MEDJUGORJE ET L'EGLISE

(extraits de "Medjugorje face à l'Eglise"de Soeur Emmanuel)
 
 
« Medjugorje, c'est la continuation de Fatima. » 
Jean-Paul II
 
« Il n'y a qu'un seul danger avec Medjugorje : passer à côté. » 
                                                                           Urs Von Baltasar
 
"Allez-y!...Ne voyez-vous pas les fruits?" 
Mère Teresa
 

En 1985, le Professeur JOYEUX, mondialement connu, fait des tests scientifiques sur les voyants en extase. Ses documents, exposés entre autres dans une vidéo ("Études médicales et scientifiques sur les apparitions de Medjugorje" NS Vidéo ), écartent définitivement la thèse de la supercherie de la part des voyants, ou celle de leur déséquilibre psychique.
(au sujet des examens scientifiques sur les voyants, voir dernières nouvelles)
 

Comme il en va de tout autre lieu d'apparitions, ni condamné, ni reconnu par l'Église, les pèlerinages privés sont autorisés (organisés par des laïcs, quel que soit le nombre de participants), et les pèlerinages officiels ne sont pas autorisés (organisés par des évêques ou des prêtres). Bien sûr, évêques ou prêtres peuvent se joindre à des pèlerinages privés à titre de participants.

Selon le nombre de communions distribuées chaque jour, Medjugorje est un des premiers lieux de pèlerinage au monde. Jusqu'en 1991, Medjugorje a accueilli environ 18 millions de pèlerins. Entre 1981 et 1990, plus de trente mille prêtres et évêques s'y sont rendus, et beaucoup d'entre eux y ont été encouragés par le Pape.

Le 21 novembre 1990, Mgr KOMARICA (Président de la Commission), vient lui-même célébrer la messe du pèlerinage et annonce que d'autres évêques de la Commission suivront, ce qui s'est fait jusqu'à la guerre. Dans les usages de l'Église, cela équivaut à une reconnaissance du culte et du pèlerinage. Il fait état dans son homélie des bons fruits de prière et de conversion à Medjugorje :
« La Commission reconnaît ces fruits. »
 

Le 28 novembre 1990, un texte est envoyé à Rome. « Sur la base des recherches jusqu'ici conduites, le caractère surnaturel des apparitions et révélations n'est pas établi . » Ce texte était privé, dans un certain contexte, et les évêques de la Commission ne le destinaient pas au public, n'étant pas définitif. Une indiscrétion l'a publié, semant une grande confusion.
 

Le 11 avril 1991 à Zadar, la Conférence Épiscopale chargée de la Commission accepte Medjugorje comme lieu de prière. Ce n'est pas encore un oui final de la part de l'Eglise, mais c'est un grand oui. C'est en tout cas un encouragement explicite aux pèlerinages (et à la présence de prêtres pour les sacrements).
 
 Le 17 juin 1991, la Commission forme une « Conférence Pastorale et Liturgique » composée de quatre évêques et de quatre théologiens, dont la tâche est d'aider les Franciscains à bien respecter la doctrine catholique dans le Sanctuaire. Depuis lors, cette Conférence n'a exigé aucune modification dans la pastorale locale.

En septembre 1991, lors d'une conférence à Vienne, le Cardinal Ratzinger déclare qu'aucune position définitive n'a été prise par l'Église à ce jour. "Nous sommes ouverts. La Commission poursuit son travail. Il faut encore attendre et prier."

Mgr Ratko Peric, le nouvel évêque de Mostar, vient le 16 juin 1993 à Medjugorje pour y confirmer 150 enfants. Dans son homélie, il rappelle les points les plus importants déclarés par la Commission le 11 avril 1991 au sujet de Medjugorje, à savoir:

Medjugorje est accepté officiellement comme lieu de prière et de culte.

Une équipe liturgique et pastorale est chargée de veiller à la juste place de la Vierge dans les offices de la Paroisse.

La Commission à fait un « non constat de supernaturalitate ».
 
