LE COEUR DU COEUR DE MARIE : JESUS

 
Je suis le pain vivant descendu du ciel. 
Qui mangera ce pain vivra à jamais. 
Et même, le pain que je donnerai, 
c'est ma chair pour la vie du monde. 
En vérité, en vérité, je vous le dis, 
si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme 
et ne buvez son sang, 
vous n'aurez pas la vie en vous. 
Qui mange ma chair et boit mon sang 
a la vie éternelle 
et je le ressusciterai au dernier jour. 
Car ma chair est vraiment une nourriture 
et mon sang vraiment une boisson. 
Qui mange ma chair et bois mon sang 
demeure en moi 
et moi en lui. 
(Jean 6:51-56) 
 
La messe est la plus grande prière de Dieu.  Vous ne pourrez jamais en comprendre la grandeur.  C'est pourquoi vous devez être parfaits et humbles à la messe et vous devez vous y préparer. 
Vous devez aussi recevoir la communion avec un coeur ouvert et pur... Pureté de coeur et ouverture! 
Le moment le plus important dans vos vies, le moment le plus saint et le plus sacré, c'est quand vous recevez Jésus vivant dans vos coeurs. 
Messages de Marie à Medjugorje
 
Quel don merveilleux nous est fait dans l'Eucharistie!  Quel ineffable sacrement! 
Par notre participation à cet acte le plus élévé de la vie et du culte de l'Eglise, nous sommmes unis à celui qui est le Rédempteur du monde, "l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création"(Col 1,15). 
Ce grand sacrement qui nous donne une participation à la vie du Christ nous unit également les uns aux autres, à tous les autres membres de l'Eglise, à tous les baptisés de tout âge et de tout pays. 
L'aliment eucharistique, en faisant de nous des "consanguins" du Christ, nous rend frères et soeurs entre nous. 
Qu'est en réalité le pain?  Le corps du Christ. 
Que deviennent ceux qui communient?  Le corps du Christ. 
Jean-Paul II
 
 
 
Catéchisme de l'Eglise Catholique

1211.Le mode de présence du Christ sous les espèces eucharistiques est unique.  Il
     élève l'Eucharistie au-dessus de tous les sacrements et en fait "comme la perfection de la
     vie spirituelle et la fin à laquelle tendent tous les sacrements".  Dans le très saint
     sacrement de l'Eucharistie sont  "contenus vraiment, réellement et substantiellement le
     Corps et le Sang conjointement avec l'âme et et la divinité de notre Seigneur
     Jésus-Christ, et, par conséquent, le Christ tout entier".  "Cette Présence, on la nomme
     "réelle", non à titre exclusif, comme si les autres présences n'étaient pas "réelles", mais
     par excellence parce qu'elle est substantielle, et que par elle le Christ, Dieu et homme, se
     rend présent tout entier."

     1375. C'est par la conversion du pain et du vin au Corps et au Sang du Christ que
     le Christ devient présent en ce sacrement.  Les Pères de l'Eglise ont fermement  affirmé
     la foi de l'Eglise en l'efficacité de la Parole du Christ et de l'action de l'Esprit Saint pour
     opérer cette conversion.  Ainsi, S. Jean Chrysostome déclare:

     Ce n'est pas l'homme qui fait que les choses offertes deviennent Corps et Sang du
     Christ, mais le Christ Lui-même qui a été crucifié pour nous.  Le prêtre, figure du Christ,
     prononce ces paroles, mais leur efficacité et la grâce sont de Dieu.
     Ceci est mon Corps, dit-Il.  Cette parole transforme les choses offertes.

      Et S. Ambroise dit au sujet de cette conversion :

     Soyons bien persuadés que ceci n'est pas ce que la nature a formé, mais ce que la
     bénédiction a consacré, et que la force de la bénédiction l'emporte sur celle de la
     nature, parce que par la bénédiction la nature elle-mêrne se trouve changée (...  ).  La
     parole du Christ, qui a pu faire de rien ce qui n'existait pas, ne pourrait donc changer les
     choses existantes en ce qu'elles n'étaient pas encore? Car ce n'est pas moins de donner
     aux choses leur nature première que de la leur changer.

