nos n avons prsone d Cucugnan.

" Jsus ! Mre ! Josf ! Prsone d Cucugnan purgatwre ! grand Djeu ! A.usqu i sont d ? "

" h ! Sint ome, i sont paradis. A.usqu, nom d ne pipe, vos voleuz qu i suncht ? "

" Ms j d vieu, du paradis  "

" Vos d vneuz ! h beu ? "

" t beu ! I n sont gneu l ! Ah ! Bone mre ds anjes !  "

" Qu volz, mossieu l cureu ? Si i n sont gneu paradis ni purgatwre, i n a gneu d mitan, i sont  "

" Sinte crwas ! Jsus, fils d David ! Aye, aye, aye ! Cet-i possbe ? Cha srwat-i ne mintire du grand Sint Pire ? Pourtant j n gneu tdu canteu l cq ! Aye ! Pves qu nos somes ! Kmt qu j dirwa paradis, si ms Cucugnaneus n sont gneu dl ?

"  Acouteuz, m pve mossieu Martin, pwsqu vos voleuz, toutes fins, te ser d tout cha, t vr d vos ies d qu qui rtourne, prdeuz pissinte-chi, alzz courant, si vos saveuz couri Vos trouvreuz, gche, ne grand-porte. L, vos s informreuz su tout. Djeu vos l douniche ! "

" t l anje a sreu l uche. "

"  Ctwat ne longue pissinte toute pave d brse roje. j changlwa come si j rwa .u b ; chaque pas, j arokwa ; j twa tout cru d cd, chaque pwal d m crs avwat s goute d suwer, t j rsquwa m n alin.ne d swa Ms, pou fini ! aveu ls sandales qu l bon Sint Pire m avwat douneu prteu, j n m gneu brleu ls pieuds.

" Quand j .u ft ds fs pas asseuz (8) plik-plok, j vu m min gche ne uche non, ne grand-porte, ne grand-porte norme, toute grande ouvrte, come el guele d in grand fo. Oh ! ms fants, qu spctake ! L on n dmande gneu m nom ; l, gneu d rgisse. Pa fornes t plin.ne porte, on rte dl, ms frres, come el dmche vos rtreuz cabareut. "

" j suwa grosss goutes, t pourtant j twa jleu, j gurzywa. Ms chves s rdrssint. j stwa l brleu, el viande rote, ne sakeu come el flr qui s rapand ds no Cucugnan quand lwa, el marich, brle pou l fireu l bote d in vies bdeut. j prdwa mn alin.ne ds n-r-l puwant t brseu ; j tdwa in boucan orbe, ds jumismts , ds burlmts t ds jrmts. "

" t b ! rtrz-ti ou bieu n rtrz-ti gneu, vous ? " m ft, m piquant aveu s fourtcheu, in djle cornes"

" Mi ? J n rte gneu. j s in-n-amisse du Bon Djeu. "

" Vos tes in-n-amisse du Bon Djeu h ! bougr d tignes ! qu qu vos vneuz f dchi ?  "

" j vieu Ah ! n m parleu gneu, qu j n peu pus m tni su ms gambes j vieu j vieu d lon modstmt vos dmandeu si si, pr in cp d azrd, vos n rz gneu dchi Ququ un ququ un d Cucugnan  "

" Ah ! fe d Djeu ! vos ftes el bisse, vous, come si vos n savz gneu qu tout Cucugnan et dchi. Tneuz, ld carb, raviseuz, t vos vreuz come nos ls arinjons chi, vos fames Cucugnaneus  "

" t j vu, mitan d in pouvantbe tourbiyon d fanaches :

"  El long Coq-Galine vos l aveuz trtoutes coune, ms frres -, Coq-Galine, qui s soulwat si souvt, t si souvt skeswat ls puches s pve Clron.

" J vu Catarineut ptite guese-l avc es nez l r qu le dalwat dormi toute sele l grange S souvnz-ti, ms drles ! Ms passon, j d trop dit.

" J vu Pascal Dwat-d-Pwas, qu i fswat s n wle avc ls olves d Mossieu Juyin.

" J vu Babt l muchnese, qu muchnant, pou avwr pus rde louyeu s muchon, le saquwat pougnes -z-tokes.

" J vu Mte Grapasi, qu i wlwat si bieu l roe d s browte.

" t Dfine, qu le vdwat si tchr y d s puch.

" t l Tortiyrd, qu quand i m rcontrwat portant l Bon Djeu, filwat s kmin, l capi su l tchte t l crampon bc t fir come Artaban come si qu il avwat rcontreu in tcheu.

" t Coul t s Zte, t Jacques, t Pire, t Toni  "

froyeus, blancs d swsse, ls js ont jumi, vyant, ds l anfr tout ouvrt, l in s pa t l te es man, l in s grand-m t l te es ser

" Vos steuz bieu, ms frres, " qu il a rcoumcheu l bon abeu Martin, " vos steuz bieu qu tout cha n peut gneu dureu. j s rsponsbe d mes, t j veu, j veu vos sveu du tr a.usqu vos tes trtoutes trin d bourleu l tchte pa dvant. Dmin j m meu l ouvrje, gneu pus trd qu dmin. t l travay n manqura gneu ! Vl kmt qu j va m i prne. Pou qu tout es fsiche bieu, i ft tout f avc orde. Nos dirons in rang cp, come Jonquyres quand on danse.

" Dmin, lundi, j confssr ls vies t ls viles. Cha n et rieu.

" Mardi, ls fants. J r bieutt ft.

" Mcrdi, ls garchons t ls fes. Cha pora te long.

" Jedi, ls omes. Nos coprons cort.

" Vrdi, ls femes. j dr : gneu d istwres !

" Samdi, el mon.nieu ! Cha n et gneu trop d in jo por li tout se

" t, si dmche nos avons fini, nos srons bieu eres.

" Vyz, ms fants, quand l bleu et mer, i ft l copeu ; quand l vin et tireu, i ft l bwre. Vl ds sals loques asseuz, et l moumt d lrlaveu, t d bieu l rlaveu.

" Cet l grce qu j vos souwte. mn ! "

Ch qui a teu dit a teu ft. On a ft l bwe.

Dspws dmche bon rtni, el fine der ds vrtus d Cucugnan s ft sti ds liees altor.

t l bon paster Mossieu Martin, eres t plin d binsteu, a rveu l nwt passe qu, swvi pa tout s troupi, i grimpwat, briyante procssion, mitan ds candyes alumes, d in nuwje d anans qui stwat mal bon t ds corls qui cantint Te deum, el kmin rpli d twales d l mson du Bon Djeu.

t vl l istwre du cureu d Cucugnan, tle qu m a ordoneu d vos l dre e grand guesrd-l d Roumaniye, qu i l tnwat li-min.me d in te bon coumarde.