Cette expression latine signifie que dans l'état actuel des études, il n'est pas encore possible d'affirmer cette surnaturalité, mais que la possibilité reste ouverte pour l'avenir

Toutefois, il faut être patient, car l'attente de cette déclaration pourrait bien durer.. un demi-siècle !
En effet, y a-t-il un seul cas où l'Église aurait reconnu des apparitions encore en cours ? Combien
d'années après la dernière apparition a-t-elle attendu pour reconnaître Lourdes ou Fatima ?

Par ailleurs, comme cette Commission nommée par Rome représente la seule instance ecclésiale officielle pour Medjugorje, il ne relève plus désormais de l'autorité des évêques ou des prêtres d'interdire aux fidèles le pèlerinage à Medjugorje. Un conseil d'ordre privé peut leur être donné, mais tout fidèle se rendant à Medjugorje demeure en totale communion avec l'Église.

Actuellement, le Sanctuaire de Medjugorje jouit d'une situation ecclésiale analogue à celle de la Rue du Bac : reconnaissance officielle du lieu de culte, non-reconnaissance des apparitions.

Le 25 mars 1994, Mgr Hnilica, conseiller du Pape pour les pays de l'Est, a choisi Medjugorje pour y célébrer le 10e anniversaire de la Consécration de la Russie et du monde au Coeur Immaculé de Marie par Jean-Paul II. A cette occasion, il avait invité des évêques et des prêtres à se rendre eux aussi à Medjugorje, pour y renouveler cette Consécration, en union avec le Saint-Père. Deux évêques sont venus, dont Mgr d'Antonio, de New Orléans (USA) ainsi que de nombreux prêtres. D'autres évêques lui ont écrit pour lui exprimer leur communion en ce grand jour.

De très nombreux évêques de tous les continents se sont déjà rendus à Medjugorje. Ils s'en félicitent, et la plupart l'expriment clairement.
Sans y être venus, beaucoup d'évêques ont constaté les bons fruits de Medjugorje, et ont
ouvertement exprimé qu'ils croyaient à la venue de la Vierge à Medjugorje.

Une partie de leurs déclarations a été recueillie et publiée dans «Medjugorje, A Time for Truth A
Tïme for Action » de Denis Nolan, USA.  Notons par exemple:
 

Mgr Antonetti (Nonce à Paris) déclara devant un évêque français, à un père de famille qui
répandait les messages de Medjugorje :
« Ah, c'est très bien, ça fait dix ans que la Vierge parle à Medjugorje et personne ne
l'écoute» (Septembre 1994).

Le Pro-Nonce apostolique en Yougoslavie, Mgr Francesco Colasuono déclara: « Medjugorje
représente l'événement du siècle. Nous devons l'étudier très bien du point de vue
théologique et aussi scientifique.» (31 juillet 1985. Il était alors représentant du Saint-Siège.)

Du Cardinal Frantisek Tomasek "Personnellement, je suis très profondément convaincu
de l'authenticité des apparitions de la Sainte Vierge dans le village d'Herzégovine. J'ai pu
me faire moi-même une idée claire à travers de nombreux contacts avec des personnes qui
ont reçu une impulsion décisive dans leur vie spirituelle, à Medjugorje." (Interview de
Gebetsaktion, 1990)
 

De Mgr Carboni (Italie): "Quand je vais dans un lieu d'apparitions ce n'est pas pour
admirer les églises et les beaux monuments. Je m'assieds dans un confessionnal et, d'après
les confessions, j'évalue la qualité du lieu d'apparitions. Je suis allé à Medjugorje. Je n'y
ai pas recherché les voyants ni les prêtres. J'ai seulement écouté les confessions durant
deux jours pleins, et cela a suffi pour me convaincre que Notre-Seigneur est présent à
Medjugorje, et aussi la Sainte Vierge." (Cité dans l'Écho de Medjugorje, février 1987).
 