     1376.Le Concile de Trente résume la foi catholique en déclarant : « Parce que le Christ,
     notre Rédempteur, a dit que ce qu'Il offrait sous l'espèce du pain était vraiment son
     Corps, on a toujours eu dans l'Eglise cette conviction, que déclare le saint Concile de
     nouveau : par la consécration du pain et du vin s'opère le changement de toute la
     substance du pain en la substance du Corps du Christ notre Seigneur et de toute la
     substance du vin en la substance de son Sang; ce changement, l'Eglise catholique l'a
     justement et exactement appelé transsubstantiation . »
 

     1377.La présence eucharistique du Christ commence au moment de la consécration et
     dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent. Le Christ est  tout entier
     présent dans chacune des espèces et tout entier dans chacune de leurs parties, de sorte
     que la fraction du pain ne divise pas le Christ.

     1378.Dans la liturgie de la messe, nous exprimons notre  foi en la présence réelle du
     Christ sous les espèces du pain et du vin, entre autres, en fléchissant les genoux, ou en
     nous inclinant profondément en signe d'adoration du Seigneur. " L'Eglise catholique a
     rendu et continue de rendre ce culte d'adoration qui est dû au sacrement de l'Eucharistie
     non seulement durant la messe, mais aussi en dehors de sa célébration : en conservant
     avec le plus grand soin les hosties consacrées, en les présentant aux fidèles pour qu'ils
     les vénèrent avec solennité, en les portant en processions."

     1381.La présence du véritable Corps du Christ et du véritable Sang du Christ dans ce
     sacrement, "on ne l'apprend point par les sens, dit S.Thomas, mais par la foi seule,
     laquelle s'appuie sur l'autorité de Dieu."

     Saint  Cyrille déclare: "Ne va pas te demander si c'est vrai, mais accueille plutôt avec foi

      les paroles du Seigneur, parce que Lui, qui est la Vérité, ne ment pas".

     1384.  Le Seigneur nous adresse une invitation pressante à Le recevoir dans le
     sacrement de l'Eucharistie : "En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la
     Chair du Fils de l'homme et ne buvez son Sang, vous n'aurez pas la vie en vous"(Jn
     6,53).

     1385.Pour répondre à cette invitation, nous devons nous préparer à ce moment si grand
     et si saint.  Saint Paul exhorte à un examen de conscience : "Quiconque mange ce pain
     ou boit cette coupe du Seigneur indignement aura à répondre du Corps et du Sang du
     Seigneur.  Que chacun s'éprouve soi-même et qu'il mange alors de ce pain et boive de
     cette coupe; car celui qui mange et boit, mange et boit sa propre condamnation, s'il n'y
     discerne le Corps"(1Co 11, 27-29).
     Celui qui est conscient d'un péché grave doit recevoir le sacrement de la Réconciliation
     avant d'accéder à la communion.

     1387.Pour se préparer convenablement à recevoir ce sacrement, les fidèles observeront
     le jeûne prescrit dans leur Eglise.  L'attitude corporelle (gestes, vêtements) traduira le
     respect, la solennité, la joie de ce moment où le Christ devient notre hôte.

     1388. Il est conforme au sens même de l'Eucharistie que les fidèles, s'ils ont les
     dispositions requises, communient chaque fois qu'ils participent à la messe.

     1389.L'Eglise fait obligation aux fidèles de participer les dimanches et les jours de fête à
     la sainte messe et de recevoir au moins une fois par an l'Eucharistie, si possible au temps
     Pascal, préparés par le sacrement de la Réconciliation.
     Mais l'Eglise recommande vivement aux fidèles de recevoir la sainte Eucharistie les
     dimanches et les jours de fête, ou plus souvent encore, même tous les jours.
 

                                                 Catéchisme de l'Eglise Catholique.