1 : le picard ajoute toujours " -cha " ou " -chi " - coup-ci 2 : comme un pre ( se plaant en fin de phrase ) faisaient leurs toiles rpandu de tous cts 3 : quil dit 4 : que vous tenez combien est-ce que lusage, " psseuz ", mieux que " cryeuz " - cela nest pas vous la cause voil quelque chose de bien 5 : que cest moi que je suis 6 : " donc " se place ici en premire position tourne les pages passant de la salive sur son doigt 7 : " en purgatoire " se place ici entre virgules nom dune pipe pauvres que nous sommes ne sont pas l toutes fins " a " et non " ceci " - mouill de chaud je retirais mon haleine donn prter 8 : ( place de " assez " ) cornes quen glanant elle que quand il me rencontrait comme si que l in l te je suis responsable dmes un rang au coup cest le moment de bon retenir fine odeur se fait sentir la nuit passe sentait mal bon ( " mal " dans le sens de " fort " ) rempli dtoiles la maison ( " cit " ne serait pas usit )

LS VIES

" ne lte, pre Azan ? "

" Win, mossieu Cha vieut d Paris. "

Il twat tout fir qu cha sunche vnu d Paris, brve pre Azan Gneu mi. ne sakeu m diswat qu parizine-l d l re Jan-Jacques, kyant su m tbe dpourvu t si tpe matin, dalwat m f pirde tout m journe. J n m abswa gneu, vyeuz putt :

I ft qu vos m rdiche srvice, em couss. Vos daleuz sreu vo moulin pou in jo t vos daleu tout d swte gyres gyres et in gros borg trwas ou quat liees d vo mson ne pourmnde. -n-arivant, vos dmandreuz l couvant ds Orflines. El prmire mson apreus l couvant et ne mson basse batantes grses avc in mptit gardin pa djre. Vos daleuz rtreu sans toqueu l uche et toudis ouvrte t, rtrant, vos crreuz bieu frt : " Bonjou brvs js ! j s l coumarde d Mrice  " Adon , vos vreuz des mptits vies, oh ! ms vies, vies, archi-vies, vos tne ls bras du fond d les grands fteuys, t vos ls brachreuz d m prt, aveu tout vo ker, come si qu i-z-tint vous. Pws vos csreuz ; i vos parlront d mi, foc d mi ; i vos racontront mile foles qu vos acoutreuz sans rre Vos n rreuz gneu, hin ? Cet ms grands-parts, des js qu j s toute le ve t qui n m ont gneu vu dpws ds ans Ds ans, t in bay ! Ms qu volz ? Mi, Paris m tieut ; es, cet l je avancheu I sont si vies, si i vnint m vr, i s sktrint kmin Eresmt, vos tes l-v, em chr mon.nieu, t, vos brachant, ls pves js crront m bracheu ne mlte mi-min.me j le-z- si souvt parleu d nous t d bone amitcheu qu

djle l amitcheu ! Jusse e matin-l i fswat in tans admirbe, ms qui n volwat rieu pou couri ls kmins : trop d mistral t trop d soly, ne vre journe d Provance. Quand mdite lte a ariveu, j avwa dj lu m tr tr des pires, t j rvwa d dmoreu l tout l journe, come in lzrd, bwre d l lumire, -n-acoutant canteu ls pins Anfin, qu volz f ? J sreu l moulin rouskyant, j mis l cl pa dzous l chtchre. Em baton, m crampon, t m vl daleu.

J ariveu gyres altor d des eres. El vilje twat dsrt, tout l monde s camps. Ds ls ourmes d l avne, blancs d possire, ls cigales cantint come plin.ne Cr. I-y-avwat bieu su l plache d l mre in bdeut qui prdwat l soly, ne anvole d coulons su l fontin.ne d l glse ; ms prsone pou m moutreu l orflinat. Eresmt ne vile fe m a aparu tout d in cp, anije t filant ds l cwin d s porte ; j li dit ch qu j cachwa ; t come e fe-l twat frt pwissante, le n a .u qu lveu s qunouye : su l cp l couvant ds orflines s a drsseu pa dvant mi come pa maje Ctwat ne grande mson dsagrbe t nwre, toute fire d moutreu pa dzer d s grand-porte -n-ojve ne vile crwas greus roje avc in p d latin altor. coteu d mson-l, j d vu ne te pus mptite. Ds batantes grses, el gardin pa djre J l rcounese tout d swte, t j rtreu sans toqueu.

J rvr (rvwr) tout m ve e long colidor frche t calme, el mr pint rse, el ptit gardin qui tran.nwat ds l fond travrs in stre d couler clre, t su tous ls pans ds flers t ds violons flan.nis. Cha m fswat l ide d ariveu l mson d in vies bayi du tans d Sdin.ne dbout du colidor, su l gche, pa n porte mitan ouvrte on tdwat l tic-tac d ne grosse orlje t ne vwa d fant, ms d in-n-fant l cole, qui lswat s artant chaque silbe ; " A lors Saint Irne s cria Je suis l e froment du Seigneur Il faut que je sois moulu par la dent de ces animaux  " J m rmis plus preus d l porte, t j raviseu.

Ds l calme t l dmi-jo d ne ptite chambe, in bon vies pomtes rses, rideu jusqu dbout ds dwats, twat dronseu ds l fond d in fteuy, el bouche ouvrte, ls mins su ls gnous. ss pieuds, ne gamine abiye d ble grande plrine t mptit bouneut, el costume ds orflines lswat l ve d Sint Irne ds in lve pus gros qu li ǒ lctre miraculese-l avwat ft s n feut su tout l mson. El vies dormwat ds s fteuy, ls mouches plafond, ls canaris ds le gayole, l-v su l frnite. El grosse orlje ronflwat, tic-tac, tic-tac. I n avwat d drvyeu ds tout l chambe qu in grand r d lumire qui kywat drwat t blanc tr ls batantes sres, plin d spitres vvantes t d valses microscopiques mitan d l dronsmt jnral, l fant continwat s lctre d in r sries : Aus sitt deux lions se . Pr ci pi t rent sur lui et le d vo r rent Cet moumt-l qu j rtreu Ls liyons d Sint Irne s rwant ds l chambe n i rint gneu ft pus d feut qu mi. In vr cp d t.te ! El ptite posse in cri, el gros lve kt, ls canaris s drvyt, el pandule soune, = el vies s rdrsse surst, tout a.eri, t mi-min.me, ne mlte stoumakeu, j m arte su l pas d l porte criant bieu frt : " Bonjo, bravs js ! j s l coumarde d Mrice. "

Oh ! adon si vos l rz vu, l pve vies, si vos l rz vu vni dl mi ls bras tdus, m bracheu, m sreu ls mins, couri pirdu ds l chambe fsant : " Mon Djeu ! mon Djeu !  " Toutes ls rides d s visje riyint. Il twat roje. I bguywat : " Ah ! Mossieu ah ! Mossieu  " Pws, i dalwat du coteu du fond -n-aplant : " Mamte ! "

ne uche qui s ove, in trotinmt d soris ds l colidor c twat Mamte. Rieu d joli come e ptite vile-l aveu s bouneut coques, es rbe carmlite, t s mouchwa brodeu qu le tnwat l min pou m f oner, l ancyne mde ne sakeu d mouvant ! i s rsan.nint. Avc in tor t ds coques gnes, il rwat po.u s loumeu Mamte, li tou. Selmt l vre Mamte avwat dvu brre bran.mt ds s ve, t le twat co pus ride qu l te. Come l te tou, le avwat dl li ne fant d l orflinat, ptite garde plrine blese, qui n l lywat jams toute sele ; t d vr cs des vies-l wardeus pa cs orflines-l, ctwat ch qu on peut s figureu d pus touchant.

t rtrant, Mamte avwat kmcheu pa m f ne grande rvrance, ms d in mot l vies li a copeu s rvrance des : " Cet l coumarde d Mrice  " ssi rde, l vl qui tran.ne, qui brt, qui pirt es mouchwa, qui dvieut roje, toute roje, co pus roje qu li Cs vies-l ! Cha n a foc ne goute d sang ds ls vin.nes, t l mwinde mssion le le ste visje " Abe, abe, ne kyre  " qu le dit l vile s ptite. " Ouvreuz ls batantes  " qu i cre l vies li ciene. t, em prdant chacun pa l min, i m min.nt trotinant jusqu l frnite, qu on-n-a ouvrte toute grande pou mies m vr. On raproche ls fteuys, j m instale tr ls des sr in pliyant, ls mptites bleses pa djre nous, t l introgatwre coumche : " Kmt qu i va ? Qu qu i ft ? Pouqu qu i n vieut gneu ? Et-i binse ?  " t patati ! t patata ! Come cha pdant ds eres.

Mi, j rpondwa d tous ms possbes toutes les qustchons, dounant su m coumarde ls dtays qu j savwa, indvintant come in-n-fronteu ls ciuns qu j n savwa gneu, em wardant pa dsus tout d rcounwate qu j n avwa jams rmarqueu si ss frnites srint bieu ou bieu d qu couler twat l papieu d s chambe.