De Mgr John Magee, précédent secrétaire du Saint-Père : « Ces apparitions sont sans
conteste pleinement vraies » (Interview avec David Little, Canada).
 

De Mgr Murillo Kriger (Brésil) : « Venant du Brésil (à Rome avec deux autres évêques),
nous n'avions qu'un désir, aller à Medjugorie et y rester deux semaines à l'école de Marie...
Nous ne nous doutions pas que tant de belles grâces nous attendaient... » (Homélie à
Medjugorje, janvier 1988).

De Mgr Angelico Motto : « Ici, à Medjugorje, j'ai vécu des expériences qui m'ont grandement
impressionné. Je veux rester à l'école de Marie. » (A Medjugorje, novembre 1988).
 

De nombreux autres évêques ont accueilli les voyants dans leurs diocèses, certains les ont reçus chez
eux.

Mgr Hnilica s'est rendu en Russie avec la voyante Marija Pavlovic en 1991.
Le Cardinal Daneels (Belgique) accueillit favorablement le voyant Ivan en août 1994.
 

Le 15 janvier 1992, (7 mois après le début de la guerre dans son pays), le Cardinal Franjo Kuharic
consacrait solennellement son pays au Coeur Immaculé de Marie, et (fait très remarqué alors)
choisissait le vocable de «Reine de la Paix » pour implorer le secours de la Vierge.Neuf ans
auparavant, il confiait à son ami, le Révérend David du Plessis: « Comment puis-je douter que
cela (Medjugorje) soit l'oeuvre de Dieu ? Savez-vous qu'un demi-million de jeunes se sont
livré au Christ ? Il faut 50 ou 60 prêtres chaque week-end pour confesser et conseiller ces
jeunes ! »
 

Mgr Couve de Murville, Mgr Thomas McMahon et Mgr Ambrose Griggith ont accueilli en
Angleterre Ivan Dragicevic en 1994, ainsi que le Père Slavko avec qui ils ont concélébré.

                                                    * * * * * * * * * * *

« Il n'y a qu'un seul danger avec Medjugorje : passer à côté. »
                                                                            URS VON BALTASAR.

                                                    * * * * * * * * * * *

Parmi les plus grands témoins du Christ, notons les déclarations de MÈRE TERESA à des pèlerins
se rendant à Medjugorje :

« Dites à tous ceux qui vont à Medjugorje : priez la Vierge de Medjugorje de donner le
médicament pour guérir le SIDA. Je rends grâce à Notre-Dame de Medjugorje. Je sais que
beaucoup de gens vont là-bas et s'y convertissent. Je remercie Dieu de nous conduire de
cette manière à cette époque. »

Dans une lettre à Denis Nolan, elle écrit : Avant chaque messe,
nous prions toutes un « Je Vous Salue Marie » à la Vierge de Medjugorje ... » (12 août 1991)

                                                     * * * * * * * * * * *

Et parmi les grandes figures de l'Église, le SAINT-PÈRE a maintes fois exprimé sa foi en
Medjugorje, ce n'est plus un secret pour personne. Il a invité de nombreux prêtres et évêques à s'y
rendre. Il a reçu plusieurs des voyants de Medjugorje, dont Mirjana Dragicevic avec laquelle il s'est
longuement entretenu en privé. La voyante a déclaré qu'elle ne révélerait rien sur cet entretien pour le
moment, si ce n'est une parole du Saint-Père :
 

« Si je n'étais pas le Pape, je serais déjà à Medjugorje ».
 

