VIERGES PELERINES DE BELGIQUE

VIERGES PELERINES... Ce mouvement répond à un souhait du Pape.  Il visitait des pays d'Amérique Latine.  Il déclarait : "Aujourd'hui, en cette phase de préparation du grand Jubilé de l'an 2000, la Vierge Marie accompagne chacun de ses fils et de ses filles de sa présence maternelle.  Je lui demande de visiter comme dans une "Peregrinatio Mariae", comme "Pèlerine de la foi" chacun des diocèses, des paroisses, des communautés ecclésiales et des familles, en répétant à ses fils ce qu'elle a dit à Cana : 'Tout ce qu'il vous dira, faites-le" (Jn 2.5). Qu'elle parcoure ce continent en apportant vie, douceur et espérance!   Qu'elle anime et protège l'oeuvre de la nouvelle évangélisation, afin que les chrétiens vivent leur foi avec cohérence et ferveur et que ceux qui l'ont abandonnée la retrouvent!  Qu'elle favorise l'unité de l'Eglise, en rassemblant comme dans une NOUVELLE PENTECOTE tous ceux qui croient en Jésus-Christ et ceux qui ont besoin d'être renouvelés dans l'Esprit!... Je te demande, Vierge Marie, Mère des hommes et des peuples de présenter tes fils et tes filles aujourd'hui et toujours à Jésus, le fruit béni de ton sein.  Pose constamment sur eux ton regard miséricordieux et, par ton intercession auprès du divin Rédempteur, guéris-les de leurs souffrances libère-les de tout mal et emplis-les de ton amour".

(Revue Dominique - Avril 1998)

Un communiqué de presse des organisateurs des "Vierges pèlerines" d'abord en France et ensuite dans le monde entier, annonce qu'à partir du 1er janvier 1998 commenceront les échanges de statues mariales entre différents pays, afin de mieux exprimer la grande communion de prière qu'entend susciter Marie pour préparer le grand jubilé de l'an 2000.  Au moins 64 pays participent déjà à ce mouvement mondial des "Vierges pèlerines", autour de 300 grandes statues et icônes de Marie et de 600 statues plus petites.  Et de nombreux autres pays vont bientôt s'y associer.  Quoiqu'il s'agisse d'une initiative privée émanant d'un rêve fou de deux laïcs français, cette initiative a rencontré certaines contestations mais a également suscité l'enthousiasme en France.

Cette initiative des "Vierges Pèlerines" n'est pas nouvelle.  Il y a plusieurs années, de 1943 à 1948, Notre-Dame de Boulogne a parcouru durant 5 ans tous les diocèses de France et a suscité 7 millions de consécrations au Coeur immaculé de Marie.  Notre-Dame de Fatima est aussi une grande pèlerine, dont deux statues officielles circulent dans le monde pour des pèlerinages nationaux depuis plus de 50 ans (une des ces deux statues était de passage en Belgique pour une Journée, Où elle fut accueillie le 15 août 1997 à Pironchamps près de Charleroi, après une grande tournée de plus d'une année en Pologne, en Ukraine et en Russie).  C'est dans cette grande tradition chrétienne que l'actuel mouvement français des "Vierges pèlerines" a eu l'encouragement entre autres du cardinal Ribeiro de Lisbonne (Portugal) qui exprima son souhait qu'il soit "une source de grâces abondantes pour l'humanité", ainsi que des cardinaux de Manille (Philippines), de Varsovie (Pologne), de New York (Etats-Unis), de Rio de Janeiro et de Santiago de Bahia en Amérique du Sud.

Ce mouvement mondial entraîne beaucoup de personnes dans une démarche de foi et de prière, rejoignant et éduquant la piété populaire à Marie.  Car il ne faut pas oublier que la Vierge Marie est connue et aimée bien au-delà des frontières de l'Eglise du Christ, notamment dans l'Islam et dans l'Hindouisme.  Des personnes généreuses se lèvent aussi dans tous les pays pour organiser sur le terrain cette "visitation" originale de Marie à ses enfants.  Beaucoup d'efforts, mais aussi beaucoup de joies et de fruits.

C'est ainsi que l'Afrique du Sud, Malawi , Mozambique, Namibie, Lesotho, Zambie, Botswana et Zimbabwe ont commencé ensemble autour de 56 statues de N.-D. de N'Gome, en attendant que d'autres statues se joignent au mouvement.
En Allemagne, 20 Statues participent au mouvement, encouragé par Mgr Lehmann, président de la Conférence épiscopale allemande.
En Belgique douze statues sont entrées dans le Pèlerinage dès le 18 janvier 1997; il s'agit de Notre-Dame de Banneux, de Basse-Wavre, de Beauraing, de Dadizele, de Foy-Notre-Dame, de Groeninghe (Courtrai), de Hal, de Moha, de Montaigu, de Oudenberg (Grammont), de Moresnet et de Tongres.  Depuis lors une veillée est organisée chaque jour dans chaque province. Et depuis juillet 1997 des statues françaises sillonnent également dans notre pays.
En Hongrie, ce fut le président de la Conférence épiscopale lui-même qui a lancé le mouvement en faisant reproduire l'image de Celle qui est appelée "la Grande Dame de Hongrie" et en l'envoyant depuis la cathédrale pour "évangéliser tout le pays après 50 ans d'épreuve".
Au Pays-Bas, ce fut Notre-Danie-de-tous-les-Peuples qui est reproduite en Plusieurs exemplaires et envoyée dans les différents diocèses.
Même des pays très peu catholiques comme Cuba, les Emirats Arabes Réunis, le Japon et la Suède participent au mouvement.
Et au Vietnam plus de 500 petites statues de Notre-Dame de Lavang sont transportées sur des vespas pour aller de famille en famille.
 

 Le mouvement "Les Vierges Pèlerines" dans sa première phase française,  a été lancé le 8 septembre 1995 quand les 108 premières statues étaient rassemblées sur les marches de la cathédrale du Puy-en-Velay avant de circuler pendant un an dans tous les diocèses de France.  Ensuite, 250 statues et icônes de divers pays furent rassemblées sur la place Saint-Pierre à Rome pour la bénédiction du Pape  le 8 décembre 1996.
La délégation du mouvement fut également reçue et encouragée par le patriarche oecuménique Bartholomeos le 14 décembre 1996 à Constantinople.
Le coup d'envoi est ainsi donné pour un périple mondial jusqu'au 25 décembre 1999 lorsque toutes les "Vierges pèlerines" se rendront à Bethléem pour la grande fête du 2000ième Noël.

(Revue Médiatrice et Reine - Février 1998)

En Belgique,
Si vous désirez accueillir la "Vierge pèlerine" dans votre paroisse ou dans votre foyer, vous pouvez prendre contact avec le Secrétariat national : ou avec un des organisateurs régionaux :