" El papieu d s chambe ! Il et ble, madame, ble clr, aveu ds guirlandes "

" Vrmt ? " fswat l pve vile rtourne ; t le rajoutwat s rtournant su s n ome : " ǒ t in si brve fant ! "

" Oh ! Win ! ǒ t in brve fant ! " qu i rprdwat l te avc arder. t, tout l tans qu j parlwa, c twat tr es f daleu le tchte d in r tdu, ds mptits rres fins, ds cligntes, ds rs d savwr d qu, ou bieu co l vies qui s raprochwat pou m dre : " Parleuz pus frt le a l orye ne mlte dre. " t le d s coteu : " ne mlte pus t, j vos pre ! I n tt gneu frt bieu " Adon j parlwa pus t ; t tous ls des m rmrcint avc in mptit rre ; t ds cs mptits rres-l flan.nis qui s abachint d m coteu, cachant jusqu fond d ms ies l imje d le Mrice, mi, j twa tout mssioneu d l rtrouveu n imje-l, indcse, vwale, p preus imposbe ssi, come si qu j vywa m coumarde em sourre, frt lon, ds in broyrd.

" Tout d in cp l vies s rdrsse su s fteuy :

" Ms, j psse cha, Mamte I n a pitte gneu din.neu ! "

t Mamte, a.ere, ls bras l r :

" Gneu din.neu ! Grand Djeu ! "

j psswa qu cha avwat co raprt Mrice, t j dalwa rponde qu brve fant-l n atdwat jams pus trd qu midi pou s mte tbe. Ms non, c twat bieu d mi qu on parlwat, t i ft vr qu ramdam quand j rcoune qu j n avwa gneu co minjeu : " Abe ls afres d l tbe, ptites bleses ! El tbe mitan d l chambe, el nape du dmche, ls assites flers. t n riyon gneu tant qu cha, s i vous plt ! t dpchon-nous  " j crwa bieu qu les es dpchint. Gneu co l tans d skteu trwas assites el din.neu twat srvi.

" In bon ptit din.neu ! " m diswat Mamte m amin.nant tbe ; selmt vos sreuz tout se Nous-tes, nos avons dj minjeu matin. "

El bon ptit din.neu d Mamte, c twat des dwats d lt, ds dates t ne barqute, ne sakeu come in gatch ljr ; asseuz pou l nri le t ss canaris pdant wit jos t = dre qu j vnu dbout d toutes cs provisions-l ! Du cp qu blme altor d l tbe ! Come ls mptites bleses es parlint tout bas s possant du keche, t l-v, fond d le gayole, come ls canaris avint l r d s dre : " Oh ! ǒ mossieu-l qui minje tout l barqute ! "

j l minjeu tt tchre, d ft, t quasi sans m rne conte, ocupeu qu j twa raviseu altor d mi ds chambe-l clre t tranque a.usqu on stwat ne der d ancyns afres I-y-avwat pa dsus tout des mptits lits qu j n povwa gneu rsaqueu ms ies d es. Cs lits-l, quasi des brches, j m ls imajinwa matin, l piqute du jo, quand i sont co mucheus pa dzous les grands rids franjes. Trwas eres sount. Cet l ere a.usqu tous ls vies s drvyt : " Vos dormeuz, Mamte ? Non, m couss. non qu Mrice et in brve fant ? Oh ! Win, t in brve fant. "

t j imajinwa come cha toute ne convrsssion, rieu qu pou avwr vu cs des mptits lits d vies-l, mis l un coteu d l te

Pdant tans-l, in drame trbe arivwat l te dbout d l chambe, pa dvant l armwre. Il twat qustchon d atinde l- t, su l drnieu ryon, crtin bocl d crses y d ve qui atdwat Mrice dspws ds ans t qu on volwat m f l ouvrtre. Margreu ls suplicssions d Mamte, el vies avwat tnu daleu qu ss crses li-min.me ; t, grimpeu su n kyre grand froyje d s feme, il aprouvwat d ariveu l- t Vos vyeuz l tbl d d chi : el vies qui tran.ne t qui s che, ls mptites bleses crampounes s kyre, Mamte pa djre li, rsaquant s n alin.ne, ls bras tdus, t su tout cha ne ljre santer d brgamote qui srt d l armwre ouvrte t ds grandes pile d linje ros C twat charmant.

Pou fini, apreus ds masses d frts, on a po.u l rsaqueu d l armwre e fames bocl-l, t aveu li ne vile timbale d arjt toute cabosse, el timbale d Mrice quand il twat mptit. On m l a rplse avc ds crses jusqu brd ; Mrice ls in.mat si tant, ls crses ! t tout m srvant, el vies m diswat l orye d in-n-r d gourmandse : " Vos tes bieu eres, vous, d povwr minjeu ! Cet m feme qui ls a ftes Vos daleuz aprouveu ne sakeu d bon. "

Maler ! es feme ls avwat ftes, ms le avwat omis d ls sucreu. Qu volz ? on dvieut distrt viyichant. les tint atroces vos crses, em pve Mamte Ms cha n m a gneu ampcheu d ls minjeu jusqu dbout, sans f n grimace.

El din.neu fini, j m lveu pou prne conjeu ds ciuns qui m avint ru. I-z-rint bieu volu m wardeu co n mlte pou cseu du brve fant, ms l jo kywat, el moulin twat lon, i folwat s daleu.

El vies s twat lveu min.me tans qu mi : " Mamte, em costume ! j veu l condwre jusqu l plache. " Bieu ser qu fond d li-min.me Mamte trouvwat qu i fswat dj ne mlte frche pou m min.neu jusqu l plache ; ms le n d a rieu lyeu vr. Selmt, pdant qu le li dounwat in cp d min pou passeu ls manches d s costume, in bi costume toubak d spagne boutons d nake, j tdwa l chre cratre qui li diswat douchmt : " Vos n rvreuz gneu trop trd, hin ? " t li, d in mptit r malin : " H ! H ! J n s gneu pitte  " L dsus, i s ravisint riyant, t ls mptites bleses riyint d ls vr rre, t ds le cwin ls canaris riyint tou le manyre tr nous-tes, j crwa qu l der ds crses ls avwat trtoutes ne mlte soleus.

El nwt kywat, quand nos avons sorti, el grand-p t mi. El ptite blese nos swvwat d lon pou l ramin.neu ; ms li n l vywat gneu, t il twat tout fir d marcheu m bras, come in-n-ome. Mamte, rjouwe, vywat cha du pas d s porte, t le avwat nos ravisant ds bis mouvmts d tchte qui san.nint dre : " Tout l min.me, em pve ome ! i marche co. "

- ou " toute em journe " - comme si quils taient cest un bail a me faisait lide darriver la maison dun (ou : " su toute el mson ") en se prcipitant quelque chose dmouvant la laissait jamais toute seule de tous mes possibles comme un effront faire aller leur tte dun air entendu de savoir de quoi je pense a que cela avait encore rapport les affaires de la table pas encore tout entire il tait question des masses de faire une grimace de ceux qui mavaient reu donnait un coup de main

L LICSR DU RVRAND PRE GCHEU

" Buveuz cha, em visin ; vos m direuz ds nouvles. "

t, n goute cp, avc el swin sppies d in bijoutcheu qui conte ss prmes, el cureu d Gravson m vrswat des dwats d ne liquer vrte, dore, cde, spitante, squse J d .u m n stoumak tout rpli d soly.

" Cet l licsr du Pre Gcheu, el jwe t l santeu d no Provance ; " qu i m a ft l brve ome d in-n-r d trionfe. " On l fabrique couvant ds prmontreus, des liees d vo moulin non qu cha vt bieu toutes ls chartreses du monde ? t si vos savz come le et amusante, l istwre d -n-licsr-chi ! Acouteuz putt "

Adon, tout simplmt, sans i mte malice, ds sale minjeu d prsbitre, si inochte t si calme aveu s kmin d crwas mptits tbls t ss jolis rids clrs amidoneus come ds suplis, l abeu m a kmcheu ne ptite istwre d l r d gneu i crwre vrmt t gneu tt ft rspctuwese, l monde d in conte d rasme ou bieu d dAssoucy :

I-y-a vint ans, ls prmontreus, ou putt ls pres blancs, come nos js d Provance ls loumt, tint k.us ds n grande misre. Si vos avz vu le mson tans-l, le vos rwat ft m l ker.