Quelques-unes de ses paroles, facilement vérifiables auprès du Saint-Père lui-même ou auprès des
témoins cités
 

« Medjugorje, c'est la continuation de Fatima. »

« Le monde a perdu le sens du surnaturel, il le retrouve à Medjugorje par la prière, le
jeûne et la pénitence sacramentelle. »

« Si je n'étais pas le Pape, je serais déjà à Medjugorje. »

 « Medjugorje est le centre de la spiritualité. »
  « Grâce à vous la Pologne a pu être libérée du communisme. »

« Non, le mérite ne m'en revient pas : c'est l'oeuvre de la Vierge, comme Elle l'affirme à Fatima et à Medjugorje »

 

« Je vous bénis, courage, je suis avec vous. Dites à Medjugorje que je suis avec vous.
  Protégez Medjugorje... »
  avec le Père Slavko.  Ils demandèrent aux évêques de pouvoir utiliser des églises.  L'un d'eux, Mgr Felipe Santiago Benites, archevêque de Asuncion (Paraguay), se montra très hésitant.  Il réclama des lettres de recommandation sur le Père Slavko à l'évêque de Mostar et au provincial franciscain.  Puis, se trouvant à Rome à l'occasion du Synode, il posa la question au Saint-Père :

"Est-il opportun de permettre des rencontres sur Medjugorje, animées par quelqu'un qui viendrait de là-bas?
-Autorisez tout ce qui concerne Medjugorje!" répondit le Saint-Père avec clarté.
Estimant qu'il n'avait plus besoin d'autres recommandations que celle du Pape lui-même, il appela les organisateurs : "Faites ce que vous voulez, car le Pape lui-même a dit :"Autorisez!""
 

Les encouragements donnés par le Saint-Père aux évêques et aux prêtres à se rendre à
Medjugorje pour y prier, ne se comptent plus. Par ailleurs, le Saint-Père lit chaque mois le
message que la Vierge donne à Medjugorje et les nouvelles du village publiées dans «L'Écho de Medjugorje. »

                                                * * * * * * * *

Bien sûr, Medjugorje a ses détracteurs. Le vieux conflit qui oppose depuis longtemps Franciscains et clergé séculier dans le pays y est pour quelque chose. Le combat spirituel attaché à tout lieu de grâce, y a aussi sa part. Notons parmi les opposants les plus actifs : Mgr Zanic (ancien évêque de Mostar) et en France, la Contre-Réforme, avec l'Abbé de Nantes. En octobre 93, lors d'une interview diffusée sur M6 dans « Zone interdite. » Mgr Zanic résumait ainsi sa pensée : « La Vierge n'apparaît pas à Medjugorje, ce phénomène est aberrant, les Franciscains vont continuer à mentir. Il faudrait que toutes ces personnes disent : « voilà, nous avons tout inventé.» »
 
 

Mgr Ratko Peric, nouvel évêque de Mostar, semble aller dans le même sens. Mais depuis 1986,
l'évêque du lieu ne jouit plus du même pouvoir de jugement en ce qui concerne «l'événement Medjugorje. » Celui-ci a été confié à la Commission d'enquête de la Conférence Épiscopale.
 

      Lors du Synode sur la Vie Consacrée, Mgr Peric déclara devant le Saint-Père et les évêques : «Les prétendues apparitions (de Medjugorje), créent pas mal de confusion et de division, pas seulement dans l'Église locale. C'est pourquoi nous attendons que le Saint-Siège utilise tous ses moyens pour rendre pleine et stable l'unité de cette Église particulière » (11 oct 94).
 

Vu le contexte, l'évêque semble exprimer là son malaise quant à la présence dans son diocèse, de paroisses tenues par des prêtres d'appartenance franciscaine et non pas par des prêtres diocésains. C'est le cas de Medjugorje qui jouit d'un statut spécial.
 

Six enfants sans culture sont-ils capables de maintenir une telle comédie pendant 17 ans ?
 

Le "mensonge" d'une petite équipe de prêtres peut-il engendrer des millions de conversions dans le monde entier, des millions de vies transformées, éclairées par le Christ ?. Peut-il susciter la création de milliers de petits groupes de prière, la réconciliation de milliers de familles ou l'éclosion d'un nombre incalculable de vocations sacerdotales et religieuses ?
 
Un arbre ne se reconnaît-il pas à ses fruits ?