El grand mr, el tor Pacme, s dalint morcis. Tout altor du clwtre rpli d yrpes, ls colontes es fdint, ls sints pire barlokint ds les trs. Gneu in vitray dbout, gneu n porte qui tniche. Ds ls pr.s, ds ls caples, el vt du Rne souflwat come Camargue, tingnant ls candyes, sktant l plomb ds vitrjes, foutant y drs ds bnitcheus. Mais l pus trisse de tout, c twat l clotcheu du couvant, silancies come in coulbieu vde ; t ls pres, manque d yrds pou s acateu n cloque, oblijeus d souneu matines aveu ds cliqutes bs damandieu !

Pves pres blancs ! J ls vwa co, l procssion d l Fte Djeu, dfilant tout trisses ds les capes rapichtes, ples, mgues, nris d citres t d pastques, t pa djre es monsgner l abeu, qui vnwat l tchte rabache, tout ontes d moutreu soly es crosse sans dorre t s mite d lin.ne blanke minje pa ls virs. Ls madames d l Confrre d bryint d pitcheu ds ls rangs, t ls gros pr-banyres ragrignint tr es tout bas s moutrant ls pves mwanes : " Ls porons vont mgues quand i vont monch. " El ft et qu ls maleres pres blancs d tint ariveus es-min.mes s dmandeu si i n frint gneu mies d s voleu travirs du monde t d cacheu minjeu chaque d s coteu.

Ms, vl qu in jo qu grve qustchon-l s discutwat ds l chapite, on a vnu dre prier qu l frre Gcheu dmandwat te tdu consy Vos sreuz pou vo gouvrne qu frre Gcheu-l twat l varleut d csse du couvant ; Cha rvieut dre qu i passwat ss journes rouleu d ne arcde l te ds l clwtre, possant pa dvant li des vakes mgues qui cachint yrpe ls jwints ds paveus. Nri jusqu doze ans pa n vile sote du p.is ds Bs, qu on loumwat matante Bgon, raskyeu dpws ch ls mwanes, el maleres varleut n avwat jams po.u aprne qu min.neu ss bites rciteu s Pater noster ; yeut co qu i l diswat provanal, pasqu il avwat l crvle dre t l sprit fin come ne dgue plomb. Crtchin plin d arder, pou ch qui et du rsse, t co qu ne mlte ds la lune, s n se pa dzous l cilice t s dounant l corcsion avc ne ide frme robusse t ds bras !

Quand on l a vu rtreu ds l sale du chapite, simpe t balord, saluwant ls js avc el gambe -n-arire, el prier, ls chanwanes, l arjtcheu, tout l monde s a mis rre. C twat toudis l feut qu fswat, quand le arivwat ne saju, bone figre-l tournant gris aveu s barbe d gde t ss ies n mlte sts ; du ft el frre Gcheu n s d a gneu rtourneu.

" Ms rvrands " qu il a dit d in ton bonasse tortiyant s capleut d nouys d olves, " on a bieu rson d dre qu cet ls tounis vdes qu i cantt el mies. Figureuz-vous qu forche d creseu m pve tchte dj tlmt crese, j psse qu j trouveu l je d nos saqueu trtoutes d pin.ne. "

" Vl kmt. Vos saveuz bieu l matante Bgon, brve feme-l qu le m a wardeu quand j twa mptit. (Qu l Bon Djeu aviche es-n-me, el vile malne ! le cantwa d bieu vilin.ns canchons apreus avwr bu.) j vos dr d, ms rvrands pres, qu matante Bgon d s vvant s counichwat ls yrpes d montagnes tant t mies qu in vies mrlr d Corse. Min.me qu le avwat indvinteu su l fin d ss jos in-n-licsr qu i n d a gneu in pary mtant san.ne chinq ou bieu ss spces d plantes aromatiques qu nos dalin kyeu le t mi ds ls Alpiyes. I-y-a bls anes d cha ; ms j psse qu aveu l apwint d Sint gustin t l prmission d no pre abeu j porwa cachant bieu rtrouveu l compsission d mistries licsr-l. Nos n rin pus adon qu l mte boutyes, t l vne ne mlte tchr, ch qui dounrwat l comunteu l possibiliteu d s richi dochtmt, come i-z-ont ft nos frres d l Trape t d l grande Chartrese "

I n a gneu .u l tans d fini. El prier s twat lveu pou li steu cou. Ls chanwanes li prdint ls mins. L arjtcheu, co pu mouveu qu tous ls tes, li bswat aveu rspeut l brd tout filocheu d s cuculePws chacun a rvnu s plache pou discuteu ; t su l min.me cp, el chapite a dcideu qu on dirwat rmte ls vakes wardeu frre Trasibule, pou qu l pre Gcheu poviche es douneu tt tcheu l fabricssion d s n licsr.

Kmt qu l bon frre et ariveu rtrouveu l rcte d matante Bgon ? l swte d qu-z-frts, l swte d qus passjes d nwts ? L istwre n l dit gneu. Selmt, ch qui et ser, cet qu dbout d ss mwas, l licsr ds pres blancs twat dj frt populre. Ds tout l Comtat, ds tout l p.is d Arles, gneu in mas, gneu ne grange qui n unche .u ds l fond d s dpanse, tr ls boutyes d vin cwit t ls jres d olves l picholine, in mptit flacon d tre brene ls armes d Provance avc in mwane -n-cstse sr ne tiqute d arjt. Grce l monde d s n licsr, el mson ds prmontreus s a richi frt rde. On a rlveu el tor Pacme. El prier a .u ne mite nieve, l glse ds bis vitrs ouvrajeus ; t, ds l fine dantle du clotcheu, toute ne compagne d grandes t d mptites cloques a vnu s abate , in bi matin ds Pques, tintant t cariyonant l grande vole.

Quant frre Gcheu, pve frre l-l qu ss balourdses fsint tant l plsi du chapitre, i n d a pus teu qustchon ds l couvant. On n a pus coune apreus qu l rvrand pre Gcheu, ome d tchte t d grande conssance, qui vvwat tt f isoleu ds ocupssions si mptites t si multipes du clwtre, t s rsrwat tout l journe ds s distilre, pdant qu trante mwanes batint el montagne pou li cacheu ds yrpes aromatiques E distilre-l, a.usqu prsone, min.me gneu l prier, n avwat l drwat d rtreu, twat ne ancyne caple abandoune, tout dbout du gardin ds chanwanes. El simpliciteu ds bons pres d avwat ft ne sakeu d mistries t d formidbe ; t si pr azrd in jon.ne mwane ardi t curies, s agripant ls vignes grimpantes, arivwat jusqu l rosace d l grand-porte, i d dvalwat bieu rde, a.eri d avwr vu l pre Gcheu, aveu s barbe d ncroman, courbeu su ss fourns, el pse-liquer l min ; pws, tout altor, ds cornes greus rse, ds alambics jigantsses, ds srpantins cristal, tout in mli-mlo bizre qui briywat sorcleu ds l luwer roje ds vitrs

l tombe du jo, quand l drnieu anjlus sounwat, el porte d -n-drwat mistries s ouvrwat discrtmt, t l rvrand s dalwat l glse pou l ofice du swr. I folwat vr qul acey quand i passwat ds le monastre ! Ls frres fsint l su s kmin. On diswat : " Chut ! Il a l screut ! " L arjtcheu l swvwat t li parlwat tout bas mitan d cs admirssions-l, l pre Gcheu s dalwat s rswant l front, es tricorne largues brds pseu -n-arire come ne role, ravisant altour d li d in r d amabiliteu ls grands cors plantes d oranjeus, ls twats bles a.usqu tournint ds jiroutes nieves, t, ds l clwtre blinquant d blanc tr ls colontes lgantes t fleres ls chanwanes frchmt rabiyeus qui dfilint aveu ds mines rpses.

" ǒ t mi qu i dwavt tout cha ! " qu i s diswat l rvrand li-min.me ; t chaque cp -n-ide-l li fswat monteu ds boufes d orguey.

El pve ome d a teu bieu puni. Vos daleuz vr

Figureuz-vous qu in swr, pdant l ofice, il et ariveu l glse ds ne ajitssion stra.ordinre : roje, rs d alin.ne, el capuchon d travirs, t si rtourneu qu prdant d y bnite il a trpeu ss manches dds jusqu keche. On a d abrd cre qu c twat l mssion d ariveu rtrd ; ms quand on l a vu f ds grands rvrances ls orgues t ls tribunes, l plache d saluweu l tl principal, travrseu l glse come in coulant d r, tourpineu ds l ker pdant chinq minutes pou cacheu s kyre, pws, in cp assis, s pancheu drwate t gche souriyant d in-n-r d bc-bs, in murmre d ssismt a coure ds ls trwas nfs. On chuchotwat d in brvire l te : " Qu qu il a d no pre Gcheu ? Qu qu il a d no pre Gcheu ? " Jusqu des cps l prier, nrveu, a ft k.i s crosse su ls dales pou comandeu l silance L-v, fond du ker, ls psmes dalint toudis ; ms ls rpons manquint d ve

Tout d in cp, bi mitan d l Ave verum, vl m pre Gcheu qui s rtore l rvieu ds s lojte t qui kmche d ne vwa clatante :

Ds Paris i-y-a in pre blanc,

Patatin, patatan, tarabin, taraban

Abatmt jnral. Tout l monde s rieve. On cre : " Alzz aveu li ! Il et pris p din.mon ! " Ls chanwanes font l signe d crwas. El crosse d monsgner es dmin.ne Ms l pre Gcheu n vwat rieu, n acoute rieu ; t des mwanes soldes sont oblijeus d l min.neu pa l ptite porte du ker, es dbatant come in-n-gsorciseu t continwant co pus frt ss patatin t ss taraban.

El ldmin, l piqute du jo, el malures twat gnous ds l oratwre du prier, t fswat s coulpe avc in rwiss d larmes : " Cet l licsr, monsgner, cet l licsr qui m a surpris. " qu i diswat s choquant l pwatrine. t d l vr si trisse, si plin d rgreuts, el bon prier d twat tout r'mouveu li-min.me.

" Allz, allz, pre Gcheu, rapreuz-vous, tout cha va ski come el rose soly Apreus tout, el monvs feut n a gneu teu ssi grand qu vos pssz. I-y-a bieu .u l canchon qui twat ne mlte hum ! hum ! Anfin i ft spreu qu ls novices n l ront gneu tdu Mnant, vyon, dites-m bieu kmt qu l afre vos a k.u Cet -n-aprouvant l licsr, non ? Vos reuz .u l min trop lourde Win, win, j compr Cet come el pre Schwartz, el ciun qui a indvinteu l pore : vos aveuz teu l victime d vo-n-indvinssion t dites-m, m brve coumarde, et-i bieu ncssre qu vos l aprouviche su vous-min.me, e trbe licsr ?

- " Maleresmt, win, monsgner l provte em doune bieu l forche t l dgreu d l alcol, ms pou l fini, l vlouteu, je n f confyance qu m langue "

- " Ah ! frt bieu Ms acouteuz co in-n-anv qu j vos disiche Quand vos aprouvreuz lssi l licsr pr ncssiteu, cha vos pareut-i bon ? I prdz-ti du plsi ? "

- " Maleresmt ! win, monsgner. " qu il a ft l pve pre dvnant tout roje " Vl des swrs qu j li trove in bouqueut, in-n-arme ! Cet srmt l din.mon qui m a jweu in monvs tor Adon j s bieu dcideu l avnr n pus m srvi qu l provte. Tant pis si l liquer n et gneu fine asseuz, si le n ft gneu l prme asseuz "

- " n ftes surtout gneu cha. " qu i l arte el prier ssi rde. " I n ft gneu s mte l mrci d f ds mcontts ds l cliantleTout ch qu vos aveuz f mnant qu vos vl prvnu, cet d vos tni su vos gardes Vyon, qu qu i vos ft pou vos rne conte ? Quinze ou bieu vint goutes, non ? Mton vint goutes El djle sra bieu fin si i vos atrape aveu vint goutes D ayers, pou prvni tout acsidant, j vos dispanse ds l avnr d vni l glse. Vos dreuz l ofice du swr ds l distilre t mnant, alzz ps, em rvrand, t surtout conteuz bieu vos goutes. "

Maler ! El pve rvrand a .u bi conteu ss goutes El din.mon l tnwat, t i n l a pus lyeu daleu.

Cet l distilre qu le a tdu ds drles d ofices !

Pdant l journe tout dalwat co bieu. El pre twat p preus calme : il aprtwat ss rchs, ss alambics, fswat swagnesmt l tri d ss yrpes aromatiques, trtoutes yrpes d Provance, fines, grses, dantles, brles d bons ders t d soly Ms, nwt, quand ls yrpes tint infuses t qu l licsr tidisswat ds ds grands bassines cwve roje, el martre du pve ome kmchwat.

"  Ds-st ds-wit ds-nef vint ! " ls goutes kyint d l paye ds l gobleut d vrmy. Cs vint-l, el pre ls avalwat d in trt, p preus sans plsi. I n avwat qu l vint t unime qui li fswat anve. Oh ! vint t unime goute-l ! Adon, por capeu l tantssion, i dalwat s mt gnous tout dbout du laboratwre t i s absorbwat ds ss notrpres. Ms d l liquer co toudis cde i montwat ne ptite fumire toute rplse d bons ders, qui vnwat rdjeu altor d li t, bon greu m greu, el ramin.nwat du coteu ds bassines El liquer twat d in bi vrt doreu Pancheu pa dzer, ls narnes ouvrtes, el pre el toywat tout dochmt avc es paye, t ds ls mptits paytes briyantes qu l flt d mrde roulwat, i li san.nwat vr ls ies d l matante Bgon qui riyint t spitint l ravisant " Allz ! co ne goute ! " t d ne goute l te el maleres finichwat pr avwr es gobleut rpli jusqu rbrd. Adon, oute, i s lywat k.i ds in grand fteuy, t, l crs abandouneu, el ppire mitan sre, i sirotwat s pcheu mptits cps, s disant tout bas avc in rmrds dlicies : " Ah ! j m dan.ne j m dan.ne " El pus trbe, cet qu fond d -n-licsr diabolique-l, i rtrouvwat, du ft d j n s qu sortilje, toutes ls vilin.ns canchons d matante Bgon : Ce sont trois petites commres, qui parlent de faire un banquet ou : Bergerette de matre Andr sen va-t-au bois seulette et toujours la fameuse ds pres blancs Patatin patatan.

Psseuz qu jin.ne el ldmin quand ss visins d clule li fsint d in-n-r malin : " H ! h ! pre Gcheu vos avz ds cigales ds l tchte ayr nwt vos mtant lit. " Adon, c tint ds bryjes, ds dsspwrs, t l jene, t l cilice, t l corcsion. Ms i n avwat rieu qui povwat n sakeu conte el din.mon d l licsr ; t tous ls swrs, l min.me ere, el possssion arcoumchwat.