                                                               * * * * * * * * *

Pour éclaircir des propos contradictoires, le porte parole du Saint-Siège, le cardinal Navarro-Valls s'est à nouveau exprimé sur ce sujet le 21 juin 1996 :

       "On ne peut pas dire aux gens qu'ils ne peuvent se rendre à Medjugorje à moins que
       les apparitions n'aient été prouvées fausses. Cela n'a pas été déclaré, chacun peut
       donc s'y rendre s'il le désire."

* * * * * * * * *
 

Du Nouveau Pour Medjugorje par Daniel-Ange :

Pour le 17ème anniversaire des apparitions, l'Eglise vient d'offrir un beau cadeau à la Vierge!
En effet, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a envoyé une lettre (voir ci-dessous) à Mgr
Gilbert Aubry, évêque de la Réunion, faisant clairement le point sur Medjugorje. Celui-ci la reçut le
24 juin et, le 25 la fit parvenir aux prêtres et aux communautés religieuses de son diocèse (circulaire
n°C003), afin qu'ils puissent avoir la dernière position de Rome et, si nécessaire, éclairer les fidèles
en connaissance de cause.
 

 CONGREGATIO 
 PRO DOCTRINA FIDEI 

 Pr. N°154/81-06419 

                                               Cité du Vatican, Palais du St Office 

                                                               Le 26 mai 1998 

                                              A Son Excellence Mgr Gilbert Aubry, 
                                               Evêque de Saint-Denis de la Réunion 
 
 

Excellence, 

      Par lettre du 1er janvier 1998, vous soumettiez à ce Dicastère diverses questions concernant la  position du Saint-Siège et de l'Evêque de Mostar à propos des dites "apparitions" de Medjugorje, des pèlerinages privés et du soin pastoral des fidèles qui se rendent dans ce lieu. 
      A cet égard - tandis que je considère impossible de répondre à chacune des demandes faites 
 par votre Excellence - je tiens avant tout à préciser que ce n'est pas l'usage du Saint-Siège 
 d'assumer, en première instance, une position propre vis-à-vis de supposés phénomènes 
 surnaturels. Ce Dicastère, pour cela, en ce qui concerne la crédibilité des "apparitions" en 
 question, s'en tient simplement à ce qui a été établi par les Evêques de l'ex-Yougoslavie dans la 
 déclaration de Zadar du 10 Avril 1991 : "...Sur la base des investigations jusqu'ici conduites il 
 n'est pas possible d'affirmer qu'il s'agisse d'apparitions ou de révélations surnaturelles." 
 Après la division de la Yougoslavie en diverses nations indépendantes, il appartiendrait maintenant  aux membres de la Conférence Episcopale de la Bosnie-Herzégovine de reprendre,  éventuellement, en examen le cas, et d'émettre, le cas écheant, de nouvelles déclarations. 
      Ce que S.E. Mgr Peric a affirmé dans une lettre au Secrétaire Général de "Famille Chrétienne"  dans laquelle il a déclaré : "ma conviction et position n'est pas seulement "Non constat de  supernaturalitate" mais également celle "constat de non supernaturalitate" des apparitions  ou révélations de Medjugorje", doit être considéré expression d'une conviction personnelle de  l'Evêque de Mostar, lequel, en tant qu'Ordinaire du lieu, a toujours le droit d'exprimer ce qui est, 
 et demeure, un avis qui lui est personnel. 
      En ce qui concerne enfin les pèlerinages à Medjugorje qui se déroulent de manière privée, 
 cette Congrégation retient qu'ils sont permis à condition qu'ils ne soient pas considérés comme une  authentification d'évènements en cours et qui demandent encore un examen par l'Eglise." 
      Espèrant avoir donné une réponse satisfaisante au moins aux prinicipales questions posées par  vous-même à ce Dicastère, je vous prie, Excellence, d'agréer l'expression de mes sentiments les  plus dévoués. 