Pdant tans-l, ls coumandes pleuvint l abye qu c twat n bndicsion. I d vnwat d Nmes, d x, d Avignon, d Marsye D jor jor el couvant prdwat in-n-r d usine. I-y-avwat ds frres qui paqutint, ds frres qui colint ls tqutes, d-z-tes pou ls critres, d-z-tes pou l vwaturje ; el srvice du Bon Djeu d prdwat bieu pr chi pr l ne mlte d cps d cloques ; ms ls pves js du p.is n d prdint rieu, j vos l jre

t d, in bi dmche matin, pdant qu l arjtcheu liswat plin chapite es-n-invantre d fin d ane t qu ls bons chanwanes l acoutint aveu ds ies briyants t l sourre ls lves, vl l pre Gcheu qui s re mitan d l confrance criant : " Cet tout J n d f pus Rdz-m-m ms vakes. "

- " Qu qu i-y-a d, pre Gcheu ? " qu i dmande el prier, qui s doutwat bieu n mlte d ch qu i-y-avwat.

- " Ch qu i-y-a, monsgner ? I-y-a qu j s-t- trin d m prpareu ne ble trniteu d flames t d cps d foutcheu I-y-a qu j lampe, qu j lampe come in misrbe "

- " Ms j vos avwa dit d conteu vos goutes. "

- "  Ah ! B win, conteu ms goutes ! cet pa gobleuts qu i frwat conteu tout mnant Win, ms rvrands, j d su l. Trwas fioles pa swre Vos comprdeuz bieu qu cha n peut pus dureu Adon ftes f l licsr p ciun qu vos voreuz Qu l fe du Bon Djeu m brliche si j m mle co ! "

Cet l chapite qui n riywat pus.

- " Ms, maleres, vos nos rwineuz ! " qu i criywat l arjtcheu scwant s grand lve.

- " Cet-i qu vos prfreuz qu j m dan.niche ? "

Du cp, l prier s a lveu :

" Ms rvrands, " qu il a dit rtdant s ble min blanke a.usqu lwswat l bgue pastorale, i-y-a mwayeu d tout arinjeu C t nwt, non, em chr garchon, qu l din.mon vos doune anve ? "

- " Win, mossieu l prier, rcta tous ls jos nwt Du cp mnant quand j vwa ariveu l nwt, j d , n l prdeuz gneu d male prt, ls suwers qui m prtt, come el bdeut d Capitou quand i vywat vni l bt.

- " h b ! rapreuz-vous ds l avnr, tous ls swrs, l ofice, nos rcitrons vo-n-intansion l orson d Sint gustin, qu l induljance plnire li et ratache Aveu cha, qu il ariviche n importe qu, vos tes couvrt Cet l absolussion pdant l pcheu. "

- " Oh bieu ! Adon, mrci, mossieu l prier ! "

t, sans d dmandeu d pus, l pre Gcheu et raleu ss alambics, ssi ljr qu ne alowte.

D ft, dateu d moumt-l, tous ls swrs, l fin ds comples, l oficyant n manquwat jams d dre : " Prion pou no pve pre Gcheu, qui sacrife es-n-me ls intreuts d l comunteu Oremus, Domine " t pdant qu su toutes cs capuches blankes-l, prostrnes ds l ombe ds nfs, l orson courwat tran.nant come in mptit vt d bse su l nje, l-v, tout dbout du couvant, drire el vitrje flameu d l distilre, on tdwat l pre Gcheu qui cantwat plin gosieu :

Dans paris il y a un pre blanc,

Patatin, patatan, tarabin, taraban ;

Dans Paris il y a un pre blanc

Qui fait danser des moinettes,

Trin, trin, trin, dans un jardin ;

Qui fait danser des

Dchi l bon cureu s a arteu rpli d pouvante : " Misricorde ! si ms parwassyins m tdint ! "

- " ceci " est traduit par " cela " - une goutte au coup de triomphe nos gens de Provence vascillaient foutant leau hors tout tristes penche en avant raillaient manger mais voil que et encore que pour ce qui est du reste ide ferme invent quil ny en a pas un pareil mettant ensemble elle et moi donnerait la communaut la possibilit sur le mme coup quon irait remettre les vaches garder passages de nuits de grandes et petites cloches faisaient tant le plaisir jeune moine la tombe du jour passait dans frachement rhabills il a tremp ses manches dedans comme un courant dair de nigaud dun brviaire lautre allez vous-en avec lui ! il est pris par le dmon plein de regrets mauvais effet affaire vous est tombe celui qui a invent un moment a vous parat-il bon ne faites surtout pas cela aussi rapidement se mettre la merci de faire ds mcontents dans la clientle laiss aller peu prs faisait soigneusement le tri la nuit " toujours " en ajoute, pour viter : " co cde " - dune goutte lautre du fait de mettant au lit il ny avait rien qui pouvait quelque chose un peu de (liaison scabreuse habituelle en langage courant) tout maintenant par celui que cest-il que vous prfrez les jours la nuit ne le prenez pas de mauvaise part quil arrive nimporte quoi

LS TRWAS MSSES BASSES

I

" Des didines farces aveu ds trufes, Garigou ?

" Win, mossieu l cureu, des didines magnifiques bores d trufes. J d s ne sakeu, vu qu cet mi qu j deu ls rpli. Vos rz dit qu le pi dalwat s fne rotissant, tkmt qu le twat tde

" Jsus, Maria ! mi qu ls trufes cet tant m got Dounz-m-m rde em srplis, Garigou t avc ls didines, qu qu vos aveuz co vu l cwsine ?

" Oh ! toutes srtes d bons afres Dspws midi nos n avons ft qu d dplumeu ds fsans, ds upes, ds jlinotes, ds cqs d brwiyre. El pleme d volwat pa tous coteus Pws d l tang on a amin.neu ds angues, ds carpes dores, ds trwites, ds

" Grosses kmt, ls trwites, Garigou ?

" Grosses come cha, mossieu l cureu normes !

" Oh ! Bon Djeu, i m san.ne qu j ls vwa Avz-ti mis l vin ds ls burtes ?

" Win, mossieu l cureu, j mis l vin ds ls burtes Ms win da ! i n vt gneu l ciun qu vos bwreuz tt l ere sortant d l msse d minwt. Si vos vrz cha ds l sale minjeu du catch, toutes cs carafes-l qui briyt plin.nes d vin d toutes ls coulers t l vssle d arjt, ls srtouts cisleus, ls flers, ls chandlieus ! Jams i n s ra vu in rvyon pary. Mossieu l Marquis a inviteu tous ls sgners ds altours. Vos sreuz mwins quarante tbe, sans conteu l bayi ni l notre Ah ! vos tes bieu eres d f parte, mossieu l cureu ! Rieu qu d avwr stu cs bls didines-l, l der ds trufes em swit pa tous coteus Meh !

Alz, alz, m n fant. Wardon-nous du pcheu d gourmandse, surtout pdant (1) l nwt d l Nativiteu Alzz bieu rde alumeu ls candyes t souneu l prmieu cp d l msse ; pasqu vl qu minwt arve, t i n ft gneu nos mte rtrd "

E dvse-l s tnwat pdant ne nwt du No. d l ane d grce mil ss cht t ds, tr el rvrand dom Balagre, ancyin prier ds Barnabites, pou l moumt chaplin pyeu ds sres d Trinqulgue, t s ptit clr Garigou, ou ds tous ls cas ch qu i psswat te el ptit clr Garigou, pasqu vos sreuz qu l djle, e swr-l, avwat pris l visje rond t ls trts indcis du jon.ne sacristin pou mies pousseu l rvrand pre tantssion t li f f in-n-pouvantbe pcheu d gourmandse. Adon, pdant qu l prtandu Garigou (hum !hum !) fswat cariyoneu tor d bras ls cloques d l caple sgneryale, el rvrand finichwat d mte es chasbe ds l ptite sacriste du catch ; t, l sprit dj rtourneu pa tous cs racontjes gastronomiques-l, i s rptwat li-min.me s abiyant :

" Ds didines rtes ds carpes dores ds trwites grosses come cha ! "