                                                           Mgr Tarcisio Bertone 
                         (secrétaire de la "Congregatio" présidée par le Cardinal Ratzinger)

 

Il en ressort donc,

   1.Les déclarations de l'Evêque de Mostar ne reflètent que son opinion personnelle. Par
     conséquent, elles ne sont pas un jugement définitif et officiel de l'Eglise.
   2.On est renvoyé à la déclaration de Zadar qui - elle -laisse la porte ouverte à des investigations
     futures. En attendant, elle permet les pèlerinages privés avec accompagnement pastoral des
     fidèles.
   3.Une nouvelle commission sera sans doute nommée.
   4.En attendant, tout pèlerin catholique peut se rendre à Medjugorje.

Nous ne pouvons que rendre grâce pour cet éclairage tant attendu!



 
 Examens scientifiques sur les voyants :

Nous nous souvenons qu'en 1998 les voyants se rendirent à Côme en Italie, où une équipe de médecins et de scientifiques les soumirent à des tests physio-psychologiques.
Le responsable de l'équipe, le Dr Giorgio Gagliardi, vient de publier un livre très intéressant sur ces tests.( 'I Veggenti di Medjugorje : Ricerca Psicofisiologica, 1998', Dr Giorgio Gagliardi.)
A ce jour ce livre est seulement en langue italienne . Mais avant que le livre soit traduit en différentes langues, voici déjà un résumé des conclusions les plus saillantes:

a) …Initialement, les voyants ont eu une expérience inhabituelle déterminante, suivie par la continuation de leur comportement durant l'état modifié de conscience qu'ils présentent à ce jour, de type 'extatique avec vision', bien qu'avec des caractéristiques moins intenses…

b) De telles expériences provoquent jusqu'à présent des modifications de certains paramètres biologiques mesurables.

c) Leur comportement durant leur état modifié de conscience, dans les limites de l'étude effectuée, n'a pas les caractéristiques qui prévalent dans l'hypnose, mais celles de l'état modifié de conscience de type 'extatique /avec vision/ apparitionnel'.

d) L'hypothèse du mensonge conscient et de la fraude n'a pas trouvé de support psycho. et neurophysiologique.

Nous sommes vraiment reconnaissants envers ces scientifiques qui ont réalisé ces examens avec une application méthodique, car grâce à leurs conclusions, une plus grande lumière est maintenant projetée sur la réalité des apparitions de Medjugorje.
Par exemple, ce rapport médical dément clairement les affirmations selon lesquelles les voyants sont des menteurs ou que les apparitions sont une subtile fabrication de la part de certaines personnes du village.
 


Dernières nouvelles : 

Un évènement inattendu touchant le père Jozo Zovko vient de faire la une des médias croates ! Voici ce que publiait, samedi soir 24 août 2002, le quotidien Vercernji List  à Zagreb (voir photos en annexe).

En gros titre :
 
« Geste surprenant du Vatican.
Le Pape remercie le père Jozo  pour Medjugorje ! »
 
En couverture, la photo du pape accueillant le père Jozo a été prise en 1992 durant la guerre en Bosnie, lorsque le père Jozo rencontra le Saint Père et reçut de lui ces mots : « Je suis avec vous, protégez Medjugorje, protégez les messages de la Sainte Vierge ! »
 
Dans l’article correspondant sous la manchette, nous voyons le père Jozo lire la lettre du Pape, et la légende dit : «Le Pape a signé une mot de remerciement pour le père Jozo Zovko». Voici la traduction de cet article en croate :
 
 
Siroki Brijeg - Le père Jozo Zovko, Franciscain mondialement connu, a été plus que surpris lorsqu'hier, des pèlerins polonais sont venus le remercier pour les vingt-et-un ans de témoignage en faveur des apparitions de Medjugorje et en particulier lorsqu’ils lui ont remis une note de remerciement signée de la main tremblante de leur très célèbre compatriote, Jean Paul II. En fait, à son retour de Pologne, le Pape a écrit du Vatican pour remercier personnellement le père Jozo Zovko et lui envoyer sa Bénédiction Apostolique.
 
« Notre Pologne est reconnaissante pour chacune de vos paroles, pour chaque action que vous avez faite pour nous », dit la collaboratrice du Pape, Krystin Gregorezyk, qui a remis en main propre la note de remerciement au père Jozo dans l’église de Siroki Brieg.
« Jusqu’à présent j’ai reçu des centaines de cadeaux et lettres de remerciements, mais rien ne peut se comparer à celui-ci. J’en suis très heureusement surpris», a déclaré à notre journal le père Jozo, visiblement ébranlé.
 
Le père Jozo Zovko fait partie de la Province franciscaine d’Herzégovine. comme témoin des apparitions de Medjugorje, il est devenu l’un des prêtres les plus connus du monde. De nombreuses tribus (au Canada) l’ont choisi comme Chef et il est lié à de nombreuses guérisons miraculeuses. Selon un sondage effectué par le « Daily Catholic », le père Jozo a été élu parmi les vingt-neuf Catholiques du siècle.  (J.P.)
 
À côté de l’article, le sit internet du journal : www.vecernjilist.hr
Les photos des articles se trouvent sur le site : www.childrenofmedjugorje.com
 
Le texte original en italien de la lettre du Pape se lit ainsi :
 
"Imparto di cuore una particolare
Benedizione Apostolica a
Padre Yozo Zovko, o.f.m.
ed invoco nuova effusione di grazie e favori celesti
e la continua protezione della Beata Vergine Maria"
 
                                                       Joannes Paulus II
 
 En voici la traduction en français :
 
«J’accorde du fond du cœur une Bénédiction Apostolique particulière au père Jozo Zovko, o.f.m. , j’invoque une nouvelle effusion de grâces et de faveurs célestes et la protection continuelle de la Bienheureuse Vierge Marie».
 
Suit sa signature, Joannes Paulus II, manuscrite.
 
Or, d’après ce que partagea Krystyna Gregorezyk lorsqu’elle présenta le message, la lettre a été écrite à Rome ce mois-ci, juste après le retour du Pape de Pologne. Krystyna, qui travaille au Vatican comme collaboratrice du Saint Père, avait pris le petit déjeuner avec lui et plusieurs autres polonais avant de partir pour Medjugorje. Le Pape signa la lettre devant Madame Gregorezyk.
 
Il semble donc que les mots rapportés dans le journal Vercernji List soient fondés. Dans un message verbal transmis par Krystyna au père Jozo, le Pape aurait dit également qu’il lui était reconnaissant pour son apostolat pour Medjugorje, pour ce que le père Jozo faisait et ce qu’il a fait jusqu’à présent. Le Pape dit qu’il était heureux de lui donner un signe d’encouragement.
 
Qu’a fait le père Jozo pour les Polonais sinon leur livrer les messages de Medjugorje ?
 
Krystyna dit que le Pape était très joyeux pendant ce petit-déjeuner et qu'il a posé beaucoup de questions sur Medjugorje. Il était heureux également d’entendre les témoignages que lui rapportaient les pèlerins polonais.
 
Bien sûr, il faut poursuivre l'enquète sur cet événement incroyable. Toutefois, il semble qu'à ce jour nous ayons là le premier mot personnel d’encouragement par écrit, de la main du pape, à un témoin de Medjugorje, et rendu public par les média. Cette simple lettre représente un document tangible et visible pour appuyer le cordial remerciement et l'encouragement que le Saint Père envoya au père Jozo à travers Krystyna.
 

 


 
Il faut suivre l'autorité de l'Eglise, bien sûr.  Cependant, avant qu'elle ne se prononce, il faut avancer spirituellement, car elle ne pourra se prononcer dans le vide, mais dans une confirmation qui suppose la croissance de l'enfant.  En premier vient la naissance, suivie du baptême, puis de la confirmation.  L'Eglise viendra confirmer ce qui est né de Dieu.  Nous devons marcher et avancer dans le vie spirituelle, inspirés par ces messages. 
Message de Marie à Medjugorje.
 
Actualités
Menu principal