Drs, el vt d l nwt chuflwat raprant l musique ds cloques, t, msre, ds lumires es moutrint ds l ombe su ls coteus du mont Vantoux, qu t d li tint bates ls vils tors d Trinqulgue. C tint ds fames d cssieus qui vnint tne el msse d minwt catch. I grimpint el monte cantant pa groupes d chinq ou bieu ss, el pa pa dvant, el lantrne min, ls femes bales ds les grands mantes brenes a.usqu ls fants s rsrint t s mtin.t couvrt. Margreu l ere t l frwad, tout brve pepe-l dalwat bieu lsse, deu pa l ide qu l sorte d l msse i-y-rwat, come tous ls ans, tbe mse pou es bas ds ls cwsines. Pa cps, su l rde monte, el carosse d in sgner, qu ds portes d torques dalint dvant li, fswat mirwateu ss glaches clr d ble, ou bieu ne mule trotwat scwant ss sounayes, t l luwer ds falts vlopeus d breme, ls cssieus rcounichint le bayi t li disint bonjo passant :

" Bonswr, bonswr, mte Arnoton ! "

" Bonswr, Bonswr, ms fants ! "

El nwt twat clre, ls twales ravives p frwad ; el vt d bse pignwat, t in fin gurzin, glichant su ls loques sans ls acru.i, wardwat fidlmt el tradission ds No.s blancs d nje. Tout t d l monte, el catch s fswat vr come el but, aveu s masse norme d tors, d pignons, el clotcheu d s caple montant ds l cil ble nwr, t in monch d mptits lumires qui clignotint, dalint, vnint, s mouvint toutes ls frnites, t rsan.nint, su l fond sombe d l btisse, ls ptes qui kert ds ds chnes d papieu brleu Passeu l pont lvis t l potrme, i folwat, pou s rne l caple, travrseu l prmire cor, plin.ne d carosses, d varleuts, d kyres portes, toute clre du fe ds torques t d l flambe ds cwsines. On tdwat tinteu ds tournbroches, el boucan ds cassroles, el choc ds crists t d l arjtre rmuweus ds ls prparatifs d in din.neu ; pr l-dsus, ne vaper tide, qui stwat bon ls vi andes rotes t ls yrpes fortes ds sces dificiles f, fswat dre ls cssieus, come chaplin, come bayi, come tout l monde :

" Qu bon rvyon qu nos dalons f apreus l msse ! "

I I

Drlindin, din ! Drlindin din !

Cet l msse d minwt qui kmche. Ds l caple du catch, ne catdrale minyatre, ls ars crwaseus tr es, ls bwasres d kin.ne, montant jusqu ter ds mrs, ls tapissres ont teu tdes, toutes ls candyes alumes. t qu qu i-y-a ds js ! t qu qu i-y-a ds twaltes ! Vl dabrd, assis ds ls stales scultes qui rtort l ker, el sre d Trinqulgue, -n-abit d taftas smon, t dl li tous ls nbes sgners inviteus. face, su ds pre-Djeu orneus d vlors, ont pris plache el vile marquse dourire ds s rbe d brocrt couler d fe, t l jon.ne dame d Trinqulgue, aveu su s tchte ne te tor d dantle gfre l drnire monde d l cor d France. Pus bas on vwat, abiyeus d nwr aveu ds largus pruques pwinte t ds visjes raseus, el Bayi Tomas Arnoton t l notre mte Ambrwa, des notes srieses mitan ds swes vyantes t ds damas brocheus. Pws vieutt ls gras majordomes, ls pjes, ls piques, ls intandants, dame Barbe, toutes ss cls pdes su l coteu in clavieu d arjt fin. fond, su ls bancs, c et l bas ofice, ls srvantes, ls cssieus aveu les fames ; t pou fini, l-v, tout conte d el porte qu i-z-ouvt t rsrt sans drinjeu, mssieus ls marmitons qui vieutt tr des sces prne in mptit r d msse t amin.neu ne der d rvyon ds l glse tout fite t tide d tant d candyes alumes.

Cet-i l ve d cs mptites brtes blankes qui doune ds distracsions ciun qui ft l ofice ? Cha n srwat-i gneu putt l sounte d Garigou, n raje mptite sounte qui s skeut bas d l tl avc ne vitsse infrnale t qui a l r d dre tout l tans : " Dpchon- nous, dpchon-nous Pus rde qu nos rons fini, pus rde qu nos srons tbe. " El ft et qu chaque cp qu le soune, e sounte du djle-l, el chaplin ouble es msse t n psse pus qu rvyon. I s figre ls cwsines rumer, ls fourns a.usqu brle in fe d forje, el bu.e qui monte ds couvipes pin.ne sreus, t ds bu.e-l des didines magnifiques, bores, tdes, marbres d trufes...

Ou bieu co i vwat passeu ds files d mptits pjes portant ds plats vlopeus d vapers tantantes, t avc es i rte ds l grande sale dj prte pou l din.neu. plsis ! vl l tbe norme toute tchrke t briyante, ls pans abiyeus d les plemes, ls fsans cartlant les les brun-dores, ls flacons couler d rubis, ls piramdes d frwits clatants mitan ds brankes vrtes, t cs mrvyes pichons qu Garigou d parlwat (ah ! b win, Garigou !) rtdus sr in lit d fnouy, l caye nacre come si qu i sortint d l y, avc in bouqueut d yrpes odorantes ds les narnes d monstres. El ve d cs mrvyes et si vve qu i san.ne dom Balagure qu tous cs plats mirifiques-l sont srvis pa dvant li su ls brodres d l nape d tl, t des ou trwas cps, l plache d Dominus vobiscum ! i s trove dre el Benedicite. prt cs mptites ftes-l, el digne ome dbite es-n-ofice frt scrupulesmt, sans passeu ne ligne, sans omte ne jnuflcsion : t tout va putt bieu jusqu l fin d l prmire msse ; pasqu vos saveuz qu l jo du No. l min.me cureu dwat dre trwas msses l ene apreus l te.

"  vl ne ! " qu i s dit l chaplin avc in soupr d souljmt ; pws, sans pirde ne minute, i ft signe s clr ou bieu l ciun qu i psse te es clr, t

Drlindin din ! Drlin din !

Cet l desime msse qui kmche, t avc li kmche tou l pcheu d dom Balagure. " Abe, abe, dpchon-nous " qu le li cre d s ptite vwa surte el sounte d Garigou, t cp-chi l maleres cureu, tout acapareu p din.mon d l gourmandse, es re su l missl t djivore ls pjes aveu l anve d s n aptit surcsiteu. Furiesmt i s bache, s ryeve, en ft foc kmcheu ls signes d crwas, ls jnuflcsions, racourchit tous ss jsses pou avwr pus rde fini. Tout jusse s i rtt ss bras l vanjle, si i toque es pwatrine Confiteor. tr el clr t li t ciun qui charlgura l pus rde. Vrseuts t rpons es rtt, es chaboultt. Ls mots mitant prononceus, sans ouvr el bouche, ch qui prdrwat trop d tans, finitt murmres qu on n comprt gneu.

Oremus ps ps ps

Me culp p p

T ds vandanjes prsseus pstlant l rsin d l cve, tous ls des barbott ds l latin d l msse, -n-vouyant ds spitres pa tous coteus.

Dom scum ! " qu i dit Balgure.

Stutuo ! " qu i rpond Garigou ; t tout l tans el dan.ne mptite sounte et dl qui tinte les oryes, come cs grlots-l qu on meut ls gvs d poste pou ls f galopeu l grande vitsse. Psseuz qu d trin-l ne msse et rde dite.

vl des ! " qu i dit l chaplin tout rs d alin ;ne ; pws sans prne el tans d dire ouf ! roje, suwant, i dvale ls dgreus d l tl t

Drlindin din ! Drlindin din !

Cet l trwasime msse qui kmche. I n a pus qu in saquant pas f pou ariveu l sale min.jeu ; ms, maler ! msre qu l rvyon s raproche, el pve Balagure es st pris d ne fole d non passiche t d gourmandse. Es n alucinssion ormante, ls carpes dores, ls didines rotes sont l, l I ls touche i ls Oh ! Bon Djeu ! Ls plats fumt, ls vins stt bon ; t, scwant es grlot rajeu, l ptite sounte li cre :

" Abe, abe, co pus rde ! "

Ms kmt qu i porwat co daleu pus rde ? Ss lves n rmtt prsqu gneu. I n prononce pus ls mots Sf abuseu tt ft l Bon Djeu t li scamoteu s msse t cet ch qu i ft l maleres ! d tantssion tantssion i kmche pa sauteu in vrseut, pws des. Pws l pite et trop longue, i n l finit gneu, touche pin.ne l vanjle, passe pa dvant l Credo sans rtreu, ste el Pater, sale el prface d lon, t pr bonds t pr lans i s re lssi ds l dan.nassion trnle, toudis swvi p sale Garigou (vade retro, Satanas !) qui l de avc in mrvyes acrd, li rlve es chasbe, tourne ls feyes des cp, chaboule ls pupites, rapanche ls burtes, t sans arteu skeut l ptite sounte d pus pus frt, d pus pus rde.

I ft vr el mine a.ere qu i font tous ls js ! Forcheus d swve l allre du cureu msse-l qu i n d -z-ttt gneu in mot, i d a qui s mtt dbout quand ls tes es mtt gnous, s assst quand ls tes sont du stock ; t toutes ls partes d n ofice spcil-l s trmltt su ls bancs ds n masse d psissions difrantes. L twale d No. route ds ls kmins du cil, l-v, du coteu d l ptite tle, dvieut toute ple d swsse vyant n broye-l

" L abeu va trop rde On n peut gneu swve. " qu le dit tout bas el vile dou.rire scwant s cwafe d in-n-r a.eri. Mte Arnoton, ss grands luntes d acieu su l nez, cache ds s parwassyin a.usqu bon Djeu on peut bieu s trouveu. Ms ds l fond, tous cs brves js-l, qu i psst tou rvyoneu, n sont gneu trisses qu l msse daliche e trin d poste-l ; t quand dom Balagure, el visje rjoui, s rtourne du coteu ds js criant d tous ss pus frts : Ite,missa est, i n a foc ne vwa ds l caple pou li rponde in Deo gratias si g, si vvant, qu on s crrwat dj tbe prmieu tst du rvyon.

I I I

Chinq minutes apreus, el foule ds sgners s assswat ds l grande sale, el chaplin mitan d es. El catch, ilumineu d t jusqu bas, rsounwat d canchons, d cris, d rres, d rumers ; t l vnrbe dom Balagure plantwat s fourchte ds ne le d jlinote, nouyant l monvse consiance d s pcheu pa dzous ds masses d vin du pape t ds bons jus d viandes. Il a tlmt bu t minjeu, l pve sint ome, qu il a mouru pdant l nwt d ne trbe ataque, sans avwr .u selmt l tans d s rpti ; pws, matin, il et ariveu ds l = cil co tout rtourneu ds fites d l nwt, t j vos lye psseu come il a teu ru.

" rsaqueuz-vous d ms ies, monvs crtchin ! " qu i li a dit l souvrin jje, no mte trtoutes. " Vo fte et grande asseuz pou faceu toute ne ve d vrtu Ah ! vos m aveuz voleu ne msse d minwt h beu ! vos m pyreuz trwas chts l plache, t vos n rtrreuz paradis qu quand vos reuz dit ds vo prope caple cs trwas chts msses d No.-l tant prsants tous ls ciuns qui ont pcheu pa vo fte t aveu vous "

t vl l vre ljande d dom Balagure come on l raconte p.is ds olves. jordw l catch d Trinqulgue n gsisse pus, ms l caple es tieut co drwate tout t du mont Vantoux, ds in bouchron d kin.nes vrts. El vt ft bate es-n-uche d.ote, yrpe barasse el pas d l porte ; i-y-a ds nit ls angues d l tl t ds ls brsres ds ts frnites qu les vitrs colorieus n sont pus l dpws lon.mt. Pourtant i pareut qu tous ls ans, No., ne lumire qu le n et gneu naturle tourpine ds ls rwnes, t qu dalant ls msses t ls rvyons, ls p.isans vwatt e fantme d caple clreu avc ds candyes qu on n vwat gneu qui brlt grand r, min.me pa dzous l nje t l vt. Vos d rreuz si vos voleuz, ms in vignron du cwin, loumeu Garigue, probbe un qui dkt d Garigou, m a assereu qu in swr d No., s trouvant ne mlte parti, i s twat pirdu ds l montagne du coteu d Trinqulgue ; t vl ch qu il avwat vu Jusqu onze eres, rieu. Tout twat l plin silance, tint, inanimeu. Tout d in cp, altor d minwt, in cariyon a souneu tout t du clotcheu, in vies, vies cariyon qui avwat l r d te ds liees. Bieutt, ds l kmin qui grimpe, Garigue a vu tran.neu ds fes, boujeu ds ombes indcses. Pa dzous l porche d l caple, on dalwat, on parlwat tout bas :

" Bonswr, mte Arnoton ! "

" Bonswr, bonswr, ms fants ! "

Quand tout l monde a teu rtreu, em vignron qui twat frt brve s a raprocheu douchmt, t ravisant pa l porte skte a .u in drle d spctake. Tous cs js-l qu il avwat vu passeu tint ranjeus altor du ker, ds l nf dmole, come si ls ancyins bancs tint co l. Ds bls dames brocrt avc ds cwafes dantles, ds sgners barioleus d t jusqu bas, ds p.isans jaqutes flers come d avint nos grands-ps, trtoutes aveu l r vies, flan.ni, rpli d possire, oute. D tans tans, ds mouchons d nwt, qui vvt d abitde ds l caple, drvyeus pa toutes cs lumires-l, vnint rdjeu altor ds candyes qu le flame montwat drwate t vgue come si qu le avwat brleu pa djre ne gze ; t ch qui amuswat bran.mt Garigue, c twat in t prsonje grands luntes d acieu, qui skeswat tout moumt es te pruque nwre qu in d cs mouchons-l s tnwat dsus drwat tout barasseu batant ds les sans f d brwit

Ds l fond, in mptit vies gneu pus grans qu in-n-fant, gnous mitan du ker skeswat, d in-n-r dsspreu, ne sounte sans grlot t sans vwa pdant qu in cureu, abiyeu d vil r, dalwat, vnwat pa dvant l tl rcitant ds orsons qu on n d -n-tdwat gneu in mot Bieu ser c twat dom Balagure, trin d dre es trwasime msse basse.

farcies avec des trufes vous auriez moi que les trufes cest tant mon got par tous cts oui da des alentours en faire partie " allons ! " se traduit par " allez ! " - (on ajoute " pendant ") arrive et des dans tous les cas faire prtendu finissait quen haut de lui taient bties et se mettaient couvert bien leste par coups que des porteurs de torches allaient devant lui ils disaient bonjour en passant se faisait voir et un tas qui courent " tinter " en place de " le tintement des " - difficiles faire croiss entre eux et quest-ce quil y a des gens avec sur sa tte au milieu des contre de sans dranger cest-il celui qui fait loffice a ne serait-il pas plutt se secoue en bas peine ferms que Garigou en parlait lune aprs lautre ce coup-ci ne fait que commencer tout juste cest celui qui quon ne comprend pas tels tous les deux en voil deux hors dhaleine de dire ouf ! augmente ne remuent presque pas sauf touche peine deux au coup sans arrter quils font il y en a qui quelle dit tout bas dun air ahuri se trouver dans le fond de tous ses plus forts mauvaise conscience tant prsents tous ceux qui ne sont plus l quelle nest pas naturelle tournoie quon ne voit pas sous leffet de la boisson (" voici " ne se traduit pas ; on dit " voil " - tout tait le plein silence dmolie taient encore l fleurs qui vivent dhabitude dans sans faire de bruit (plac en fin de phrase) pas plus grand quun enfant dun air dsespr